Martine Passion Photos

Découvrez en photos, pour le plaisir des yeux, le charme, la magie et l'authenticité de la Provence et bien d'autres régions. Chaque lieu a son secret, chaque village son identité, chaque vieille pierre sa légende. C’est à la découverte de la nature et de notre patrimoine exceptionnel, que je vous invite à découvrir des paysages et villages inoubliables, au gré de mes rencontres. Découvrez ces beautés, créées par les mains de l’homme et par la nature, que j’ai photographiées en souvenirs, lors de nos balades. La randonnée et la photo, sont devenues, pour moi, loisirs, plaisirs, et passions, que je suis contente de partager avec vous. Je m’efforce au cours de mes balades de vous emmener dans des lieux connus, d’autres un peu moins ou même parfois insolites. En partageant avec vous mes émotions, j’espère vous donner un jour l’envie d’aller les visiter à votre tour. La vie n’est-elle pas le plus beau des voyages ?  Liens sur mes 2 autres blogs, qui pourraient vous intéresser :

Posté par Martine84000 à 14:11 - Commentaires [34] - Permalien [#]


19 mai 2020

Aureille : un véritable havre de paix

DSC_2180

Pour commencer ce début de semain, je vous invite à me suivre dans un charmant petit village, des Bouches-du-Rhône,  dont les pierres calcaires, blanches, éblouissent du soleil de la Provence... bienvenue à Aureille. 

DSC_2185

Ce petit village, de 1522 habitants, très agréable à visiter, est perché sur un contrefort des Alpilles.

DSC_2190

Douceur et art de vivre pour ce charmant village aux airs de crèche provençale, qui permet de découvrir au gré de vos envies, son riche patrimoine, et sa nature toute proche.  

DSC_2203

Du haut de son éperon calcaire, il a gardé de sa structure médiévale : Vestiges de l’enceinte du village, du château, et anciennes demeures, offre un point de vue imprenable sur les Alpilles.

DSC_2202

En poursuivant notre visite, nous croiserons l'église de l’Annonciation de Marie, (1867), de style néoroman. 

DSC_2181

Elle est constituée de trois nefs, avec un clocher à coupoles, doté de baies géminées.

DSC_2182

Ce village enchantera les amoureux des vieilles pierres, leur faisant parcourir à travers ses ruelles pavées, un passé encore bien présent : murets parcourus de lierre, fiers cyprès, oliviers argentés, ancestrales maisons restaurées avec goût, passages voûtés, galeries d'art et d'artisanat, placette hors du temps, dont vous pourrez goûter le charme.

DSC_2212

En arpentant les calades  escarpées, nous tombons sous le charme d'une belle fontaine moussue, situé juste à côté de la tour de l'Horloge (ancienne église).   

DSC_2188Tour de l'horlogeDSC_2224

Cette ancienne fontaine circulaire des Pointus, possède un curieux rocher monolithe central, sur lequel pousse un figuier.

DSC_2198

DSC_2196Figuier poussant dans la fontaine

Un peu plus loin, c'est un vieux lavoir couvert, sur la place du même nom, qui attire notre attention. 

DSC_2207

Il était autrefois alimenté par un aqueduc souterrain. Il possède une poutre de battage et deux vasques devant l’édifice.

DSC_2209

DSC_2208

Ce qui a attiré le plus notre attention dans ce village c'est ce pressoir à huile, antique, très bien conservé.

DSC_2221Bassins décorés de meules de moulins à huile.

DSC_2222

Le village est dominé par les restes d'un château du XII° siècle (propriété privée), longtemps possession de la ville d'Arles qui y assurait la protection de l'extrèmité orientale de son territoire. L'accès en est interdit pour des raisons de sécurité (chute de pierres).

DSC_2223

Baladez vous dans le vieux village, chaque petite rue a quelque chose à voir, un détail, une belle fenêtre généreusement fleurie, une vieille porte patinée par le temps, une fontaine, un banc où les anciens du village discutent, ou regardent simplement passer les gens.

DSC_2210

DSC_2211

Aureille possède d'agréables et pittoresques petites rues, pavées à l'ancienne, où vous flânerez à pied tranquillement. Vous passerez par des petits recoins fleuris, 🌻 pour découvrir tous les charmes du village, et ses nombreux détails architecturaux.

DSC_2205

DSC_2214

Ce village qui a une âme, n'est pas un village de résidences secondaires chics, déserté de ses habitants la moitié de l'année, c'est un vrai village avec ses fêtes, ses traditions et ses coutumes...Apéro et bonne ambiance sont au programme !

DSC_2201

J'ai adoré visiter, en toute sérénité, ce merveilleux village fortifié, avec son château perché sur une falaise vertigineuse, ses oliveraies à perte de vue. 

DSC_2179Ruines du Castellas médiéval sur une butte rocheuse qui domine le village. 

Après votre visite, vous pourrez profitez des nombreux sentiers pédestres, balisés, dans le massif des Alpilles, pour découvrir la beauté de la nature qui entoure Aureille. Voir précédent article, pour ceux ou celles qui ne l'auraient pas vu :

Sur les sentiers des Alpilles - Martine Passion Photos

Je vous invite aujourd'hui à faire une balade dans les Alpilles, dans le vallon des Glauges. Elle nous amène à découvrir de superbes paysages, typiques du Parc naturel régional des Alpilles. Prolongement géologique du Luberon, la chaîne des Alpilles étend ses crêtes calcaires déchiquetées d'Avignon à Arles, en plein cœur de la Provence avec son caractère sauvage et unique.

http://photosvillages.canalblog.com

Véritable havre de paix, ce village provençal, typique, vous permettra d'apprécier les somptueux paysages, tout en restant à l'écart de l'agitation touristique dont souffrent d'autres villages des Alpilles.

 

💛 Belle journée à vous, tout en continuant de prendre bien soin de vous ! Amicalement 🙏

 Nature | Proverbe et citation par thème à lire: de belles ...

Posté par Martine84000 à 10:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 mai 2020

Sur les sentiers des Alpilles

DSC_2129

Je vous invite aujourd'hui à faire une balade dans les Alpilles,  dans le vallon des Glauges. Elle nous amène à découvrir de superbes paysages, typiques du Parc naturel régional des Alpilles.

DSC_2134

Prolongement géologique du Luberon, la chaîne des Alpilles étend ses crêtes calcaires déchiquetées d’Avignon à Arles, en plein cœur de la Provence avec son caractère sauvage et unique.

DSC_2128

Nous garons notre voiture au parking des arènes d'Eyguières. Les arènes de Chabaud se trouvent à l'emplacement d'un ancien moulin construit en 1787. Le bâtiment principal de ce moulin existe encore à l'intérieur des arènes.

DSC_2115

L'aqueduc, que l'on distingue à l'extérieur des arènes, était destiné à alimenter le moulin en eau. Vers 1898, ne rapportant plus de revenus suffisants à la commune, le moulin est vendu à un particulier. Auguste Chabaud, dernier propriétaire du moulin, transforme les infrastructures en arènes, inaugurées le 8 août 1926.

DSC_2133

Nous passons ensuite devant le beau cimetière paysagé d'Eyguières et sa belle chapelle St Vérédème. L'un ne va pas sans l'autre, ils sont liés par le service religieux rendu aux défunts, chacun ayant son rôle.

DSC_2122

Le cimetière paysagé d'Eyguières ressemble à un jardin avec ses magnifiques ifs taillés en forme de toupies, de bilboquets à double ou triple colorette.

DSC_2130

Il n' est pas classé, seule, la chapelle l'est. Du jardin, il a aussi les restanques, car on monte par de petits escaliers sur 3 ou 4 niveaux jusqu'à la chapelle Saint-Vérédème, pur style roman.

DSC_2123

Elle est là depuis le milieu du Xe siècle pour rappeler la venue, depuis sa Grèce natale, de ce moine qui se fit ermite aux pieds des Alpilles en forêt du col de Melet, après avoir connu la désertique plaine de Crau. Saint-Vérédème veille désormais sur l'un des plus beaux cimetières de Provence.

DSC_2116

Après avoir franchir le canal de la vallée des Baux, nous prenons le chemin goudronné balisé PR, en suivant le panneau "Eyguières par le vallon des Glauges 7,8 km". 

DSC_2151

Le canal de la vallée des Baux, mesurant 53 km de long, a fait l'objet d'un long travail de réflexion et de conception. Commencé en 1792, le canal sera mis en eau un siècle plus tard, en 1914. 

DSC_2127

Pour développer la présence humaine et l'activité économique dans les Alpilles, il était important qu'un réseau hydraulique irrigue le territoire, et permette à l'agriculture de se développer.

DSC_2131

Ce canal alimente à lui seul la partie sud du massif.

DSC_2159

Nous empruntons, ensuite, le chemin pierré de St-Pierre-de-Vence, le long du massif du mont Menu.

DSC_2135

Il nous mène au vestiges de la villa gallo-romaine de St-Pierre-de-Vence, avec de belles vues sur les Opies. 

DSC_2165

Le site se trouve au pied du mont Sainte-Cécile (au sud-est) et de la tour des Opies, point culminant du massif des Alpilles. 

DSC_2167

Il se trouve donc au centre d'une vallée qui est desservie dès l'Antiquité par des voies de communication.

DSC_2166

DSC_2174Vue générale du site. Au fond, le mont Sainte-Cécile.

 

Pour plus d'explications sur cette villa gallo-romaine :

Villa gallo-romaine de Saint-Pierre de Vence

La villa gallo-romaine de Saint-Pierre de Vence est une villa située dans la commune d' Eyguières dans les Bouches-du-Rhône. Le site est habité dès la fin de l' Âge du fer, mais l'essentiel de son développement date de l' époque romaine. Il est habité au moins jusqu'au .

http://wikipedia.org

Le relief des Opies, se caractérise par un ensemble de crêtes, où se trouve le point culminant du territoire du Parc : les Opies, à 498 m d'altitude.

