DSC_6769

Lorsque l'on se promène dans le Luberon, on parcourt des territoires de chênes, de garrigues, de pins, dont l'aspect sauvage contraste avec l'agriculture bien entretenue de la plaine. Mais derrière cette végétation, des pentes ont été modelées, en terrasses, par les paysans, au cours du XII au XIXe siècle.

DSC_6829

DSC_6731Point de départ du conservatoire des Terrasses, à côté du moulin.

Pour vous montrer l'ingéniosité de nos ancêtres, c'est au Conservatoire des terrasses et cultures, à Goult, que je vous emmène aujourd'hui. Ce site, bien exposé, à l’abri du vent, était propice à la culture de l’olivier et de l’amandier. Après 15/20 minutes de marche, à partir du moulin de Goult, nous arrivons sur un site paysager, exceptionnel, où l'olivier règne en maître. 

114797763_o

114798006_o

 

Du haut de son piton rocheux, au niveau du moulin, le village offre un magnifique panorama, sur les vallées du Calavon et du Limergue. 

DSC_1621

Le bleu du ciel, mélangé à quelques nuages blancs, rendait encore plus magique cette journée ! Cinq hectares de "restanques", nous attendent, sur des sentiers caladés bien entretenus.

DSC_6736

Nous empruntons un chemin rural, avec tout le long de beaux murs de pierres sèches, entre lesquels des petits sentiers s’ouvrent comme un labyrinthe. 

DSC_6819

Qu’ils soient pavés, caillouteux, à même la roche qui affleure, ou envahis par la végétation, ces murs font partie du patrimoine. Il est important de les maintenir en bon état !

DSC_6756

 

Un circuit est bien balisé et plusieurs panneaux nous donnent des explications, au fur et à mesure du parcours.  

DSC_6817

Les cultures en terrasse associent l’eau, la terre et la pierre. L’eau qui irrigue par infiltration et dont on maîtrise le ruissellement, par le captage dans des aiguiers. La terre, qui en s’accumulant, enrichit et amende les sols, et la pierre, qui retirée du sol, permet des constructions caractéristiques d’assemblages en pierre sèche : les bories. Elles servaient d'abri pour les paysans. Le Parc Naturel du Luberon recense à lui seul 1610 bories,  sur 11 communes.

DSC_6818

Une fois récupérées des terres, jonchées de blocs de molasse ou de calcaire, toutes les pierres étaient soigneusement empilées en « clapié » par les paysans et servaient ainsi de réserve pour de futures constructions. Saison après saison, le Luberon a fini par se couvrir de murs, de murets, de clôtures, et de terrasses de culture. 

DSC_6807

Pour créer ces terrasses, espaces plats, ils ont nivelé la pente, construits des murets pour retenir une terre, lors des rares, mais intenses précipitations, tout en conservant l'humidité lors des périodes sèches. 

DSC_6778

DSC_6782

Ils ont maitrisé l'eau, source de prospérité, mais aussi de catastrophes. Ils ont drainé les eaux de ruissellement,  capté et conduit cette eau rare et précieuse, pour irriguer les cultures. 

114809881_o

Ils ont construit des galeries drainantes, des aiguiers, et des citernes.

DSC_2836

Ces restanques ou « bancaou », en provençal, pour décrire les cultures en terrasse, sur un terrain pentu, retenaient la terre, et ont permis la mise en culture des coteaux abrupts. 

DSC_6785

Dès que l’on se promène sur le site, des traces de ce passé rural affleurent,  çà et là. On y découvre des cabanes, abritant les outils, ou les hommes, en cas de pluies ou de forte chaleur, des jas ou bergeries, des murs d'enclos pour les troupeaux, des calades, des aires de battage, des aiguiers, des ruchers, des murs de soutènement, des terrasses de culture (appelées "restanques" ou "bancaous")...

DSC_6779

...et principalement de nombreux bories. C’est un type de construction qui requiert un savoir-faire certain, les éléments devant être judicieusement croisés. Il n'y avait besoin d'aucun liant pour jointoyer ces pierres, juste par simple empilement et calage des éléments entre eux.

DSC_2839

En règle générale, le bloc employé est laissé à l'état brut, mais peut être toutefois sommairement retaillé. Cette technique séculaire était employée pour les architectures modestes  à usage d'habitation, et surtout pour les très nombreux ouvrages utilitaires, qui émaillent nos campagnes. 

DSC_2826

Les matériaux proviennent de l'épierrage des champs, du sol même du site de l'édifice, voire de la récupération des pierres d’un bâtiment en ruines. C'est donc un type de construction qui ne coûte rien. Montées avec patience, et inventivité, les bories jalonnent le Luberon et les Monts de Vaucluse. 

