DSC_1496;

Il existe plusieurs sites, dans les Pyrénées Orientales, où l'on peut voir des cabanes de pêcheurs traditionnelles, mais l'endroit le plus grand est le village de pêcheurs de l'étang de Canet. 

DSC_1585;

Entre mer et étang, ces "paillottes"  posées sur une lande aménagée, permettent une promenade en pleine nature. 

DSC_1484;

DSC_1575;

Pour y aller c'est très simple, il suffit de prendre la route allant de Canet à St Cyprien, et on  voit les cabanes de pêcheurs, à quelques mètres de la route. Il y a un petit parking pour se garer et le site se visite à pied.

DSC_1476

Entre mer et étang, avec les Pyrénées et le Mont Canigou en fond de carte postale, c'est une image inoubliable que de photographier ce site.

DSC_1485;Le Mont Canigou qui se reflète dans les eaux de l'étang de Canet

DSC_1581;

Si vous venez au printemps et que le Canigou est enneigé ou bien s'il est un peu ennuagé, au coucher de soleil, et se mire dans les eaux de l'étang, vous aurez l'un des plus beaux souvenirs de la région !

DSC_1576

La pêche a modelé l'activité humaine du littoral, ce qui est évident, mais c'est dans le Nord des Pyrénées-Orientales qu'elle a eu le plus d'impacts.

DSC_1498;

 Les pêcheurs se sont installés progressivement en bord de mer, créant une nouvelle ville : Le Bacarès.

DSC_1490;

Les pêcheurs travaillaient avec des barques traditionnelles, et devaient entreposer leurs matériels sur place. Pour éviter la manutention quotidienne, ils ont donc construit des abris pour cet usage. La pêche sur les étangs de Canet et Salses a été pratiquée depuis fort longtemps. 

DSC_1483;

Les premières traces de cette activité datent de 1265. Le principal étang était bien sûr le plus exploité, celui de Salses. Celui de Canet était lui aussi utilisé couramment, et plus curieusement il y en avait un à Bages, au Sud de Perpignan, qui était aussi un village de pêcheurs.

DSC_1489;

Ce petit village de pêcheurs est superbe, on peut y voir des vielles coques par ci par là que le temps a patiné.  

DSC_1496;

Les  cabanes de pêcheurs sont de nos jours des éléments du patrimoine local. Elles sont faites en sanils, des roseaux marins qui pullulent dans les étangs. Les murs forment une pièce rectangulaire d'à peu près 20m2, le toit, est en sanil aussi, et monte assez haut.

DSC_1500;

Elles sont quasiment toujours orientés de façon à avoir le moins de prise au vent possible, et elles étaient souvent entourées d'un petit enclos.

DSC_1488;

L'utilisation de sanil est particulièrement judicieux : C'est bien sûr un matériau disponible, facile à travailler, souple, et surtout étanche. Cette dernière caractéristique permet, en plus d'être à l'abri de la pluie, de conserver la fraicheur de la nuit durant la journée.

DSC_1487;

Plus fraiche, la cabane est moins sujette à l'incendie. Il faut dire qu'en plus d'être des lieux de stockage, elles servaient parfois d'habitation, donc elles étaient équipées de cheminées. Certaines de ces cabanes de l'étang de Canet disposent encore de cette cheminée.

DSC_1501;

Il existe quelques cabanes de pêcheurs réhabilitées dans la région. Les plus connues sont celles de l'étang de Canet, elles ont été refaites en 1993 après destruction des 11 cabanes en tôles ondulées qui existaient. Un parcours pédestre de deux kilomètres et demi a été aménagé pour les découvrir. 

DSC_1481

Il faut savoir qu'elles sont toujours utilisées de nos jours par quelques pêcheurs locaux qui exercent leurs activités en été, ramenant une quarantaine de tonnes d'anguilles. L'une d'elle sert d'accueil du public.

DSC_1479

 

La saison du printemps se prête  à l'arrivée des flamants roses, que l'on pourra observer avec une bonne paire de jumelle. On aime aussi y aller pour méditer, loin des foules. Ce sentier le long de l'étang de Canet est franchement super ! 

DSC_1573;

Belle ballade avec une vue splendide sur le lac d’un côté, la Méditerranée de l’autre, l'image flamboyante du Mont Canigou,  en toile de fond, des camaïeu de bleus que tout photographe appréciera. A voir absolument au coucher du soleil, c'est sublime !