DSC_9294;

La visite de la rive gauche de l'Oka, jolie rivière qui traverse la réserve d'Urdaibai, permet d'allier la nature à l'histoire. Petit arrêt pour commencer dans la réserve biosphère d'Urdaibai, déclarée zone d'intérêt écologique par l'Unesco. 

DSC_9181

C'est la zone humide la plus importante du Pays Basque et un trésor pour les amateurs d'ornithologie.

DSC_9201L'urdaibai bird center, avec salles équipées de modules audiovisuels et 3 miradors.

Sur environ 25 km², la réserve protège une grande diversité de paysages et d'espèces. Le long de l'estuaire, mares et lacs alternent avec les bancs de sable.

DSC_9202

A l'intérieur des terres, chênaies, vallées, hêtres, cerisiers, bruyères, pins, eucalyptus, pâturages peuplent le territoire...

DSC_9287Forêts d'eucalyptus rencontrées tout au long de la côte atlantique.

Urdaibai est un refuge pour divers animaux et oiseaux migrateurs : échassiers, hérons, aigles pêcheurs. Dans les espaces ouverts, nous y verrons des poules d'eau, pinsons, hiboux, aigles. Plus de 200 espèces d'oiseaux transitent par la zone lors de leur migration.

DSC_9186

Dans les pinèdes, des sangliers, fouines, chats sauvages, renards, écureuils... Un grand nombre d'espèces font leur apparition en avril et en mai, puis en septembre et en octobre.

DSC_9183

De Guernica à Bermeo, on retrouve des villes et villages historiques de la Biscaye, qui ont chacun marqué l'histoire à leur façon. Si l'on rajoute à ça une côte escarpée, où la verdure vient trancher avec le bleu de l'océan, et où les points de vue sont à couper le souffle, on arrive à un charmant itinéraire qu'il serait dommage de ne pas emprunter.

DSC_9238

Partant de Guernica, l'itinéraire rejoint Bakio en longeant la rivière, puis la côte sur 25 kilomètres. Il cotoiera les abords de l'estuaire, ainsi que de charmants villages, prendra un peu de hauteur pour admirer le rivage avant de faire un détour par une chapelle posée sur une presqu'île, pour rejoindre Bakio et sa plage.

DSC_9231

Si la distance est courte, les curiosités sont nombreuses et une demi journée ne sera pas de trop pour profiter de tout.

DSC_9233

Guernica :

Ville martyre. Lorsque les habitants de Biscaye et du Guipùzcoa prirent le parti des républicains contre Franco, Guernica fut la cible des représailles franquistes. Le 26 avril 1937, les avions de l’unité aérienne allemande Condor, au service de Franco, piquèrent délibérement sur le marché de Guernica, tuant en priorité les civils, ne laissant que quelques bâtiments.  L’indignation internationale fut énorme et inspira à Picasso sa célèbre toile, en noir et blanc, aujourd’hui au musée Reina Sofia de Madrid. Une copie en céramique est visible dans la ville. La ville a su se relever et de nombreux attraits ont été mis en valeur.  

guernica picassoToile de Picasso.

Mukaka : 

Mondialement connue pour sa célèbre vague gauche, qui fait le bonheur des surfeurs, considérée dans sa catégorie comme la meilleure vague d’Europe. Des surfeurs du monde entier viennent voir ses plages pour vérifier par eux-mêmes la qualité de sa vague. 

DSC_9280

Mundaka est également un charmant village côtier qui offre des paysages de toute beauté. 

DSC_9240

La chapelle de Santa Catalina à Mundaka est connue par les surfers du monde entier. L'interieur est sublime avec ses fantastiques bateaux et ses bénitiers, en forme de coquillage. 

DSC_9241

Centrée autour de son port, la ville s'est petit agrandie pour atteindre l'aspect qu'elle offre aujourd'hui. Avec son centre historique mais surtout sa côte sauvage, elle mérite bien plus qu’un simple détour.  

Bermeo :

Ancienne capitale de la Biscaye au XIIIe siècle, Bermeo est l'un des principaux ports de pêche du territoire historique de la région.

