DSC_0452

Je vais partager avec vous, dans cet article, un village typique du Vaucluse, où je peux revenir, indéfiniment, sans jamais avoir l'impression de le connaître : Roussillon.

DSC_0401

Nous y retournerons, avec des amis, le 1er janvier de cette nouvelle année. 

DSC_9058

Ce petit village a quelque chose d'indescriptible qui rend véritablement unique chacune de mes visites.

DSC_9080

C'est l'un des endroits qui figure sur tous les guides touristiques de la région, et parmi les 100 plus beaux villages de France.

DSC_0480

Le mieux est de découvrir Roussillon un matin ensoleillé, en arrivant par la route de Saint Saturnin les Apt, la vue est alors magique, le village apparaissant au sommet d'une colline abrupte, avec ses teintes rouges avivées par le soleil. 

DSC_0473

Roussillon, au cœur du plus important gisement ocrié du monde, doit sa célébrité  à ses impressionnantes carrières d'ocre. Les rouges, les jaunes et marrons se déclinent avec contraste au milieu des riches pinèdes verdoyantes.

DSC_0483

Ici l'ocre est partout, dans le paysage, sur les façades des maisons, dans les boutiques, c'est magique ! 

DSC_0479

En parcourant ses ruelles et ses escaliers, en contemplant ses façades, souvent simples et naturellement belles, on admire le résultat d'un savoir-faire plus que millénaire. 

DSC_9040

 Ici l'homme a su spontanément se fondre dans la splendeur d'une nature généreuse.

DSC_0481

La sinueuse rue centrale, qui conduit au sommet du village, est bordée de jolies maisons des 17 et 18e siècle, de galeries d'art, et de boutiques de produits provençaux.

DSC_9081

Elles se parent, elles aussi, de mille feux pour attirer l'oeil des touristes fascinés.

DSC_0459

C'est une cinquantaine d'artistes qui sont représentés dans le village. Roussillon, village des ocres, redevient le village de l'art et conforte son image dans la vallée du Luberon.

DSC_0474

- Place de la Mairie : belles maisons du 18ème, c'est le centre d'animation du village.

DSC_0480

- Eglise St Michel :  L'église primitive remonte au 11ème siècle et se situait à l'intérieur des fortifications, face au château. Très remaniée au cours des temps, on remarquera son chœur 18ème, les fonds baptismaux et la statue de Saint-Michel. 

DSC_0484

L'église, point culminant du village, possède une belle façade du 17e siècle et jouxte une falaise, avec table d'orientation. L'on découvre, à cet endroit, un large panorama à 360°, du Luberon aux Monts de Vaucluse. Nous ne pouvons nous lasser de ce village et de son site magique qui ressemble à une palette de peintre, aux couleurs flamboyantes !  

DSC_0487

Le Beffroi : Ancienne porte du Castrum, enceinte fortifiée, le beffroi a été remanié au 19ème siècle, en clocher annexe de l'église. 

DSC_0493Beffroi.

La première ruelle, sur la gauche, permet de gagner l'ancien chemin de ronde, qui joignait deux tours des remparts, d'où le nom du quartier de la Bistourle. Cela constitue un beau point de vue sur le village et les alentours.

DSC_9019

Faire une visite, en fin de journée est aussi très sympathique, surtout quand le soleil décline et vient illuminer les façades aux couleurs multiples.

DSC_9003

 

Les ruelles étroites, l'église, le sentier des ocres, sont un véritable voyage dans le temps. Les couleurs des maisons, qui se confondent merveilleusement avec celles des proches carrières d'ocre, parviendront à nous réchauffer le cœur, même en cette période hiver !

DSC_0494

Cette balade, dans le village, fut différente de la précédente, mais je suis certaine que mon prochain passage m'apportera encore son lot de découverte et d'émotions nouvelles.

DSC_9082Peinture en trompe l'oeil sur une porte.

- Le Conservatoire des ocres : A Roussillon, on peut découvrir ce que fut l'aventure industrielle du pays, en visitant le Conservatoire des ocres et de la couleur, à l'ancienne usine Mathieu, sur la D 104, en direction d'Apt.

DSC_7679

Y sont organisés des visites, stages et informations techniques. 

DSC_7684

L'ocre : utilisée depuis la préhistoire, exploitée depuis l'occupation de la Provence par les romains, n'est véritablement devenue un produit industriel que grâce à l'intuition du roussillonnais Jean-Etienne Astier.

DSC_7703

C'est lui qui, à la fin du 18ème siècle, eut l'idée de laver les sables ocreux, pour en extraire le pigment pur. Fortement concurrencée par les colorants synthétiques, l'ocre naturelle demeure pourtant, dans certaines de ses utilisations, un produit inégalable. 

DSC_9024

Roussillon fait partie des must du Luberon, et mérite vraiment un détour. Quand la visite d'un beau village, comme celui-ci, se termine et que nous prenons le chemin du retour, je ressens toujours un peu de nostalgie, mais le fait de partager mes souvenirs, permet de mieux la supporter. A bientôt et merci d'avance pour vos commentaires.