DSC_0621

Je vous emmène aujourd'hui dans un site gigantesque et surprenant : la saline royale d'Arc-et-Senans, dans le Doubs. Cet immense ensemble architectural était une ancienne saline/saunerie, à la dimension des rois de France. Cette usine était destinée à la production du sel production industrielle, « or blanc » ou sel gemme. Nous visitons, avant tout, un projet de cité idéale, une utopie, où tout était pensé pour que toute la vie des ouvriers s'organise dans un même espace. 

DSC_0593

Puissante, troublante, l'atmosphère de la saline royale, construite de 1775 à 1779, ne nous laisse pas indifférent, lorsque nous pénétrons dans son enceinte.

DSC_0616

DSC_0594

Cette architecture exceptionnelle, classée depuis 1982 au patrimoine mondial de l'UNESCO. La Grande Saline de Salins-les-Bains fut en activité pendant 1200 ans, jusqu’en 1962. Les réalisations, ainsi que les projets restent d'un avant-gardisme qui n'a pas pris une ride.  

DSC_0597

 La Saline royale comprend : les lieux de production et les espaces d'habitation pour les ouvriers.

DSC_0601

Elle compte parmi les plus importantes salines d'Europe, de son époque. Elle fut construite par l'architecte Claude-Nicolas Ledoux, sous le règne du roi Louis XV, pour transformer la saumure. Celle-ci était extraite aux salines de Salins-les-Bains, transférée jusqu'à Arc-et-Senans, par un saumoduc, de 21 km. 

à gauche maison directeur et atelier fabricationA gauche la maison du directeur et l'atelier de fabrication.

Au XVIIIe siècle, le sel était utilisé pour la conservation de certains aliments comme la viande ou le poisson. C'était donc à ce titre une denrée essentielle. Un impôt était basé sur sa consommation, la gabelle, et était perçu par la ferme générale.

DSC_0619

La Franche-Comté était une région relativement riche en gisements de sel gemme, dans son sous-sol. En conséquence, on trouvait de nombreux puits salés dont on extrayait le sel par ébullition dans des chaudières chauffées au bois. On trouvait à l'époque de nombreux puits à Salins-les Bains et à Montmorot. On avait construit les chaudières près de ces puits et l'on amenait le bois des forêts voisines.

DSC_0602

La Saline de Salins abrite une galerie souterraine du XIIIe siècle avec une pompe hydraulique du XIXe, toujours en fonctionnement. La salle des Poêles laisse imaginer la pénibilité du travail des sauniers pour récolter l’Or Blanc.

maison du directeur2Extérieur et intérieur de la maison du directeur.

maison du directeur

Cependant, après de nombreuses années d'exploitation, ces forêts s'appauvrissaient de plus en plus rapidement, et le combustible devait en conséquence parcourir des distances de plus en plus importantes pour être acheminé, ce qui coûtait de plus en plus d'argent. De plus, au fil des années, la teneur en sel de la saumure diminuait. 

DSC_0614

La construction initiale devait être suivie de l'édification d'une cité idéale, qui demeura à l'état de projet. C’est cette vision grandiose et luxueuse qui mènera ce projet à l'échec : aucun bâtiment industriel de l'époque n'était si imposant, ce qui étonnait les contemporains de Ledoux.

DSC_0623

Le roi refuse le projet, en précisant : « Pourquoi tant de colonnes, elles ne conviennent qu'aux temples et aux palais des rois ». De même, il était choquant à l'époque de placer une chapelle dans un coin.

DSC_0609

La cour carrée centrale était destinée au stockage du bois de chauffe de la saline. On pouvait trouver au niveau des coins, et au centre de chacun des côtés, des pavillons carrés de deux étages.

DSC_0617

photothèqueLa photothèque

Ils abritaient les fonctions vitales et nécessaires au fonctionnement de la saline : corps de garde, chapelle et boulangerie devant; ateliers des maréchaux-ferrants et tonneliers se trouvaient sur les ailes ; et enfin la fabrique se trouvait au fond.

saline

On pouvait trouver, aussi, des jardins, très créatifs, tout autour de la manufacture, destinés à apporter un complément de salaire aux employés, ainsi qu'une imposante muraille afin de protéger la saline des vols.

DSC_0615

Les bâtiments de la saline royale, longtemps abandonnés et menaçant ruine, ont été parfaitement restaurés et abritent aujourd'hui un petit musée consacré à l'architecte Claude-Nicolas Ledoux, (50 maquettes), des expos temporaires, des jardins thématiques (de juin à octobre)...

DSC_0613

... des concerts, des spectacles sons et lumières, des expositions sur l'histoire du sel (couleurs, paysages, techniques, valeurs, commerce et usages du sel)... 

DSC_0617

Source Wikipédia.

Pour conclure : La visite, avec audio-guides, est intéressante car elle nous propose des supports variés : films, maquettes, panneaux... Quand on découvre l'état de conservation des bâtiments, on ne peut qu'être admiratif devant la qualité des restaurations effectuées. 

DSC_0620

Un site, unique, où il faut prendre le temps de flâner, se reposer et s'imprégner des lieux. Nous avons juste été un peu déçu de ne pas y voir vu les installations pour l'exploitation du sel, mais pour ça il faut se rendre  à Salins-les-Bains, à 10 km.  En effet, il ne reste plus rien des outils et structures, pour l'exploitation du sel, car pour la petite histoire ce site a été fermé en 1895, puis abandonné, pillé, incendié. Il était presque en ruines quand le département du Doubs l'a racheté.

Saline_de_Salins-les-BainsSalines de Salins-les-Bains.

salins les bains

Renseignements :

Contacts et Infos : +33(0)3 81 54 45 45 – www.salineroyale.com

Tarifs haute saison (de juin à octobre) : adultes : 10.50 € - enfants (6-15 ans) : 5 €