DSC_7853

Cette balade, au départ de Sault nous conduira à la découverte des grands espaces du plateau d'Albion, connu pour ses paysages magnifiques colorés, où le temps semble s’être arrêté. 

DSC_7901Route panoramique de Lagarde-d'Apt.

Comment ne pas aimer avec passion, la Provence, aux parfums d’été :  ses éclaboussures de violet à perte de vue, ses nuances du tendre au sombre, ce pays du soleil, de vent et de contrastes, ce vert des oliviers et des cyprès ...

DSC_7901

Ce vaste plateau, évoqué par Jean Giono, dans ses romans : "La lavande est l'âme de la Haute Provence",  nous saisit par sa successions de paysages, sauvages, d’une  grande beauté ! Vous êtes exactement au point de rencontre du réel et de l'imaginaire, chez Giono. Prenez le temps de humer cet air, de suivre la courbe de ces collines teintées de mauve, et d'or, de découvrir ces cabanes de berger au pied des arbres morts. 

DSC_7880

Quand vous aurez eu votre soûl de sensations, redescendez alors doucement sur terre, sans vous presser. Retrouvez la route de Sault, une visite de la vieille ville s'impose !

DSC_7861

Lavande, blé, petit épeautre(*), sauge sclarée, ou encore moutarde, safran, sont autant de cultures dont les couleurs composent une véritable palette de peintre.

DSC_7850

* Pour ceux qui ne connaissent pas le petit épeautre, que l'on renconte un peu partout, dans le Val de Sault, c'est un blé rustique, dont les archéologues ont retrouvé la trace dans des couches datées de 9 000 ans avant notre ère. Cette céréale se complait dans des sols pauvres, et accepte des hivers longs et froids. Cette culture, très populaire sur le plateau d'Albion et les pentes du Ventoux jusqu'au XIXe  siècle, a été reprise dans les années 1980. 

DSC_7792Du petit épeautre.

DSC_7907Du blé du Plateau d'Albion.

Ces véritables patchworks, plaisant à regarder, s’étendent entre les monts de Vaucluse, le Mont Ventoux et la Montagne de Lure.  

DSC_7863Un véritable patchwork de couleurs.

La principale culture du Plateau d’Albion, est la lavande fine ou vraie, avec notamment 4.800 ha de culture, pour cet «or bleu », si symbolique en Provence !

DSC_7867

 Histoire, la ruée vers l’Or Bleu :

La culture de la lavande en haute Provence n’est le fruit ni du hasard, ni d’une évidence agronomique. Elle correspond essentiellement à une opportunité économique saisie par les habitants de la région de Sault. Autrefois, cueillie à l'état sauvage, la petite fleur bleue apportait un revenu d'appoint aux paysans provençaux, et fut un facteur de frein à l'exode rural.  

DSC_8913

Dès l’Antiquité, dans les civilisations grecques et romaines, la lavande est déjà citée pour ses usages actuels. Au Moyen Age, c’est toujours comme plante médicinale ou essence aux précieuses vertus que l’on retrouve la lavande : elle s’avère très efficace dans la lutte contre la Grande Peste.

DSC_7851

Au début XXe, l’expansion, à Grasse, des industries de la parfumerie provoque une forte progression de la demande de plantes à parfum. La cueillette de l’aspic et de la lavande fine se généralise et s’organise. Au milieu du XXe s, la mécanisation et la meilleure productivité des plants favorisent l’intensification de la culture de la lavande. De nombreuses familles agricoles vivent essentiellement de la lavande.

DSC_7844

La fin du XXe siècle marque un tournant. Dans un marché très tendu, le nombre de lavandiculteurs décroît, de même que la surface cultivée. Dans les années 2000, l’apparition de nouveaux débouchés, notamment celui du « bien-être », permet de maintenir le nombre de producteurs, et tend à encore améliorer la qualité de la production. L’épisode de sécheresse de 2003, joint à un problème sanitaire accélérant le périssement des plants, a failli mettre en péril la production de lavande. Presque dix ans plus tard, la situation s’avère contrastée.

DSC_7868

La lavande a perdu la moitié de ses surfaces, retirant à notre pays sa position de leader au profit de la Bulgarie. Heureusement, pendant ce temps, le lavandin, lui, se porte comme un charme. Mais pour l’essentiel, les exploitations ne sont jamais monocultures et couplent souvent la lavande avec du lavandin,  des céréales (blé, petite épeautre),  ou de l'élevage. 

