DSC_0266

Carthagène (Cartagena),  est une ville qui offre au voyageur, dans chacun de ses coins, et chacune de ses rues et places, des témoignages monumentaux de sa splendide histoire, des civilisations qui y arrivèrent à travers sont port.

DSC_0355

Je vous emmène aujourd'hui, à la découverte de cette ville historique, hors du commun ! 

DSC_0318

DSC_0317

Possèdant de nombreuses traces de son passé romain, elle a de nombreux secrets à  nous dévoiler !

DSC_0319La Basilique en cours de rénovation

Située dans la région de Murcia, elle fut fondée par le carthaginois Hasdrubal le Beau, en 227 av.JC.

DSC_0389

DSC_0391

Port d’accroche de nombreuses civilisations, Carthagène témoigne de par ses nombreux monuments de sa riche Histoire.

DSC_0306

DSC_0382

Sous l’influence des Carthaginois, puis successivement des Romains d’Occident, d’Orient (Byzantins), des Maures, ce n’est que sous le règne des monarques d’Espagne que son destin fut scellé.

DSC_0303Anciennes arènes

DSC_0305

Elle allait devenir l’une des bases navales de défense les plus importantes d’Espagne.

DSC_0375

DSC_0380

DSC_0374Palais Consistorial.

DSC_0387

Le théatre romain de Carthago Nova : cet amphithéâtre construit sous l’empire d’Auguste, d'un diamètre de 87,6 mètres, possède une capacité de 7000 places et fait partie des plus grands monuments de l’Hispanie romaine !

DSC_0363

C’est depuis le château que vous pourrez redescendre la colline et avoir une vue sur le théâtre romain qu’il vous sera possible de visiter. 

DSC_0362

Celui-ci fut construit entre le Ve et le Ier siècle avant J.C. Le théâtre a été conçu avec une décoration ambitieuse : il semble que la plupart des œuvres aient été sculptées en marbre grec, dans les ateliers impériaux à Rome.

DSC_0264Détail du mur de scène.

C’est seulement en 1988 après des fouilles archéologiques que celui-ci a été découvert. La raison pour laquelle il n'y avait aucune preuve de l'existence du théâtre et que son existence est passée inaperçue pendant des siècles, c'est que le site où est présent le théâtre romain est l'un des rares endroits de la ville? où l'activité humaine a été constamment présente à travers l'histoire. Donc, plusieurs bâtiment furent construits au-dessus des vestiges du théâtre au fil du temps, jusqu'à le recouvrir complètement. Le meilleur exemple est la cathédrale de Carthagnène, qui est en partie superposée sur le théâtre. 

DSC_0361

Je n’ai eu l’occasion de le voir que de l’extérieur, ce qui est déjà très intéressant, vue du haut, rien que pour la belle vue sur la ville. Non loin se trouve également le musée du théâtre romain. 

DSC_0350

A côté de l'amphithéâtre romain nous trouvons les ruines de la l'ancienne cathédrale Santa maria la Vieja.

DSC_0371

Elle fut le siège du diocèse de Carthagène et fut située sur la colline de la Concepción dans le vieux quartier.

DSC_0366Ancienne cathédrale

Elle fut ruinée en 1939, quand les troupes du général Franco bombardèrent la ville lors de la guerre civile d'Espagne. (jamais reconstruite faute de moyens).

DSC_0265L'ancienne cathédrale incorporée dans le théâtre antique

La ville a un statut de port militaire qui entraîna, au cours du temps, la construction de fortifications.

DSC_0311

La muraille punique : site archéologique datant de l’IIIième siècle, il s’agit d’une des premières édifications des Carthaginois !

DSC_0307

DSC_0313

DSC_0308

La muraille de Charles III : Le roi Charles III d’Espagne fit construire cette muraille au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, suivant les canons de l’école espagnole de fortification bastionnée. Les meilleurs ingénieurs militaires de l’époque prirent part à la conception et à l’exécution de cette muraille. 

