DSC_0701

carte-asturies 

Caché sur la côte asturienne, proche de la frontière avec la Galice, Luarca est un village paisible, aux maisons blanchies, qui conserve tout le charme et l'intérêt de sa tradition de pêche. Construit tout autour d'une anse en forme de «S», entre des falaises escarpées, le vieux centre de Luarca, son front de mer et son joli port forment un ensemble qui vaut la peine d'être vu !

DSC_0729;

DSC_0691;

Luarca, qui s'est développé sur les bords du Rio Negro, est également réputé pour l’église Santa Eulalia de Luarca sur le port, le cimetière et la petite chapelle de marins qui surplombent la mer.

DSC_0729;

Les falaises surplombant la ville offrent une belle vue sur la ville, avec de douces collines en fond. 

DSC_0691;

Luarca est également réputé pour l’église Santa Eulalia de Luarca sur le port, le cimetière et la petite chapelle de marins qui surplombent la mer.

DSC_0709;

 C'est une ville pleine de charmes, riche en histoires et en cultures, qui mérite un détour.

DSC_0702,

Classée dans les plus beaux villages d'Espagne, la vieille cité médiévale, était autrefois un petit port baleinier qui subsistera jusqu’au XVIIe siècle.

DSC_0720

Elle est divisé en différentes zones : les anciens quartiers médiévaux , entourant le port ; et vers l’intérieur, la Luarca bourgeoise du XIXe siècle avec ses palais (dont le palais de la Moral).

DSC_0725

De vieilles grandes bâtisses blasonnées et des maisons des Indianos sont éparpillées dans cette superbe localité. (dont la villa Excelsior). Nous appelons "Indianos" dans les Asturies, ces émigrés qui ont quitté l'Espagne, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, en direction des Amériques, principalement au Mexique, en Argentine, à Cuba et au Venezuela.

Lazarzuela_luarcaVilla Lazarzuela à Luarca.

A leur retour, et après avoir fait fortunes là bas, ils voulurent  montrer, aux yeux de tous, leur richesse. Ils  firent construire des maisons ostentatoires, plus belles les unes que les autres, avec des façades monumentales, des chapelles privées, d'immenses jardins, de beaux points de vue, des dômes et de belles portes : on les appelle "les Casonas de Indianos". A leur retour, ces bienfaiteurs ont payé des dépenses de construction telles que : hopitaux,  fontaines, écoles, dans leur village natal. Fait curieux, on peut observer dans beaucoup de ces demeures, la présence d'un ou deux palmiers dans ces jardins, un symbole de classe, qui ne laisse aucun doute sur l'origine de tant de richesses : l'Amérique.

casa indiano

Villa Excelsior, à Luarca : Cette maison, qui tombe en ruine, de nos jours, était majestueuse, à l'époque, avec une profusion d'éléments décoratifs, avec un mélange d’influences médiévales, classiques et modernistes, un dôme recouvert de tuiles vertes et un jardin luxuriant, avec des arbres venus du monde entier.  Le jardin avait des chemins plantés de bégonias, de pétunias, d'œillets, de pensées, de dahlias, de tubéreuses et de grands hortensias multicolores, qui se terminaient sur une petite place avec une fontaine ornée de colonnades ioniques et de glycines.

villaexcelsior2A l'état actuelle.

Un caprice démesuré, d'un millionnaire, qui possédait une industrie de tabac, en Argentine en 1874. En 1912, dans tout Luarca , la "Villa Excelsior" était la plus grande, la plus frappante et la plus belle des villas. C'était la villa à la mode, à laquelle toute la bourgeoisie locale voulait être invitée. 

villaexcelsior3L'une des chambres de la Villa Excelsior, meublée avec luxe à la mode des premières années du XXe siècle. La photo, probablement des années 70.

La fortune de cet Indien a fini par tomber en déclin, et ses affaires, comme pour beaucoup d'autres, se sont effondrées, avec la guerre de 1914. Sa décrépitude a eut lieu après le décès du propriétaire, lors d’un accident en rentrant d’Argentine, la villa ne se releva jamais de ce manque de rentrée d’argent, qu’a engendré ce décès. 

villa_excelsior La même pièce, de nos jours, ayant perdu sa dalle de sol.

La veuve devait se séparer de ses domestiques pour économiser afin d’entretenir la villa, mais cela ne suffira pas. Ensuite, de nouveaux propriétaires ont acquis la Villa Excelsior mais ils n’arriveront pas à subvenir aux dépenses engendrées par l’entretien et la rénovation de la bâtisse, la laissant dans un état d’abandon total.

villaexcelsior4Une des salles de la Villa Excelsior, complètement détruite et pillée en 2011 

 

Et de l'abandon à la ruine, il n'y a qu'un pas. Il ne subsiste rien, comme meubles et objets, à part un billard à l’agonie, le seul témoignage restant de son passé. Cette maison, à l'abandon, et maintenant délabrée,  conserve, toutefois,  encore un peu de charme, de sa gloire passée, comme le montre la photo ci dessous ! 

villa_excelsior1Aspect de la salle principale, dépouillé de tout son mobilier, à l'exception de la table de billard, au centre.

A Luarca, l’un des plus beaux cimetières des Asturies, va attirer notre attention. Ce cimetière, unique, avec vue sur l'océan, a été construit au début du 19ème siècle. Son charme est associé à la présence de plusieurs panthéons, de styles différents, d’une grande valeur artistique, (en pierre et en marbre),  où sont enterrés des personnages illustres de cette ville du Luarca. 

DSC_0694;

Du haut du cimetière, le point de vue est fantastique, comme vous pouvez le voir ! La plus célèbre tombe est celle du célèbre scientifique Severo Ochoa de Albornoz, né en 1905 à Luarca, et Prix Nobel de physiologie et de médecine en 1959.  Les panthéons attirent l’attention, comme celui de l’indien Ramon Garcia, qui a fait fortune en émigrant en Argentine.

DSC_0695

A côté du cimetière, se trouve l’ensemble, formé par le phare de Luarca et la chapelle de la Virgen de la Blanca. Le phare a été construit en 1862, et est situé sur les vestiges du mur de défense de la ville, datant du XVIe siècle. On y trouve aussi, la maison du gardien et une tour attenante, avec une base carrée. Jusqu’en 1850 la chapelle servait également de phare aux navigateurs, à travers une lumière allumée dans son clocher.

DSC_0711

De la montée au cimetière, nous pouvons admirer de belles vues panoramiques sur la jetée, la ville en contrebas, et ses environs pittoresques. Luarca, reste l’un des plus beaux villages, avec Cudillero. Une visite s'impose lors de votre passage dans les Asturies.

DSC_0686

Dans la région de Luarca, la proximité de la Galice se fait sentir : les tuiles laissent la place sur les toits aux ardoises et aux lauzes. Par contre comme dans toutes les Asturies, nous y trouvons nombreux horreos, ces greniers, à grains, de forme carrée, en bois ou en pierre, posés sur des piliers en pierre. 

Nous bivouaquerons pour la nuit sur le parking dominant la plage de la Vega, en admirant, au soir, le beau coucher de soleil.

DSC_0685

DSC_0744

DSC_0761

DSC_0768

Merci à vous aussi de passer régulièrement sur le blog pour suivre nos aventures ;)
À bientôt !