DSC_8301

Dans la région, on trouve de nombreux aménagements élaborés à même la roche, ou des espaces plus sommaires taillés dans des grottes, dont l'occupation remonte à la préhistoire et a duré jusqu'au XVIè siècle. Dans ce reportage je vais vous parler des Grottes de Bérigoule, qui abritent de nombreuses galeries, que nous avons visitées le weekend dernier, un des hauts lieux du martyr des Vaudois. Nous en visiterons 5, de la plus petite, un simple « boyau » ou il faut s’accroupir pour y pénétrer, à la plus « confortable », relativement spacieuse, et dont l’entrée est précédée d’un jardin abrité des regards extérieurs. 

DSC_8348

Ce vaste et profond réseau de galeries, dans un affleurement calcaire, est situé à quelques kilomètres au nord de Murs, dans une combe du même nom. Pour s’y rendre prendre la route de Murs, en direction de Sault, passer les hameaux de Beillons et des Sautarels, et prendre sur la gauche une piste de terre qui s'enfonce dans les bois, et qui suit le fond de la combe (carte au 1 :25 000ème, St Saturnin les Apt.).

DSC_8232

Au bout de 500 m, la piste longe la barre rocheuse, où se trouvent les grottes, qui ont servi autrefois d'abris aux Vaudois.

DSC_8236On aperçoit au fond la barre rocheuse.

DSC_8242

Quelques sentes, sur la droite de la piste (non indiquées), permettent de grimper à l’entrée des grottes. Nous éprouverons un peu de difficultés à trouver les fameuses grottes, tant notre descriptif et la carte IGN manquent de précisions.

DSC_8246

Le réseau souterrain étant assez étendu et le site ayant été laissé dans son état naturel, il convient de prendre toutes les précautions avant d’en entamer l’exploration (pas conseillé aux jeunes enfants). Une randonnée qui se mérite car il fait se frayer un chemin, pour arriver en haut de la barre rocheuse, au milieu d'une végétation touffue de buis et  de bois de chênes.

DSC_8277

Se munir de plusieurs lampes, car à l'intérieur il n'y a aucune lumière. Quelques passages sont de petites dimensions et obligent à ramper sur de courtes distances, ensuite les boyaux s'élargissent et permettent de circuler debout avec prudence. A l'intérieur des grottes, on y découvre des concrétions importantes, des plafonds couverts de gouttelettes scintillantes sous l'éclairage des lampes, des chauvesouris...  

DSC_8287

La première grotte présente un boyau (longue galerie relativement étroite et basse),  sur la gauche dont on peut faire le tour, en sortant par le passage situé en face de l’entrée. Petite cavité horizontale présentant un couloir principal au sol argileux entrecoupé d'un passage large mais très bas, et une galerie adjacente très étroite. Arrêt sur un passage très étroit, mais difficilement franchissable, en raison des branchages.  

DSC_8253

Il est avéré que les collines de Murs étaient habitées dès le Paléolithique moyen. Ce site aurait été occupé  il y a environ 75 à 80 000 ans. Cette implantation importante semble liée au gisement de silex de Murs, l’un des plus importants du Vaucluse. Le nombre de pointes de flèche, grattoirs et autres haches de silex est tel que certains préhistoriens pensent que le site de Murs devait alimenter en silex toute la Provence occidentale.

DSC_8251

 

DSC_8259

DSC_8264

La deuxième grotte présente un trou au fond à gauche, petit passage qui permet de déboucher sur plusieurs grandes salles. L'ouverture à l'entrée de la grotte, mesure 4,5 mètres de large, pour une hauteur de 3,2 mètres. 

DSC_8303

DSC_8271

Une deuxième ouverture située à l'intérieur de la grotte a été formée après l'effondrement du toit.

DSC_8275

DSC_8276

DSC_8296

DSC_8299

- La troisième grotte est une baume protégée à l’entrée par un mur d’enclos.