DSC_2178

De la tour qui symbolise le sommet, il est possible de voir jusqu'aux massifs alpins. 

DSC_2157

Cette tour était une vigie construite à l'aube du XXe s. afin de prévenir le risque incendie dans le massif. Elle sert désormais à abriter du mistral les aventuriers qui ont atteint le sommet. 

DSC_2132

Au coeur du vallon, qui sépare les Opies du Mont Menu, les chemins nous feront traverser une garrigue provençale, de belles  oliveraies, ainsi que des vignobles façonnés par l'homme depuis de nombreuses années.

DSC_2139

DSC_2143Cystes

 

Culture emblématique du territoire des Alpilles, l'olivier est le symbole du climat méditerranéen sec.

DSC_2150

DSC_2136

 

Ses troncs multiples sont la conséquence d'un recépage au niveau de la souche, suite à un gel important en 1956.

DSC_2130

Aujourd’hui, certaines des olives et les huiles produites dans les Alpilles sont reconnues à l’échelle nationale et internationale, bénéficiant de l'Appellation d'Origine Protégée (AOP). 

DSC_2154Pieds de vigne sur fond de nuages vaporeux

En ce moment les coquelicots, et les fleurs, dans les champs d’oliviers, sont du plus bel effet ! La signature d’une région, typiquement provençale, qui allie senteurs, saveurs et beaux paysages ! 

DSC_2156

Depuis deux mois la faune s'est réappropriée les espaces que nous avons dû délaisser, aussi notre retour doit se faire avec respect, tout en restant discret, afin de déranger au minimum les animaux. Il est conseillé de rester sur les chemins balisés et de tenir son chien en laisse.🐇🐿🦌

DSC_2107

J'espère que cette balade dans les Alpilles vous a plu ! Bon début de semaine, et merci infiniment pour votre fidélité, et pour vos commentaires qui me font toujours grand plaisir !  🙏

♪♫•*¨*•.¸¸¸¸.•*¨*•♫♪ ♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪ ♪♫•*¨*•.¸¸¸¸.•*¨*•♫♪

Posté par Martine84000 à 13:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mai 2020

Champs de coquelicots dans le Luberon

 

coquelicots

En Provence, la nature et les paysages changent au fil des saisons. Et à chaque saison, son charme et ses trésors colorés. 
DSC_1764
Comme beaucoup de gens, j'adore la nature et ce qui me fait le plus plaisir dans la vie, c’est de m‘y promener pour observer son évolution, au fil des saisons. 
DSC_1766
Il faut juste être là au bon endroit, et au bon moment. 

DSC_1768

Avec l'arrivée des beaux jours, au  mois de mai, le rouge éclatant des coquelicots habillent les champs de Provence et offrent un spectacle pour nos yeux. 

DSC_2044Un moment hors du temps.

Je n'ai pu résister à aller en prendre en photo, près de chez moi, dans le Luberon, avec en arrière plan le Mont Ventoux, ou les Dentelles de Montmirail ! 

DSC_1772

DSC_1771

Lon resterait bien des heures à prolonger ces instants là 💫 histoire de rêver encore un peu… 💛 histoire de chasser les coups de blues.

DSC_1770

DSC_1807

Personne n’est indifférent à cette beauté naturelle des champs provençaux dont le tapis vermeille s'étend à perte de vue et a inspiré nombre de peintres français comme Monnet, Cézanne. Un véritable petit coin de Paradis, avec une Nature dans ce qu’elle a de plus beau !

DSC_2042Fenêtre sur la Sérénité 🍀

Selon les saisons, les routes du Luberon vous conduisent à travers les champs de cerisiers en fleurs, de vignes, de tournesols, d’oliviers et de coquelicots, pour découvrir une Provence plus douce, mais toujours aussi colorée et parfumée.

DSC_1769
Les coquelicots embrassent la fraîcheur du printemps, sur les bords des routes, se montrent au bord de l’eau, étalent leur chevelure sanguinaire dans les champs de vignes.

DSC_1767Je suis autant émue que devant un tableau de Monet.

Cette fleur de la famille des pavots a une apparente fragilité mais résiste au fameux Mistral que nous avons en Provence !

DSC_1765

Sans odeur, et tellement délicat, il est le symbole de l’ardeur fragile, si on le cueille il se meurt.

DSC_1996

 Les coquelicots, un paysage typique et immanquable au printemps dans le Luberon ! 

DSC_1806

Malheureusement, chaque année ces champs vermeils sont chaque fois moins nombreux, en raison de l'usage de pesticides ...

DSC_1994

Heureusement la nature sait s'adapter, et nos coquelicots seront sans doute encore là l'an prochain ... 

DSC_2033

Savez-vous que...

Le coquelicot tire son nom de la crête rouge du coq, avec sa longue tige verte se balance dans le vent.

En Ancien francais, il s'écrivait "coquerico" désignant le coq par onomatopée.

Grampant jusqu'à 60 cm de haut, sa tige est hérissée de poils.

Un pied peut produire jusqu'à 50 000 graines !

DSC_1786

Ces graines peuvent rester dormantes dans le sol plus de 80 ans !

Le coquelicot est un calmant de la toux et des irritations de la gorge

Considéré comme une mauvaise herbe, il est classé parmi les 12 espèces les plus nuisibles pour le blé.

Dans le language des fleurs il est "l'ardeur fragile" mais surtout la "consolation". 

Image citation (mars)

Merci infiniment pour votre fidélité et pour votre gentillesse pour tous vos  commentaires, qui me font grand plaisir ! Bonne soirée @ tous. 💚

kjDFV_o04S9g4g_iVnfR6VWap5Q

 

 

 

Posté par Martine84000 à 21:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mai 2020

Quand la nature revit !

 

DSC_2010

Depuis quelques jours déjà, le Luberon se pare des ses plus beaux atouts, champs de coquelicots, moutardes des champs, colzas...

DSC_2014Comme un bouquet fleuri

Hier au détour d'une route, voyant la beauté colorée de ces champs, l'idée m'est venue de prendre quelques photos pour vous partager cette chance. 

DSC_2011La rose du Sainfoin

Les fleurs sauvages des prés ont revêtu leurs fines dentelles, et sont toujours un événement attendu des amoureux de la nature.

DSC_1989

Ce sont les plus belles, les plus délicates et les plus discrètes. Une belle leçon d'humilité au service de la séduction !

DSC_2015

Avec le déconfinement du 11 mai, nous retrouvons tout à coup un semblant de liberté. 

DSC_1990

On se surprend à regarder dehors, avoir envie de sortir se balader,  partir en pic-nic, et courir.

DSC_1964

On se surprend à vouloir profiter de la nature qu’on avait un peu oublié depuis deux mois, la voir et l’admirer.

DSC_2012La rose du Sainfoin

Comme nous, la nature s’égaye : les fleurs des champs rivalisent de formes et de couleurs, les insectes se réveillent, on aperçoit les premiers papillons.  On s’émerveille !

DSC_1936Le retour des butineurs sur la Valériane🙂 

En mai les champs sont pleins de bleuets, coquelicots, marguerites... ainsi que  beaucoup de plantes comestibles dans cette nature en floraison.

DSC_1986Les champs s'allument de petits éclats blancs : les pâquerettes. 

Le confinement des hommes a fait un bien fou à la nature. Moins de pollution, plus de randonneurs pour déranger les animaux en cette période de reproduction. 

DSC_1882Valériane et papillon colibri Sphinx

DSC_1890

Moins chassés ce printemps, les animaux seront plus nombreux à se reproduire et moins stressés. Une trêve inattendue pour les animaux qui peuplent nos campagnes, nos plaines et nos montagnes. Comme nous, ils ont besoin de repos et de calme. 

DSC_1994Il est venu le temps des coquelicots 🙂

DSC_1996

La baisse de pollution aura eu aussi un impact non négligeable sur la nature. Quel plaisir de pouvoir regarder les vallées de nos montagnes, sans leur nuage de pollution !

DSC_2018

La photoynthèse aura profité davantage aux plantes, qui vont mieux se reproduire au profit des insectes, et de toute la chaine alimentaire, jusqu'à l'homme qui lui aussi va mieux respirer.

DSC_2015

La baisse de production des usines aura affecté moins la nature : l'air, l'eau et tous les écosystèmes ont respiré,  la pollinisation a été meilleure.

DSC_1833Mousse

DSC_1834

Cette année les hirondelles sont arrivées plus tôt et c'est tant mieux. Elles profitent de ce répit durant lequel l'air est meilleur, il y a moins de pesticides dans les champs et donc plus d'insectes pour les nourrir".

DSC_2000les Akènes de Salsifi

DSC_2001

Beaucoup de gens ont observé, pendant cette période de pause, les oiseaux derrière leurs fenêtres. 

DSC_1773Les tourterelles de notre jardin.

DSC_1774

Avec moins de circulation sur les routes,  c’est plus facile de faire attention aux chants des oiseaux, à leur réveil matinal, au moment où ils ont l’air d’être heureux, ou quand ils font juste un brin de causette.

DSC_2022Fleurs d'églantier

DSC_1779

Lorsque nous sommes confinés, nous passons tous plus de temps aux mêmes endroits, donc nous faisons plus attention aux choses qui nous entourent.

DSC_2004Petit Epeautre

DSC_2025Epillets

L’une des bonnes choses qui ressort de cette crise sanitaire est que l’on se rend compte à quel point il est important que la nature soit accessible et proche de nos maisons. 

DSC_2009La rose du Sainfoin

Avoir un bel espace vert est tout aussi important qu’avoir un magasin ou un établissement de soins à proximité.

