DSC_6103

Nous avons rencontré, lors de nos randonnées en Anjou, des chevaux vivant proche du rivage de la Loire. Ce milieu de vie se rapproche, le plus possible, du cadre naturel des chevaux.

DSC_6089

Nous nous arrêtons, quelques instants, pour admirer leur grace. Au départ, ils nous regardent un peu étonnés, et peureux, ne semblant pas voir souvent des êtres humains. Nous voyons leurs muscles qui tressaillent sous leur  peau, et entendons leur respiration haletante.

DSC_6095

Ils sont conscients de notre présence, mais n’osent s’approcher. Nous nous avançons  lentement vers eux jusqu’à sentir leur odeur et leur tension palpable. 

DSC_6104

Le plus odacieux du groupe ose s'approcher de nous, les autres resteront en arrière-plan. Nous ne bougeons plus, et attendons sa réaction. Le cheval se calme peu à peu, et se détend progressivement. 

DSC_6090

En le touchant d'une main réconfortante, il se sent plus rassuré. Il commence à s’habituer à notre présence et vient poser son naseau sur notre main. Ce sont des animaux paisibles et silencieux, il faut les approcher dans le calme, pour ne pas les perturber.

DSC_6100

Mieux vaut éviter de nourrir des chevaux, dans la nature. Le pain ne serait pas très digeste, et pourrait être source de ballonnements. Certaines herbes peuvent, aussi, être très mauvaises pour eux, voir même toxiques.

DSC_6098

Comme ici, les chevaux ont besoin de se déplacer et de vivre au milieu de leurs congénères.

DSC_6094

Ils ont des abris, en libre accès, de l'herbe à volonté, du foin, et de l’eau bien sûr. Ils ont également accès aux haies, aux ronces, aux arbustes : leur pâturage, juste au-dessus de la Loire, ne ressemblent pas à un terrain de golf. Ils ne dépendent pas de l’homme pour leur vie quotidienne.

DSC_6105

Ils vivent en groupe d’âges variés : vielles juments, juments et hongres adultes, jeunes chevaux. L’éducation des jeunes est faite par les plus âgés.

DSC_6101

Les chevaux sont des êtres sensibles, dotés d’intelligence et  doivent être respectés en tant que tels. 

DSC_6088

 

En poursuivant notre route le long de la Loire, nous rencontrons ce sublime château.

*-*-*-*-*-*

Dans ce vaste monde, où pourrait-on trouver 
quelqu’un qui soit noble mais sans orgueil, 
amical sans être envieux, beau sans vanité ? 
Ici, se retrouvent liés la grâce et la puissance musculaire, la force et la gentillesse. 
Le cheval sert sans être servile, 
il a combattu sans animosité. 
Rien n’est plus puissant et moins violent, 
plus rapide et plus patient. 
Ronald Duncan « To the Horse »

Suite : la Mayenne