DSC_2823

A Gordes, ainsi qu'à Bonnieux, elles forment des villages de bories, ouverts aux promeneurs. De beaux témoignages de ce qu’a été, depuis des siècles, la vie de la Provence profonde, celle de Giono, celle des ruraux et des bergers.

Le village des Bories à Gordes - Martine Passion Photos

A l'automne dernier, nous décidons, par une belle journée, de partir à la découverte du village des Bories, à Gordes, lové sur les pentes des Monts du Vaucluse, face au Luberon. Les paysages en Provence,sont tellement variés, que tout le monde y trouve son compte.

http://photosvillages.canalblog.com

L'usage de la "pierre sauvage" a perduré jusqu'à nos jours. Mais avec l'apparition des mortiers de chaux, nos bâtisseurs ont renoncé à la construction laborieuse des bories, pour nous laisser de beaux murs de pierre, ou des petits cabanons, au milieu des champs. 

DSC_2851

Sur le site du Conservatoire des Terrasses et Cultures, à goult, nous avons pu voir, à  flanc de collines :

-   des terrasses : C’est dans cet amphithéâtre naturel, protégé du mistral, du gel, et par son exposition plein sud, que les agriculteurs, d'autrefois cultivaient, sur ces terres, en terrasses,  peu fertiles : l'olivier et l'amandier.  

DSC_6783

-  des bories On les appelait “Lou Bori” ce qui, en provençal, signifie simplement “cabane”. Elles furent certainement des habitations à leurs origines, et le furent aussi au  XVII° et XVIII° s., lorsque les habitants des villes s’y réfugièrent pour fuir la peste. 

DSC_6751

Leur fonction  a été,  avant tout, utilitaire et pastorale. Au cours de nos promenades et randonnées, nous serons surpris par la variété de formes et de tailles qu’offrent ces bories. 

DSC_6798

- des grandes cabanes rectangulaires, bories longues de 5 à 20 m, avec parfois un petit étage en bois pouvant accueillir provisoirement une récolte de céréales, ou un berger lorsque les terres en jachère étaient pâturées.

DSC_6775

des bories avec meurtrières, servant d’abri agricole sur des terres cultivées ; certaines, reconnaissables à leurs multiples meurtrières, cachaient le guet des chasseurs.

119226298

 

- des bories complexes :  qui peuvent avoir plusieurs pièces et de petits aménagements extérieurs : courettes, enclos, abris. Souvent éloignées du village, dans les garrigues hautes, ces bories indiquent par leur complexité un habitat temporaire, le temps de la moisson ou du parcours des troupeaux.

DSC_6776

DSC_6777

-  des cabanons : avec un aménagement succinct, à l'intérieur, cheminée ou barbecue, avec table et bancs en pierre.

DSC_6770

DSC_6763

DSC_6760

 

- des guérites : ce sont de petits abris encastrés dans un mur (souvent ceux soutenant les restanques).

119197412_o

-  des ruchers (ou murs apiés) : Autrefois, le mur à abeilles ou brusc en provençal, était un mur en pierre sèche dans lequel des niches destinées à recevoir des ruches étaient aménagées. Selon l'importance du rucher les niches pouvaient être dans le mur d'une restanque, d'une maison, ou faire l'objet d'une construction spécifique comme les enclos à apiés.

DSC_2843 le rucherMur apié au village des bories, à Bonnieux. 

Les niches reçoivent des ruches, souvent en bois ou en écorce de chêne-liège. L'implantation de l'enclos et des niches n'est pas choisie au hasard. Si possible, le muret recevant les ruches aura été placé dans les conditions suivantes : à l'abri des vents dominants et à l'ombre. C'est à Cornillon-Confoux (Bouches-du-Rhône) qu'on trouve le plus long mur à apiés, il mesure 60 m de long et compte pas moins de 35 niches à ruche.

DSC_6780

-  des citernes, et aiguiers  Les aiguiers sont des citernes qui peuvent être couvertes d'une voûte en pierres, pour garantir la qualité de l'eau, en maintenant des températures fraîches, en empêchant l'évaporation et en évitant que les animaux ne s'y noient. 

114807856_oCiterne creusée dans la roche.

DSC_6786

DSC_6786

- des cuves vinaires sont des citernes, creusées dans la roche, pour la fabrication du vin. Les cuves à vin blanc comportent un petit fouloir pour ne laisser que le jus dans la cuve, au contraire du vin rouge, où on laissait macérer la grappe entière.

DSC_8734Cuve vinaire, rupestre.

