DSC_7605

Nous poursuivons notre chemin vers le plateau des Claparèdes, dans le Luberon, l’endroit rêvé pour faire de belles promenades à pied, au cœur d’une nature préservée.

DSC_7606

Pays de lumière, pays de contrastes, les Claparèdes sont lovés au coeur : de forêts de chênes, de champs de lavande, d’oliviers, d’arbres fruitiers, de cèdres, de cyprès…  

DSC_76222 bories que l'on aperçoit au loin, près des fermes.

Nous ne pouvons rester indifférent à la vue panoramique, qui s’offre à notre vue, une mosaïque aux couleurs changeantes, suivant les heures et les saisons.

DSC_7624

Terre riche de patrimoine et d’histoire, le vaste plateau des Claparèdes, plaine caillouteuse, témoigne du passé…

DSC_7623

Les villages perchés, où pendant les fortes chaleurs, le promeneur peut se délecter de la fraîcheur ombragée de leurs ruelles étroites…

DSC_7713

 

Les fleurs de lavande, avec leurs effluves,  nous transportent, l'été, dans la Provence d'autrefois...

borie lavande

L’ombre des oliviers où l’on peut se reposer, après une belle randonnée.  

DSC_7134

Les belles couleurs du printemps, qui habillent, avec élégance les fleurs des arbres fruitiers, se découvrent au détour d'un chemin...

DSC_7602

DSC_7599

J'ai eu la chance de pouvoir assister à ce spectacle éphémère, qui m'a toujours  fascinée, la brise douce  emportant le discret parfum de ces fleurs fragiles.

DSC_7786

C'est le hasard de cette balade, qui nous a permis d'être présents au moment de la floraison de ces cerisiers et je n'ai pas manqué l'occasion de les photographier, pour en garder de beaux souvenirs.

cerisier

Dans cet environnement, loin des foules et du bruit, l’osmose entre l’homme et la nature y est totale...

DSC_7094

Ce plateau est constitué de terrains pierreux, difficiles à travailler, très souvent arides, (Claparèdes : vient du mot clapier ou amas de pierres), où l’on trouve des centaines de bories pittoresques, petites bâtisses symboliques du Luberon, qui témoignent du passage des cultivateurs ou bergers.

DSC_7611

DSC_7612

Depuis la préhistoire, on emploie la pierre des champs pour la construction de murets et des bories, destinés aux usages agricoles.

DSC_7621

borie à voûte d'encorbellementBorie à voûte d'encorbellement.

Comment ne pas se laisser séduire par ce plateau, qui en présente une concentration surprenante. (1600 bories, dans le Vaucluse, à lui tout seul !).

DSC_6777

DSC_6775Intérieur d'une grande borie.

Ces nombreuses cabanes en pierre sèche, élevées avec les matériaux recueillis sur place, servaient : de lieu de repos, à déposer le matériel des paysans ou berger,  à abriter leur bétail ou eux-mêmes, contre les intempéries.

DSC_7603

borie voûte4

 Parfois, édifier une borie permettait tout simplement de débarrasser une terre des nombreuses pierres plates dont le sol est abondant, sur le plateau des Claparèdes, (les cultivateurs en savent quelque chose).

DSC_6602

borie voûteVoûte d'une borie.

A l’écart du tourisme de masse, ce plateau est un véritable paradis pour la randonnée.

DSC_7705

Il offre de vastes espaces de liberté pour se dépayser et se ressourcer en douceur.

DSC_6643

Dans ce décor, inchangé depuis des siècles, le temps semble s’être arrêté, sur fond de ciel bleu.

DSC_6591Champs d'oliviers.

Je voulais dans tous ces articles, sur le Luberon, vous faire partager mon profond attachement à cette région, à l’environnement magnifique, où rien ne nous attache au temps, mais plutôt à la douceur de vivre. Merci de me suivre...