DSC_7966

Les habitats troglodytiques, dans le Luberon Le plus bel ensemble troglodytique, de la vallée, est le moulin à huile, rupestre, de la Baume, dans la vallée de la Sénancole (proche de Gordes). 

DSC_7967

Lieu insolite, ce moulin, du 17e siècle, étire sa façade sur 53 m de longueur, à 229 m d’altitude. 

DSC_8083

Il a été restauré par le propriétaire, qui en laisse l'accès libre et demande qu'on le respecte !

DSC_8081

L'immense bâtiment troglodytique, épouse parfaitement l'abri sous roche, tout en longueur. Il est blotti dans une immense baume, au-dessus de la Sénancole.

DSC_7968

On peut admirer sa façade, construite sur le bord de la falaise, ce qui en fait une construction impressionnante. 

DSC_8082

DSC_8079

La porte d'entrée ouvre sur une enfilade de pièces savamment agencée pour les besoins du moulin à huile, aménagé à l'extrémité nord du site.  

DSC_8024Porte d'entrée du moulin rupestre.

La première partie du bâtiment regroupe neuf cuves de stockage, destinées aux olives, acheminées depuis le plateau. 

DSC_80359 cuves de stockage des olives.

Ces cuves étaient séparées par des cloisons de pierres.

DSC_8025

Après un passage plus étroit, on arrive dans une deuxième salle immense. 

DSC_8059

C’est la salle de pressage, où se trouvaient les silos, les pressoirs, avec leurs meules, les citernes et cuves de récupération de l’huile.

DSC_8036

Vous remarquerez qu’elles sont creusées à même la roche.  Entre les deux grandes salles une petite pièce avec le bac à saumure.

DSC_8047Petite pièce avec bac à saumure.

Plus loin, nous trouvons l'emplacement de la meule entraîné par un âne ou un mulet.

DSC_8070L'emplacement de la meule (la partie circulaire).

DSC_8053

La meule servait à broyer les olives avant le pressurage.

DSC_8041

DSC_8072

À côté, le long de la paroi, se trouve une citerne de 12 m3, autrefois couverte d'une voûte, dont les ancrages sont encore visibles.

DSC_8048

DSC_8055

Cette cuve à eau était alimentée par une rigole depuis un aiguier extérieur.

DSC_8044

Un gros trou dans le plafond perce la voûte de l'abri, c’est la trémie de descente des olives, depuis le plateau. Ce conduit vertical, de 80 cm de diamètre,  traverse la paroi rocheuse sur 5m, un véritable exploit pour l'époque.

DSC_8052

Le pressage des olives nécessitant de l'eau chaude pour la seconde presse, un moyen de chauffage devait exister. 

DSC_8042
Après avoir traversé tout le moulin nous arrivons à la sortie nord par une porte qui débouche sur un petit plateau.

DSC_8073Ouverture dans le moulin, donnant sur la vallée de la Sénancole.

Nous revenons sur nos pas et sortons du moulin par la porte sud. Nous montons, ensuite, par une sente à droite sur le plateau.

DSC_8060Vue depuis le moulin, sur la vallée de la Sénancole.

DSC_7991

Vous découvrons l'aire de battage et le fameux trou qui servait à alimenter le moulin en olives.

DSC_7993Aire de battage des olives.

Pas très loin du moulin, nous visitons autre grande habitation troglodytique, creusée elle aussi, dans la roche.

DSC_7977

DSC_7983

DSC_0020

C'est passionnant de découvrir des endroits mystérieux, lors de nos promenades, comme ce moulin rupestre de la Baume et des abris sous roches, qui ont servi de refuges aux maquisards. 

DSC_7940

Une randonnée très intéressante, dans un site naturel exceptionnel, où l'on fait de nombreuses découvertes. Je vous la conseille en avril/mai, car les journées sont plus longues et l'on souffre moins de la chaleur de l'été. 

Suite : Le Vallon de la Sénancole.