DSC03160-2

Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter aujourd'hui quelques photos du célèbre Jardin Exotique de Monaco. Bien sûr, cela ne remplacera pas le frisson de la découverte de ces cactus grandeur nature.

DSC03165-2Un beau groupe d'Aloe en pleine floraison.

Pour ceux qui n'ont pas encore visité ce lieu magique, qu'il faut avoir vu au moins une fois, dans sa vie de cactophile, j'espère que ces quelques clichés vous donneront l'envie de faire le voyage.

DSC03227-2A droite de la photo, un groupe de cierges, s'élançant dans le ciel.

Dès l’entrée, le ton est donné : nous en prenons plein la vue ! Un décor de rêve, vertigineux, sur fond azur, qui s’étend sur toute la Riviera, jusqu’à l’Italie et offre un écrin spectaculaire à cette collection de végétaux unique.

DSC03096-2Le port de Monaco et la vieille ville.

A l'entrée du Jardin exotique, nous sommes accueillis par un arbre étrange, au tronc renflé : un ChorisiaIl a plus la physionomie d’un arbre que d’un cactus. Un petit arbre succulent hérissé de puissants aiguillons et renflé à la base pour constituer ses réserves. Il est originaire d’Argentine, où on lui a donné le surnom de «Palo borracho» (le poteau ivrogne), à cause de ses tiges partant dans tous les sens. Il est à feuilles caduques et sa magnifique floraison blanche arrive en décembre, comme un cadeau de Noël. Nous l'avons photographié en avril, les feuilles n'avaient pas encore poussé.

DSC03149-2A l'entrée un Chorisia.

Le Jardin exotique de Monaco, est en quelque sorte l'emblème de la principauté monégasque. Situé à flancs de falaise il offre une vue exceptionnel sur le Rocher, la vieille ville, et l'immanquable Palais Princier. 

palais princierLe Palais Princier.

Entièrement consacré à une profusion de plantes grasses, dites « succulentes », le Jardin Exotique de Monaco, à flanc de montagne, nous emmène dans des contrées lointaines : Sud-Ouest des États-Unis, Mexique, Amérique Centrale et du Sud, Afrique du Sud et Orientale.

DSC03150-2Monaco vu du jardin exotique.

Conçu par l'ingénieur monégasque Louis Notari, sur les vœux du prince Louis II, ce jardin, qui s'apparente à une gigantesque rocaille, idéalement exposée, a été ouvert au public en 1931,  et officiellement inauguré  en 1933.

DSC03158-2Terrasse panoramique.

DSC03155-2

Ses collections, parmi les plus riches du monde, exhibent des cactus et plantes grasses du monde entier, de toutes les formes et couleurs avec des spécimens dont la taille dépasse l'entendement !

DSC03168-2

D'une superficie développée d'environ 15 ha, le Jardin Exotique abrite un millier de cactus et d'autres espèces succulentes, aux tiges ou aux feuilles hypertrophiées emmagasinant des réserves d'eau. 

DSC03156-2

On en trouve de toutes sortes : des immenses, comme dans les plaines du Far Ouest, des ronds et dodus, certains ressemblent à des pierres, d'autres à des serpents, certains sont duveteux, d'autres ont des piques ou des feuilles comme des poignards... Impressionnant à voir !

DSC03094-2

Au printemps, quand tout pousse et fleurit, c'est une explosion de couleurs ! 

DSC03218

Une végétation, étonnante, qui s'est merveilleusement adaptée à notre climat. On est tout de suite frappé par le contraste entre l'aspect très minéral du jardin et l'exubérance des cactus. 

Agave_ferox2

Les allées dallées séparent différents massifs et rocailles, plantés de : cierges, Yucca, Echinocactus, NolinaEcheveria, (pour les connaisseurs).

DSC03225-2

Originaires des principales régions semi-arides du globe, ces végétaux avec leurs formes extravagantes, sont des plantes à part entière, produisant régulièrement des fleurs afin de se reproduire. Les périodes principales de floraisons sont :

DSC03170-2

- L'hiver (janvier-février) pour les succulentes sud-africaines comme les Aloes et les Crassula. 

DSC03234

Des Aloes en pleine floraison.

Les Aloes arborescents, que nous rencontrons, sont en pleine floraison. Ils sont reconnus pour leurs propriétés quasi miraculeuses.

DSC03167-2Aloe Vera.

- Le printemps et l'été pour les cactus, famille endémique du Continent américain. Ils constituent la famille la plus représentative de cet ensemble. Elle se singularise par l'absence de feuilles remplacées par des épines. 

DSC03232

Lors de nobre balade nous trouvons d'imposants "Coussins de Belle Mère", (c'est leur nom),  qui ont pris des proportions absolument uniques en Europe !

DSC03234-2

Agés de plus de 130 ans, ils sont constitués d'une demi-douzaine d'énormes têtes, de près d'un mètre de diamètre, sur lesquelles poussent de nombreux rejetons plus petits (qui ont déjà 25 à 40 ans) et qui commencent tout juste à fleurir. Ils n’existent malheureusement pratiquement plus dans leur milieu naturel victimes d’années de pillage.

