DSC09455

Au cœur de l’enceinte du fort Saint-André qui domine Villeneuve-lez-Avignon (Gard), l’abbaye bénédictine et royale de Saint-André nous ouvre ses somptueux jardins en terrasses. 

DSC09469

La visite de l’abbaye ne concernant, aujourd’hui, que les jardins, une petite visite s’impose.

DSC09466

Étagés sur plusieurs terrasses, jardins à l’italienne et jardins à la française, se succèdent avec harmonie.

DSC09487

Les jardins de l’abbaye sont un véritable ravissement, un endroit qui mêle, avec harmonie, l’art des jardins, un riche patrimoine, ainsi que l’histoire tourmentée entre le Languedoc et la Provence.

DSC09454

Ayant reçu le label “Jardin remarquable” en 2014, ils s’étendent entre les ruines des églises romanes et les tombeaux du VIe siècle.

DSC09479Tombeaux du Haut Moyen Age.

DSC09477

Nous y découvrons des massifs de rosiers anciens, des plantes méditerranéennes, ainsi que des oliviers et pins centenaires….

DSC09452

DSC09461Jardin à l'italienne : roseraie, pergola, bassins en miroir…

Au pied du palais, un parterre de style toscan du XVIe, orné de bassins, vases et sculptures, longe une pergola couverte de glycines et de roses. 

DSC09457Pergola et roseraie.

DSC09458

Les jardins, entièrement redessinés, abritent la chapelle Sainte Casarie, ainsi que les vestiges remarquables de l’église monastique, et de la nécropole des religieux. 

DSC_7266Vestiges des églises du XIe et XIIe. 

DSC09476

DSC09478

Sur les hauteurs du mont Andaon, ces jardins en balcon offrent une vue exceptionnelle sur les Dentelles de Montmirail, le mont Ventoux, le Lubéron, les Alpilles et le Palais des Papes.

DSC09463

C’est grâce aux grands chantiers menés par Gustave Fayet et d’Elsa Koeberlé au début du XXe siècle, que les bâtiments monastiques qui subsistaient sont restaurés et que les jardins sont créés. 

DSC09456

Elsa, tombée amoureuse des lieux, y passera la majeure partie de sa vie et y engagera toute sa fortune pour réaménager les jardins.

DSC09481

DSC09480

A sa mort en 1950, c’est la petite fille de Gustave Fayet Roselyne Bacou qui reprend les rênes et poursuit d’importants travaux de rénovation, jusqu’à sa mort en 2013. 

DSC09460

DSC09482

Figurant parmi les plus beaux jardins de France, ils sont une véritable invitation à la rêverie, à la promenade romantique.  

DSC09447

Lieu stratégique et spirituel, l’abbaye connut, pendant tout le Moyen Age, un essor considérable. 

DSC09483Bijou de l’architecture du XVIIe et XVIIIe.

L’abbaye raisonne de nombreux faits historiques. Au départ simple ermitage de sainte Casarie, le monastère bénédictin Saint-André, devient abbaye royale, au XIIIe siècle. Elle avait alors, sous sa domination, plus de 200 prieurés, églises et monastères, dans toute la région.

DSC09451Palais abbatial, Cour d'entrée.

Remaniée, fin XVIIe, par l’architecte du Roi, Pierre Mignard, les bâtiments de style classique, très massifs vont englober l’ancienne abbaye romane.

DSC_7268

Au moment de la Révolution Française, les biens de l’abbaye Saint-André sont confisqués et le 3 septembre 1792 les moines reçoivent l’ordre de se disperser.

DSC_7267Ce dédale voûté, portant une immense terrasse, sert de promontoire.

Vendue comme bien national, l’abbaye est alors en grande partie démolie et ses matériaux revendus.

DSC09462Imposantes voûtes du XVIIIe.

Il ne reste aujourd’hui qu’une toute petite partie des bâtiments conventuels, transformés en habitation.

DSC09484

Seule a été entièrement préservée la chapelle Sainte-Casarie, au sommet des jardins, qui rappelle la fonction protectrice de l’abbaye pour les reliques de la sainte. Cette chapelle romane a été érigée, au XIe s., à l’emplacement de la grotte où vivait Sainte-Casarie. Une allée de cyprès et d’iris bleus, qui chemine à travers le champ d’oliviers, et les vestiges des églises et de la nécropole, mène à la chapelle romane.

DSC09471Chapelle Sainte-Casarie. 

DSC09474

Le palais abbatial conserve, de nos jours : d’élégantes salles voutées, un portail, un escalier monumental et de belles peintures murales. Le rez-de-jardin, du Palais Abbatial, accueille des expositions temporaires.

plan-visite

1 Circuit historique : Parcours dans les salles voûtées du XIIe. Projection vidéo et illustrations.
2 Palais Abbatial : Cour d’entrée - Bijou de l’architecture du XVIIe et XVIIIe. Le rez-de-jardin accueille des expositions temporaires.
3 Jardin à l’italienne : Jardin dessiné dans un style toscan : roseraie, pergola, bassins en miroir…
4 Voûtes du XVIIIe : Imposantes voûtes supportant les terrasses. Vue unique sur la cité des papes.
5 Musée lapidaire : Exposition des pierres du XIIe au XVIIIe découvertes sur le site.
6 Terrasses : Vue exceptionnelle sur les Dentelles de Montmirail, le mont Ventoux, le Lubéron, les Alpilles et le Palais des Papes.
7 Eglises et cimetière : Vestiges des églises du XIe et XIIe. Tombeaux du Haut Moyen Âge.
8 Chapelle Sainte-Casarie : Chapelle romane érigée au XIe à l’emplacement de la grotte où vivait Sainte-Casarie.
9 Cuisines et infirmerie des moines : Vestiges de l’abbaye construite par la Congrégation de Saint-Maur.
10 Oliveraie

Informations pratiques :

Jardins de l’Abbaye Saint André (ouvert tous les jours sauf le lundi): tarif plein 6 €, tarif réduit 5 €.

Fort Saint-André (ouvert tous les jours): tarif plein 5,50 €, tarif réduit 4 €, gratuit pour les moins de 26 ans.

Chaque année, en septembre, est organisée une exposition d’art contemporain dans les jardins