château bontemps2

Nous commençons cette nouvelle journée, dans le Jura, en traversant un site naturel  remarquable, de vignobles, de forêts, pour arriver à Arbois capitale de Pasteur et des vins du Jura.

DSC_0653

C’est à pied que nous partons à la découverte d’Arbois, petite Cité Comtoise de Caractère. 

DSC_0632

Nous sommes conquis par son architecture et par sa douceur de vivre : ici, pas de grandes artères ni de monuments prestigieux, mais une place de charme rythmée d’arcades, des quartiers attachants où les maisons vigneronnes côtoient les hôtels particuliers. On y rencontre des petits jardins romantiques.

DSC_0635

Le vieux bourg peut être fière de son patrimoine, que l’on découvre en arpentant les rues de la ville. 

DSC_0628

Il est plein de charme, avec ses maisons, jaune-ocre, qui s'alignent le long de la pittoresque rivière Cuisance, et qui incitent à la flânerie.

DSC_0655

Elle prend sa source au pied de la majestueuse reculée des Planches, qui bénéficie du classement "Natura 2000" !

DSC_0636

Nous irons flâner jusqu’à la magnifique église Saint Just. 

DSC_0629

Des XIIe et XIIIe siècles, elle est dotée d'un clocher d'une hauteur de 60 mètres. Ce dernier, accessible en juillet et août, offre une vue magnifique sur le vignoble et les toits de la ville.

DSC_0627

Venir à Arbois c’est aussi venir pousser la porte de la demeure familiale  de Louis Pasteur,  dans laquelle il venait régulièrement séjourner.

DSC_0656

 Inventeur du vaccin contre la rage, il aima profondément son pays dans lequel son père Jean-Joseph, tanneur, vint s’installer en 1830.

DSC_0638

De la modeste tannerie de son père, où il a passé son enfance, il ne reste que peu de chose, car Louis Pasteur a transformé cette maison en son « Château de la Cuisance », et l’a aménagée à son goût. 

DSC_0654

Dans cette maison où il revenait chaque année, Pasteur a joint l’utile à l’agréable : entouré de sa famille et de ses amis au salon ou dans la salle à manger, il pouvait se consacrer à ses recherches, dans son laboratoire privé.

DSC_0649

DSC_0640

C’est à Arbois qu’il a mené ses travaux sur les fermentations et c’est là qu’il a mis au point la fameuse pasteurisation. Du billard à la chambre à coucher, nous retrouvons le savant dans l’intimité de cette maison incroyablement bien préservée. 

DSC_0649

Nous découvrons son laboratoire personnel, ses souvenirs personnels, ses objets, ses appareils et instruments scientifiques, conservés intacts et encore habités par l’âme de son illustre propriétaire et par l’effervescence de ses expériences. 

DSC_0650

DSC_0648

Incontournable également, le musée de la Vigne et du Vin, situé dans une partie du château Pécauld, qui propose aux visiteurs la découverte de l'histoire et des traditions liées à la viticulture. Ce musée, présente aussi les cépages de la région et les méthodes de vinification, toute l’histoire d’un savoir-faire ancestral…  

château PécauldLe château Pécauld et son musée de la vigne.

Petit arrêt devant le Château Bontemps a été édifié avant le XII ème siècle. Avec la Tour Gloriette il était intégré dans la ligne de fortification d'Arbois, qui suivait le cours de la Cuisance. Il fut détruit avec la ville par les troupes de Louis XI en 1479, les ruines furent vendues à Pierre Bontemps chanoine de Notre-Dame qui l'habitat et le restaura. A la révolution il fut vendu comme bien national en plusieurs lots. En 1847, le tribunal d'Arbois le mis en vente, il fut acheté par l'architecte André Perrard qui le transforma. 

château bontempsLe château Bontemps.

château bontemps2

Arbois, c'est également un vignoble qui s'honore d'être la première AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) des Vins de France le 15 mai 1936. 

DSC_0697

A quelques encablures, Poligny, capitale du Comté, nous invite à la dégustation du Prince des fromages.

DSC_0692Polygny.

DSC_0688

Passé le village des Planches-Près-Arbois, on se retrouve au pied de la plus haute reculée du Jura : dans ce « bout du monde » d’où jaillit la cascade de Tufs. 

DSC_0665

Suite : la cascade de Tufs.