DSC_7754

Utilisation : Le lavandin part majoritairement dans les lessives, déodorants et autres produits ménagers, tandis que la lavande, à la culture plus artisanale, part pour la cosmétique et le parfum.

DSC_7906

Au milieu de ces champs de lavande, de nombreux apiculteurs produisent du miel de lavande, protégé par un label rouge. Dans cette nature complexe et riche, la biodiversité est importante, l'abeille cruciale ; car le destin de l'humanité est lié à celui des pollinisateurs. Si l'une est en danger, l'autre l'est aussi.

 

DSC_7825

 

 

Pesticides, insectes et acariens parasites, vident les ruches, la mécanisation aussi. Lors du passage de la machine, les tiges sont relevées pour être coupées et les abeilles restent piégées dans la fleur. Voir explications de ce kit "Chasse Abeilles", peu cher, et qui n'impose pas de gênes, de la mécanique simple.

Un kit pour éviter que les abeilles ne meurent pendant les récoltes

Par Laure Gareta / Vidéo : Stéphane Duclet S i l'abeille disparaissait de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre." Cette citation apocryphe d'Einstein ne laisse pas de place au doute. Dans cette nature complexe et riche, la biodiversité est importante, l'abeille cruciale ; car le destin de l'humanité est lié à celui des pollinisateurs.

https://www.laprovence.com

Le fléau de la lavande : depuis plusieurs années, la lavande sujette aux maladies, responsable de son dépérissement, a fortement régressé. La citadelle est un insecte devenu ennemi public n°1 des producteurs et distillateurs de lavande. Il est vecteur d'une bactérie et infuse inéluctablement la maladie appelée « phytoplasme du Stolbur ». Ce fléau est source de terreur sanitaire, et c'est une lutte, de tous les instants, à laquelle se livrent les producteurs.  Amplifié par le réchauffement climatique, le phénomène fragilise les équilibres économiques des exploitations. Et pour couronner le tout aucun traitement efficace n'a pour l'instant été trouvé.Vous verrez souvent des parcelles en cours de renouvellement. 

DSC_6804

Randonnées dans le plateau d'Albion : il est très prisé par les amateurs de nature, qui souhaitent trouver du soleil, mais qui ne veulent pas se risquer à s’approcher des plages saturées de plaisanciers, l'été. Ici, pas de problème, c'est la tranquillité assurée, idéal pour se ressourcer !

DSC_7893

Bien sûr, les champs de lavande, les chants des cigales, et les bories, attirent les touristes, à eux seuls, mais il serait réducteur d’en rester là. 

DSC_8974

Sentier des lavandes : C'est, aussi, l'endroit idéal,  pour faire de belles balades, aussi bien à pieds qu’à VTT. Depuis Sault, capitale de la lavande, un "sentier des lavandes", aménagé, nous permet de découvrir, au moment de la floraison, toutes les facettes de ce symbole provençal et ce, en toutes saisons. 

DSC_7894

La lavande étant en fleur en juillet et en août, la balade n'en sera que plus belle, à cette période là ! Nous voilà partis pour une boucle pédestre de 5 km, soit 1 h 40 de marche, et 80 m de dénivelé. Cette balade, pour ses fragrances, se fait avec le nez !

DSC_7866

Nous nous laissons guider par les panneaux d'interprétation (botanique, culture, récolte, distillation), et la signalétique, qui jalonnent notre parcours.  La balade vous conduit sur des sentiers nous passons des champs de lavande, de petits épeautres, aux champs d’herbes aromatiques. Nous cheminons au gré des couleurs, et des senteurs typiques de la Provence : thym, romarin,  sauge sclarée, lavande… Au cours de la randonnée, arrêtez-vous à la distillerie de lavande, Arome'Plantes, ou la ferme des lavandes,  pour tout savoir sur le métier de producteur de lavande, avant de revenir au village de Sault, (prochain article).

DSC_7877

Sur un fond bleu pur, parsemé de quelques nuages blancs, et de montagnes vert foncé, le plateau de Sault est un spectacle enchanteur, avec ses bouquets bien taillés, ses allées rectilignes fuyant vers l’horizon : une véritable oeuvre d’art !