DSC_1933

Au delà des dégâts humains, cette situation bénéfique pour la nature ne durera malheureusement pas, mais peut être nous aura peut-être permis de prendre conscience de notre impact sur la vie.

DSC_1838Chêne pubescent

DSC_1839

Si l'on apprenait à réfléchir aux conséquences de nos actes sur l’environnement, si l'on ne pensait plus uniquement à notre plaisir égoïste, et plus au partage, au communautaire, nous pourrions peut être changer bien des choses.  

DSC_1821“L’émerveillement est le premier pas vers le respect”

S’émerveiller, respecter, partager... et si c’était le chemin vers le bonheur ? Moi, j’y crois 🙂 J'espère que ces quelques fleurs  des champs auront égayé votre journée, et peut être vous auront procuré un peu de bonheur : )

jQ4PqVrHBkX4EeGPkmui1F1zfs8

 

Posté par Martine84000 à 23:24 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10 mai 2020

Photographier la mer : astuces

DSC_0494

A l'approche des vacances d'été, vous prévoyez peut-être un séjour à la mer. Beaucoup de questions restent encore en suspens ? Sera-t-il possible de partir en  vacances cet été ? Et si oui, à quoi ressembleront ces congés estivaux, alors que la France s’apprête à se déconfiner, et que l'épidémie est toujours présente ? Ces questions prennent d’autant plus de résonance, qu’après de longues semaines de confinement, l’envie de bouger est là. Pour en savoir plus il faudra attendre début juin.

DSC_0519

Si vous nous avons cette chance de pouvoir partir cet été, et pour rapporter de magnifiques photos de vacances, voici quelques astuces. (Photos prises dans les Asturies, et la Galice, sur la côte nord de l'Espagne, l'été 2018).

DSC_0493

En effet, malgré leur beauté, le bord de mer, l'océan, ou la plage, ne sont pas si faciles à capturer... 
Voici 5 conseils de base pour photographier la mer.

DSC_0481

1- Eviter la platitude

Pour immortaliser vos vacances en Espagne, en Corse ou en Bretagne, vous avez prévu d'emporter votre appareil photo dans vos valises.

DSC_0510

Vous imaginez déjà les paysages et les ambiances marines que vous allez pouvoir photographier sur place.

DSC_0521

Pour éviter les déceptions, souvenez-vous que la mer est belle certes, mais aussi très plate. Une photo mi-ciel bleu mi-mer bleue peut très vite devenir monotone, si aucun autre élément ne vient accrocher le regard (un bateau, un rocher, des nuages, des jeux de lumières sur l'eau etc.). 

DSC_0507

Le premier conseil pour photographier la mer consiste donc à chercher le petit quelque chose qui donnera de l'intérêt à votre photo ou, pour le dire en termes plus techniques, à soigner le cadrage afin d'intégrer à l'image un objet intéressant, inattendu ou au contraire emblématique du monde marin.

DSC_1393

2- Redresser l'horizon

Cela peut sembler évident, mais pour photographier la mer il faut essayer de composer avec la ligne d'horizon.  Or, pour différentes raisons (cadrage trop rapide, éblouissement dû à la forte réverbération du soleil sur l'eau...), il n'est pas rare de se retrouver avec une ligne d'horizon penchée ! L'on peut s'aider, si besoin, du "quadrillage" que votre appareil peut afficher.

DSC_0511

3- Ajouter de la vie dans l'image

Comme nous le disions plus haut, certaines photos de mer peuvent être ennuyeuses. Pour éviter les clichés "où il ne se passe rien", une astuce simple consiste à ajouter des personnages, même s'ils ne sont pas le sujet principal de votre image.

DSC_0480

En bord de mer, les figurants ne manquent pas qu'il s'agisse de pêcheurs, baigneurs ou simples promeneurs. N'hésitez pas à les photographier en pleine action ou même en contrejour pour obtenir des silhouettes qui se détachent sur fond de sable et d'eau.

DSC_1037

DSC_1045

Pour photographier la mer en mettant de la vie dans l'image, on peut aussi y intégrer des symboles de la présence humaine : traces de pas sur le sable, parasols colorés, bateaux etc.

DSC_0497

4- Choisir son heure

Comme pour toute photo, il faut aussi rechercher la meilleure lumière possible. En plein été, avec la réverbération du soleil sur l'eau ou le sable, vos images risquent d'être surexposées.

DSC_0487
Pour photographier la mer dans de meilleures conditions, sortez prendre des photos :
- le matin

DSC_0502

- en fin de journée

DSC_0505

- les jours de mauvais temps (juste après un orage ou les jours de ciel gris).

DSC_0506

A noter : en fin de journée, la lumière est plus douce et les ombres s'allongent. 

 

DSC_0761

Si vous êtes patient, vous pourrez même tenter l'incontournable photo d'un coucher de soleil.

DSC_1039

DSC_0992

Quand le ciel est parsemé de nuages, traquez les trouées de lumière, et les rayons de soleil qui percent les nuages.

DSC_1192

Une mer agitée peut aussi donner des résultats impressionnants.

DSC_0515

DSC_0517

5- Etre attentif aux détails

Vous l'aurez compris, pour photographier la mer, il faut ouvrir l'oeil et être attentif aux détails. Le secret d'une image réussie réside souvent dans un détail qui a accroché le regard du photographe : 

DSC_0583

l'écume des vagues...

DSC_0671

les reflets sur l'eau, les ombres projetées sur le sable, les couleurs vives des parasols, des serviettes et maillots de bain ...

DSC_1042

J'espère que ces quelques photos vous raviront le coeur, surtout après ces journées difficiles de confinement. En  espérant que cette triste période ne devienne qu’un mauvais souvenir que nous n’oublierons jamais. 

La vie c'est comme un appareil photo. .... | Citation touchante ...

 

Posté par Martine84000 à 18:29 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mai 2020

Désaturation partielle : Lightroom et Photofiltre

Comment garder une couleur sur une photo noir et blanc :

DSC_

Vous rêviez de faire de la désaturation partielle sur vos photos, et bien dans cet article, nous allons voir comment garder une couleur sur une photo noir et blanc, avec Lightroom, et ensuite dans Photofiltre. Une retouche photo, de la façon la plus simple et la plus compréhensible possible.

DSC_6787 - Copie

 

 

Une photo noir et blanc dégage toujours un aspect spécial que la plupart des photographes  adorent; mais c’est encore plus merveilleux pour les yeux de voir une couleur se démarquer des autres. 

DSC_6812

Cela donne une touche plus artistique à la photo. C’est ainsi que parfois l’on préfère faire ressortir par exemple une couleur  sur une photo, en faisant abstraction des autres éléments, comme ici avec la lavande, ou les coquelicots.

DSC_

Savez-vous qu’il existe une multitude de techniques pour garder une couleur sur une photo noir et blanc ?

DSC_

1) Désaturation partielle : Lightroom

Voici une technique très sympa sur Lightroom, pour ceux que cela intéressent et qui possèdent le logiciel de photos de Lightroom.

 

96235230_2560555564258143_5862967857570119680_o

 

Il est très facile de ne garder qu’une seule ou même plusieurs couleurs et de griser les autres. Cela  consiste à utiliser le mode TSL en travaillant sur la  « saturation ».

DSC_6840

Il vous suffit de baisser au minimum les réglettes des couleurs que vous ne souhaitez pas garder (curseur vers la gauche : - 100 %). Ici, je conserve le jaune, l’orange,  qui sont les composantes des gabares, que je souhaite mettre en avant.

DSC_56956

Maintenant, me direz-vous, comment me débarrasser des autres gabares aux tons orange, sans éliminer celle qui m’intéresse ? Tout simplement en sélectionnant le pinceau, puis dans le menu du pinceau en réglant la saturation à son minimum. Il vous suffit ensuite de griser avec votre pinceau les partie colorées de l’image, tout autour des gabares que vous ne voulez pas mettre en valeur. 

DSC_56955

Simple n’est-ce pas, je vous l’avais bien dit ! Vous pouvez, aussi, vous aider de l’onglet « navigation » à gauche pour zoomer et ainsi travailler avec plus de précision. Vous pouvez régler la taille de votre pinceau, son contour et son débit.

DSC_1702

Désaturation partielle : Photofiltre

Ouvrez votre image sous Photofiltre.
Cliquez sur Edition => Utiliser comme motif

Désaturation partielle (photofiltre) Desat110


Cliquez ensuite sur Filtre => Couleur => Niveaux de gris
ou  Filtre => Vieillir => Noir et blanc
(Le n&b n'est pas le même)
Votre image passe donc, en noir et blanc !

Désaturation partielle (photofiltre) Desat210


Dans la palette à droite de la fenêtre, allez chercher l'outil tampon.
Cochez la case "Motif" et choisissez votre rayon.

Désaturation partielle (photofiltre) Desat310


Passez votre tampon sur les zones de votre image que vous souhaitez repasser en couleur !


Désaturation partielle (photofiltre) Desat410


En cas d'erreur, hop la petite flèche rouge dans la barre des menus en haut :

Désaturation partielle (photofiltre) Desat510

Et voilà, le tour est joué !

Désaturation partielle (photofiltre) Img_9610
N'hésitez pas à laisser des commentaires, ou me poser des questions, j'y répondrai volontiers. A bientôt... 

Continuez à prendre bien soin de vous et de vos proches, maintenant et après le 11, car si déconfinement est en vue, le danger n'est pas écarté pour autant... Bon courage à tous ceux qui travaillent, et bon week-end à tous ! 

