DSC_7748;

Impossible de passer près de Madrid, sans visiter l’Escorial. 

DSC_7751

Cet incroyable monastère et palais royal du XVIème siècle, classé au patrimoine de l’Unesco, est situé sur un site d’une exceptionnelle beauté, la montagne Abantos, dans la sierra de Guadarrama.

DSC_7763;

DSC_7771;

Ce monument impressionne autant par sa puissance, la majesté de son architecture, que par le sentiment de sérénité qui s’en dégage.

DSC_7685;

DSC_7696;

Le monastère El Escorial fut construit à quelques kilomètres de Madrid, entre 1561 et 1584, par Philippe II, fils de Charles Quint, et héritier du royaume d’Espagne, de Naples, de Sicile, de Milan, des Pays-Bas et des Indes.

DSC_7695;

DSC_7747;

Lieu emblématique du « siècle d’or espagnol », El Escorial avait une double vocation.

DSC_7742;

DSC_7735;

C’était à la fois un édifice religieux accueillant : monastère, couvent, basilique, et un palais royal.

DSC_7739

DSC_7729

DSC_7741;

Il trouve ses origines dans la volonté de Philippe II de construire un lieu qui lui serve à la fois de retraite spirituelle et qui rende hommage à son père. 

DSC_7702;

En construisant l’Escorial et son caveau royal, Philippe II souhaitait ainsi offrir à son père une sépulture digne du grand Charles Quint. 

DSC_7705;

DSC_7703;

Partons à la rencontre de ce monument des Habsbourg hors du commun. 

DSC_7728

- La basilique : Difficile de rester insensible à ses voûtes impressionnantes, son élégante coupole, ses sculptures en bronze, ses magnifiques fresques murales peintes sur la voûte. Philippe II fit appel aux meilleurs architectes de l’époque.  

DSC_7718

DSC_7719

DSC_7720

DSC_7721

DSC_7725

- La magnifique bibliothèque du palais. Longue de 55 mètres et de 10 mètres de large, cette bibliothèque lumineuse se révèle au yeux du visiteur dans toute sa splendeur. La richesse de sa décoration avec son immense voûte peinte, son sol de marbre en damier et ses boiseries accueillant les précieux ouvrages, témoignent de l’importance que lui accordait Philippe II. 

DSC_7731

Les sept arts libéraux sont représentés sur les peintures. On y voit par exemple la représentation de la philosophie et de la théologie. Comportant plus de 40 000 textes, la bibliothèque étonne par sa diversité. Ainsi, aux ouvrages religieux et littéraires, s’ajoutent 4000 manuscrits arabes apportés sous Philippe III.

DSC_7733

- Le palais des Bourbons, plus récent que les appartements de la dynastie des Habsbourg. On y fit ainsi construire deux petits pavillons pour le prince et l’infant. Charles III y fit aménager des appartements pour accueillir la famille royale. Les nombreuses tapisseries de la Manufacture Royale de Santa Barbara, typiques de l’époque, et la décoration des pièces, nous transportent facilement au XVIIIème siècle.

 - Le palais des Habsbourg. La différence de décor est frappante. On pénètre dans la galerie des batailles où d’immenses fresques illustrent les victoires glorieuses de la dynastie. Se trouvent plus loin les chambres royales, dont la chambre de l’infante où l’on peut observer le jardin de la reine depuis les fenêtres. La chambre du roi, dans laquelle Philippe II mourut en 1598, avait été aménagée de manière à ce que le roi, même couché, puisse admirer le paysage à travers deux balcons et écouter la messe dans la basilique grâce à une ouverture donnant sur l’oratoire. 

DSC_7716

- Le panthéon royal :  En construisant l’Escorial, Philippe II souhaitait aussi offrir une sépulture grandiose à son père Charles Quint et aux futurs rois d’Espagne. Philippe II décédé, ce fut son successeur Philippe III qui entama les travaux du caveau royal. Philippe IV l’acheva. 

DSC_7711

De style baroque et de forme circulaire, le caveau surmonté d’une coupole, contraste avec le style du second caveau qui se trouve quelques mètres plus loin et qui accueillent les infants. Ce second caveau remonte au XIXème siècle. 

DSC_7712

Le caveau des rois impressionne par l’élégance de son architecture, les couleurs à la fois sombres et éclatantes du marbre et du bronze. Les dépouilles des monarques et de leurs épouses (seulement celles qui furent mères de roi), dominent les visiteurs depuis les sarcophages où elles résident. 

DSC_7713

- Les jardins royaux : je vous propose d’achever cette visite dans les délicieux jardins royaux qui entourent le palais. 

DSC_7732

DSC_7684;

DSC_7683;