DSC_7718

Avant d'attaquer la visite du fort, et des impressionnantes falaises de Buoux, nous nous dirigeons vers le petit village médiéval du même nom, situé dans la vallée étroite de l’Aiguebrun, en plein cœur du Parc naturel du Luberon. 

DSC_7747L'entrée du village avec son vieux panneau authentique.

Qu'ils soient perchés, à flanc de coline, ou lovés dans un écrin de verdure, les villages typiques du Luberon, valent à eux seuls un voyage en Provence. 

DSC_7714

A 8 km au sud d’Apt, le vieux village fortifié  de Buoux est plein de charme, et très bien restauré !  Il fut détruit au XVIIe siècle puis reconstruit sur un versant du vallon de la Loube. 

DSC_7791La ville d'Apt, dans la plaine et le Mont Ventoux en fond de décor.

Le territoire du Buoux est, pour l’essentiel, constitué d’une véritable forteresse naturelle, avec un éperon escarpé, détaché du plateau des Claparèdes. C’est tout naturellement au sommet de cette plate-forme qu’a été construit le célèbre fort de Buoux. En 1540 il devient alors le lieu de résistance pour les Vaudois, jusqu’à son démantèlement sous Louis XIV en 1660, qui fera détruire les fortifications du village.

DSC_7794

 

DSC_7799Le fort Buoux perché sur son piton rocheux.

Partir à leur découverte, est toujours une expérience extraordinaire ! Nous garons notre voiture en contrebas du village et admirons au passage les beaux arbres fruitiers. 

DSC_7702

Il y avait des milliers de fleurs sur les branches, il y en avait tellement que j'ai eu bien du mal à choisir celles que j'allais photographier. Sous les arbres, les pétales tombaient, à cause du vent, et nous faisaient croire à des confettis. Comment ne pas être enthousiasmé, au moment où la nature se réveille, après un long hiver.  

DSC_7700Arbres fruitiers, en fleurs, aux abords du parking.

Le village actuel, d’une petite centaine d’habitants, est positionné au pied d'une falaise, dans la vallée agricole.

DSC_7712

Connu pour ses fromages de chèvre, c’est surtout pour ses activités sportives que le village de Buoux est maintenant connu, comme : l’escalade, avec un spot remarquable (la falaise de molasse est l’un des sites d’escalade les plus réputés de France), la randonnée, (visite du fort, avec vue imprenable), et le cyclisme sous toutes ses formes...

DSC_7793Falaise de Buoux et site d'escalade.

De par sa situation géographique, le petit village rural et pastoral, de Buoux, a joué un rôle défensif naturel depuis la préhistoire. 

DSC_7706

Il était au carrefour de deux voies de passage, millénaires, qui allaient d'Aix-en-Provence à Apt, jusqu'à ce que la route de la combe de Lourmarin obtienne son tracé actuel.

DSC_7713Ruelles pavées, descendant dans le village, église au 1er plan.

DSC_7711

Entre les maisons en pierre, les ruelles pavées, la petite église provençale et les belles bastides, du 17e siècle, tout semble être figé, comme au temps du Moyen âge. L'église, du XVIIIe siècle, abrite un autel des premiers siècles du christianisme. 

DSC_7802Joli lavoir, avec fontaine à l'entrée du village.

Flâner dans ces ruelles en inventant des histoires, écouter le bruit de l'eau qui coule des fontaines, admirer les arbres en fleurs,  prendre des photos, encore une belle découverte !

DSC_7709

Les belles bastides, entourées de leur domaine agricole (lavande, arbres fruitiers et chênes truffiers),  appartenaient à de riches protestants.

DSC_7717

Entretenues et restaurées avec soin, elles donnent beaucoup de cachet au village. 

DSC_7745

A Buoux, avec ses allées de cyprès et ses murs ocres, on se croirait presque en Toscane.

DSC_7719

DSC_7720

Ici, même avant la belle saison, on profite de l’art de vivre à la provençale. Sur un terre-plein du village, ont lieux des parties endiablées de pétanque. La pétanque n'est pas qu'un simple jeu de boules et d'adresse. 

boule

C'est aussi et surtout le sport de l'amitié et de la convivialité, avec de gais compagnons, parfois un peu râleurs, certes et parfois même un peu mauvais joueurs, oui, peut-être aussi. Mais avouons que c'est tout cela qui fait tout le charme de ce jeu !

