DSC_3472

Je vous invite, aujourd’hui, à venir découvrir le musée de la lavande, à Coustellet,  au cœur du Parc naturel régional du Luberon. A quelques kilomètres de Gordes, dans le Vaucluse, les couleurs et senteurs raviront les amateurs de Provence ! Fleur médicinale et fleur odorante, la lavande incarne tous les charmes du Midi de la France.

DSC_3453

Crée en 1991,  par Georges Lincelé, issu d’une famille de producteur et distillateur, le Musée de la Lavande, est le prolongement culturel du Domaine agricole du Château du Bois. Grand collectionneur, il recherchait tous les objets quotidiens, des lavandiculteurs, et des distillateurs, afin de consacrer sa passion à la culture de la précieuse fleur bleue. Ses recherches deviennent rapidement une nécessité pour préserver un patrimoine qui avait tendance à disparaître.

DSC_3455

Ce musée, dédié à la lavande fine, retrace : son histoire, son parfum, ses vertus, ses qualités, son avenir, et les enjeux autour de cette culture.  Après cette visite ludique, instructive et vivante, qui  vous livre tous les secrets de la lavande, la petite fleur bleue de Provence n’aura plus de secrets pour vous ! 

 

DSC_3490

De nos jours, il accueille, chaque année, plus de 50 000 visiteurs, qu'ils soient locaux, ou de passage.

DSC_3491

C’est au Domaine le château du Bois, bâti en 1820, à Lagarde d’Apt, sur le Plateau d'Albion, que la plus précieuse des fleurs provençales, est cultivée.

DSC_3450

Lovée dans une campagne magnifique, et sauvage, la lavande fine, du Domaine, pousse à une altitude de 1100 m d’altitude, sur 110 ha, entre Luberon et Mont Ventoux.

DSC_8285

Cette plante, rare et précieuse, ne pousse que sur des sols montagneux, et secs de Provence, entre 800 et 1300 mètres d'altitude. C’est la seule, et unique, fleur en France, à être reconnue par une appellation d’origine contrôlée (AOP). Elle doit respecter un cahier des charges strict, pour en bénéficier.

DSC_8368

A notre arrivée à la réception, des étagères nous présentent de nombreux produits, à base de lavande, sont exposées à la billeterie. Deux formules nous sont proposées : une visite avec un guide, ou avec un audio-guide.

DSC_3458

Deux  documentaires, d’une quinzaine de minutes, retracent l’exploitation de la lavande, de la plantation à la distillation, en passant par la coupe.  

DSC_3459

Le musée a été créé pour redonner toute sa valeur à la lavande fine, plante endémique de la Provence. Grand collectionneur, ses recherches se sont portées sur tous les objets liés à l’histoire de la lavande, et  sur la seule région productrice de lavande fine, la Provence.

DSC_3466Alambic à feu nu.

DSC_3469

Nous y découvrons une belle collection d’alambics, du 17ème siècle, à nos jours, servant à la production de l’huile essentielle. Les plus anciens visibles dans le Musée datent de 1626 et 1670. 

DSC_3476Alambic itinérant.

A cette époque, les femmes avec les enfants allaient couper la lavande à la faucille dans la montagne. 

fête de la lavande2

Il n’y avait pas encore de cultures, car celles-ci sont apparues au début du XXe siècle. Les hommes étaient alors chargés de la distillation.

116556468

Tous ces alambics sont en cuivre, et façonnés à la main : ce sont des pièces uniques. 

DSC_3474

DSC_3461

DSC_3475Alambic à concrète.

Nous apprenons qu’il faut 130 kg de fleurs de lavande pour faire 1 kg d’huile essentielle.    

Alambic à bain-marie : 

Il s’agit d’une évolution importante dans les années 1920. En effet grâce au manomètre, la distillation se fait avec une pression et une température constantes. L’huile essentielle gagne ainsi en qualité et le distillateur en temps (de 2 h à moins de 1 h). Le petit dans le Musée date de 1941 a une capacité de 80 kg de fleurs, le grand, date de 1944 avec une capacité de 250 kg de fleurs. Certains de ces alambics fonctionnent encore aujourd’hui, mais leur capacité reste faible.

DSC_3471

Alambic itinérant :

Tracté par un âne, cet appareil aux multiples usages, circulait dans toute la région, de ferme en ferme, chez les paysans qui ne possédaient pas d'alambic. De part sa conception, il a bien mérité le Grand Prix à Paris, lors de la Foire Internationale de Paris en 1900. Plus particulièrement étudié pour la distillation des alcools de fruits, grâce à son trieur de forme sphérique qui se trouve tout en haut de l'appareil. Il convient également très bien pour la distillation des plantes à parfum, grâce à sa conception simple et judicieuse. 