 

Posté par Martine84000 à 14:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2020

Bédoin : les Demoiselles Coiffées

DSC_2278

En ce début de semaine, et par ces temps de confinement, je vous invite dans un lieu magique, dont les visiteurs ne seront pas surpris du calme ambiant qui règne : les Demoiselles Coiffées. Je vous emmène pour 2 minutes de bonheur dans cette Nature, dans ce qu'elle a de plus beau... histoire de chasser les coups de blue, et d'y arrêter le Temps...💚

DSC_2302

Près de Bédoin, au pied du Ventoux, ce site naturel, merveilleux, et privé, reste un milieu fragile que l’on se doit de respecter. Ce jour peu de soleil, mais une nature chamarrée aux couleurs d'automne !

DSC_2284

Cette randonnée  que nous avons eu l’occasion de faire cet hiver, nous transporte dans un autre monde, vers un bon nombre de palettes, aux couleurs idylliques. 

DSC_2286

Inattendue curiosité naturelle que ce petit ilot de sable, coloré, avec ses crêtes et aiguilles, chapeautées, au  cœur des vignes et vergers de cerisiers. 

DSC_2275

Anciennes carrières de sable ocreux, les eaux de pluie, le vent et le gel, ont sculpté un paysage étonnant.

DSC_2279

Les chemins, de cette promenade dans le site, sont sablonneux, comme du sable extrêmement fin du Sahara.

DSC_2280

Ces fameuses Demoiselles Coiffées de Bédoin,  se cachent au milieu d’une forêt de chênes pubescents et de pins. 

DSC_2291

On peut voir sur certaines d’entre elles une cuirasse ferrugineuse, appelée cheminée de fée, qui font toute la renommée de ce site merveilleux.

DSC_2283

Bercé par le chant des cigales, il ravira petits et grands, par la beauté de ces sculptures minérales, et par la palette de couleurs.

DSC_2280

Ces Demoiselles Coiffées, appelées aussi « cheminées de fées » sont une sorte de grande colonne naturelle faite de roches friables, le plus souvent sédimentaires, et dont le sommet est constitué d'une roche résistant mieux à l'érosion. 

DSC_2288

Ces formes étranges, sont souvent à l'origine de nombreuses croyances ou légendes. 

DSC_2296

L’origine de ce site remonterait au milieu du crétacé. Emergences constituées de sable ocreux, qui sont exploitées pour l’industrie des peintures, encaustiques et produits de beauté, jusqu’aux années 50.

DSC_2297

Les Demoiselles coiffées sont évidemment appelées à disparaître un jour, en s'écroulant ou en perdant leur chapeau. L'élévation de la Demoiselle par rapport au sol donne une idée de l'importance de l’érosion.  

DSC_2281

Pendant votre balade, respectez ce site. Ne grimpez pas dessus, voir même escalader sur le sommet, comme je l’ai vu faire par certaines personnes, sinon un jour, ce site pourrait être fermé définitivement !

DSC_2295

Cette partie du Mont Ventoux, est grandiose, on peut y faire de nombreuses randonnées superbes et variées. C'est aussi, un véritable lieu bucolique, pour pique-niquer aux beaux jours. 

DSC_2276

J'espère que cette balade, hors du temps, hors du monde, au milieu d'une nature majestueuse, et sauvage, vous aura plu ! 🙏 

DSC_2292

D'autres Cheminées de Fées ou de Demoiselles Coiffées en France et dans le monde :

La cheminée de Fées de Cotteuges à Saint-Diéry, Puy-de-Dôme,

La Vallée des Saints à Boudes, Puy-de-Dôme,

Cascades de la Pisse, Châteauroux-les-Alpes, Hautes-Alpes

Les Orgues d'Ile-sur-Têt, cheminées de fées dans le Roussillon,

Les Demoiselles Coiffées et la salle de bal de Théüs-Blanche, Serre-Ponçon, Hautes-Alpes,

Les tours de Pise naturelles de  Saint-François Longchamp, Savoie

Carrière Barrois, Moselle,

Les Pénitents aux Mées,

Euseigne en Suisse,

Renon en Italie,

♪♫•*¨*•.¸¸¸¸.•*¨*•♫♪ ♪♫•*¨*•.¸¸¸¸.•*¨*•♫♪ ♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪

Merci infiniment pour votre fidélité, et pour votre gentillesse, que vous m'apportez avec vos petits mots ! ❤️

 

 Nature | Proverbe et citation par thème à lire: de belles ...

 

Posté par Martine84000 à 16:11 - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 mai 2020

Le muguet et ses origines.

Bon 1er mai

Par ces temps de confinement, quoi rêver de plus beau qu’une promenade dans les bois, au milieu des chênes verts, dans la forêt de Saumane-de-Vaucluse,  où les anciens murs de pierres sèches, empilés par nos anciens, sont recouverts de mousse. 

DSC_8592

DSC_8584

Mais aujourd'hui pour la fête du muguet je vais vous parler de ses origines. Comme chaque 1er mai, le brin de muguet est à l'honneur ce vendredi. 

DSC_8604

Y a-t-il un lien entre cette fleur et la Fête du Travail, célébrée également le premier jour du mois ?

DSC_7533

Ce geste fleuri est répété chaque année, et son histoire remonte à un passé très, très lointain. 

DSC_7527

Le muguet que l'on offre tous les ans le 1er mai, aussi appelé lys des vallées, une plante originaire du Japon, est présent en Europe depuis au moins le Moyen-Age.

DSC_8596

La plante à clochettes a toujours symbolisé le printemps et les Celtes lui accordaient un statut de porte-bonheur. 

DSC_8604

Un peu d'histoire :

La tradition du muguet remonte à la Renaissance et plus précisément au règne de Charles IX. En 1560, le roi et sa mère Catherine de Médicis visitent la Drôme. Lors  de cette venue, un seigneur nommé Louis de Girard offre au jeune souverain un brin de muguet cueilli dans son jardin. 

DSC_8600

Le roi, charmé, reprend cette pratique d'offrir chaque printemps un brin de muguet à chacune des dames de la cour en disant "Qu'il en soit fait ainsi chaque année". 

DSC_8595

Mais ce n'est que sous l'occupation, au XXe siècle, que cette fleur est associée à la Fête du travail. Le 24 avril 1941, le maréchal Pétain instaure officiellement le 1er mai comme "la fête du Travail et de la Concorde sociale". L'églantine rouge, associée à la gauche, est alors remplacée par le muguet.

DSC_8616

Offrir du muguet ne deviendra toutefois populaire que le 1er mai 1900 lorsque, lors d'une fête organisée par les grands couturiers parisiens, toutes les femmes reçurent un brin de muguet. Les "petites mains" furent séduites par l'idée, et c'est ainsi que la fleur a pris sa dimension emblématique. ❤️

DSC_8595

Mais pourquoi le 1er mai est-il aussi la Fête du travail ?

Le 1er mai, Fête du travail, tire quant à lui ses origines dans l'histoire du monde ouvrier. Le point de départ est le samedi 1er mai 1886. Ce jour-là, à Chicago, un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heures est lancé par les syndicats américains. 

DSC_8597

Une grève, suivie par 400.000 salariés, paralyse de nombreuses usines. La date du 1er mai n'avait pas été choisie au hasard : il s'agit du "moving day", le jour où, traditionnellement, les entreprises américaines réalisent les calculs de leur année comptable.

DSC_8617

Trois ans plus tard, le congrès de la IIe Internationale socialiste se réunit à Paris pour le centenaire de la Révolution française. Il décide de faire du 1er mai une "journée internationale des travailleurs", avec pour objectif d'imposer la journée de huit heures. Une date choisie en mémoire du mouvement du 1er mai 1886 de Chicago. 

DSC_8593

Le muguet et la Fête du travail n'ont donc en réalité qu'un point en commun : le fait d'être célébrés le 1er mai.

DSC_8605

C'est avec ces souvenirs de balade, vivifiante, que je vous souhaite un bon weekend ! Prenez-bien soin de vous 💕🙏😷

wxrpgkpgNXtTKj0uuIqjdM5fLRM

kjDFV_o04S9g4g_iVnfR6VWap5Q

 

 

 

Posté par Martine84000 à 17:06 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Au fil de la Loire et ses gabares

 

DSC_5696

Je vais vous emmener, aujourd’hui, dans une région que j'adore : la Loire, où nous nous sommes rendus à plusieurs reprises, pour visiter les incontournables châteaux de la Loire. Je ne vous parlerai pas de châteaux aujourd'hui, mais plus particulièrement de ce bateau traditionnel, que l'on trouve sur la Loire : la gabare. 

DSC_5701

Cet article a été rédigé dans le cadre du collectif "EnFranceAussi", réunissant des blogueurs, créé par Sylvie du Coin des Voyageurs, sur le thème « Des balades et de l’eau », une idée de Sylvie et Mitchka du blog Fish & Child.

DSC_5032

Tout le long de son parcours de la Loire, que nous avons suivie, de sa source (sur le versant sud du mont Gerbier-de-Jonc, dans le Massif Central), à son embouchure, (dans l'océan atlantique), nous sommes tombés sous le charme de ces curieuses embarcations, authentiques, à voile unique, appelées : "Gabares". 

DSC_5033

La Loire, le plus grand fleuve de France, (plus de 1000 kms), offre une diversité de paysages incroyables, des lieux pleins de charme, pour faire de belles randonnées à pied ou en vélo !

DSC_5704

Ces photos ont été prises, principalement, à Montsoreau et à Chaumont sur Loire, l'endroit où il y avait le plus grand rassemblement de gabares et coches d'eau.

DSC_5700

 Le long chemin de la Loire fut sillonné, à toutes les époques, par ces nombreux et célèbres bateaux.  

DSC_5014

 Je vous propose de faire un saut dans le passé : nous sommes au XIXe siècle et la marine de la Loire est à son apogée. 

