DSC_5154

Le soleil se couche tous les soirs, mais il y a certains endroits en Espagne, comme dans les marais de l'Odiel, en Andalousie, où cet astre, puissant, laisse sa plus belle empreinte. Le soleil, ce jour-là, nous a offert une lumière rougeoyante, pour des photos souvenirs remarquables, ce fut  un spectacle de toute beauté ! 

DSC_5133;

Je vous emmène voir ces marais, métamorphosés, aux couleurs dorées, pour notre plus grand plaisir !  Loin de la foule, nous avons attendu que le soleil se couche pour vivre un moment d'exception ! Dans cet environnement exceptionnel, ressemblant à notre Camargue,  le dépaysement est garanti !

DSC_5123

Situés à l'embouchure des rivières Tinto et Odiel, au sud de la province de Huelva, ils constituent l'une des plus importantes zones humides côtières de la péninsule ibérique, en raison de leur haute valeur écologique, et de leur biodiversité.

DSC_5131;

Ce magnifique paysage, et sa richesse ornithologique, lui ont valu d'être classé par l'UNESCO Réserve de la biosphère, en 1983. Le site, classé par ailleurs Zone de protection des oiseaux (ZEPA), est inclus, en tant que zone humide, dans la Convention de Ramsar.

DSC_5122;

La rencontre des eaux douces de la Sierra de Aracena, et de l’océan Atlantique salé a créé une mosaïque de paysages, dans laquelle canaux, lagons, marais salants, îles et forêts se mélangent, pour former un paradis authentique, en particulier pour de nombreux oiseaux aquatiques

DSC_5132;

Cette zone marécageuse, de plus de 7185 hectares, abrite en son sein les réserves naturelles des Marismas de Burro et d'Isla de Enmedio.

DSC_5155

Ce sont les zones les mieux conservées, où l'on peut contempler l'action des marées à travers le drainage et la création de plusieurs biotypes, comme les barrières de dunes et les marais.

DSC_5126

Nous traverserons la Réserve de la Biosphère, des Marais de l’Odiel, et sa mosaïque d’écosystèmes, sous un magnifique coucher de soleil. 

DSC_5127

 

Dans les écosystèmes sablonneux de la zone humide, la flore y est très riche. Y poussent :  le roseau palustres, la sabine noire, le chêne kermès, le lentisque le ciste, et le romarin.

DSC_5134

Une végétation palustre, composée principalement de joncs, massettes, et tamaris, se développe à la source des ruisseaux, et dans les marécages périphériques. Grâce à cette grande variété de plantes, le site constitue l'habitat idéal de plus de 200 espèces différentes.

DSC_5150;

Un paradis pour les ornithlogues ! La présence d'espèces rares, présentes en très grand nombre, s'explique par le fait que les marais de l'Odiel sont un passage obligé pour de nombreux oiseaux migrateurs. 

DSC_5125;

Ils accueillent une abondance impressionnante de nombreuses espèces d’oiseaux, qui  y trouvent les conditions idéales pour nidifier et élever leurs petits.

DSC_5138;

Plus de 285 espèces visibles tout au long de l’année sur les Marais de l’Odiel, avec des effectifs parfois très importants. Des milliers d'oiseaux aquatiques, y compris environ 2.000 flamants, s'y retrouve aussi en hiver. 

DSC_5108

Des espèces comme : la spatule blanche, le busard des roseaux, la huppe fasciée, le gravelot à collier interrompu, l’échasse blanche, la mésange huppée… mélangées avec des oiseaux migrants sur ce territoire pour passer l’hiver tels que le balbuzard pêcheur, le bécasseau cocorli, le canard pilet, le pluvier argenté, la barge rousse et la barge à queue noire, le gorgebleue…

DSC_5105

Ou d’autres oiseaux nicheurs comme le balbuzard pêcheur également, le guêpier d’Europe, le foulque à crête,  le busard cendré, le héron pourpré et le héron crabier,  ou l’énorme variété de limnicoles…

DSC_5102

En plus des oiseaux, on peut admirer des caméléons et des lynx.