DSC_1620;

Le littoral narbonnais regorge de belles balades, à fleur de mer et d'étangs.

DSC_1672;

En voici une facile et douce, que nous avons faite, dans une ancienne saline de Peyriac-de-Mer, un petit territoire entre terre et eau. 

DSC_1609

C'est une promenade bucolique, dans un environnement protégé, et sauvage, au milieu d'une ancienne saline. (voir différents parcours sur le plan).

DSC_1608;

Cette étape mérite très largement un détour, avec traversée des étangs de Bages-Sigean, l'étang du Doul et la Saline.

DSC_1610;

Nous aurons la chance de trouver, à proximité de la ville de Peyriac-de-Mer, au stade, une aire de camping car, pour notre bivouac nocturne (5 €).

DSC_1616;

La municipalité a très intelligemment fait construire une promenade à fleur d’étangs, avec passages sur des passerelles sur pilotis, ceci afin de mettre en avant son patrimoine lagunaire et son passé lié à la récolte du sel.

DSC_1617;

Petite histoire de la saline :

Les Peyriaquois (les gens de Peyriac-de-Mer), ont construit les salins vers 1600. C'est Henri IV qui a donné l'autorisation d'exploiter le sel. 

DSC_1613;

Les artisans ont creusé avec des pelles, pour retirer la vase. Ils ont mis au fond 50 cm d'argile imperméable pour que l'eau ne parte pas dans le sable, et que les saletés restent au fond de la terre sinon elles auraient pu salir le sel. 

DSC_1614;

L'eau rentrait dans les salines par le canal, puis arrivait dans le Doul. On ouvrait les vannes, pour que l'eau se jete dans la saline.

DSC_1630;

Quand l'eau s'évaporait, le niveau de l'eau baissait, on ouvrait à nouveau les vannes. L'eau passait dans les différents bassins. 

DSC_1626

Les sauniers qui récoltaient le sel, les Peyriaquois, étaient appelés avec une cloche. La saline était gardée par un gardien. 

DSC_1692

Le sel était mis dans une grange qui s'appelait la salorge. 

DSC_1603

C'était le roi et l' Etat qui vendaient le sel.

DSC_1633;

Les cabanes et les pontons ont été fabriqués en 1957 avec de profondes fondations .

DSC_1638;

On a cessé d'exploiter la saline en 1960, parce qu'il n'y avait plus de quoi payer les sauniers, la saline était petite, 40 hectares, elle n'était plus rentable. 

DSC_1612

A cette époque, le sel était  important, parce qu' on se servait du sel, pour conserver les aliments, et pour payer la gabelle.  

DSC_1654;

Cette promenade, très agréable en soi, est un prélude à un tour qui offre une vue incroyable sur les alentours, les étangs et la saline de Peyriac-de-Mer. 

DSC_1677

DSC_1682

Le site est juste magnifique, une promenade sur le ponton est un must, inutile de faire des km, vous marchez au milieu de l'eau. 

DSC_1680

Je ne saurais vraiment définir mon impression, mais je suis toujours envahie par un sentiment de calme dans ces endroits là. 

DSC_1679

Peut-être, est-ce le fait de marcher longuement sur les caillebotis.

DSC_1619

Car je crois que le clapotis de l’eau sous les pieds procure une bien agréable sensation de bien être.

DSC_1650

Les anciens marais salants sont devenus une réserve pour la faune sauvage, notamment des flamants roses, et des cigognes. Sinon, on rencontre bien évidemment des goélands, cormorans, mouettes et quelques hérons également.

DSC_1662;Des cigognes

La nature autour de la Saline et l’Étang du Doul se compose de garrigue odorante, come le thym et le romarin. Les marais, emplis de salicorne, qui entourent les étangs, sont une zone protégée de nidification.

DSC_1639;

La visite s'effectue sur des pontons et dure 2 heures et demi. Cette petite randonnée est à faire absolument, si vous passez dans la région. 🙂

DSC_1643;

J’étais déjà très épris de cette région et de ce fantastique département qu’est l’Aude, voici encore une balade supplémentaire, qui vient confirmer tout le bien que génère cet endroit en moi, à chaque visite.