DSC_7867Le "Chemin des Lavandes", à Sault.

Ces paysages magnifiques, nous font découvrir de grands espaces, occupés par la culture de la lavande, le blé, et par l’élevage ovin, au milieu desquels se dressent des villages perchés typiques, semblant poser fièrement avec leurs églises, chapelles et leurs châteaux ! 

DSC_7890Le petit village perché, d'Aurel, au milieu des champs de lavande.

Ne pas oublier, avant de partir, d'aller visiter le charmant petit village d'Aurel, au nord de Sault, entouré de champs de lavande, un vrai décor de cartes postales !

DSC_8984

Le Plateau d’Albion regroupe des villages provençaux de petites tailles, la population approximative, en 2017, est proche de 4.000 habitants pour ces sept communes : Sault, Aurel, Saint-Trinit et Saint-Christol (Vaucluse), Ferrassières (Drôme), Revest-du-Bion et Simiane-la-Rotonde (Alpes-de-Haute-Provence).

DSC_7754Le village de Sault perché sur son piton rocheux.

DSC_7757

L'élevage : Par ailleurs, les vastes champs, du Plateau d'Albion, favorisent l’élevage ovins et porcins, notamment le porc du Ventoux, élevé en plein air.

DSC_8981

La spéléologie : Pour les amateurs de sensations fortes, le Plateau d’Albion, considéré comme un des plus importants massifs karstiques de France, est un haut lieu pour la pratique de la spéléologie grâce à de nombreux avens. La géologie, particulière, favorise l’infiltration des eaux de pluie, qui alimentent la rivière d’Albion,  avant de ressortir à la célèbre résurgence de Fontaine de Vaucluse. 

DSC_8980

Une balade karstique, (voir plan ci-dessous), de 2 km, au départ du centre du village de St Christol d'Albion, évoque ce relief particulier et vous permet d’approcher, au plus près, de l’entrée de quelques avens.

St Christol

Une centrale solaire photovoltaïque : Le plateau d'Albion est également connu pour avoir hébergé, sur son territoire, le site de lancement des missiles nucléaires entre 1971 et 1996. On trouve aussi une importante base militaire, un centre de radars et une centrale solaire photovoltaïque, construite sur un ancien silo, destiné au lancement de missiles nucléaires16 400 panneaux sur 3 hectares produisent 1,2 MWc pour les besoins de 600 foyers.

Image associée

Un observatoire astronomique : Toujours sur le Plateau d'Albion, au milieu des champs de lavandes, à Lagarde d'Apt, un ancien camp militaire a été transformé en observatoire pour "Nuits étoilées", pour notre plus grand plaisir ! Il abrite, à 1000 m d'altitude, l'observatoire astronomique SIRENE, depuis mai 2001, dans une atmosphère pratiquement pure. Grâce à un téléscope, et divers instruments, il est possible de faire des observations célestes (étoiles, lune, Saturne, galaxies ... ).  

DSC_7914

Une reconversion bien réussie pour un ancien silo militaire. Sur la route qui y mène,  l'on peut même rencontrer des animaux : sanglier, renard, chevreuil.  

DSC_7913

Coup de coeur

« Les Routes de la Lavande », Philippe Lemonnier, Bruno Colliot, Ouest France Publishing, 144 pages, € 16.50 

 N'hésitez pas si vous avez besoin de plus de renseignements, de me laisser un commentaire, j'y répondrai volontiers, à bientôt !  

Plus d'infos sur le Luberon sur :

Office de Tourisme Luberon Cœur de Provence

Laissez-vous tenter par le Luberon. Des villes et villages perchés à la vue incroyable, dont Gordes, l'un des plus beaux villages de France, des sentiers d'itinérance de toute beauté, un patrimoine historique remarquable et une gastronomie reconnue ...

http://www.luberoncoeurdeprovence.com
Journée exceptionnelle au pays de l'Or Bleu - Exclusivité 2018 !

(Uniquement pendant la floraison de la lavande). Pour la première fois, la famille Lincelé, producteur et distillateurs depuis 1890 ouvre les portes de son domaine lavandicole au coeur de la Provence... Accompagné d'un guide du Domaine, découvrez les plantations, la culture de la graine aux champs de lavande.

http://www.luberoncoeurdeprovence.com