DSC_6769

Après la visite du beau moulin de Jérusalem, nous passons le restant de l'après-midi à explorer le Conservatoire des terrasses et cultures, à Goult.

DSC_6829

Du haut de son piton, le village offre un magnifique panorama, sur les vallées du Calavon et du Limergue.

DSC_6736

DSC_6738

 

Nous empruntons un chemin rural, avec tout le long de beaux murs de pierres sèches, entre lesquels des petits sentiers s’ouvrent comme un labyrinthe.

DSC_6818

Qu’ils soient pavés, caillouteux, à même la roche qui affleure, ou envahis par la végétation, ces murs de lauzes font partie du patrimoine. Il est important de les maintenir en bon état. 

DSC_6756

DSC_6807

Après 15/20 minutes de marche, à partir du moulin de Goult, nous arrivons sur le site paysager, exceptionnel, du Conservatoire des terrasses et cultures.

DSC_6778

Cinq hectares de "restanques", ou « bancaux », comme les nomment les provençaux, nous attendent, sur des sentiers caladés, bien entretenus. 

DSC_6799

C’est dans cet amphithéâtre naturel, protégé du mistral,  du gel, et par son exposition plein sud, que les agriculteurs, d'autrefois cultivaient, sur ces terres peu fertiles : l'olivier et l'amandier. 

DSC_6782

Les cultures en terrasse associent l’eau, la terre et la pierre.

DSC_6776

1 - L’eau qui irrigue par infiltration et dont on maîtrise le ruissellement par le captage dans des aiguiers.

DSC_6791Citerne creusée dans la roche.

2 - La terre, qui en s’accumulant, enrichit et amende les sols.

DSC_6803
3 -La pierre, retirée du sol, permet des constructions caractéristiques d’assemblages en pierre sèche.

DSC_6777

A flanc de collines, nous avons pu voir :

-   des terrasses plantées d’oliviers,

DSC_6783

-  de nombreuses bories,

DSC_6751

DSC_6771

DSC_6775

 

DSC_6798

-  des cabanons,

DSC_6770

 

DSC_6761

 

DSC_6763Cabanon en pierre sèche avec barbecue à l'intérieur et table en pierre.

 

 

DSC_6760

-  un mur apié (rucher)

DSC_6779

DSC_6780

-  des escaliers volants,

DSC_6793

-  une citerne creusée dans la roche,

DSC_6786

DSC_6786

-  des murs en pierres sèches,

DSC_6819

-  une croix.

DSC_6815

Cet ensemble, qui compose ce site, était l’endroit où l’on cultivait la terre, avant l'exode rural et le développement des techniques agricoles.  

DSC_6767

Ce lieu est la mémoire du savoir-faire des anciens, dans l’emploi des techniques de construction en pierre sèche (bories et murs en témoignent). 

DSC_6805

DSC_6766

Les cultures, retenues par des murs de pierres extraites du sol, permettaient aux paysans d'agrandir leurs terres agricoles. Elles étaient un appoint aux terres cultivées dans la plaine, fertiles mais inondables. 

DSC_6769

Ce type de culture était très répandu, en Provence, dès le XVIIIe siècle. La dernière grande période d’occupation est comprise entre 1750 et 1870.

DSC_6768

Au XXe siècle, la désertification des campagnes a joué un rôle capital dans l’abandon des versants, à la suite de la 1ère guerre mondiale et de l’exode rural.

DSC_6769

Un circuit est bien balisé et plusieurs panneaux nous donnent des explications, au fur et à mesure du parcours.

DSC_6817

Ces terrains, bien exposés, à l’abri du vent, sont propices à la culture de l’olivier et de l’amandier. Ce site est aujourd'hui conservé et entretenu, pour le plus grand plaisir des curieux, du patrimoine rural provençal.

conservatoire des terrasses

Ces restanques nous ont offert l'occasion de découvrir le monde rural, de la Provence d'autrefois. Le bleu du ciel, mélangé à quelques nuages blancs, rendait encore plus magique cette journée !

DSC_6785

J'ai aimé découvrir cet endroit, en famille, car nous avons mélangé le plaisir de la culture, à celui du bonheur d'être ensemble !

DSC_6809

A la fin de notre balade, au milieu des restanques, nous revenons jusqu’au moulin, pour continuer la visite de la partie haute du village, que nous n’avions pas vu la 1ère fois, en raison d’un temps venteux et incertain.

DSC_6819

DSC_6820

Nous y découvrons les vestiges des anciens remparts...

DSC_6706

DSC_6731

...ainsi que le château (privé), de la maison d'Agoult, agrandi par la famille Donis au XVIIe siècle. Echauguettes à chaque angle. L’escalier, intérieur, est un des plus remarquables de Provence ; le château disposait aussi d’une glacière, dans ses caves. 

DSC_6840Château de la maison d'Agoult.

DSC_6843

Une cour intérieure s’ouvre sur la rue par une grille ouvragée. Elle permet l’accès au château par la galerie en voûte qui traverse la rue.

DSC_6836Au fond le passage voûté, sous le château.

DSC_6839Château de la maison d'Agoult.

DSC_6837Galerie voûtée, sous le château.

Admirez la maison incrustée dans le rocher, avec ses magnifiques fenêtres à linteau. (photo ci-dessous)

DSC_6711

Nous errons, dans les ruelles, pour découvrir des passages voutés, des arcades et de belles maisons en pierre. 

DSC_6707

DSC_6729

Les amoureux de vieilles pierres trouveront leur bonheur en déambulant dans les ruelles de ce village.

DSC_6846

DSC_6708

DSC_6713

N'hésitez pas à me dire si vous avez déjà fait ce parcours et si vous connaissez d'autres belles balades à faire dans la région.

DSC_6847

DSC_6848

DSC_6844

Dans le Luberon, il y a de quoi faire  en matière de randonnée, c'est une telle chance !

DSC_6718

DSC_6838