DSC_0267

Elle représenta l’élément fondamental du système défensif terrestre de l’arsenal et de la ville de Carthagène pendant une grande partie des XVIIIe et XIXe siècles, auquel il faut ajouter les châteaux, pour la défense du territoire, et les batteries côtières, pour la défense en mer.

  • DSC_0309

Le château : Dans les lieux à visiter à Carthagène : le château de la Conception. En 2001, il est revalorisé et devient un musée, le Centre d’interprétation de l’histoire de la ville. Il se situe sur la colline de la Concepción, qui comprend trois ensembles déclarés “Monuments historiques”: Château de la Concepción, la tour-lanterne du XVIe – XVIIe siècleset la porte de Antonelli. 

DSC_0268

Avant d’accéder au château, vous avez un parc gratuit d’où vous pourrez profiter de la meilleure vue sur Carthagène.

DSC_0356

DSC_0358

DSC_0367

Entre la richesse de son histoire antique, la multiplicité d’influences visibles dans la villede Cartagena et son lourd héritage militaire, la ville est désormais reconvertie, même si elle reste l’une des principales bases navales du pays.

DSC_0310

C'est avant tout un port industriel, de commerce, de pêche et de guerre avec des bateaux de tous styles qui se croisent à quelques encablures de la ville, 10 minutes à peine pour être dans les rues commerçantes du vieux Cartagena...

DSC_0381

Non loin du port, il y a des marins !

DSC_0378

La plupart des touristes semblent la bouder, et pourtant elle a beaucoup à offrir, même s’il vous faudra parfois être aventureux, et sortir des sentiers battus.

DSC_0384

Une étonnante surprise fut ces gigantesques ficus, (ou figuiers) étrangleurs. 

DSC_0263

C’est vrai ça, pourquoi est-il devenu un maudit étrangleur ce figuier qui pourrait pousser comme tout le monde, à même le sol ? Eh bien voilà, il a trouvé une technique bien à lui pour sortir la tête de l’eau. Ou plutôt sortir le bout de ses branches de la canopée.

DSC_0322Ficus gigantesques 

Vous n’êtes pas sans ignorer qu’une plante a besoin de lumière pour se développer. Et cette course à la lumière, dans les couverts denses des forêts tropicales, est une véritable compétition sans merci où les gros n’ont pas peur d’étouffer les petits. Les figuiers étrangleurs germent et grandissent sur un autre arbre qui sert de support.

DSC_0326

Le figuier étrangleur développe ensuite un réseau de racines qui descendent jusqu'au sol et s'y enracinent. Ces racines grossissent et se soudent entre elles et forment une sorte de cage qui finit par emprisonner l'arbre-support. 

DSC_0331

Comme la plupart des arbres doivent grossir toute leur vie, l'arbre-support finit par mourir, écrasé par les racines du figuier. À la mort du support, le réseau de racines est en général assez solide pour tenir tout seul et le figuier repose sur une enveloppe vide.

DSC_0337

Quelques photos significatives des monuments visibles, de la promiscuité de l'antique avec le moderne, du neuf et des ruines.

DSC_0262Le  forum romain.

C'est avec ces dernières que l'on prend acte de l'ampleur de la crise immobilière et financière en Espagne.

DSC_0315

Dans le centre ville historique il n'est pas une rue où un batiment qui n'est pas été détruit, par la guerre civile, de 1936-1939, et qui est devenu un terrain en friche, il n'est pas une artère où un immeuble à la façade caractéristique de Carthagène, qui ne soit pas complètement vide derrière, uniquement maintenu debout par des échaffaudages de soutainement. 

DSC_0320

Je ne parlerai pas non plus des magasins fermés, à vendre (se vende) ou à louer (se alquila).  

DSC_0396Marché médiéval.

Néanmoins un effort certain est entrepris pour essayer de faire cohabiter le style carthagénois classique, avec une évolution plus moderne, l'ancien et le nouveau. Une ville qui vaut le détour !