DSC_0101;

Je vous emmène aujourd’hui visiter un endroit, extraordinaire, à 3 km de la Ville de Gijón, capitale de la Costa Verde, ayant de grandes ressemblances au Palais de l’Escorial à Madrid, dont l’architecte s’est inspiré : l’Universidad Laboral (Université du Travail) qui deviendra par la ensuite le "Laboral Ciudad de la Cultura".

DSC_0100;

Edifice de tous les records C'est l'un des plus grands bâtiments civils d'Espagne, qui bat en effet plusieurs records. Avec ses 270.000 mètres carrés, de superficie, et 55.000 de façade, c'est l’édifice qui possède la plus grande superficie d’Espagne. À l’intérieur, se trouve la plus grande église, de plan elliptique, du monde. La tour, dont on s’est inspirée sur le phare d’Alexandrie et la Giralda de Séville, mesure 130 m, et c’est l’édifice le plus haut des Asturies et l’édifice en pierres le plus haut d’Espagne.

DSC_1828

Sa construction a commencé en 1948, et a duré une dizaine d’années. José Antonio Girón de Velasco, ministre du Travail, sous le régime de Franco, a été l’initiateur du projet. Avec la construction de l’enceinte, gigantesque, de style Renaissance, le régime de Franco cherchait, à l'époque, à transmettre une image : de supériorité, de puissance, et de victoire.

DSC_0102;Enceinte de l'Université Laboral

Au départ le but était de construire centre formerait et accueillerait des orphelins de parents victimes d'accidents miniers.  Mais le projet n’a jamais abouti, et l’immense édifice est devenu une Université professionnelle, un centre d’études pour les jeunes, qui préféraient se lancer dans une profession, plutôt que de continuer leurs études à l’université. Le bâtiment est donc conçu avec : des zones de résidence, école, atelier, ferme, installations sportives et terrains. 

DSC_1832

On conçoit une université ouvrière qui tourne le dos à la ville et s'inspire du Parthénon d'Athènes. La grande place centrale organise certains des bâtiments les plus remarquables, tels que l'église, la tour ou le théâtre. Autour de ce complexe, nous trouvons les autres dépendances.

DSC_1834;

À l’époque, étudier à l’Universidad Laboral (l'Université du Travail),  était gratuit. Des bourses étaient octroyées aux enfants des mineurs, ainsi qu’aux enfants des familles nombreuses et défavorisées. Mais, la condition pour continuer ses études à l’Universidad Laboral, était de bien réussir dans ses études. Elle sera dirigée, d'une main de fer, par les jésuites, depuis ses débuts, jusqu'en 1978. Dans les années 80, beaucoup de ses installations sont en désuétude. 

DSC_1858

À l’heure actuelle, l’Universidad Laboral héberge entre autres, plusieurs facultés et écoles professionnelles, le Conservatoire Professionel de Musique, une église, des logements d’étudiants, une cafeteria, un théâtre…

DSC_1857

De nombreuses activités sont aussi organisées dans l’enceinte de l’Universidad Laboral, telles que : des concerts, des pièces de théâtre, des congrès, ou des ateliers pour enfants ou pour adultes.

DSC_1860

 

Descriptif des lieux :

La façade principale reçoit une porte, surmontée d'une tour, qui évoque les arcs de triomphe romains. L'arc en plein cintre est présidé par un blason portant l'aigle, et les flèches soutenus par deux anges, en allusion aux armoiries que l'on trouve sur les façades des maisons et des palais Renaissance.

DSC_1827La façade principale en forme d' arc de triomphe. 

La cour : Immédiatement après la porte-tour, nous pénétrons dans l'Atrium corinthien. Il s'agit d'une cour rectangulaire entourée de colonnes de granit de dix mètres et demi de hauteur. L'agencement de cette cour crée un vif contraste entre la masse imposante des colonnes et la petite ouverture qu'elles laissent en leur centre, ouverte sur le ciel. Les dix colonnes, de l'atrium corinthien, tout comme la centaine de colonnes réparties dans le bâtiment, ne supportent pratiquement aucun poids. Leur fonction est essentiellement décorative. Dans cette zone se trouve le centre d'accueil avec son petit magasin. 

DSC_1823;l'Atrium corinthien.

Place centrale : Encadrée dans une architecture de style herrerien, la vaste cour centrale, du Laboral Ciudad de la Cultura, a une surface de 150 mètres de long et 50 mètres de large et peut accueillir de véritables foules. Elle s'inspire de la place Saint-Marc à Venise. Elle sert d'espace de détente au personnel des différents bâtiments et services qui y sont installés, et permet d'organiser de grands rassemblements. Comme dans les vieilles places espagnoles, les bâtiments les plus représentatifs de l'ensemble sont regroupés autour du patio central: tour, église, théâtre, direction et salles de classe. 

DSC_1829Une vaste cour centrale, de style baroque, de 150 mètres de long et 50 mètres de large.

L'église : de 807 m2, à plan elliptique, est sans doute, le monument architectural le plus spectaculaire de l'édifice. Elle présente une coupole intérieure de caractère byzantin, formée par des nerfs croisés de style hispano-arabe. Le dôme est l'un des plus grands d'Europe. Différents styles, des éléments audacieux, dont le baroque italien, se conjuguent, dans cet édifice, pour donner lieu à un ensemble harmonieux. Sept grandes niches ornent la façade, et une galerie en forme d'amphithéâtre repose sur les voûtes et parcourt le pourtour de l'église. L'entrée a été aménagée dans la niche centrale. 

DSC_1838;Eglise.

L'extérieur est orné de sculptures des saints et des éducateurs les plus remarquables de l'Église catholique, de mosaïques d'archanges et d'évangélistes et, enfin, des constellations. Au-dessus du linteau de la porte, une sculpture de la Vierge de Covadonga.

DSC_1839;

 L'intérieur des niches est orné de doubles colonnes flottantes, situées sur les côtés.

DSC_1841

Intérieur de l'église : Ses dimensions importantes sont adaptées à la vocation du bâtiment: accueillir quelques milliers d'élèves et leurs professeurs. L'église a, comme les modèles qui l'ont inspirée (premières basiliques chrétiennes latines construites à Rome) : un autel sous baldaquin, un presbytère, un arc de triomphe, des chaires, un chœur, une vaste nef et des galeries supérieures. 

DSC_0108

 - Le théâtre est l'élément architectural, le plus intéressant, et le plus original, de l'ensemble. Sa façade qui évoque les temples de Grèce, et est composée de deux parties : le corps supérieur constitué d'une colonnade corinthienne et, le corps intérieur en colonnes toscanes. Ses mesures sont environ les mêmes que celles du Parthénon d'Athènes.

DSC_1854

- Au dernier étage du théâtre se trouve la salle des peintures , bien connue pour les fresques d'Enrique Segura, qui reflètent l'histoire de l'institution. C'est là que sont célébrés de nombreux actes, aujourd'hui.

DSC_1853

- Les Jardins de la Laboral, avec des circuits d'eau inspirés par le Generalife, de l'Alhambra à Grenade, sont fantastiques pour se détendre et se promener. 

DSC_1837

Visites guidées:

Individuelle: 5,00 €
Réduit: 3,50 €
Montée au Belvédère de la Tour:
Individuelle: 2,00 €
Enfants (0 à 12 ans): Gratuit

Pour plus d’informations : http://www.laboralciudaddelacultura.com/

Suite : le parc de la Providencia à Gijon