DSC_0620

Après la visite du village d'Eygallière, notre périple se poursuit, ensuite, dans la campagne environnante. Partout, ici dans les Alpilles, la nature transmet un sentiment de paix et de sérénité.

DSC_0613

A la sortie de de village d'Eygallière, nous prenons une petite route qui nous mène à la belle petite chapelle Saint-Sixte, un des symboles aussi de notre belle Provence ! Un petit arrêt s’imposait, ce jour-là, dans ce lieu de recueillement, où l’on peut sentir l’odeur des pins, des plantes aromatiques sauvages, avec en fond sonore, le chant des cigales qui nous accompagnent ! 

DSC_0624

Perchée sur un piton rocheux, cette chapelle, du XIIe siècle, est située sur un lieu de culte très ancien, à l'emplacement d'un sanctuaire antique. Jusqu’au XIX°, elle abritait une stèle païenne, en ré-emploi, servant de pied de bénitier. 

DSC_0617

Celle-ci témoignait d’un culte voué à l’eau. Sur la colline coulait, en effet, une source qui fut captée par la 6e légion romaine, qui l’achemina jusqu’à Arles, par un aqueduc souterrain. Elle constitue le point de départ de l’un des deux aqueducs qui alimentaient Arles sous le haut empire.

DSC_0621

Toute simple, de dimension modeste, la chapelle construite en moellons, est précédée d'un porche voûté, ouvert sur deux de ses côtés, ajouté lors de la restauration du XVIIème siècle.

DSC_0623

Ce porche a servi de poste de garde, lors de la transformation de la chapelle en lazaret et servit aussi de lieu de mise en quarantaine de personnes, pendant la période de la peste. 

DSC_0622

Le parvis offre un joli point de vue sur les alpilles et le village d'Eygalières.

DSC_0615

La chapelle Saint-Sixte est soutenue par de massifs contreforts et est surmontée d'un clocher-mur, à une seule baie. Elle est accolée à l’édifice d'un ermitage clos, remontant au XVII°. 

DSC_0630

L’intérieur, fait d'enduits colorés, présente une simple nef voûtée en berceau et terminée par une abside en cul de four. 

intérieur St Sixte

Un pèlerinage le mardi de Pâques se perpétue aujourd'hui encore en l'honneur du Pape Saint Sixte. Au son du galoubet et du tambourin, la procession démarre à l'église Saint Laurent, d'Eygalières,  pour se terminer à la chapelle Saint Sixte.

procession

L’on ne peut plus, malheureusement, visiter l’intérieur de toutes ces petites chapelles isolées, ou seulement aux heures des messes, car elles font souvent l’objet d’actes de vandalisme. Par contre on peut voir l'intérieur étonnant, de la chapelle Saint-Sixte, durant les journées du patrimoine.

DSC_0621

Du temps où un ermite y vivait en solitaire, des maraudeurs vinrent lui voler sa seule compagne, la cloche. Depuis, quand le fort mistral vient balayer la plaine, les vents soufflent silencieusement à travers le clocheton....

DSC_0626

Située dans un cadre naturel très agréable, au sommet d’un tertre rocheux planté de cyprès et d’amandiers, en fait une des images les plus véhiculées de la Provence "typique". La culture des amandiers fut, par ailleurs un temps, l’une des spécialités d’Eygalières.

DSC_0629

Elle est très souvent prise en photo, ou peinte par des artistes. Je n'ai pu résister, moi aussi, au plaisir d'immortaliser cette si jolie chapelle, sous la forme d’un joli poème, venant de notre amie Vette de Fonclare, que j'aime beaucoup : 

La chapelle d’Eygalières :

Sur la roche pelée, aride et désolée
Naquit une chapelle : un appel au secours
Pour extirper le mal horrible qui rongeait
Les âmes et les coeurs, toute vie alentour.

La statue de saint Sixte trônait dans l’oratoire
Qu’on avait fait jaillir pour terrasser la mort.
La campagne était blanche et le mal était noir
Qui corrompait , brûlait et lacérait les corps.

Bien que tout ait changé, la chapelle immuable
Est restée bien ancrée au sommet du rocher.
Sa rude silhouette est pour toujours semblable
A celle qu’on voyait au temps du roy René.

On n’y prie plus le Saint car le temps est passé
Où des pierres sacrées attiraient les fidèles.
Un peu lasse et penchée, et même un peu ridée,
Sous son vieux porche usé c’est une vieille belle. 

Poème de Vette de Fonclare.