113878838_o

Après notre passage, en Auvergne, à Clermont Ferrand et à St Saturnin,  nous ne pouvions pas passer à côté de Issoire, sans visiter la célèbre abbatiale Saint Austremoine. 

113878667_o

Ceux qui désirent passer un week-end dépaysant et au calme, c'est la ville qu'il vous faut ! C'est sur le chemin du retour que nous nous sommes arrêtés à Issoire, une ville tout aussi auvergnate, mais à l'architecture complètement différente de Clermont Ferrand.

113878689_o

Quand nous nous sommes promenés dans son centre-ville, nous avons été surpris par la couleurs des façades des maisons, qui nous rappellent indéniablement notre belle Provence.

113879523_o

Sur la place de l'église, nous trouvons une magnifique tour de l'Horlance, ancien beffroi, ainsi qu'une magnifique fontaine, en pierre de lave noire.

113879524_o

Nous arrivons, enfin, à notre coup de coeur, tant attendu... Quand je dis, plus haut, que l'Abbatiale Saint Austremoine d'Issoire, est fascinante, le mot est faible, c'est plus que cela encore, c'est un véritable chef d'œuvre de l'art roman auvergnat, comme on en voit très rarement !

113879480_o

Avec ses 63 mètres de long, c' est la plus grande des églises de Basse-Auvergne. 

113878851_o

Au XIIe siècle, des moines bénédictins vont édifier l'une des plus belles églises romanes d'Auvergne, en forme de croix latine. Elle est ornée d'une nef à deux étages...

113878657_o

...de cinq chapelles rayonnantes et d'un chevet, richement décoré, qui est le reflet de l'architecture exceptionnelle de ce monument.

113878661_o

113879472_o

Le chevet, est une véritable merveille, il constitue la pièce maîtresse de l'église.

113878679_o

113878581_o

113878592_o

Les chapiteaux du chœur, illustrant le cycle de Pâques, sont décorés de scènes populaires et de motifs décoratifs végétaux, inspirés des chapiteaux corinthiens de l'Antiquité grecque. 

113879483_o

113878598_o

Seul le chœur renferme des chapiteaux inspirés des écritures saintes.

113879643_o

Dans la crypte, une superbe châsse en émaux de Limoges datant du XIIIe siècle fut achetée au XIXe siècle pour y placer les reliques de saint Austremoine.

113879484_o

113878605_o

Ses faces décrivent la visite des Sainte Femmes au Tombeau et l'apparition du Christ à Marie-Madeleine.

113879485_oLa châsse de saint Austremoine. 

On estime à environ 50 ans le temps qu'il fallut pour édifier l'abbatiale Saint-Austremoine. Les hommes se rendaient à la carrière de Montpeyroux (10 km au sud) pour puiser ce grès tendre, que l'on appelle l'arkose, et qui donne à l'église cette couleur chaude.

113878838_o

Les échafaudages métalliques n'existaint pas, il a fallu abattre des forêts entières pour constituer les armatures de bois qui permettaient aux bâtisseurs d'élever les murs. Ces structures étaient solidement ancrées aux parois de l'église pour éviter que le vent ne les emporte. Si l'on s'attarde sur les façades de l'abbatiale, on peut apercevoir les « trous de boulins » dans lesquels on enchâssait les échafaudages de bois dans les murs.

113878575_o

Elle conserve des proportions harmonieuses. Son cycle zodiacal, complet,  témoigne de l'intérêt porté aux astres, par les hommes de cette époque.

113880979_oSignes du zodiac sur la nef de l'abbatiale.

Conclusion : cette Abbatiale est sans conteste, l'un des plus fascinants joyaux de l'Art Roman de la Basse-Auvergne. Surtout si vous passez dans la région, faites-y un petit détour, elle vaut à elle seul le déplacement !