DSC_9244;

La pêche à la baleine a d'ailleurs eu une importance capitale dans la vie de Bermeo, dans son développement et dans son économie.

DSC_9278,

Elle se manifeste encore  clairement dans ses armoiries. Mais Bermeo est également une charmante ville qui s'articule autour d'un centre historique vivant et typique. 

DSC_9277;

Avec ses nombreux monuments, ses points de vue sur la côte et, bien sûr, son histoire, la ville mérite qu'on s'y arrête.

DSC_9275;

Le mirador de Matxitxako :

Le cap Matxitxako abrite deux phares : l'ancien qui n'est plus utilisé et le moderne qui fonctionne actuellement. Le vieux phare, dont il ne reste que la tour, fut inauguré en 1852. 

Phare MatxitxakoLe vieux phare.

DSC_9285

Construit en pierre de taille provenant des carrières de la région de Durango, il a fonctionné jusqu'en 1909. À 110 mètres de l'ancienne tour se trouve le phare actuel qui a commencé à fonctionner quand l'autre s'est arrêté. Il possède un plan rectangulaire, la partie centrale dispose de deux étages et les parties latérales sont d'un seul niveau.

DSC_9284

San Juan de Gaztelugatxe

En montant le chemin qui vous conduira à l’ascension de San Juan de Gaztelugatxe, vous aurez l’impression de vivre une véritable aventure. Vous serez récompensé par un panorama exceptionnel. L’océan peut s’avérer particulièrement agité dans cette zone et les vagues qui s’écrasent contre les rochers ajoutent un attrait supplémentaire à l’ile majestueuse et sauvage.

DSC_9291;

San Juan de Gaztelugatxe, qui signifie « château-rocher » en basque, est un site incontournable si vous visitez le Pays Basque. Il s’agit d’une petite ile spectaculaire qui se trouve dans le Golfe de Gascogne et qui se distingue par une chapelle perchée au sommet, dédiée à Saint Jean-Baptiste. On dit qu’il aurait même mis les pieds sur l’ile.

DSC_9294;Chapelle sur le rocher au 1er plan et plate-forme pétrolifère utilisée pour extraire du gaz, à l'arrière plan.

Reliée au continent par un pont en pierres, l’ile et son point culminant sont accessibles par un étroit chemin pavé de 231 marches qui zigzag jusqu’au sommet. Une fois arrivé tout en haut, vous apercevrez la chapelle avec une cloche sur le devant de sa façade. La légende dit qu’une fois après avoir terminé l’ascension du rocher, vous devez faire sonner la cloche trois fois et faire un vœu.

DSC_9291

La chapelle sur le promontoire de l’ile n’est pas celle d’origine. Au fil des siècles, elle a été brûlée et reconstruite maintes et maintes fois. Il semblerait que le tout premier ermitage qui surplombait l’océan date du IXème siècle. Au XIIème siècle, il se transforme en couvent avant qu’il ne soit abandonné par les religieux deux siècles plus tard, qui emportèrent tous les objets de valeur avec eux.

DSC_9291

Bakio 

Avec près de 2500 habitants, c'est une jolie ville tournée vers le tourisme avec ses nombreux immeubles attirant de nombreux vacanciers venus profiter des plages et des vagues. 

DSC_9290

DSC_9288

 

Avec près de 2500 habitants, c'est une jolie ville tournée vers le tourisme avec ses nombreux immeubles attirant de nombreux vacanciers venus profiter des plages et des vagues. 

DSC_9309

Son petit centre historique comprend une église et de nombreuses maisons à l'architecture typique. Mais Bakio abrite aussi le musée dédié au Txakoli, le célèbre vin pétillant de la région.

Si vous vous décidez à prendre la route vers le nord de l’Espagne, ou si vous avez déjà visité la côte atlantique, n'hésitez pas nous mettre des commentaires, et  à nous faire partager vos carnets de bord, photos et anecdotes de voyages. Merci et à bientôt. 

Mon autre blog sur nos voyages, à travers le monde, qui pourrait vous intéresser : 

http://topdemesvoyages.canalblog.com/