DSC_9294;

Ce n’est guère surprenant qu’en 1994, l’UNESCO ait déclaré l’Albaicín Patrimoine culturel de l'Humanité, en tant qu’extension du complexe monumental de l’Alhambra et du Generalife.

DSC_9220;

  Ce quartier de Grenade, offre aux visiteurs un héritage maure fabuleux. 

DSC_9291;L'Alhambra vue du Mirador Saint Nicolas

DSC_9299

Il est en effet perché sur une colline, depuis laquelle s’offre, à certains points comme le Mirador de San Nicolás, le panorama époustouflant de l’Alhambra contre les pics enneigés de la Sierra environnante.

DSC_9292;Groupe de musiciens au mirador Saint Nicolas

DSC_9293;

Nous entrons  dans le quartier par les souks : échoppes multicolores et bruyantes, palais cachés, petits patios fleuris, puis nous nous perdons dans les ruelles blanches.

DSC_9213;

Quel bonheur de se perdre dans le dédalle de ruelles escarpées et si typiques de ce quartier arabe, emblématique de Grenade. 

DSC_9189;

On a parfois l'impression de se retrouver dans la medina d'une ville du Maroc.

DSC_9205;

Nous nous arrêterons dans un bar à tapas, très bien achalandé.

DSC_9159;

Excellent repas de tapas variées et originales pour un prix très correct de 10 €  l'assiette, à volonté.

DSC_9172;

Le bourg de l’Albaicín atteint sa plus grande splendeur à l’époque dite «nasride» ; en 1494, le voyageur allemand Münzer a estimé sa population à environ 30 000 habitants.

DSC_9192;Déguisement dans les rues, le jour d'Halloween. 

Ses ruelles, toujours si étroites, serpentent sous des avant-toits, qui s’unissent les uns aux autres.

DSC_9202;

Les maisons sont petites, simples et austères à l’extérieur, mais gardent de vrais trésors à l’intérieur : de belles cours pleines de fleurs, d’arbres fruitiers et de bassins d’eau toujours courante.

DSC_9201;

Ce sont les célèbres «cármenes», qui témoignent du charme et du mystère de l’ancienne ville arabe.

DSC_9200;

Il faut marcher, lentement, sans hâte, avec les cinq sens en éveil, pour profiter, à chaque pas de la lumière, du son des ruisseaux et des fontaines, de la fraîcheur de la végétation luxuriante, ainsi que de l’histoire que vous raconteront ses remparts, ses ruelles en pierre, ses «aljibes», citernes souterraines centenaires, et ses murs enduits.

DSC_9214;

Il faut monter jusqu’au Alto Albaicín par la rue Santa Isabel la Real, où se trouve le monastère du même nom. Faites attention aux petits minibus, qui y circulent, en partageant la route avec les piétons.

DSC_9206;

Une fois arrivé au Camino Nuevo de San Nicolás, à quelques mètres sur la gauche vous pourrez monter jusqu’à la Placeta de San Nicolás, avec bancs et ombrages, où se trouve le mirador du même nom.

DSC_9357,

C'est l’une des meilleures vues de l’Alhambra, et du Generalife, encadrés par les sommets de la Sierra Nevada.

DSC_9359,

L’église de San Nicolás et l’actuelle Mosquée de l’Albaicín complèteront votre visite.

DSC_9219Eglise saint Nicolas

DSC_9298;La mosquée de l'Albaicin

Ce quartier est sportif à atteindre, (vallonné avec petits galets glissants), il nécessite d'être bien chaussé, mais si riche en histoire, et en points de vue, qu'il mérite l'effort.

DSC_9300;

 A ne pas manquer quand on se rend à Grenade !