DSC_5015

La Loire et ses affluents sont couverts de bateaux aux petites voiles blanches qui assurent le transport des personnes et des marchandises.  

DSC_56959

Ces anciens bateaux, traditionnels, de transport de marchandises, de 20 à 30 mètres est aussi nommé « chaland », principal type de bateau en usage depuis le Moyen Age.

chaland

Ils transportaient jusqu’à 50 tonnes de frêt, et pouvaient circuler dans moins de 80 cm d’eau.  

DSC_5024

On y trouve des gabares fluviales et des gabares maritimes. Leur seul point commun est celui de tous les bateaux de transport fluiaux : le fond plat, appelé « sole » qui leur permet, avec la faible profondeur du fleur, de porter un maximum de charge. 

DSC_56957

Sable, étiages, crues, hauts fonds, les conditions de navigation sur la Loire sont difficiles. Seuls les bateaux conçus pour naviguer sur la Loire et ses affluents peuvent y circuler.

DSC_5697

Et pendant longtemps un balisage annuel a été effectué pour faciliter leur passage.

DSC_5703

Le travail de balisage vise à créer un chenal, un bras du fleuve aménagé qui concentre la majeure partie des eaux et la force du courant. Quand le débit faiblit, cette voie demeure. Les baliseurs enlèvent les pierres, les troncs d’arbres, parfois même il faut désensabler. 

DSC_5025

Sur cette autoroute fluviale, qu’était la Loire, de Nantes, on remontait  le sel et les produits importés des colonies. De l’amont descendaient les vins, le bois ou les soieries de Lyon.  

DSC_5705

La navigation était compliquée, sans cesse soumise aux caprices du fleuve et à ses dangers. Les voyages sont longs et le commerce se développe naturellement autour des ports de Loire dans lesquelles les embarcations faisaient halte.

DSC_5582

Les métiers liés à la batellerie de Loire étaient nombreux et variés : mariniers, pêcheurs, charpentiers de bateaux, cordiers, mariniers sauniers, garde-bateaux, baliseurs, toutiers, canotiers,

DSC_5027

L’avènement de la vapeur, et du chemin de fer eut finalement raison, au XXème siècle, d’une pratique qui remontait à l’antiquité. Ce type de bateau a presque totalement disparu ; aujourd'hui ils sont spécialement fabriqués principalement  pour le tourisme.

DSC_5026

Au XXIe siècle, des passionnés font revivre l’univers de cette marine fluviale, que ce soit sur la Loire, le Cher, l'Indre ou la Vienne.

DSC_5022

Plusieurs bateaux traditionnels ont été reconstituées, à des fins touristiques sur les bords de la Loire. Ce sont des répliques de gabares naviguant sur la Loire au XVIIIe siècle.

DSC_5099

Je vous propose d'en découvrir quelques-uns :

- la Toue Cabanée : ils servaient autrefois à la pêche ou au transport de personnes

- le Flûtreau

- la Gabare

 - la Toue sablière  

DSC_5103

Une superbe initiative qui contribue à la sauvegarde de l'histoire de la Loire et qui cherche également à offrir une fin honorable aux bateaux traditionnels en fin de vie. 

DSC_5098

De nos jours, les activités de tourisme et de loisirs permettent de découvrir sous un autre angle et de séjourner en ces lieux chargés d’histoire, que l’homme a tenté à maintes reprises de façonner. On peut embarquer sur ces jolis gabares : à Amboise, Chinon, Chenonceau, Langeais, et Tours...le temps d’une sortie commentée de quelques heures, pour découvrir la Loire et ses paysages d’une manière unique !   

DSC_56961

La Loire est propice à une multitude de loisirs pour tous les goûts et pour tous les âges. A savourer sans modération !

Merci de votre visite, et prenez bien soin de vous !

35m15_dyTLtLBp7jVXAavLbRkbw

 

Posté par Martine84000 à 10:36 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 avril 2020

Pernes-les-Fontaines : costumes provençal

le costume provençal

Pernes les Fontaines, l'ancienne capitale du Comtat Venaissin, avec ses 40 fontaines, ses nombreux jardins, ses calades, et ses placettes, mérite bien son surnom de « Perle du Comtat ».    

DSC_8066

Située à proximité du Mont Ventoux, et tout proche de chez nous, c'est l'une des communes les plus pittoresques du Vaucluse.

20180715_102820

Elle a gardé de nombreux vestiges de l'époque médiévale, en particulier ces anciennes demeures, ces remparts et d'imposantes portes fortifiées. 

DSC_8059

Elle cultive, surtout,  l'art de vivre d'un village typiquement provençal.

DSC_8135

En faisant du tri dans mes photos, j'ai voulu ressortir celles de la fête du melon, et du terroir, qui a lieu, tous les ans, le 14 juillet.

DSC_8037

DSC_8039

Mais aujourd'hui, c'est plus particulièrement le costume traditionnel provençal, que je voulais mettre à l'honneur.

DSC_8121

Ce jour là les comtadines ont défilé dans les rues de la ville, vêtues de leurs plus beaux atours. 

DSC_8136

Une invitation à s’immerger dans la Provence d’Antan, le temps d'une journée, où les visiteurs peuvent découvrir des costumes provençaux du XVIIIème et XIXè siècles

DSC_8147

Si le cœur de la Provence bat si fort en Provence, c’est que ce territoire a vu naître Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature et grand défenseur de la langue et de la culture provençale.

DSC_8126

Près de 100 ans après sa mort, il symbolise encore la maintenance d’une culture éternelle, dans le cœur des Provençaux.

DSC_8050

Le costume provençal désigne les vêtements traditionnellement portés dans le Comtat Venaissin (dont Pernes les Fontaines fait partie), et le nord de la Durance, jusqu'à la fin du XIXe siècle.

DSC_8142

Ayant naturellement évolué à travers les siècles, la version fixée vers 1850 du costume comtadin, et dont le port a été relancé par le félibre Théodore Aubanel, au début du XXe siècle, se décline en plusieurs matières, en fonction des saisons et des métiers. 

DSC_8049

Les vêtements traditionnels obéissaient à une codification sociale forte, concernant l'âge, le rang, la richesse.

DSC_8088

Il transmettait à l'extérieur des signes de reconnaissance, d'appartenances et de différences qu'il n'était pas question de transgresser. Ainsi les gens du petit peuple qui se fournissaient en vêtements auprès des nombreux fripiers ne manquaient pas de les réadapter à leur condition.

DSC_8128

La qualité : Depuis longtemps les indiennes sont signes d'opulence. Riches en couleurs, faciles d'entretien, ces étoffes sont diffusées entre autres villes par Marseille. 

DSC_8092

 

Les couleurs et les motifs des étoffes : En Provence quelques plantes propres à la teinture ont été cultivées, comme la garance pour le rouge, le pastel et l'indigotier pour le bleu, le safran pour le jaune...

DSC_8133

Le costume provençal comtadin, est composé : d'un jupon, porté sous une robe, ou une jupe simple ou matelassée, avec un corselet, caraco, et une chemise, un fichu et une coiffe, le tout accompagné d'un tablier et d'un châle.

DSC_8143

Des bas recouvrent les jambes et des ballerines lacées, leurs pieds et pour couvrir leur tête, une coiffe, quelquefois surmontée d'un chapeau de paille.

DSC_8135

Les comtadines portent par ailleurs un tour de cou en velours, supportant un bijou, le plus souvent une croix.

DSC_8131

Le costume differera selon les saisons et certaines parties pourront se porter en hiver et d'autres en été et une  cape et des mitaines seront rajoutées par grand froids. 

DSC_8132

La coiffe, en Provence, comme dans toutes le provinces françaises, est l'élément le plus typique du costume. La même coiffe portée dans une région peut se différencier d'un village, à l'autre, par une dentelle, la façon de la porter, signalant ainsi la position sociale, l'âge etc... La femme ne se montre jamais « en cheveux ». 

DSC_8141

Au 18° siècle, époque où la coquetterie atteint son pararoxysme, la coiffe "couquetto" est ornée de tulle et de vraies dentelles, qui entourent le visage d'une auréole vaporeuse du plus bel effet.  

DSC_8091

Gardons jalousement ce patrimoine aussi pur qu'il nous a été légué, afin que les générations futures, y retrouvent l'âme de leurs ancêtres, et y apprennent l'histoire de leur pays. 

DSC_8118

Ne changeons rien à ce qui existe et ce qui a existé avant nous. 

 

DSC_8023

Je vous souhaite des sourires pour égayer vos foyers, et des rayons de soleil pour réchauffer vos cœurs ... 💚 Continuez à bien prendre soin de vous et des personnes qui vous sont chères. 

DSC_8094

Merci de me suivre au fil des jours, et pour vos petits mots qui sont toujours source de bonheur pour moi ! 🍂

Avec toute mon Amitié ! 

95265657

 

Posté par Martine84000 à 18:43 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 avril 2020

Quand les fleurs mettent de la joie sur nos chemins !

DSC_5396

Par ces temps de confinement, quoi rêver de plus beau que ces jolies fleurs, qui égayent notre quotidien. Au gré de mes balades, en toute saison, j'aime capter, comme beaucoup d'entre vous, la vie dans la nature. 

DSC_4336Fleurs de chardons

DSC_7816

Voici quelques-uns de mes coups d'cœur, que j'ai grand plaisir à partager avec vous ! J'espère que vous apprécierez ce petit moment de détente, rien que pour le plaisir des yeux, comme ce joli poème "le Jardinier", trouvé sur le net ! ❤️❤️❤️ 

DSC_2341La Nigelle de Damas

DSC_2342

Je me permets de le dédier à tous  mes amis (es) jardiniers de cœur, comme moi ! 