-  des murs en pierres sèches :  Quoi de plus banal qu'un mur de pierres ?  Et pourtant, derrière ces modestes ouvrages se cachent une histoire, un labeur, un savoir-faire qui méritent l'admiration. Ces murs sont issus de terres qui ont été défichées pour être cultivables.  Ils vont connaître divers usages évoluant au fil du temps. 

DSC_6819

Ces murs vont avoir une fonction de protection : brise-vent, préservation des cultures de l'intrusion des animaux, ils auront aussi un rôle de lutte contre l'érosion, servant à terrasser, à soutenir des terres cultivables sur des coteaux. Ils ont aussi une fonction de délimitation, clôturant les parcelles de vignes, les jardins, les pâturages...

DSC_6793

Le travail de construction d'un mur en pierres sèches, relève souvent du puzzle : trouver la bonne pierre, la positionner, l'emboîter de manière précise entre les autres, sans trou, ni jeu...

114809454_o

L'ensemble du Conservatoire des Terrasses, qui compose ce site, était l’endroit où l’on cultivait la terre, avant l'exode rural, et le développement des techniques agricoles.  

DSC_6805

Ce lieu est la mémoire du savoir-faire des anciens, dans l’emploi des techniques de construction en pierre sèche : les bories et murs en témoignent. 

DSC_6766

Les cultures, retenues par des murs de pierres extraites du sol, permettaient aux paysans d'agrandir leurs terres agricoles. Elles étaient un appoint aux terres cultivées dans la plaine, fertiles mais inondables. 

DSC_6769

Comme dans toute la Provence, l’apogée de la pierre sèche se situe au milieu du XVIIème siècle, lorsque la forte augmentation de la population pousse les éleveurs et les agriculteurs à étendre leurs activités sur les collines.

DSC_6761

A partir de l'avènement de l'irrigation de la plaine de Carpentras à Avignon, dans les années 1860, l’usage de la pierre sèche décline, pour être presque totalement abandonné, avec la mécanisation de l'agriculture dans les années 1960. Au XXe siècle, la désertification des campagnes, à la suite de la 1ère guerre mondiale et de l’exode rural, a joué un rôle capital dans l’abandon des restanques.

DSC_6768

Ce site est aujourd'hui conservé et entretenu, pour le plus grand plaisir des curieux. Ces restanques nous ont offert l'occasion de découvrir le monde rural, de la Provence d'autrefois. 

conservatoire des terrasses

La grande majorité de ces ouvrages ont été construits entre 1750 et 1850, il est important de les préserver. Le problème est que ces belles pierres anciennes suscitent souvent des convoitises, notamment les murs en bordure de routes qui sont parfois pillés.

DSC_6809

L'Association Pierre Sèche en Vaucluse, qui s’occupe de ce patrimoine provençal, s'est créée en 1983, autour de l'intérêt pour ces témoins d'économies agricoles, et pastorales anciennes, dont la disparition progressive, due à l'abandon de ces territoires, s'est accélérée ces dernières décennies, par des déprédations de toutes sortes.

Association « Pierre sèche en Vaucluse », La Cornette, route du Pigeolet, 84800 Saumane. Site : www.pierre-seche-en-vaucluse.fr

Association « Union APARE CME », 29 bd Paul Pons, 84800 L’Isle sur la Sorgue. Site : www.apare-cme.eu

DSC_6820

A la fin de notre balade, au milieu des restanques, nous revenons sur nos pas, jusqu’au moulin, pour continuer ensuite la visite de la partie haute du village et ses anciens remparts. (voir lien ci-dessous, pour la visite du village de Goult). 

DSC_6706

Goult : un village secret, au pied du Luberon - Martine Passion Photos

Dans ce billet, je vais vous parler du vieux village de Goult, aux multiples facettes, et plein de charme, qui a su garder son âme provençale ! Entre Cavaillon et Apt, pas loin de Gordes, dans le Parc Naturel Régional du Luberon, ce paisible village perché cache, derrière son air typiquement provençal, un riche patrimoine, et un passé que l'on peut même qualifier d'illustre.

http://photosvillages.canalblog.com

N'hésitez pas à me dire si vous avez déjà fait ce parcours et si vous connaissez d'autres belles balades à faire dans la région. Dans le Luberon, il y a de quoi faire  en matière de randonnée, c'est une telle chance ! Pour en savoir plus sur le Luberon, je vous invite à suivre ce lien :

Office de Tourisme Luberon Cœur de Provence

Laissez-vous tenter par le Luberon. Des villes et villages perchés à la vue incroyable, dont Gordes, l'un des plus beaux villages de France, des sentiers d'itinérance de toute beauté, un patrimoine historique remarquable et une gastronomie reconnue ...

http://www.luberoncoeurdeprovence.com