DSC_3987

Aujourd’hui, je vous emmène,  à l’Abbaye de Sénanque, dans un très beau coin de nature, aux portes du Luberon et en même temps une étonnante découverte ! C'est au creux d'un vallon étroit et sauvage, de Gordes, où coule un ruisseau appelé la Sénancole, que cette abbaye  a été fondée, en 1148. C’est un joyau de l’art roman et demeure comme un des plus purs témoins de l'architecture cistercienne primitive.

DSC_3981

Bordée de champs de lavande, de garrigue et de chênes kermès, elle est enchâssée dans une nature intacte. La  petite communauté de moines qui y vit, s'incruste dans la nature environnante, qui lui prodigue ses fruits en échange de son labeur.

DSC_4020

Dix hectares de lavandin dessinent une mer de couleur au fond du vallon austère. Leurs plantes à l'odeur entêtante sont récoltées au soleil de juillet puis distillées à l'extérieur, avant de produire une huile essentielle de grande qualité. 

DSC_3996

A Sénanque, le silence est absolu, jamais troublé. Cette immense quiétude marque l'harmonie du monastère, au milieu de ce décor paisible. 

DSC_4022

« Pour être du ciel, il faut être de la terre, y avoir ses racines, tel un arbre qui déploie ses branches vers l'infini », nous raconte un moine. Cette alliance en dit long sur Sénanque et sa vie monastique, où la quête spirituelle s'enracine dans la solitude, dans le travail et dans le silence qui monte de la nature intacte.

DSC_4054

En parlant d’arbre, justement, c’est en empruntant le petit sentier qui mène derrière les bâtiments de l'abbaye, que nous sommes surpris de voir un étonnant chêne, au tronc creux.

DSC_4031

Ce chêne pubescent, plusieurs fois centenaire, de 5 m de circonférence, ne laisser personne indifférent.  

DSC_4036

Le vieil arbre n'est pas mort, bien que coupé en deux sur sa longueur et percé d'un beau tunnel vertical.

DSC_4024

L’arbre ne présente plus aujourd’hui que 3 branches encore vivantes.

DSC_4033

De profil, il parait presque crier au ciel, son tronc calciné par la foudre est envahi de cicatrices noires.

DSC_4023

Désigné par les dieux, ce chêne est véritablement fendu en deux, et pourtant de chaque côtés partent de belles branches déployées, fournies de feuilles. Un autre chemin vers le ciel…

DSC_4039

A lui seul le chêne témoigne de la force de la nature et signifie bien qu'il est le roi des arbres. Comment identifier un arbre remarquable ?

  • Les critères physiques : la hauteur, la circonférence. 
  • Historique et croyances : l'arbre a-t-il un intérêt historique ou est-il associé à une légende ou à une croyance religieuse ou païenne ?
  • Les critères esthétiques : morphologie et physionomie (aspect tortueux, enlacé, rectitude, forme animale, arbre taillé originalement, couleurs, envergure...), association du ligneux avec le minéral, intérêt paysagé.

DSC_4034

On trouve en abondance les chênes pubescents  dans le massif forestier du Luberon. Les conditions climatiques, dans le Luberon, conjuguées à la nature du sol calcaire, sont parfaites pour son développement.

DSC_4038

 

Les feuilles du chêne pubescent ne sont pas persistantes, comme celles du chêne vert, mais elles tombent au printemps et non en hiver : les nouvelles feuilles qui commencent à pousser font tomber les anciennes. L’arbre peut atteindre une hauteur de 25m et il peut vivre plusieurs siècles.  Le chêne pubescent ne craint ni les terrains arides ni les froids de l'hiver.

DSC_4037

N’hésitez pas à vernir, en même temps, visiter l’abbaye de Sénanque pour y apprendre tous les secrets et l’histoire de ce lieu magique et être initié aux us et coutumes de la vie monacale.