DSC03233-2

A côté, des cactus, appelés "Epine du Christ », remarquables par la grandeur de ses feuilles et de ses fleurs. La floraison dure pratiquement toute l'année, dans les excellentes conditions de culture du Jardin.

DSC03236-2Cactus Epine du Christ.

Des cactus colonnaires, verts, à nombreuses côtes et fines épines dorées, que l'on retrouve souvent dans nos jardineries.

DSC03220-2

DSC03162-2Cactus colonnaires.

Plus loin, des agaves de tailles imposantes dont le fameux Agave Ferox, aux aiguillons acérés, nous accompagnent vers un belvédère, offrant une vue imprenable sur le Rocher de Monaco et son célèbre Palais.

Agave_feroxAgave Ferox.

Les sujets gigantesques, qui jalonnent les allées du Jardin Exotique, témoignent de l'ancienneté de la collection.

DSC03224-2

En descendant le chemin, vers la Grotte de l’Observatoire, on ne peut que s’émerveiller face à la dimension de certains cactées, parfois centenaires. 

DSC03221-2

Le chemin se fait plus étroit dans la descente. De parts et d’autres, des cactus colonnaires centenaires se balancent au grés du vent.  De la roche blanche émergent des touffes de végétaux, tous plus rares les uns que les autres. Devant tant de variétés, nous ne savons plus où poser les yeux !

DSC03169-2

Le jardin offre une belle ballade, au gré des chemins sinueux, des petits ponts, des fontaines, des escaliers... Les rampes des passerelles sont en béton, mais elles imitent remarquablement bien le bois fossilisé.  

DSC03238

DSC03231-2

Dans cet univers minéral, un bassin où nagent gracieusement des carpes koïs, nous invite à un repos contemplateur, bien mérité. 

DSC03219-2

Ce jardin, très bien entretenu, permet de voir des cactus et autres plantes grasses, toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Chaque petit coin recèle son lot de surprise.

DSC03230-2

C'est un véritable lieu de détente, une endroit romantique, où vous vous sentirez vraiment au calme ! Des coins à l'ombre et des bancs permettent de souffler et d'admirer le paysage. Un petite pause pour nous préparer au spectacle inattendu, qui marquera le bout du cheminement : la grotte de l’Observatoire. 

DSC03216-2

- "La grotte de l'Observatoire" : À la base de la falaise du jardin, est ouverte au public depuis 1950, une magnifique grotte.

DSC03192

 La féérie se poursuit, maintenant, dans le monde souterrain, avec la verticalité des stalagmites et stalactites qui ornent les parois de la salle principale, judicieusement mises en lumières. 

DSC03185

La grotte s'ouvre dans une cavité naturelle souterraine, dans laquelle la roche calcaire, creusée par l'eau il y a des millénaires, est parsemée de cavernes. Elles sont ornées d'une grande variété de concrétions : stalactites, stalagmites, draperies ou colonnes.

DSC03186

La cavité s'enfonce pratiquement jusqu'au niveau de la mer, elle est parcourue régulièrement par des spéléologues locaux. Des traces d'habitat humain préhistorique y ont été trouvées.

DSC03193

Attention parcours un peu sportif, il y a pas mal de marches, il faut descendre 300 marches, et autant à remonter, souvent glissantes ! Pour les amateurs de stalactite et stalagmite, le coup d'œil vaut le déplacement !

DSC03194

- Le musée d'anthropologie préhistoriqueFondé par le Prince Albert Ier en 1902, le premier Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco se situait à Monaco-Ville. Une cinquantaine d’années plus tard, il sera transféré en plein cœur du Jardin exotique, à quelques mètres de la grotte de l’Observatoire. 

DSC03093-2

Ce nouveau bâtiment est inauguré le 20 novembre 1960 par le Prince Rainier III. Le musée conserve les vestiges des premiers habitants de la Principauté ; certains datent de centaines de milliers d’années ! 

DSC03090-2

La salle Albert 1er, au travers des objets exposés et des films associés, illustre les origines de Monaco et de la région proche : animaux et outils préhistoriques, sépultures originales.

DSC03091-2

 Le squelette d'un mammouth laineux, est l'attraction phare, du musée.

DSC03092-2

Pour conclure : Le Jardin Exotique de Monaco, véritable jardin d'Eden, a su rester unique en son genre depuis son ouverture au public, en rassemblant en plein air, dans un cadre prestigieux, une grande variété de plantes. 

DSC03163-2

Une jolie visite du jardin exotique, sur les hauteurs de Monaco, qui se termine en apothéose avec le musée d'anthropologie et la descente dans la grotte  (pour un prix unique, de l'ensemble : 7.50 €) .  

DSC03095-2Vue sur Monaco, du jardin exotique.

Ce Jardin est l'une des attractions touristiques les plus fréquentées de la Principauté.  On ne peut que se réjouir de trouver une telle richesse et diversité, dans un cadre aussi urbanisé que la Principauté de Monaco. 

DSC03235-2

C'est en quelque sorte, un "Paradis Vert", dans une ville au rythme effréné. Juste magique !