DSC_1192

Imaginez un endroit où vous pouvez vous asseoir, au bord de l'infini, avec le monde à vos pieds et seulement la brise et le silence à l'horizon. Un calme énergisant traverse votre corps et, soudain, vous vous sentez capable de tout. Maintenant, arrêtez d'imaginer, car cet endroit existe bien, il se trouve sur la route des crêtes, en Galice : la Sierra Capelada.

DSC_1194

La Galice est un peu une région à part en Espagne, une terre qui se jette dans l’océan Atlantique, une terre balayée par les vents et les pluies, rappelant davantage la Bretagne ou l’Irlande avec son climat océanique et ses traditions celtes.

carte

Notre premier arrêt sera au Cap d’Ortegal, pour finir notre journée au sanctuaire de San Andrés de Teixido, dans la Province de la Corogne. Nous empruntons la route des crêtes, qui nous mène dans la Sierra de Capelada. Les bélvédères sont très nombreux sur ce tronçon escarpé et sinueux.

DSC_1161

 

Ce cap d’où l’on accède par une route pittoresque, se situe dans la commune de Cariño, sur la côte nord de la Galice. Il constitue la limite occidentale du golfe de Gascogne. Du phare du Cap Ortegal, installé en 1984, les vues sont à couper le souffle. 

DSC_1169

Comment ne pas être stupéfiés par la force de la mer qui bat contre les “Aguillóns”, des rochers pointus qui émergent de la mer et sur lesquels les vagues déferlent de toutes leurs forces. Les jours de tempête, vous y découvrirez la férocité de la mer, dans toute sa splendeur, une sensation de puissance, que l'on ne peut pas oublier !

DSC_1164

Nous poursuivons notre parcours par la route des crêtes, et longeons la Sierra de la Capelada. Le point culminant se situe au belvédère « Vixia Herbeira », situé à 620 mètres au-dessus du niveau de la mer. Nous y trouvons une ancienne  tour de guet avec un corps de garde, une vieille construction, abandonnée, entièrement faite en pierre. De là, nous apprécions la grandeur et l'envergure de des falaises, d'Herbeira, les plus hautes d'Europe, après celles des fjords norvégiens. Elles culminent à 612 m, au-dessus du niveau de la mer, et à leur altitude élevée s'ajoute une pente de plus de 80 %. Elles sont situés en plein coeur de la Sierra de la Capelada, entre les communes de Cariño et Cedeira.

 

DSC_1196

 

Culminant à 612 mètres, ce sont les falaises les plus élevés d’Europe. L'humidité de la région nous permet de profiter d'un paysage verdoyant, tout au long du parcours, avec vues inoubliables, sur l'océan atlantique.

DSC_1192

Un endroit agréable où tranquilité et la solitude, sont au rendez-vous,  tout en admirant un panorama d'une beauté à couper le souffle ! Frappés de façon permanente par des vents forts, dans sa partie la plus basse se trouve la seule plage au monde avec du sable noir non volcanique, près du petit village de Teixidelo, couleur due à la roche du côté du Cap Ortegal.

DSC_1193

Nous traversons  son immense parc éolien, avec l’impression d’être arrivé au  bout du monde. 

DSC_1183

DSC_1184

Etonnant contraste entre la nature dans son dénuement le plus pur, et la plus haute technologie créée par la main de l'homme. Les vues y sont impressionnantes, comme le vent aussi ! 

DSC_1198

 

Au sommet de la Sierra Capeladale, près du parc d'éoliennes on peut voir des troupeaux de chevaux, vaches et chèvres qui paissent en pleine nature. 

