Palais

Saviez-vous qu’il existe dans le Drôme, à Hauterives, entre Valence et Lyon, un monument classé aux monuments historique, digne des temples d'Angkor ? Connu sous le nom de Palais idéal du Facteur Cheval, cet édifice, que l’on ne rencontre nul part pareil, est l’œuvre d’un seul homme. Ce qui rend ce lieu singulier, en plus de son style unique, c’est l’histoire incroyable d’un facteur qui l’a construit : Ferdinand Cheval. Il mettra en tout 33 ans de sa vie à la construction de ce palais (de 1879 à 1912), soit : 10 000 journées, 93 000 heures. Il passera huit années supplémentaires à la construction de son tombeau et celui de sa femme, que l’on peut voir dans le cimetière de Hauterives. Pour cet  homme qui n’a aucune formation de maçon, c’est un chef-d’oeuvre exceptionnel, qu’il a construit tout seul.

Son histoire incroyable : A l’âge de 29 ans, il perd son premier fils et à 35 ans sa femme. Se retrouvant seul avec un fils, la Poste lui propose de devenir facteur à Hauterives. Un jour pendant sa tournée, en 1879, il tombe sur une pierre à l’apparence très particulière. Il l’a ramasse et c’est le début de la construction  hétéroclite de son palais idéal. Il a commencé son édifice par une fontaine sur sa parcelle de jardin. Mais faute de place, il va alors progressivement racheter toutes les parcelles de ses voisins, ce qui lui permettra de construire les quatre façades de son palais.

Palais3

Au début il subit les railleries de ses voisins qui ont du mal à comprendre pourquoi cet ancien ouvrier agricole commence à entasser des pierres dans son jardin alors qu’eux cherchent à en débarrasser leurs champs. Ferdinand Cheval préfère, lui, transformer son lopin de terre en un lieu magique où il fait pousser une cathédrale de pierres, au lieu de cultiver un potager. Pour éviter les sarcasmes, qu’on ne le prenne pour un fou, un illuminé, il travaille pendant les nuits glaciales. Sur des échafaudages menaçants, une lampe à pétrole à la main, il construira, sous la lune, des excroissances de pierres étonnantes. Sur ses monuments, en forme : de pagodes, de temples, de mosquées, de grottes, de cascades, de tombeaux, il gravera des animaux bizarres, des plantes extraordinaires.... Les façades du palais sont construites avec des coquillages, des escargots, des huîtres et différentes pierres assemblées avec du mortier de chaux. Il utilise des fils de métal pour la construction de ses murs, une vraie prouesse technique, pour l’époque et qui, de plus, dure avec le temps. Il est en quelque sorte le précurseur du béton armé, une véritable trouvaille, n’ayant en plus aucune connaissance en architecture. Il va s’abandonner, corps et âme, dans la solitude la plus profonde de son  œuvre, délaissant la société.

Palais2

En faisant attention aux moindres détails, je me suis vraiment rendu compte de l’ampleur du travail qu’il a réalisé. C’est un plaisir de lire ses citations gravées dans la pierre. Ses commentaires, sur les murs, en dise long sur sa vie pleine d'embuche et de malheur. Pendant quelques instants, lorsque la magie opère, nous avons l’impression de retomber en enfance, dans un monde imaginaire. Cet homme, hors du commun, a réussi à nous faire voyager dans une autre contrée, dans un lieu unique au monde, alors que lui-même n’a jamais quitté sa région la Drôme. On reste ébahi devant un tel monument et devant le courage et la ténacité du ce facteur. Quelle leçon d'humilité et quel courage pour réaliser une telle œuvre. Cette escapade a été un moment de pure évasion et d’émerveillement par tant de beauté !

Merci de votre visite....