DSC_7792

Nous poursuivons notre randonnée sur une colline, à laquelle s'adosse le village de Buoux. Nous montons par la calade, qui passe devant l’église paroissiale, jusqu’au plateau, en passant devant un oratoire. 

DSC_7726

La petite église romane Sainte-Marie, dont la façade est enduite à la chaux, et couverte de lauzes. Elle servait de lieu de culte, à une population nombreuse, mais disséminée sur le plateau. Elle est bâtie dans l'enceinte d'un cimetière, qu'entoure un muret de pierres, et une agréable forêt ombragée.  

DSC_7724

Jusqu’au XIXè siècle les habitants étaient enterrés autour de l’église. C’était, avant l'implantation de la petite agglomération actuelle (vers 1660). Sa situation isolée, en pleine campagne, à l'heure actuelle, peut apparaître vraiment insolite ! Le lieu de culte correspondant alors aux besoins du château voisin et d’une population rurale dispersée. 

DSC_7733

L'édifice, du XIIe siècle, est d’une sobre élégance architecturale : couverture en dalles imbriquées, clocher-mur à deux baies inégales, nef unique, abside voûtée en cul-de-four, portail plein cintre en bel appareil. 

DSC_7727

L’autel de pierre est surmonté d’un retable à pilastres cannelés.  L’architrave porte encore l’inscription lapidaire, médiévale : "Sancta Maria de Buolis O.M.". Ce retable servait autrefois d’encadrement au tableau de la Vierge Marie.

DSC_7730
Nous ne manquerons pas de faire un tour dans le vieux cimetière et le nouveau cimetière surélevé. Il reste quelques tombes, à même la terre, posée sur des dalles de pierres. Cet espace de paix et de repos mérite le silence, pour ceux qui ont contribué à la vie quotidienne, du paisible village de Buoux. 

DSC_7735

La visite de cette chapelle, est très particulière car  il n'y a rien de plus émouvant que l'usure du temps sur la pierre (comme ces vieilles tombes noircies par le temps), pour faire parler l'histoire. 

DSC_7725

Nous étions seuls et ce coin de verdure nous semblait presque offert tant le calme semblait y régner en permanence.

DSC_7738

En poursuivant notre balade, au carrefour à droite, on trouve l’ancien château seigneurial de Buoux, qui est devenu "château de l’environnement", et propriété du parc naturel régional du Lubéron. « En 1418, c’est Béranger de Forcalquier qui remet pour services rendus, le château, le village, à Mr Lancelot de Pontevès. Dès lors, la seigneurie de Buoux appartient à la branche des Pontevès.  Les tours et les remparts datent du XIIIe siècle, la façade de l'époque renaissance. Le château a été transformé au XVIIè siècle (plus de fossés, plus d’enceinte, ni de tourelles), mais inachevé puisque la toiture de l’aile droite n’a jamais été posée. Classé monument historique, il constitue un site privilégié, dans un cadre exceptionnel. Il accueille des enfants pour une découverte active, et intense du milieu naturel et du patrimoine local. Dans ce lieu idyllique et préservé, dédié à l’éducation de l’environnement, les enfants se reconnectent à la nature, accompagnés par des intervenants qualifiés. Il est possible de louer une partie de cet imposant bâtiment, qui offre des chambres simples pour 2 ou 4 personnes, et quelques salles destinées aux activités, et au repas.  

DSC_7796

Proche du château de l'environnement, sur un espace de quelques mètres, on trouve de drôles de formes, tels que ces boulets de canon. Ce sont des sphères de 10 à 50 cm de diamètre, régulières, compactes, enchâssées dans la molasse grise, de la falaise. Plus carbonatées que les autres, plus résistants à l’érosion, elles sortent peu à peu de leur support, finiront sans peut-être par s’en détacher et rouleront au bas de la pente. 

DSC_7803

Ces boules sont créés par cimentation de sable, de limon, et par de la calcite. Cette masse calcaire a subi, et continue à subir une importante érosion hydraulique. Ce qui frappe sur ce plateau, c'est l'abondance de l'eau qui coule dans les sentiers et des falaises. 

DSC_7797Boulets de canon enchâssés dans la mollasse.

On a la même chose dans le cas des boules de Saint-André-de-Rosans (Hautes-Alpes),  phénomène différent mais comparable. A l'Abbaye de Valsaintes, dans les Alpes de Haute Provence, on trouve aussi ce genre d'oeufs, appelés boulinettes, composés de gré sous-marins, et âgés de 110 millions d’années.

DSC_7798Boulinettes à l'Abbaye de Valsaintes. 

