"Mémoire pour demain, contre l'oubli et l'ignorance" :

Je vais vous faire découvrir, aujourd’hui, un lieu de mémoire, émouvant, pour vous dévoiler quelques-unes des plus dramatiques séquences, de l'histoire de l'Europe. Nous nous sommes rendus, il y a quelques jours, au Camp d'internement et de déportation, du hameau des Milles, à côté d'Aix en Provence, dont j’avais entendu parler sur internet et mon guide vert. C’est devenu, aujourd’hui, un musée d’Histoire et de Mémoire, unique en France. 

DSC_5921

Il faut franchir le passage à niveau du chemin de fer et être devant la grille d'entrée, pour appréhender pleinement la grandeur du bâtiment. (15 000 m2). Les matériaux et les couleurs de la façade sont intimement liés au travail de l'argile. Les vieux volets qui restent fermés, l'horloge qui a cessé de fonctionner, laissent imaginer que le temps s'est arrêté définitivement, dans ce lieu lugubre !

DSC_5934

Cette usine,  où l'on travailla, jusqu'au début du 21e siècle, a quelque chose  de poignant.  Nous ne pouvons pas immaginer, derrière cette façade rougeoyante, les pièces sombres, les escaliers et les galeries, les machines et les séchoirs  qui s'y trouvaient...

DSC_5924

Le Camp des Milles était un camp d'internement et de déportation français, ouvert en septembre 1939, dans une usine désaffectée : une tuilerie. Les étrangers et surtout les juifs, y vivaient dans des conditions très précaires. La poussière rougeâtre pénétrait les corps, les latrines étaient répugnantes, la nourriture infecte, les souffrances et l'oppression hantaient, les jours et les nuits, des internés.

DSC_5930

L’histoire de camp, reflète les différentes étapes de l'intolérance et de la persécution, depuis les internements de ressortissants du Reich, en 1939, (ayant fui le régime des nazis), jusqu'aux déportations de juifs en 1942.

DSC_5923

S’appuyant sur son histoire, il permet de comprendre comment les discriminations, le racisme, l’antisémitisme et l' extrémisme, peuvent mener aux pires atrocités !

Camp-des-Milles_site-Mémorial

 

Malgré que l’intérieur fût fermé ce jour-là, nous en apprendrons beaucoup avec les panneaux explicatifs, autour du site. Nous lisons,  sur une plaque, proche du wago-souvenir, l'évolution tragique de la répression, dont furent victimes les étrangers, et surtout les juifs, sous le régime de Vichy. 

plaque

 

Evolution qui culmina en août et septembre 1942 avec la déportation de plus de 2000 hommes, femmes et une centaine d'enfants juifs, vers Auschwitz, via les camps de Drancy et de Rivesaltes.

 

DSC_5925

DSC_5927

Le 16 décembre 1990, eut lieu l'inauguration officielle d'un «Chemin des Déportés », menant aujourd'hui à ce wagon-souvenir, qui correspond au trajet qu'effectuaient les déportés du camp vers les trains.

DSC_5926

DSC_5929

Voici ce que nous avons pu lire sur certaines plaques commémoratives, qui nous font froid au dos, en pensant au sort qui était réservé à ces pauvres gens : 

DSC_5933

DSC_5931

DSC_5932

La production de la briqueterie étant définitivement arrêtée, la tuilerie aurait pu être rasée,  si une poignée d'hommes combatifs, ne s'étaient pas battus pour que la vieille usine devienne un Site-Mémorial. Transformée en musée d'histoire, elle est résolument tournée, aujourd'hui, vers l’enseignement de la fraternité, et le respect de son prochain. Pour l'horloge de la tuilerie, le temps s'est remis en marche, avec une seconde vie qui a pris forme.  

Témoignages :

 Comprendre pour demain : " Depuis le camp des Milles, plus de 2000 juifs ont été déportés à Auschwitz... Il reste beaucoup de souvenirs, ici, et aussi beaucoup de témoignages artistiques. Il faut y penser par fidélité, mais aussi pour les femmes et les enfants qui se trouvaient parmi eux. Nous devons tirer une leçon, pour que cela ne puisse jamais se reproduire. C'est pour cela que cette usine désaffectée a été transformée en lieu d'histoire, mais aussi de pédagogie .  Message de Simone Veil, déportée à Auschwitz à 16 ans.

(texte de Simone Veil, ci-dessous) :

 

comprendre pour demain

  Puisse le Mémorial des Milles en Provence, pour lequel nous nous sommes investis depuis des années, apporter à ceux qui le visiteront toute la dimension pédagogique recherchée pour faire barrage à la haine ! Puisse le flambeau de la Mémoire collective, que nous vous transmettons, avant d'arriver au bout de notre voyage, vous protéger à tout jamais d'un nouvel AUSCHWITZ !    Denise Toros-Marter : Déportée à 16 ans - Présidente de l'Amicale des Déportés d'Auschwitz Marseille-Provence. 

30ans