DSC_7659

Cet article va vous emmener, pour commencer, sur les sentiers balisés, en pleine nature, au pied des impressionnantes falaises d'escalade, de  l'Aiguebrun, qui ont abrité des habitants dès la préhistoire, pour finir au fort  du Buoux, citadelle du vertige.  

DSC_7667

Aujourd’hui ces falaises mythiques sont le domaine privilégié des escaladeurs du monde entier. Le site nous a séduits en raison de son cadre naturel exceptionnel, à l'harmonie de ses formes, de ses couleurs et de sa lumière.

DSC_7671

Lors de cette randonnée nous profitons des magnifiques paysages du Luberon, avec la rivière de l’ Aiguebrun qui le traverse. Une multitude de sentiers balisés nous offre une nature entièrement préservée, où alternent les zones boisées et les cultures traditionnelles de Provence.

DSC_7686

Au détour de notre promenade, dans le vallon de l'Aiguebrun, nous observons des grimpeurs, qui côtoient le vide, sur ces falaises mythiques, de 120 m de haut,  avec des voies extrêmement difficiles.

DSC_7643

Ces falaises offrent des voies, parmi les plus belles du Sud-Est de la France, et attire des grimpeurs de tous horizons ! 

DSC_7642

Randonneurs, cyclistes et grimpeurs se croisent dans ce recoin superbe, ou bien dans l'Auberge des Seguins, adossée à la falaise, une ancienne bergerie, du 17ème siècle, restaurée avec beaucoup de goût.

DSC_7648

DSC_7654L'auberge des Seguins, adossée à la falaise.

Nous ferons un petit arrêt, dans ce cadre idyllique et sauvage, pour nous désaltérer. 

DSC_7652

L'auberge, au milieu d'une prairie, où coule l'Aiguebrun, se situe dans un environnement grandiose !

DSC_7658

Dans cette vallée encaissée, un petit hameau, restauré avec amour, s'est transformé en un havre de paix. 

DSC_7664

L'auberge, beau mas en pierre,  possède une belle terrasse à l'ombre d'un grand noyer, et une belle piscine.  

DSC_7656

L'histoire de l'escalade, en France, est étroitement liée à celles des falaises de Buoux. Ce site majeur de l'escalade  a connu un grand essor, à la fin des années 80, où les grimpeurs explorent les fissures, tracées dans la paroi. 

DSC_7666

La verticalité de ces falaises de calcaire, et le développement de nouvelles techniques, ont permis aux grimpeurs de s'attaquer aux magnifiques dalles et aux immenses murs. 

DSC_7640

Les surplombs, naturellement criblés de trous de toutes tailles, les nombreuses voies dans les falaises de molasse, font de Buoux un site de haut niveau international. 

DSC_7639

Cet endroit est fréquentable toute l'année, avec un topoguide, mais mieux vaut s’abstenir en cas de mistral, ou de fortes chaleur l'été. 

DSC_7672

Devenu aujourd'hui un site d'escalade au-delà des modes, Buoux a su conserver son aura et réguler une fréquentation qui fut quelquefois débordante ! 

DSC_7637

Des falaises que l’on pouvait grimper jadis, sont interdites, comme le bivouac, pour des raisons environnementales,   (protection des rapaces en particulier).

DSC_7663

Ce lieu, situé au pied du Fort de Buoux, est un véritable paradis pour les amoureux de la nature et de la tranquillité, dans un cadre exceptionnel !

DSC_7699Au loin, vue sur le Fort de Buoux.

Fort de Buoux : la citadelle du vertige, un vaisseau de pierres, perdu au milieu d'un océan de verdure.  

DSC_7696Vue sur le fort de Buoux.

Au coeur du Luberon, nous découvrons l'un des sites les plus impressionnants de Provence. Le fort a été bâti sur une écaille rocheuse de 600 m de long, entourée presqu’entièrement de falaises, qui en rendaient l’accès problématique. 

DSC_7697

C’est sur le socle isolé de l’Oppidium, que va peu à peu se développer une extraordinaire place forte, un système médiéval, de défense militaire, unique en Provence.  

fort buoux

 

Nous partons à l'assaut de cette forteresse, du XIIe siècle, bâtie sur un éperon rocheux, à l’intérieur d’une vallée ceinturée de falaises. La petite promenade nous menant au fort, (compter 1 km, en pente), est très agréable, passant sous des falaises, de gros blocs de rochers et des abris sous roche.

DSC_7691Abri sous roche et accès menant au fort.

Le fort de Buoux, ensemble fortifié et perché, est très tôt choisi par l’homme comme refuge, place forte et point de défense. Cette vallée était occupée pour ses nombreux abris sous roche qu'elle recelait. Les trouvailles effectuées au sol permettent de classer le lieu comme un oppidum de la fin du Néolithique. 

DSC_7675De l'abri sous roche,  on aperçoit la tour du fort, tout en haut.

Visiter le Fort de Buoux, c'est faire un vrai saut dans le temps ! Ce voyage vous mène dans la vie Moyenâgeuse, dans un ancien village perché, médiéval, avec ses constructions, son église, ses habitations... 

DSC_7680

Il constituait un obstacle pratiquement infranchissable à toute tentative d’invasion. Grâce à ses falaises, le fort a été habité et fortifié très tôt. De la protohistoire au 17e siècle, des celto-ligures, aux Vaudois pourchassés, l'homme a vécu là. 

DSC_7682Maison du gardien, du fort de Buoux.

Le fort a toujours constitué  une défense essentielle pour la région. A l'époque des Guerres de religion, il était occupé par les garnisons. Devenu refuge des Huguenots par la suite, l’ensemble fut démantelé sur ordre de Louis XIV, vers 1660.

fort-de-buouxRemparts du fort.

Les ruines sont intéressantes à voir. On peut encore y voir trois enceintes défensives, une forteresse médiévale, des habitats et silos rupestres, taillés dans le roc, des citernes...

Salles_rupestresHabitats rupestres.

silosSilos taillés dans le roc.

... un donjon, une chapelle romane, des tombes paléo-chrétiennes, ainsi qu'un escalier dérobé, taillé dans la roche. Tous ces éléments nous montrent que la vie communautaire, autrefois, devait être dure. 

DSC_7676                                                                                                   Donjon. 

chapelleChapelle romane. 

Sur le piton rocheux, le fort nous offre, également, l’un des plus beaux panoramas de la région, du vaste plateau des Claparèdes, en passant par les plaines du Comtat et de la vallée du Rhône, jusqu’aux montagnes de Lure et du Ventoux.

DSC_7698

Pour ceux qui ont  le vertige, mieux vaut ne pas redescendre par l'impressionnant escalier  secret, le passage le plus surprenant du fort. Ils permettaient, à l'époque, de quitter le fort discrètement, sans être vue. J'avoue que ce jour-là, j'ai eu une grosse frayeur, en descendant, (pas de corde, ni balustrade pour se tenir).

fort Buoux escaliers

Cette nature préservée, est une véritable invitation au voyage historique, paysager, aux découvertes rares et multiples, comme ce fort vertigineux, au cœur même du Luberon.