DSC_0668

Je vais vous faire découvrir un point de vue, panoramique, magnifique, de cette région de la côte ouest des Asturies : le belvédère de la Regalina, avec la mer Cantabrique comme cadre incomparable ! Il  se situe entre Cudillero et Luarca, plus précisément sur la commune de Cadavedo. Ce village a joué un rôle notoire dans l’économie de la côte asturienne, pendant le Moyen Âge et l’Époque Moderne. C’était un des principaux ports baleiniers des Asturies et un des lieux les plus rattachés au Chemin de Compostelle, par le littoral. Il se situe dans un environnement d’une grande beauté naturelle. 

DSC_0628

DSC_0625

Une promenade fort agréable, permet d’admirer la côte et ses falaises, escarpée, si typiques, ainsi que l’ermitage de la Regalina, (1931).  Cette véritable terrasse naturelle, fraîchement balayée par la brise, donne à contempler des panoramas spectaculaires !

DSC_0633

 

 

La petite chapelle dominant les lieux, est célèbre dans la région. La Vierge de Notre Dame de Riégala (appelée : « la Regalina »), est la sainte patronne de Cadavedo. 

DSC_0647

La légende raconte que son image a été trouvée, par un agriculteur, dans le tronc creux d’un marronnier, situé à proximité de la source de Riégala. 

DSC_0659

A l'ermitage de la Regalina,  a lieu, tous les ans depuis 1931, un des plus typiques pèlerinages des Asturies parmi tous ceux qui ont lieu dans la Principauté, attirant une multitude de personnes le dernier dimanche d’août. Le grand jour commence par une messe en plein air ; pour laisser place à un défilé folklorique, avec des costumes typiques, des Asturies, et des voitures anciennes, décorées pour l’occasion.

DSC_0669Photos du folklore, prises sur internet.

Ce pélerinage est l'un de ceux qui représentent le mieux l'esprit et les coutumes de la région : procession de pain, et de bouquets de bonbons, danses régionales qui se déroulent presque au bord de la falaise, au son de la musique traditionnelle, (tambourins colorés), le tout sous le magnifique décor de la côte et de ses falaises.

DSC_0670

Que nous soyons croyants ou non, l’environnement de la Regalina, attire beaucoup de monde.

DSC_0643

Dans les Asturies, les paysages verdoyants sont souvent ponctués par de splendides demeures colorées, à l’architecture extravagante. On les appelle les maisons d’Indiens, du nom de ces émigrants qui ont quitté cette terre, alors pauvre, pour faire fortune à Cuba ou au Mexique. Le village de Cadavedo possède, aussi, de superbes grandes bâtisses, de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, presque toujours accompagnées de leur paire de palmiers venus d’outre-Atlantique. 

maison indianos à cadavedoMaison d'Indien à Cadavedo.

Le village, compte également, près de 100 horreos, dont deux se trouvent à côté de l’ermitage de la Regalina. Ils semblent être là depuis des siècles, si longtemps que leur contemplation devient un véritable voyage dans le passé, avec une histoire différente à chaque hórreo, suivant : si la famille qui l’utilisait était nombreuse, si elle avait des moyens financiers ou non, s’il était entretenu, si le terrain de la construction était le mieux adapté ou, au contraire, présentait des obstacles... 

DSC_0629

Les hórreos servaient et servent encore, partout où le climat a permis leur apparition, de grenier, principalement lié à la culture du maïs, d’entrepôt, notamment pour protéger les récoltes de l’humidité et des rongeurs et autres bêtes pouvant les détruire, et causer des pertes irréparables. Cette construction, essentielle à la survie humaine, qui demeure dans le temps de façon absolue, comme pour nous rappeler d’où vient ce peuple. 

DSC_0630

Les hórreos sont l’élément identitaire, par excellence, des Asturies rurales et, bien que certains aient succombé au temps, il reste, encore, des ensembles impressionnants, qui nous montrent leur importance, au temps jadis. De nos jours, les hórreos ne cessent de conter des histoires, presque autant que les vies qui les approvisionnent, les entretiennent, les animent… En voici un exemple :

DSC_0635

Sous l'un des deux horreos, du belvédère de la Regalina, on peut voir, en-dessous, deux chariots, qui étaient les moyens de transport, par traction animale, (bœufs ou vaches), qui facilitaient la survie du monde rural, apportant du réconfort aux fermiers dans le travail quotidien de la terre. De nos jours,  ces chariots ne servent plus, en raison de l’apparition des tracteurs ou de l’abandon progressif des champs.

DSC_0642

L’une des premières sensations que produisent les anciens hórreos, ceux qui datent du 15e, 16e ou 17e siècle, est l’arrêt du temps, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Aux alentours, tout semble être resté pareil, comme il y a 400 ou 500 ans. Le murmure du silence, le vert du paysage, le chant des oiseaux, le soleil, le chariot du pays sous l’hórreo, le teixu (arbre mythologique des Celtes), enlaçant et abritant l’hórreo.

DSC_0649

Il n’y a pas de mots, assez forts, pour décrire les vues impressionnantes de ce paysage naturel, protégé, les photos parlent d’elles-mêmes, je pense ! Comment ne pas être impressionné devant cette écume et de ces vagues géantes, qui roulent,  claquent et frappent le littoral. Combien nous sommes impuissants à lutter contre ces forces inéluctables de la nature ! 

DSC_0645

La dernière partie de la journée sera consacrée au Cap Busto, et son phare, tout proche de ce site de Cadavedo

DSC_0673

La route nous menant au Cap, nous fait traverser des fermes, des forêts de pins, de chênes, et d’eucalyptus. Nous sommes sur l’un des sites les plus impressionnants de la région. Surplombant une mer d’émeraude, battue par les vents, le cap Busto enchante par sa beauté, et ses couleurs chatoyantes.

DSC_0668

Du belvédère nous pouvons voir ses falaises tomber à pic, comme des murailles, ses eaux cristallines, et ses fonds marins d’une beauté singulière.

DSC_0669

Ce jour-là la mer était très agitée, et même si le vent était bien tombé, les vagues se succédaient dangereusement sur le rivage. 

DSC_0676

DSC_0646

Le Cap Busto est connue pour la diversité de ses paysages, découvrir ses trésors depuis les sentiers qui bordent le littoral est une expérience inoubliable. Entre les parfums de la végétation, et l'éblouissement lié à la beauté des lieux, la sensation de plénitude était totale... 

DSC_0675

Au moment de notre visite, le soleil avait décidé de s'imposer face au brouillard, et c'est avec grand plaisir que nous avons vu la lumière envahir les lieux. Le bleu de l'océan n'est jamais tout à fait le même. Certains jours, l'horizon est imperceptible tant les nuances du ciel se fondent dans les reflets de l'eau. Parfois les nuages s'invitent au décor et le paysage qui nous est offert ressemble fortement à celui d'une carte postale bien choisie.

DSC_0679

Au fur et à mesure de notre traversée dans la Costa Verde (Asturies), nous découvrons une terre pleine de contrastes, de couleurs vives, d'odeurs, et d'impressionnants lieux chargés d'histoire.