100_1263

En traversant les gorges du Verdon, dans les Alpes-de-Haute-Provence, il y a quelques années, nous sommes tombés, par hasard, en faisant la route des crêtes, sur un troupeau  de chèvres, à l’état sauvage. Installés tranquillement sur le bord de la route et dans la pente escarpée, ils faisaient comme partie du décor !

100_1227

Qui n’a pas rencontré, au gré d’une promenade, sur cette route touristique, ou ailleurs, des chèvres sauvages ? Sauvages ? À vrai dire pas du tout. Nous en avons rencontré tout un troupeau et elles n’avaient pas du tout peur de nous ! 

100_1264

Mais sauvages, elles le sont dans la mesure où elles n’appartiennent à aucun troupeau domestique et errent librement dans la réserve… Soit elles ont été abandonnées, lâchées volontairement ou se sont échappées. 

100_1262

Celles que l’on rencontre actuellement n'ont jamais connu la domestication. Il est très facile de les observer et même de les rencontrer sur son chemin.

100_1249

On pouvait les voir, très agiles, sauter dans les falaises abruptes, endroit idéal pour elles... de l'eau et de la garrigue, que du bonheur !

100_1270

Ces chèvres sauvages sont d'une beauté stupéfiante ! 

100_1243

100_1244

Il n'est pas rare de les voir se prélasser au milieu de la route en pleine saison touristique, sauvage mais pas farouche. Elles entretiennent le milieu et participent à la biodiversité.

100_1236

Mais tout à coup elles dérangent et le risque est qu’il y ait croisement entre les bouquetins et les chèvres et ainsi faire des animaux hybrides. Des populations de chèvres sauvages sont présentes : dans les gorges du Verdon, dans le massif de la Sainte Baume (Var), mais aussi, dans les gorges de l’Ardèche (entre Vallon-Pont-d’Arc et Saint-Martin-d’Ardèche). 

100_1257

Les maires sont donc chargés de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la divagation des bétails. Pour justifier l’élimination de ces chèvres ensauvagées (ou férales), les services de l’Etat invoquent les risques sanitaires, les problèmes de sécurité routière et les dégâts aux cultures.

100_1265

Les maires des 5 communes ardéchoises, conscients de l'injonction qui leur avait été faite par le Préfet, ont tous proposé des solutions alternatives pour la survie de ces chèvres : Protocole de suivi des animaux, interdire le nourrissage des chèvres avec panneaux et campagnes d'informations, faire des prélèvements réguliers pour s'assurer que les animaux ne sont pas porteurs de maladies.

100_1231

D’après un article du quotidien régional La Provence, en date du 21 février 2012, le devenir des chèvres sauvages du massif de la Nerthe (Bouches-du-Rhône) est à nouveau d’actualité. 

100_1275

Au printemps, l’abattage de ces chèvres (une soixantaine) avait été ordonné par arrêté préfectoral, avant de tenter en vain leur capture. Désormais, ce troupeau compterait près de 300 têtes…

100_1241

Pour autant, une population de chèvres férales peut jouer un rôle dans la reconstitution d’une certaine fonctionnalité écologique. Procéder à son éradication serait-il un non-sens biologique ?

100_1245

Ainsi, la disparition d'un troupeau de chèvres férales des falaises de Jobourg, dans la Manche, a été ressentie comme une perte pour la préservation du milieu naturel.

100_1239

Ces chèvres sont considérées comme une richesse écologique et patrimoniale et bénéficient d’un capital affectif auprès des populations locales et des touristes.

100_1235

Qu'en est-il  aujourd'hui de ces chèvres, j'espère qu'elles sont toujours là, je n'ai rien vu dans la presse ces derniers années les concernant.

100_1232

Quoiqu'il en soit,  ces chèvres font partie intégrante du paysage. En effet, elles se postent souvent au milieu de la route, dans les virages, et ne bougent pas ! Donc un seul conseil, mieux vaut roulez doucement, sur les routes des Gorges du Verdon, pour la sécurité et bien-être de tous ! 

100_1240

Elles peuvent représenter un danger pour les véhicules circulant sur cette route touristique, les motos plus particulièrement. Ces animaux n'étant plus domestiqués, les nourrir empêche la régulation naturelle de leur population et les incite à fréquenter les bords de la route touristique, avec les risques d’accidents. Il faut donc être très prudent sur ce secteur routier.  

Suite : Gorges du Verdon (sentier des pêcheurs)