DSC_8267

DSC_8308

DSC_8310

- La quatrième grotte très grande, dont une partie de la voute centrale est effondrée, possède deux niveaux. Plusieurs piliers sur le flanc de la falaise forment un joli réseau de tunnels naturels. Le contraste entre le vert de la nature  et celui du gris des grottes, nous en met plein les yeux.

DSC_8315

Dans ces anciennes grottes, la forêt peu à peu reprend ses droits. La beauté pittoresque et sauvage de ces grottes, réside dans le fait que le site a été créé par la nature, au temps où la mer recouvrait la Provence.

DSC_8317

Dans la nature, vous avez sûrement déjà vu des arbres accrochés à une paroi rocheuse verticale. Dans ces conditions difficiles, ils doivent faire preuve d'adaptation pour survivre. Où trouvent-ils leurs ressources ?

DSC_8277

Il faut savoir que les arbres  poussent toujours verticalement, quel que soit la position de départ du bourgeon. Le plus souvent, l'arbre reste de petite taille dans ces mauvaises conditions. Il aura davantage de branches et des feuilles plus petites. Il les perdra plus souvent pour réduire ses besoins en eau. Au final, on obtient un arbuste rachitique et recourbé, de style " bonsaï "

DSC_8331

- La cinquième grotte, plus petite est constituée de plusieurs petits orifices communiquant entre eux par des boyaux.

DSC_8336

DSC_8338

DSC_8342

Ces grottes doivent leur célébrité à un épisode tragique de notre histoire. Depuis 1540 en effet, les seigneurs et évêques de Provence ont entamé une guerre contre les vaudois du Luberon, considérés comme hérétiques. En avril 1545, vingt-deux villages dont Mérindol et Cabrières d’Avignon seront incendiés. 

DSC_8291

Fuyant les massacres de Cabrières et de Lacoste, vingt-cinq femmes et enfants vaudois fuient vers Murs, où la population est depuis longtemps acquise aux vaudois, le curé lui-même s’est déclaré vaudois et la ferme de la Bérarde abrite depuis le XVème siècle la famille Serre, grande famille vaudoise. 

DSC_8299

Ils trouvent refuge dans les grottes de Bérigoule, au nord du village. Dans la semaine du 20 au 27 avril, le capitaine Mormoiron, représentant du vice-légat du pape Clément VII, à Avignon, apprend la présence de vaudois dans les grottes de Murs.

 

DSC_8317

 

Devant l’entrée des grottes, il ordonne des décharges de mousquets, mais personne ne sort. Il allume alors un feu pour enfumer les pillards qui mourront tous étouffés. Les traces de suies sont encore visibles sur les parois des grottes et sur le sol. 

 

DSC_8274

Leur mission accomplie, les soldats de Mormoiron quitteront le village non sans avoir décimé les troupeaux paissant autour du village. 

DSC_8330

En représailles, les habitants de Murs, multiplieront les attaques contre les catholiques à Malaucène, Carpentras, Joucas et ce jusqu’à la fin des guerres de religion en 1595.

DSC_8337

Le retour se fait d’abord par une vieille piste bordée de murs de soutènement, direction Murs avant d’apercevoir le chêne pluri-centenaire, qui se trouve juste en dessous du village.  Une journée bien remplie généreusement baignée par le soleil 

DSC_8171Murs.

DSC_8227Le vieux chêne pluri-centenaire en dessous du village.

DSC_8224Circonférence de son tronc : 6,80 mètres. Hauteur : 24 mètres. Frondaison de 34 m.

Il y a beaucoup à voir dans notre région du Luberon,  un régal pour les amateurs de promenades au grand air et de jolis villages ! Merci d'avance pour vos commentaires, qui font toujours plaisir ! A bientôt. 

Pour en savoir plus sur le Luberon :

Office de Tourisme Luberon Cœur de Provence

Laissez-vous tenter par le Luberon. Des villes et villages perchés à la vue incroyable, dont Gordes, l'un des plus beaux villages de France, des sentiers d'itinérance de toute beauté, un patrimoine historique remarquable et une gastronomie reconnue ...

http://www.luberoncoeurdeprovence.com