A voir dans la commune le prieuré de Saint-Symphorien, ancienne dépendance de l'abbaye St Victor de Marseille qui possède une chapelle romane.  La chapelle  se détache sur le vert sombre des pentes du Lubéron. Le campanile du XIIe siècle qui s'élève à vingt cinq mètres, au dessus des bâtiments, servait à la fois de clocher et de tour de guet, de par sa position, le long de la route de Marseille, et en bordure d'un vallon. 

DSC_7795

Le vieux village perché, de Buoux, et ses alentours, où se trouvent notamment les ruines du Fort du même nom, méritent tout particulièrement votre visite. Il peut faire l’objet, même, d’une belle escapade, lors d’un week-end. 

DSC_7743

En remontant en direction de Apt, à quelques kilomètres du village de Buoux, nous découvrons au détour d'une route de campagne, une autre belle chapelle, au milieu des cerisiers et cyprés : la chapelle St Martian.

DSC_7750

Plusieurs miracles sont attribués à Saint Martian, notamment la résurrection d'un jeune aptésien décédé (Apt). Vivant de mendicité et de dons, lui et l'un de ses frères allaient un jour récolter des fonds sur la route de Buoux, lorsque Martian eut un malaise et mourut sur un rocher.

DSC_7752

La légende raconte que les cloches sonnèrent toutes seules pour annoncer sa mort, et que le corps fut entouré de lumière mais ne put être décollé, sauf en présence de l'évêque. Il fut inhumé dans la cathédrale d'Apt où ses reliques sont depuis lors conservées. Le rocher (à l'intérieur de l'église), est toujours vénéré, et on raconte que les enfants qui y étaient déposés guérissaient de la fièvre. C'est autour de ce rocher que fut construite la chapelle en 1660.

DSC_7758Chapelle prise au coucher du soleil.

La chapelle est entourée d'un mur de pierres et d'un agréable espace de verdure, avec une imposante croix.

DSC_7755

Couverte d'un toit de tuiles et surmontée d'un clocher, elle abrite une voûte en berceau. Derrière l'autel, on peut voir un pan du rocher vénéré, muni d'un escalier.

autel chapelle st massianDerrière l'autel, quelques marches donnant accès au rocher vénéré, émergeant de la colline.

Au-dessus de la porte, une pierre taillée, en forme de blason, porte l'étonnante devise suivante : "1660 Tout par force", date probable de sa construction.

DSC_7753Blason avec devise : "Tout par force".

Sur la route nous menant à Apt, nous traversons le plateau des Claparèdes, (prochain billet),  avec de beaux champs de cerisiers en fleurs, des champs de lavande et des cyprés aux abords des belles bastides.  

DSC_7789Cerisiers du plateau des Claparèdes, à la tombée de la nuit.

Cette promenade, hors du temps,  dans un endroit remarquable, fut une belle découverte ! C'est toujours un plaisir de faire le plein de lumière, de couleurs et de l'ambiance authentique, qui règne dans ces petits villages.

DSC_7790

Sans le vouloir, nous étions arrivés à l'heure parfaite pour découvrir cet endroit. Une fois que nous avons fini notre promenade, impossible de partir avant de voir le coucher du soleil. À ce moment de la journée, le ciel avait viré au jaune/oranger, nous sommes sont restés longtemps contempler à contempler ce paysage aux petits airs de Toscane.   

DSC_7761Allée de cyprés menant à une belle bastide, dans la région d'Apt.

J'emportais avec moi les images de ce paysage incroyable, mais ce que ma mémoire a conservé de ce moment passé là-bas, ce n'est que la sensation d'avoir pris part à un véritable spectacle de la nature ! Le fait de vivre dans une région, où le décor est propice à l'évasion, me facilite grandement la tâche, mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est apprécier à leur juste valeur, ces instants somme toute ordinaires, (comme ce coucher de soleil).

DSC_7762

Vous souhaitez en savoir plus sur le Luberon, je vous invite à suivre ce lien :

Office de Tourisme Luberon Cœur de Provence

Laissez-vous tenter par le Luberon. Des villes et villages perchés à la vue incroyable, dont Gordes, l'un des plus beaux villages de France, des sentiers d'itinérance de toute beauté, un patrimoine historique remarquable et une gastronomie reconnue ...

http://www.luberoncoeurdeprovence.com

Merci à vous de passer régulièrement sur mon site et pour vos commentaires forts sympathiques, qui me motivent. A bientôt !