DSC_0993

Le Parc des Aiguamolls de l'Emporda est la deuxième zone humide la plus importante en Catalogne, après le delta de l’Ebre, Actuellement la zone est protégée par la loi, comme un Parc Naturel depuis 1986. Une mosaïque d’écosystèmes interdépendants mais distincts : la mer, les plages, les sablières côtières, les lagunes, les pâturages, les lacs et marais d’eau douce…

DSC_1024

Autant d’éléments à préserver et qui contrastent avec le tumulte des activités balnéaires très proches. Pourtant, les chemins d’observation au départ du Centre d'interprétation, sont loin de nous laisser imaginer cette proximité des huiles solaires, et des serviettes de bains !

DSC_1006

Ce parc se trouve entre les villes de Castelló d’Empuries, et de Sant Pere Pescador. Son emplacement, très en retrait, par rapport à la mer, explique que les eaux y soient entièrement douces. 

DSC_0991

Créé en 1983, il occupe une superficie de 4729 hectares (dont plus de 800 sont une réserve naturelle intégrale, comme celles des Estanys ou des Llaunes) et constitue l’un des espaces naturels de la Catalogne où une grande variété de les espèces animales peuvent être observées.

DSC_0999

Le parc occupait auparavant tout le golfe de Roses, de l’embouchure des rivières Muga et Fluvià, jusqu’aux fleuves Ter et Daro. L’expansion de l’agriculture et l’élevage, la construction de canaux de drainage, et la création des lagunes dans l’intérieur, ont fini par réduire la surface des zones humides.

DSC_0997

Toutefois, ce parc reste l’un des endroits stratégiques, les plus importants de toute l’Europe, pour la migration de millions d’oiseaux, de la Méditerranée à l’Afrique. Il comprend deux zones d’accueil : l’itinéraire qui part de Cortalet et celui de Sennillosa (3 sillos de stockage du riz).

DSC_1004

Le parc dispose également d’un centre météorologique, et d’un parking sécurisé, payant (5 € par voiture la journée), près du centre d'information du Cortalet. C'est à cet endroit que nous  obtenons, aussi, une carte des itinéraires et des conseils pour mieux profiter de notre balade dans le parc. 

DSC_0983

En suivant un itinéraire entièrement à l’intérieur de la réserve intégrale, nous commençons par longer le secteur d’habitat des cigognes blanches, dont la réintroduction s’avère un grand succès. Il n'est pas rare de voir, telles des sentinelles, des cigognes du parc juchées au sommet de grand pylônes électriques, étranges rencontres de la nature et de la technologie, aux frontières de cet espace préservé… pour longtemps encore, on espère. 

DSC_0985

Aujourd'hui la  population des cigognes blanches s’élève aujourd’hui à une quarantaine de couples, grâce au projet de réintroduction, mis en place en 1987. On l’observe très facilement dans le parc, même à l’œil nu.

DSC_0984Cigognes que l'on peut voir près du parking du Cortalet.

Notre randonnée se poursuit par un petit chemin de terre où nous trouvons successivement plusieurs observatoires qui nous permettent d'admirer les paysages de l'intérieur de la réserve. Après 10 minutes de marche, nous  trouvons un embranchement à gauche qui nous conduira au poste de guet des Gantes. 

DSC_1009

De là,  nous avons une belle vue sur l'étang du Cortalet, un étang d'eau douce où, suivant l'époque de l'année, on peut observer différentes espèces de canards, des aréidés, des flamants roses et même des daims. Ces affûts,  facilitent l’observation, et permettent d’approcher la faune à loisir, principalement les oiseaux. 

DSC_1010
Nous poursuivons l'itinéraire droit devant, en observant les changements de végétation, au fur et à mesure qu'on approche de la plage. Au bout de 15 minutes, nous trouvons un autre poste de guet, qui nous permettra d'observer la lagune de la Massona, la plus grande et la plus profonde, avec un paysage de roseaux, marécages et terres salines.
DSC_1000
Le parc compte, au total 17 observatoires, le long de ses sentiers :  petits bungalows, cabanes en bois,  permettent d’observer les oiseaux, dans leur habitat naturel. 
DSC_1005
La plupart de ces photos ont été prises depuis ces postes d’observation aménagés, il y en a beaucoup dans le parc. Mais, bien sûr, la présence des animaux n’y est pas assurée. 
DSC_0990Postes d'observation.
Jusqu’à présent, 329 espèces d’oiseaux ont été citées, dont 82 nichent régulièrement entre les dunes du parc.

DSC_0995Quelques canard, dans l'eau, en train de brouter des herbes aquatiques.

Ce parc est  un refuge important pour les oiseaux migrateurs, tels que : flamants roses, cigognes, hibis noirs, tadorne de belon (mélange oie/canard), foulques royales, canards de toutes les espèces, héron cendrée, cormorans, caderneras, les merles, etc.  

DSC_1022
DSC_1021

Époque de l’année : Toute l’année, mais le meilleur moment se situe de mars à juin et de novembre à février.

DSC_1011
Après le parcours du Cortalet, nous nous rendrons au point de vue “Sennillosa“, (article suivant), pour bénéficier du plus beau panorama sur le Parc d'Aiguamolls, du haut d'une tour de silos de riz, de 22 m de haut.
DSC_1001