1DSC_2894Euphorbe

1DSC_2894

Le jardinier

  Le jardinier vient d’accrocher son chapeau,

  Le soleil ne brille déjà plus trop haut,

 Avec ses pieds, il foule les feuilles,

  Qui jonche par terre et sur son seuil ! 

1DSC_3182Pivoine

DSC_1701Le rince bouteille

 Il cherche doucement tous ses outils,

 Pour lui, le travail n’est pas fini,

 De ce de là, avec son sécateur,

  Il coupe ce qui n’est plus à son heure. 

DSC_5400Griffes de sorcière 

DSC_5404

Il retire de la terre, les fleurs fanées,

  Extrayant les graines à sécher,

 Je l’entends parler aux fleurs encore là,

  Mais il leur dit des mots tout bas. 

 

DSC_3598Passiflore

DSC_5408

Il regarde sa belle enivrante lavande,

 Qu’il faudra préserver telle une amante,

 Avec des feuilles qui tiendront chaud,

 Jusqu’aux prochains rayons de soleil chaud, 

2DSC_2818

DSC_2319Orchidée sauvage

Il coupe les dernières roses trémières,

  Les graines tourbillonnent en l’air,

 Elles reviendront au printemps suivant,

  Mais là, elles sont emportées par le vent.

DSC_2722Fleurs de figuiers de Barbarie

DSC_2725

De sa main, il caresse une des plus belles roses,

  Il est si tendre, ému, à peine il ose,

 Mais toutes les fleurs de son jardin,

 Sont nées de ses propres mains. 

DSC_3609Roses de mon jardin.

DSC_5393

 Chacune d’elle a un mot savant,

  Mais juste pour elles, en naissant,

 Il les a baptisées avec amour d’un nom,

  Il les a senties pousser avec attention. 

murier2Fleurs de muriers

murier4

Sa journée doucement s’arrête,

 Demain il fera lentement le reste,

 Il range ses outils, jette un regard,

 Sur son jardin rempli d’espoir.  

 

DSC_2414???

DSC_2341Nigelle de Damas

 ("Michèle Roellinger")

♪♫•*¨*•.¸¸¸¸.•*¨*•♫♪ ♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪ ♪♫•*¨*•.¸¸¸¸.•*¨*•♫♪

Pour vous ... petit clin d'œil ... Mignon n'est-ce pas ?

 Secrets de violettes...

C'est dans cette ambiance parfumée et sous une pluie bienfaitrice, aujourd'hui, (45 jours que nous n'avions pas eu de pluie), que je vous souhaite de passer une belle soirée, bien chez vous, mes amis !

9vkzbB6s5PLWeerR_aWpD1xC2t8

F_e02Lfl1UtGmo62XptEaxRgmxM

 

 

 

Posté par Martine84000 à 20:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 avril 2020

La Roque Alric et Suzette

la roque d'Alric

En ce tout début de semaine je vous invite dans un lieu magique, dont les visiteurs ne seront pas surpris du calme ambiant qui règne : La Roque Alric.

DSC_2371

Ce tout petit village, proche de Beaumes-de-Venise, au décor de crèche provençale, fait partie du canton de Vaison-la-Romaine depuis 2015.

DSC_2372

DSC_2375

Au cœur des dentelles de Montmirail, voici un grand bol d’air pur dont nous aurions tous bien besoin, en ce moment, dans cette période difficile.

DSC_2377

Suspendu à un piton rocheux, à l’abri du Mistral, c’est un des plus petits villages du Vaucluse, il compte moins de 60 habitants, mais il a assurément sa place parmi les plus jolis. 

DSC_6322;

La disposition du site du village et ses maisons, colorées d'ocre, à flanc de rocher, est un héritage de l'ancien castrum féodal.

DSC_2379

 Le mot "Roque, Rocca", en provençal, désigne un rocher, mais aussi un point fortifié élevé. Le nom "Alric" est d’origine germanique, signifie « tout puissant ».

DSC_4197-3

DSC_2376

Comme dans tout le Comtat, le village, qui comptait plus de 150 habitants en 1854, subit ensuite les crises agricoles provoquées par le phylloxéra, et par les maladies du vers à soie, et voit sa population décroître en raison de l'exode rural.

DSC_4216

DSC_4217

Animations, commerces et activités n’y sont pas nombreux...et c’est justement ce qui fait son charme.

DSC_6323

DSC_6335

DSC_4214

L'ascension du village, par ses venelles pentues, vous mènera jusqu'à son église, le point culminant du village. L’église St Pierre-es-Liens, est appuyée au rocher qui domine le village. 

DSC_6324

DSC_4209-2

Son origine remonte au XIIIe siècle, mais elle a été reconstruite au début du XVIIIe siècle.

DSC_4207-2

Depuis le parvis on bénéficie d’un magnifique belvédère, offrant une vue panoramique sur les Dentelles de Montmirail.

DSC_2382

La Roque Alric est un petit village pittoresque  idéal pour se ressourcer au milieu de paysages superbes, loin de l'agitation urbaine. 

DSC_2386

DSC_4208-2

Ce village pittoresque a été peint et dessiné au XIXe siècle par des peintres du Comtat, Denis Bonnet, Jean Joseph Bonaventure Laurens, et Julens Laurens.

DSC_2387

A quelques kilomètres, à découvrir, aussi,  le charmant village de Suzette. Blotti contre la crête du Mont Saint Amand (point culminant de 730m d'altitude du massif des Dentelles de Montmirail), Suzette appartenait à la Principauté d'Orange, de l'époque du Moyen-Âge, jusqu'à la Révolution.

DSC_2406

Le village semble dominer la plaine du Comtat Venaissin, du Mont Ventoux, jusqu'aux Dentelles de Montmirail. Il compte environ 122 habitants, que l'on appelle "Suzettiers" et "Suzettières" !

DSC_2395

L’église de Suzette est une des plus jolies églises romanes rurales, du département, en mettant naturellement à part le joyau très particulier qu'est Notre Dame d’Aubune, à Beaumes de Venise.

DSC_2399

Avec son plan d’origine en croix latine, son abside et ses deux absidioles à voûte cul de four, ses fenêtres en forme de meurtrières à travers lesquelles se dessine la silhouette du Ventoux, sa nef en berceau brisé,  elle est l’archétype  de la beauté et de la pureté de l’art roman.

DSC_2400

De ce petit village perché et typiquement provençal, vous avez la possibilité de prendre le départ de plusieurs randonnées pédestres.

DSC_6297;

DSC_6300;

Le cadre des dentelles de Montmirail est propice aussi, aux VTT, ainsi qu'à la pratique de l'escalade. 

DSC_6301;

DSC_6303;

Voilà cette balade dans les Dentelles de Montmirail se termine, avec ces magnifiques paysages. Je vous souhaite un bon début de semaine, dans vos nids douillets, en attendant la fin du confinement ... 

DSC_6305;

Prenez bien soin de vous et des personnes qui vous sont chères ... 

jWxyFMr_CRNxb-AQGYKSPFbwU48

 

 

Posté par Martine84000 à 18:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 avril 2020

Quelques fleurs de mon jardin !

roses jardin

Peu à peu le printemps s'installe et le soleil aussi ...et par ces temps de confinement, si vous avez le bonheur de posséder un jardin,  vous vous apercevrez que la nature, en ce moment, se montre sous son plus bel aspect.

DSC_1713

Je vous donne rendez-vous, aujourd'hui, dans mon jardin en compagnie de notre jolie "Spirée" blanche et de nos rosiers.  Il existe de nombreuses espèces de spirée, mais elles sont toutes rustiques et très florifères comme vous pouvez le voir sur les  photos.

DSC_1701

Après trois jours d'une douce douce pluie, en début de semaine, qui s'était invitée pour rafraîchir une nature quémandeuse, c'est à nouveau une mini canicule, fin avril, qui a encouragé l'éclosion des fleurs. 

DSC_1695

Depuis deux semaines, notre spirée blanche se déploie à sa guise, exhibant une tenue éblouissante, nous procurant un bonheur attendu, chaque année.

DSC_1675

Sa végétation reste toujours gracieuse bien qu'elle soit désordonnée avec sa multitude de rameaux entrelacés au long desquels apparaissent d'infinis petites ombelles blanches.
DSC_1712
Les fleurs sont petites, simples et blanches, mais leur profusion remarquable, transforme l’arbuste en fontaine de fleurs fin avril, suivant la météo. Elles sont très appréciée par les abeilles mellifères.

DSC_1697

Au printemps le jardin se réveille,  nous offrant un festival de floraisons, qui bat sont plein dans le jardin. J'aime particulièrement celles des spirées printanières, à fleurs blanches. Quand la floraison est à son optimum, ces petits arbustes croulent sous ces minuscules fleurettes. 
DSC_1676

Je ne me lasse pas d'admirer cette miriade de petites fleurs blanches.  En pleine floraison, on serait facilement tenté de croire que l'arbuste tout entier est recouvert de flocons de neige.

DSC_1701

Je trouve que cet arbuste a une certaine élégance, il apporte plein de charme, au naturel, dans un jardin. C’est un arbuste très solide qui résiste vraiment à tout, et s’adapte à n’importe quel climat et à presque toutes les conditions de culture.

DSC_1699

Le feuillage recouvert par ce nuage blanc n'est pas en reste. A la fin de la floraison, lorsque les fleurs ne seront plus qu'un souvenir, sa ramure vert foncé aura un rôle à jouer pour mettre en valeur les plantes voisines. La floraison est suivie de fruits sans grand intérêt, mais très appréciés des oiseaux.

DSC_1707

Toutefois, n'ayant jamais été taillée, je vais devoir à la fin de la floraison, discipliner sa ramure afin de réduire un tantinet, son volume empiétant sur les autres plantes. 

