DSC_1002

Nous avons décidé ce weekend de faire le tour du village des Baux de Provence. Cette balade, autour du vaisseau de pierre, capte et garde le soleil dans ses dentelles ciselées par l’érosion. 

DSC_6952

Elle offre au regard divers horizons verdoyants des Alpilles, et la variété d’une végétation méditerranéenne aux parfums typiquement provençaux. 

DSC_0998

Du parking, nous nous engageons,  à gauche sur le  chemin de Tremaïé, qui part dans le virage, en contrebas des vestiges du château médiéval des Baux.

DSC_6927

Ce sentier contourne, d’est en ouest les falaises, de la citadelle chargées d’histoire, qui abritent le château médiéval des Baux.

DSC_6920

Cette promenade nous entraîne d’abris troglodytiques, en vestiges de l’époque romaine.

DSC_1021

Au panneau ‘’Chapelle de Trémaïé’’ nous continuons sur le chemin pour contourner le village des Baux-de-Provence, l’un des plus beaux sites touristiques de France !

DSC_6921

Dans un cadre magnifique, au pied de l’éperon rocheux, où se dresse le château, nous prenons le temps de nous arrêter pour  observer le magnifique paysage qui se dévoile sous nos yeux. 

DSC_1003

Nous observons des oiseaux, redescendus des hauteurs, pour hiverner dans ces rochers.

DSC_6944

DSC_1016

Du chemin, nous contemplons la mosaïque de paysages, que le château des Baux surplombe depuis des siècles.

DSC_6919

Cette mosaïque est le résultat de l'homme, qui l'a façonnée à sa façon, par ses activités multiples. 

DSC_6931

Nous admirons la vue étendue qui s'offre à nous, jusqu'à l'Etang de Berre.

DSC_6949

Haies, oliveraies structurent la plaine qui est encerclée par Baumayrane au nord et les rochers d'Entreconque au sud.

DSC_1007

Un chemin paysan en contrebas, permet de tout savoir de la culture des arbres emblématiques des Alpilles, tels que les oliviers et les amandiers.

DSC_1001

L'hirondelle des rochers vit dans des milieux rocheux pouvant aller jusqu'à 2 000 m d'altitude, mais revient l'hiver à des massifs plus bas pour profiter de températures plus douces.

DSC_1013

DSC_1012

Contrairement à l'hirondelle que l'on croise plus souvent (au plumage blanc et noir), celle-ci est plutôt brune, avec un cou tâcheté. De petite taille, elle se manifeste très peu, ce qui la rend plus difficile à observer.

DSC_1023

DSC_1025

Nous arrivons, ensuite devant la chapelle de Trémaïé, avec son bas relief gallo-romain, sculpté dans un bloc de roche. Cette chapelle, qui date du XIXe siècle,  fut le lieu de pèlerinage pour bon nombre de chrétiens.

DSC_6928

Elle fut érigée en l'honneur de la stèle qui se trouve au-dessus de son toit, qui, selon la tradition chrétienne, représente les saintes Marie-Madeleine, MarieJacobé et Marie-Salomé débarquées aux Saintes-Maries-de-la Mer pour convertir la région.

DSC_1006

Il se dit qu'il s'agirait en fait de trois personnages romains, parmi lesquels figurent le général Caïus Marius ainsi que sa femme Julia, la tante de Jules César.

DSC_1005

Juste au niveau de la stèle des Gaïe à droite du sentier  les anciennes carrières à ciel ouvert. De ce lieu pittoresque on distingue jusqu'à la Montagne Sainte Victoire, du côté d'Aix, et l'Etang de Vaccarès, qui miroite sur l'ouest, avant que l'oeil ne distingue la ville d'Arles.

DSC_1018

DSC_6948

 Les pierres extraites des différentes carrières des Baux ont permis de bâtir  villes et villages des alentours.

DSC_6935

DSC_6954

Après une petite descente, nous arrivons à la Vierge noire des Baux-de-Provence, à l'ombre du rocher sur lequel est bâti le village.

DSC_1027

Cette statue, qui représente Sainte-Marie-des-Baux, a été érigée en 1860. Elle était, lors du pèlerinage du 25 mai aux Trémaïé, une halte nécessaire lorsque la procession faisait le tour complet du rocher des Baux. 

DSC_6967

Nous montons, ensuite, la calade, en direction du village historique des Baux-de-Provence, qui nous conduit à la porte de l'Eau, ou porte d'Eyguières. 

DSC_6970

Ici on passe sous le village coté Val d'Enfer. 

DSC_6969

Remontant  du Vallon de la Fontaine chargés d'eau , les Baussencs revenaient chez eux par la Porte d'Eyguières ( porte de l'eau ), en cheminant sur les caladons qui pavent le chemin. 

DSC_6975

DSC_1031

Les armoiries des Grimaldi , gravées en 1643 au fronton de la Porte d'Eyguières témoignent de la survivance de leur titre de Marquis des Baux , à ce jour purement honorifique. Cette porte fut l'unique entrée du village jusqu'en 1866.

DSC_6977

DSC_6978

Elle a conservé une partie de son système de défense " chemin de ronde percé de meurtrières et corps de garde ". 

DSC_6979

Nous rentrons enfin dans le village des Baux-de-Provence, qui va nous réserver encore de belles surprises, malgré nos précédentes visites (Suite du village, au prochain article).

DSC_6980