DSC_4951

Niché dans un vallon, au coeur de la forêt de Quénécan, l'ancien village sidérurgique des Forges des Salles, est un témoignage remarquable du passé industriel florissant de la Bretagne aux XVIIIe et XIXe siècles.

DSC_4881

Ce village sidérurgique placé au cœur d’une forêt de 3 000 hectares, qui a hébergé jusqu’à 110 personnes, une école, une chapelle, une cantine... possède une histoire très riche qui a marqué la région Centre-Bretagne. 

DSC_4882

Ce site vieux de près de quatre cent ans, a été bâti à cheval sur les Côtes-d’Armor et le Morbihan. 

DSC_4918

Situé au creux d’un vallon au cœur de la forêt de Quénécan, ce site est le témoignage de la vie industrielle florissante du 19ème siècle.

DSC_4941La maison des propriétaires du site, depuis de nombreuses générations.

Plus grosse forge à bois de Bretagne, grâce aux conditions idéales réunies pour cette activité, cette industrie faisait vivre plus de 600 personne à son apogée (19ème siècle).

DSC_4939

Les villageois rattachés aux Forges des Salles bénéficiaient de conditions sociales exceptionnelles que vous pourrez également découvrir à travers la visite.

DSC_4925

Au cœur des années 1850, au moment de l’âge d’or des Forges des Salles, 500 tonnes d’acier y étaient produites tous les ans et 110 personnes vivaient ensemble dans le village sur 3,5 ha.

DSC_4923

Une mini-société composée de forgerons, de contremaîtres, d’un maître des forges, de tenanciers de bar, d’une institutrice, d’un maréchal-ferrant, d’une infirmière… « Il n’y a que le cimetière qui n’était pas ici », relate Emmanuelle de Trogoff. 

DSC_4930

De Pâques à novembre, trois guides font découvrir aux visiteurs la vie des forges et ses particularités, sociales notamment. 

DSC_4966

"Ils avaient cent ans d’avance ici. Quand vous travailliez aux Forges, votre famille était logée gratuitement à vie. Le chauffage et l’école étaient aussi pris en charge..."

DSC_4909

" Et tout le monde avait une vache, une poule ainsi qu’un jardin potager ", nous raconte Emmanuelle de Trogoff, avant de poursuivre : " L’ascension sociale pouvait être incroyable : deux enfants de forgerons sont devenus maîtres des forges après avoir été formés au métier d’ingénieur ".

DSC_4919

Vaincues par la concurrence anglaise, les forges ont fermé en 1878, mais de nombreux habitants sont restés. « L’école est restée ouverte jusqu’en 1969 et le dernier habitant est parti en 1995 », relate la propriétaire.

DSC_4958

Il y a bien longtemps que la fonte en fusion ne sort plus des hauts-fourneaux des Forges des Salles à Perret. Pourtant, un siècle et demi après l’arrêt de l’activité sidérurgique sur place, l’histoire continue.

DSC_4946La chapelle des forges.

Car ils sont plus de 10 000 visiteurs à se presser, tous les ans, pour visiter un village qui fut autrefois entièrement dédié à la transformation du minerai de fer en acier.

DSC_4964

L’intérêt particulier de ce site, en plus de son histoire, et de son architecture, est son état de préservation exceptionnelle qui nous permet, en un peu plus de 2 heures, de comprendre le mode de vie et une part de l’histoire de nos ancêtres.

DSC_4941

Nous visiterons la rangée de onze habitations qui accueillaient les forgerons, mais également la cantine, la grande halle servant à entreposer le minerai, le lavoir ou encore le haut-fourneau.

DSC_4950

Le site bénéficie également de très jolis jardins qui en font un paysage incontournable de centre Bretagne. L'écrin de verdure de la forêt, les trois étangs qui entourent le village, l'unité des trentes bâtiments, tous restaurés, qui le composent, ses jardins en terrasses, en font un lieu de visite tout à fait original, dans un site exceptionnel.

DSC_4947

A proximité de sites tels que le lac de Guerlédan,  la Vallée des Saints ou encore l’Abbaye de Bon Repos, les Forges des Salles constituent une étape idéale de la visite de la région.

Tarifs : 5€/adulte, 3€/enfant (8 à 16 ans)