DSC_1696

Et pendant que la spirée s'exprime en beauté, un rosier sur tige, rouge vif,  près de mon bassin, affiche ses fleurs délicates. Charme, raffinement et délicatesse, sans oublier la robustesse sont les termes les plus appropriés pour définir les qualités de ce rosier rouge carmen.

DSC_1702

Sensuel, capiteux et presque envoûtant, son parfum est si  puissant que l'on peut  le déceler à une distance proche. 

DSC_1678

 

Depuis quelques jours la beauté de ses fleurs suscite mon admiration. 
DSC_1716

DSC_1680

Et pour prolonger le charme, au petit matin, ses roses répandent dans l'air de délicieuses senteurs fruitées bien prononcées.
DSC_1715
Les plus précoces arrivent fin avril et se renouvellent en abondance jusqu'en automne. Son feuillage vert foncé donne aux roses un cachet exceptionnel. 

DSC_1703
C'est dans une ambiance parfumée, et sous un beau ciel bleu, que je vous souhaite, à tous, malgré le confinement, un agréable week end, fait de petits bonheurs ... Prenez soin de votre santé et de celle des autres, mes amis ! 

DSC_1681

Mes pensées pour tous ceux qui se mobilisent dans tous les secteurs pour nous. MERCI !

~~~~~~~~~~
 Amitiés fleuries
 

                                                                                           un arbuste "immaculé" ...

 

 

Posté par Martine84000 à 17:02 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 avril 2020

Orange, et sa colline Saint-Eutrope

Théatre d'orange

S’il existe un site qui fait la fierté des Orangeois, c’est bien la colline Saint-Eutrope, à 0range, dans le Vaucluse.

30051746

Elle a pris son nom du premier évêque d’Orange, au IV e siècle. La colline Saint-Eutrope, n’est pas seulement une éminence de 109 mètres au centre de la ville, elle en est son âme depuis plus de 2000 ans.

DSC_2123

 Les hommes préhistoriques, les Gaulois, les Romains puis les princes d’Orange en ont fait un symbole. Une identité reconnue depuis 2007 et inscrite au patrimoine de l’Unesco qui dorénavant la protège.

DSC_2128La colline St Eutrope vue du ciel.

C'est là, en ce point visible de toute la plaine, que commence l'histoire de la ville d'Orange. Située centre-ville, c'est contre elle que s'adosse le Théâtre Antique.

30051743

DSC_2103Théâtre vue de la colline St Eutrope

DSC_2101

Cette colline aménagée en jardin public regorge de vestiges archéologiques. Une croix, datant du XVIIe siècle, marque l’emplacement de ce qui fut la basilique Saint-Eutrope, qui a servi de paroisse jusqu’en 1618.

DSC_2130

Une abbaye et une nécropole entouraient cette basilique. Des fouilles de 1990 et 1991 ont permis de dégager les bases, une partie de la construction de la crypte et des restes du cimetière qui l’entourait.

DSC_2116

Les affrontements entre les Provinces-Unies et le royaume de France transformèrent Orange en pièce maîtresse de l’échiquier politique européen au XVIIe siècle. 

DSC_2117

Maurice de Nassau, prince d'Orange, de 1618 à 1624, voulut faire de la principauté une place forte centrée sur la colline Saint-Eutrope qu’il hérissa, vers 1622, de 11 bastions occupant une superficie d’environ 7 hectares.

DSC_2116

DSC_2050

Maurice de Nassau transforme la ville. Il crée un grand hôpital qui répond aux règles d'hygiéne de son temps. Il organise la défense de la Principauté faisant d'Orange une place forte exceptionnelle. Les remparts sont dotés de bastions bordés de fossés alimentés par la Meyne. La colline est couronnée d'une forteresse au centre de laquelle le château est amené à jouer un rôle clé dans le dispositif général de la place. Cette architecture militaire parut si redoutable à Vauban, qu’il en fera copier les plans pour fortifier les frontières du royaume.

DSC_2050La colline Saint Eutrope à Orange et le château des princes d'Orange, avant sa destruction.

Cette forteresse fut en partie détruite sur ordre de Louis XIV, en 1672 et 1674, dans sa guerre contre Guillaume III d'Orange, lorsque la Principauté fut rattachée au royaume de France. Un château qui montrait la puissance des seigneurs d’Orange, pour en faire les égaux des plus grands rois ou empereurs. 

DSC_2122Puits de l'ancien château des princes d'Orange.

Du château des princes d’Orange, qui avait tant fait peur à Louis XIV, il ne reste que des ruines d’une construction qui s’est étendue du XIV e siècle, au début du XVIIe siècle. Orange sera une ville protectrice des protestants, durant les guerres de religion.

DSC_2129Capitole.

Moins boisée qu’aujourd’hui, la colline a été au XIXe siècle, abandonnée aux bergers. Les Orangeois y montaient l’été prendre le frais, dans leurs cabanons, dont il reste un témoin.

DSC_2079

La Vierge, qui surplombe le théâtre antique datant du I er siècle, a été érigée en 1857. De ce point de vue, 109 mètres au-dessus des toits, le regard s’étend du Rhône au mont Ventoux par la campagne comtadine.

DSC_2112

L’histoire de la colline Saint-Eutrope a depuis 2007, été inscrite à l’inventaire du patrimoine de l’Unesco. 

Source : ledauphine.com

DSC_2081

Aujourd’hui la colline est devenue un lieu de promenade. 

DSC_2127

Elle a été aménagée comme campagne citadine avec deux balustrades dominant la Ville, un parcours de santé, des jeux pour les enfants, et des aires de repos dans l’ancien fossé du château.

DSC_2078

De la colline Saint-Eutrope, le visiteur jouit d’un panorama unique sur la cité, le Rhône et la campagne comtadine jusqu’au mont Ventoux. 

DSC_2085

DSC_2107

DSC_2111

En nous promenant sur la colline St Eutrope, quelle ne fut pas notre surprise de tomber sur un atroupement de chats de toutes les races et de toutes les couleurs, entrain de manger. 

DSC_2061

Après avoir pris des renseignements auprès des gens qui venaient les nourrir on a su que c'est une association "Chats sans toi", à Orange, qui prend en charge des chats errants abandonnés, ou nés dans les rues, les stérilise, les nourrit quotidiennement, sur la colline, par ses bénévoles.

DSC_2088

L'association a un cheval de bataille,  la prolifération des chats sur la ville d'Orange, un combat de taille, car peu pris au sérieux par bon nombre d'élus pour qui la prolifération reste secondaire quant aux actions à mener.

DSC_2068

Si chacun des acteurs d'une ville, élus et propriétaires de chats, faisait le nécessaire, nous arriverions à réduire significativement le nombre de chatons qui naissent pour mourir dans la nature.

DSC_2077

 

DSC_2066

Certains sont même euthanasiés dans des fourrières, qui débordent au printemps/été, chaque année. 

DSC_2094

Cette misère peut être combattue par la stérilisation, il n'y a pas d'autres solution ! 

DSC_2096

Nous terminons notre balade sur la colline St Eutrope, avec ces étranges décorations, fleuries, rencontrées à la buvette de la guinguette, de la colline St Eutrope. (une bonne idée pour recycler de vieux jeans).

 

DSC_2131

 

DSC_2125

DSC_2126

J'espère que ce bon bol d'air vous apportera une petite note d'espoir, ☀en ces moments difficiles pour nous tous. 👏 Bonne journée @ tous, et prenez-bien soin de vous 💕

SXZyfYDt0rUwSntobSPZooWKWq0

 

Posté par Martine84000 à 16:09 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2020

Prendre l’air, jardiner… pour garder le moral !

DSC_3598

En ces temps étranges, et anxiogènes, où l’isolement est de mise, beaucoup d’entre nous avons plus que jamais besoin d’activités saines pour l’esprit. Des activités qui nous permettent de déconnecter du flux ininterrompu de nouvelles angoissantes, de nous concentrer sur l’instant présent et de nous apaiser. Je vous offre, quelques photos de mon jardin, mon havre de paix,  une bouffée d'oxygène pour moi, et d'espoir en ces moments difficiles ! 👏 

DSC_5476

D’une certaine façon, en tombant au printemps, la crise du coronavirus nous laisse au moins profiter de l’un des passe-temps les plus relaxants, et bénéfiques qui soient : celui de prendre soin de nos plantes, en plein renouveau à cette période de l’année. C’est un petit réconfort potentiel, particulièrement pour toutes les personnes confinées en ville, sans coin de nature privatif dans lequel se défouler.

DSC_1615

Depuis le début de mon confinement, j’ai moi-même profité de la météo printanière, pour me dédier à ce genre d’activités en plein air, dans mon jardin, et cela me change les idées. 😉 

DSC_1608

Petit bout de terrain, balcon, ou terrasse, quelque soit la configuration de leur extérieur, s'ils ont la chance d'en posséder un, les Français semblent s'adonner, un peu plus qu'à l'accoutumée, au jardinage dans cette période de confinement inédite. 

passiflorePassiflore

Jardiner, et faire des activités avec ses enfants, c'est bon pour le stress, cela stimule le physique, et le mental ! En plus c'est un bon bol d'air assuré, et cerise sur le gâteau,  depuis le début avril, nous avons eu de belles journées ensoleillées, un peu dans toute la France. Profiter des rayons de soleil, dans son jardin, permet de garder une attitude positive. 

DSC_1654

Il faut vivre son confinement le plus positivement possible, même si c'est très difficile, je l'avoue ! L'occasion de regarder de plus près ce à quoi on ne prêtait pas attention avant,  comme des insectes, des petites fleurs, un coucher de soleil...

DSC_2691Abeille charpentière.

Ne pas hésiter à se lancer dans ce qu'on met d'habitude de côté, faute de temps, bien souvent. Et bien là, nous n'avons plus d'excuses, le jardin, ou le coin plantes de notre balcon, nous tend les bras !
