DSC_4799

La ville médiévale de Niebla, proche de Séville et dans la province de Huelva, mérite que l'on s'y attarde. C’est une ville andalouse, tellement petite, que tout se fait à pied. Elle invite autant à la détente, qu’à la découverte historique, avec de nombreux vestiges.  Ici l’immersion est garantie !

 

DSC_4879

L ’occupation de Niebla remonte à l’époque romaine. La ville prit une grande importance durant le Moyen Âge. 

DSC_4801

De cette époque médiévale s'en est suivie la construction de fortifications de défense et de tours de gardes. 

DSC_4873

Ses ruelles toutes en pierre, sont chargées d’histoire.

DSC_4804

DSC_4824

Là, le visiteur ne peut qu'être émerveillé par l'harmonie subtile de ces lieux, au charme insoupçonné, où se conjuguent simultanément le passé et l'avenir. 

DSC_4815

Dans ce village andalou, inchangé depuis sa fondation, la tranquillité, le silence et l'histoire semblent avoir, comme par miracle, traversé le temps !

DSC_4851

Niebla a l’aspect des villes maghrébines fortifiées, ce qui est dû à l’échange d’influences culturelles entre les deux rives de la Méditerranée.

DSC_4828

Pour vous situer un peu, les fortifications, datant de l'époque mauresque, font  2  kilomètres de long, et sont dotée de 5 portes d’origine et de 46 tours.

DSC_4876

 

On pense que la plus grande partie de l’enceinte fut construite entre 1125 et 1130, lors de l’institution en Andalousie du « tatib », impôt levé pour la reconstruction de la muraille. En 1262, la ville fut conquise par les chrétiens. 

DSC_4812

La ville de Niebla a préservé un nombre remarquable de monuments de l'Antiquité, et de l'époque médiévale, comme son château.

DSC_4788

 L’Alcazar du Xe siècle fut remplacé au XVe par l’Alcazar de los Guzmanes ; il se dressait à l’angle nord de l’enceinte, le plus sécurisé. On peut monter sur ses remparts, pour jouir d'une vue imprenable sur la ville et les alentours.  La visite coûte 4.50 €. 

DSC_4802

Sans doute d’origine romaine, il ne fut transformé, en forteresse, qu’à l’époque mauresque, et renferme deux cours ouvertes. 

DSC_4788

Le musée de la torture installé dans le cachot, en bas, donne la chair de poule. On y trouve aussi l’office du tourisme.

DSC_4882

Ses murailles furent surmontées de merlons afin de renforcer le système défensif préexistant ; ils constituent l’élément le plus remarquable de l’emprunte islamique.

DSC_4880De nombreux orangers bordent les remparts.

Les murailles bénéficient au sud et à l’est de la défense naturelle du fleuve le Tinto. Au nord et à l’ouest, elles sont dotées d’un fossé et de tours défensives.

DSC_4881

L’ensemble comprend en tout 46 tours carrées et deux octogonales ; ces dernières sont des tours massives arasées au niveau du chemin de ronde, héritage de l’architecture califale. La muraille est percée de cinq portes d'accès et des poternes, de facture islamique.

DSC_4808

La ville recèle, aussi, bien d'autres trésors comme ses églises.

DSC_4823

L’église de San Martin : située au niveau de la Puerta del Socorro, principale porte d’accès à la vieille ville.

DSC_4819

 De style gothico-mudéjare, elle est scindée en deux sur la place.

DSC_4818

Une autre merveille que nous découvrirons lors de notre visite est l’église de Santa Maria de Granada. Dominant le centre de la place de Santa Maria, cette magnifique église était à l’origine une cathédrale wisigothique. 

DSC_4829

Elle devient au IXe s. une mosquée, puis au XVe s. une église de style gothico-mudéjar. 

DSC_4848

Une vraie pause dans le temps, qui permet ensuite de faire une ballade au fil de l’eau en passant le pont.

DSC_4795

L'Andalousie regorge de petits bijous, comme cette petite cité médiévale, un périple unique à travers des paysages naturels et un patrimoine culturel et architectural, d'une remarquable diversité.