DSC_3485Alambic  itinérant.

 

Évolution technique des alambics :

Alambic simple à feu nu, mobile

Alambic simple à feu nu

Capacité : de 100 à 500 litres.
Durée de la passée : environ 3 heures.
Combustible : bois de pin ou de chêne, genêts.
Les fleurs n'étant pas séparées de l'eau, elles ne peuvent être utilisées ensuite comme combustible.

 

Alambic à feu nu fixe

Alambic simple à feu nu fixe
Capacité : de 200 à 800 litres.
Durée de la passée : de 2 à 3 heures.
Combustible : bois, paille distillée, charbon.
La cuve, dont le volume a augmenté, est protégée par une maçonnerie qui limite les pertes d'énergie.
L'utilisation du palan et du panier est adoptée, ce dernier permettant de séparer les fleurs de l'eau, et donc de les employer ensuite comme combustible.
 

Alambic à vapeur

Alambic à vapeur
Capacité : de généralement de 1000 à 6000 litres par vase (jusqu'à 20000 litres).
Durée de la passée :  de 30 à 40 minutes.
Combustible : paille distillée.
Ces alambics à vapeur et bain-marie peuvent aussi fonctionner avec des chaudières à fuel ou au gaz. La majorité des distilleries étaient équipées jusqu'à ces dernières années d'alambics de ce type. La mécanisation des différentes tâches s'est aujourd'hui généralisée.

Caisson mobile de distillation

Caisson mobile de distillation

Capacité : de 14000 à 26000 litres par caisson.
Durée de la passée : de 1 heure à 1 heure et demie.
Combustible : gaz, électricité ou fuel.
Ce système se développe depuis quelques années, essentiellement pour la distillation du lavandin.

 

Nous découvrons aussi, dans ce musée de la lavande :

- Du matériel agricole, lié à la culture et la cueillette de la lavande.

DSC_3496Anciennes serpettes pour couper la lavande et appareils de mesure de distillation.

- Des costumes traditionnels…

DSC_3483

DSC_3483Anciens vêtements de coupeurs de lavande

 - Des étiquettes et du matériel de commercialisation de la lavande et de ses huiles essentielles,

DSC_3493Collection d'anciennes étiquettes.

DSC_3473Anciens flacons.

- ainsi que des objets pittoresques et uniques 

DSC_3487Ustensils divers : comme les estagnons.

Connaissez vous la différence entre lavande et lavandin ?

Sur une tige de lavandin, il y a 3 brins de fleurs, c'est un hybride. Le lavandin pousse à basse altitude, et est obtenu par bouturage, c’est une sorte de « clone ». Son parfum est moins puissant que celui de la lavande fine. Il est plutôt employé pour l’industrie du savon et des produits ménagers, alors que la lavande fine est employée dans les cosmétiques, pharmacies, et parfumeries.

Lavande lavandin

Une fois la visite terminée, nous nous dirigeons vers la boutique, dédiée aux différentes variations de productions, autour de la lavande : huiles essentielles, sachets de lavande, crèmes, bougies, sachets parfumés, savons, etc…

DSC_3488La boutique.

DSC_3489

boutique

 

Comme après chacune de nos visites, nous avons profité de la quiétude du jardin,  pour admirer les anciens outils exposés, comme cet alambic ambulant. Par contre, nous devrons patienter encore un peu pour admirer les allées fleuries de lavande.

DSC_3456Exposition extérieure d'outils anciens : alambic ambulant

En plus du musée, et sa boutique, l'équipe propose, en saison, des animations de culture, et de production, autour de la distillerie. Elle organise, aussi, des circuits découvertes, et éducatifs. Ces jours-là, les vieux alambics ambulants, des années 1900, reprennent du service.

DSC_3481Alambic itinérant.

Pour en savoir plus sur le Musée de la lavande, mieux vaut prendre les visites guidées, qui ont lieu tous les jours, de mai à septembre à 13h et 17h. Pour ceux qui le souhaitent, la visite peut, aussi, se faire avec un audio guide. J'espère que ce voyage, au royaume de la petite fleur bleue, vous aura dépaysé, je vous conseille fortement cette visite passionnante !

Le musée de la Lavande : 

276 route de Gordes D2, 84220 Coustellet

tél. +33 (0)4 90 76 91 23

www.museedelalavande.com - Email : contact@museedelalavande.com