 

DSC_1215

DSC_1216

On peut rencontrer, aussi, d'autres animaux sauvages, comme les : sangliers, chevreuils, renards, blaireaux, écureuils ... DSC_1217

Sur le versant occidental et montagneux du cap Ortegal, dans un site grandiose, toujours dans la vallée de Sierra Capelada, se dresse le sanctuaire de San Andrés de Teixido.  Au centre du petit village, cette chapelle en granit, domine la mer et fait l'objet d'un important pèlerinage chaque 8 septembre. Bien que sa date actuelle de construction soit de 1785, le sanctuaire existait déjà au XIIe siècle.  Le lieu est particulièrement fréquenté de la mi-août au 9 septembre, donc mieux vaut y arriver tôt ou tard dans la soirée si l'on souhaite trouver une place sur le petit parking du village.

DSC_1264

San Andrés de Teixido baigne dans la magie, c'est un haut-lieu de la superstition galicienne avec un bon nombre de marchands d'amulettes en pâte à sel tout autour du sanctuaire.

DSC_1238

Autour du sanctuaire se trouvent une trentaine de maisons, peintes en blanc brillant, avec des pierres apparentes, en accord avec l'église. 

DSC_1237

Bien qu'éloigné, cet endroit accueille chaque année des centaines de visiteurs qui sont émerveillés par le paysage magnifique et naturel, dans lequel se trouve le temple, et par les vues impressionnantes que l'on peut y voir !

DSC_1236

Le sanctuaire abrite un buste-reliquaire de l'Apôtre saint André. Son intérêt artistique le plus remarquable réside dans son beau retable baroque.

De nombreuses légendes et rites sont associés à ce saint :

Une légende locale raconte que Saint Andrés constata que son sanctuaire de Teixido, fondé après un naufrage, qu'il aurait subi non loin de ce lieu, et resté bien modeste, était bien moins fréquenté que celui de Saint Jacques de Compostelle. Dieu pour satisfaire Saint André d'être resté dans un endroit si éloigné, lui aurait alors promis que tous les mortels viendraient le voir en pèlerinage durant leur vie… ou après ! 

 

DSC_1240

Les pèlerins devront boire de l’eau des trois robinets de la fontaine puis faire un vœu. Pour savoir s’il a été accordé, il suffira de jeter un morceau de mie de pain dans le bac. Quand le morceau de mie flotte, le vœu a été accordé. 

DSC_1231

Un proverbe affirme que « celui qui ne s'est pas rendu de son vivant à San Andrés de Teixido s'y rendra après sa mort, sous la forme d'un insecte ».

DSC_1259

Une autre croyance, plus populaire et plus joyeuse, dit que la fleur appelée « hierba de enamorar » (l’herbe qui rend amoureux), qui pousse dans les alentours, fait naître l’amour entre deux personnes.

Ce sanctuaire est devenu le deuxième plus grand centre de pèlerinage Galice, après Saint Jacques de Compostelle. Aussi bien pour les croyants que pour les non-croyants, cet endroit, bien caché, au milieu d'une nature verdoyante, mérite d’être vu !

DSC_1255

À coté du légendaire "Sanctuaire de San Andrés", nous trouvons un agréable belvédère, depuis lequel on peut contempler des vues magnifiques sur la mer, les falaises, et aussi la légendaire "Barque de San Andrés", qui selon la légende, était une barque transformée en pierre. On peut encore trouver une pierre en forme de bateau inversé. Ce belvédère et en fait une sorte de parc de loisirs, un lieu de détente où de nombreux pèlerins viennent. Il s'agit aussi d'un espace paysager avec des tables en pierre, des bancs en bois pour s'asseoir, ainsi que des chevaux en liberté. 

DSC_1251

Sans aucun doute, cette partie de notre voyage sera marquée par le hurlement du vent, le goût de sel sur notre peau et les cheveux emmêlés, mais, surtout, par la sensation que nous sommes passés dans un endroit aux paysages uniques, presque inaccessibles, ou plutôt… inoubliables !

DSC_1281Endroit dominant l'océan, où nous passerons la nuit.

Merci à vous aussi de passer régulièrement sur mon blog pour suivre nos aventures ;)
À bientôt !