 DSC_2222Mon champ de valériane, qui attire de nombreux Moro Sphinx 

C'est certes la partie la moins gratifiante, celle où il faut prendre son courage à deux mains, mais nous avons des journées devant nous en ce moment. Jardinons, tranquillement, avec un peu de musique sur le portable, ou en écoutant une bonne émission à la radio, est un bon moyen de se sentir moins seul. 

DSC_5475L'arbre aux papillons avec un Moro Sphinx.

A l'opposé, si vous préférez, faites le silence autour de vous. On entend les oiseaux comme jamais avec cette circulation quasi nulle.
DSC_1639Tourterelles de mon jardin, dans le grand pin.

Les semis : Le printemps est là, avec le confinement, on a du temps, et en plus ce mois d'avril est le grand mois des semis. 🌱 Et surtout  est-ce possible quand on n'a pas forcément tous les outils nécessaires ? Quand on était enfant, on a tous fait germer des graines de lentilles ou de haricot dans du coton mouillé. Vous n'avez donc besoin que d'une barquette avec un peu d'eau au fond pour  faire germer quelques graines de blé, ou de soja pour une consommation rapide...

germinados

...ou alors un verre d'eau pour y faire germer un noyau d'avocat qui vous donnera une belle plante d'intérieur.

avocat-4754748

Cultiver ses propres fruits et légumes est une garantie d'avoir des produits frais et sans pesticides, de quoi faire le plein vitamines et de nutriments.

DSC_1670
Mon petit coin préféré : mon bassin

DSC_7105

Nettoyage de printemps : Et quoi d'autre à faire au printemps dans un jardin ? Coupez les fleurs fanées, comme les hortensias, supprimez les vieilles branches au niveau du pied. 
DSC_4685Prunus du Japon
Désherber notre jardin : Nous sortons de l’hiver et autant être très honnêtes nos jardins ressemblent plus à une forêt amazonienne, qu’à un vrai petit jardin de maison bien entretenu. Comme nous avons à priori du temps devant vous et que le confinement est bien d’actualité, enfilons nos bottes, nos gants et c’est parti ! Rien de plus simple que de désherber. Toutes ces herbes indésirables qui poussent à longueur d’année dans votre jardin ne sont pas souvent très esthétiques. Pour les enlever, il suffit de les arracher à la main en tirant dessus ou munissez-vous d’un vieux couteau de cuisine afin de sectionner les racines à 1cm sous la terre. Et surtout ne les jetez pas, vous allez pouvoir vous en servir pour le compost…
DSC_4672
Ma glycine en fleurs
Désherbage naturel : Vous pouvez aussi utiliser, quand c'est possible, l'eau de cuisson des pâtes et des pommes de terre. Quand elle est encore bien chaude et salée. Le sel est un désherbant actif et l'amidon des pommes de terre l'est aussi. Et cela fait donc trois principes actifs : l'eau brûlante, le sel et l'amidon, à versez-la sur les zones envahies. (idéal pour des dallages).  Le vinaigre blanc, à pulvériser, mélangé avec du bicarbonate de soude et du sel est très efficace aussi contre les mauvaises herbes. Trois litres et demi de vinaigre blanc, une tasse de sel de table et une cuillère à soupe de liquide vaisselle. Pulvérisez les mauvaises herbes sans modération !

DSC_1649

DSC_2668

 

 

Une belle pelouse : Pour ceux qui ont un peu de pelouse, c'est le moment de tondre avant que l'herbe ne soit trop haute. Elle n'en sera que plus belle plus tard. Enlevez la mousse en la grattant au râteau, comme on peut. Plus on en enlève, plus le gazon peut reprendre sa place. 
DSC_4644Mon massif d'iris blancs.DSC_1664
Quel matériel pour jardiner ?  Il vous faut un sécateur, et des gants, pour couper les branches les plus grosses. Mais en cas de dépannage, ne pouvant pas sortir, une grosse paire de ciseau, ou un ciseau à viande, peut faire l'affaire. Une petite scie à métaux c'est aussi pratique. 

DSC_0036Ma petite fontaine/chien.

DSC_2509 f1
Votre cuisine, peut parfois vous sauver la mise. Pas utile de sortir faire des courses au supermarché, car nous devons limiter nos sorties. Une fourchette pour gratter les racines et allonger les racines, peut faire l'affaire. Pas de gants de jardinier ? Cherchez dans vos vieux gants d'hiver ce qui pourrait faire l'affaire. 

DSC_2524

 

Contre les limaces et les escargots : Avec le retour du beau temps, ils seront partout. Il faut s'y attendre. Pensez au marc de café dans les dosettes, ou les filtres classiques. C'est l'idéal, à étaler autour des tulipes, ou tout ce qu'on veut protéger.
DSC_1652Celui de mon jardin ne mangera pas mes plantes.
Contre les pucerons : Et plus que jamais, le bon sens doit faire partie de notre quotidien. Pour chasser les pucerons, sur des rosiers, par exemple,  on peut mélanger du produit vaisselle à de l'eau, et ensuite vaporiser. Du vinaigre blanc est très efficace aussi :  Diluez 10 cuillères à soupe de vinaigre blanc, dans 4 litres d'eau, et ajoutez 1 à 6 cuillères à soupe de savon noir ou de savon de Marseille. Pulvérisez le mélange matin et soir sur les parties colonisées. 

DSC_3605

DSC_3609Mes rosiers après la rosée du matin.

DSC_3606

 

 

Créer son compostinutile de se rendre dans une déchetterie, elles sont pour la plupart fermées pour les particuliers. En plus des mauvaises herbes, taille de haies, longuement récupérées dans notre jardin, pour nous aérer l’esprit et penser à autre chose qu’au confinement, nous pouvons y ajouter vos déchets de la maison (coquilles d’œufs, épluchures de légumes…). L’idée est de laisser le tout se décomposer pour avoir un terreau 100 % naturel, et fait maison. A côté de cela, laissez un grand tonneau sous votre gouttière pour récupérer l’eau de pluie et vous disposez ainsi de toutes les matières premières nécessaires et écologiques pour vos futures plantations et votre potager.

compostdeproximité

C’est quoi le compost ?

Il s’agit d’un engrais naturel, fait maison, qui est le résultat de la décomposition de débris organiques, principalement d’origine végétale. Des milliards d’êtres vivants (vers, insectes, champignons, bactéries) s’associent pour « détricoter » ces matières organiques, issues de nos cuisines et jardins. Les plus gros sont les vers de terre, les plus petits, les bactéries. 25 à 40 % de nos déchets sont compostables. 😉

xtrier-dechets

J’espère de tout coeur que ces petits conseils et bribes d’informations vous inspireront vous aussi, et peut-être, vous apporteront un peu de douceur en ces temps difficiles, en attendant la fin de ces temps d'isolement ! ❤️

Bon courage et prenez soin de vous ! 🙏

 

 

Posté par Martine84000 à 20:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 avril 2020

Chapelles romanes de la Vallée de Boí

Je voulais vous parler d'une vallée que m'a beaucoup marqué, c'est la Vallée de Boí, en Catalogne, qui se trouve dans les Pyrénées, non loin de la frontière française. Inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, depuis 2000, c'est le plus important ensemble de chapelles romanes au monde, se trouvant dans cette même vallée. Nous les avons visité à deux reprises, sans jamais nous lasser de ces merveilles d'architecture. 

saint climent2

La vallée de Boí se trouve dans les limites du Parc Aigüestortes. Elle est parsemée de villages charmants qui ont chacun leur chapelle romane. Datant du Moyen Age, (11° et 12° s.), elles sont un exemple de l’art roman en zone rurale. La richesse du Vall de Boí tient aussi sur le fait que ses églises sont restées pratiquement intactes. 

saint climent1

L’influence du passages des pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle, a contribué au développement, dans la vallée, d’une petite série de construction de chapelles, du 11° siècle, que l'on peut admirer aujourd'hui. Notons aussi que la plupart des peintures originales qui habitaient les églises de la vallée sont désormais hébergées au Musée national d’art de Catalogne, à Barcelone, pour éviter le vandalisme ou pillage. A la place, pour conserver les originaux on a mis des reproductions. (en cas de vandalisme ou de pillage). 

- L’église Santa Maria de Taül :

église santa maria de Taull

L'église de Santa Maria est consacrée le 11 décembre 1123, un jour après celle de Sant Climent, ce qui démontre l'importance des ressources que les seigneurs d'Erill destinaient à la Vall de Boí au début du XIIe siècle.

église santa maria de taull2

Située au milieu du village, il s'agit de la seule église de la vallée qui semble avoir été à l'origine de l'implantation de la population autour d'elle.

Santa_Maria_de_Taüll

La plus grande partie de l'ensemble des peintures romanes de son intérieur a été arrachée et transférée à Barcelone entre 1919 et 1923, comme celles du reste de la Vall de Boí.

Església_de_Santa_Maria-

On peut voir, actuellement, dans l'église une reproduction de l'abside centrale, présidée par la scène de l' Épiphanie, avec l'Enfant Jésus, assis sur le sein de la Vierge Marie, et les Rois mages en attitude d'offrande.

église santa-maria-de-taull

Santa_Maria_de_Taüll 2

- L’église Sant Climent de Taüll : 

Consacrée en 1123, l'église est l'édifice roman le mieux conservé de la Vall de Boí. 

Sant_Climent_de_Taüll

Elle est imposante avec son clocher qui s’élance sur 6 étages.

saint climent

Chaque étage est décoré d'arcatures lombardes surmontées d'une frise.

saint climent4

C’est vraiment un véritable chef d’œuvre de l’art roman.

saint climent3

Une œuvre majeure de la peinture romane embellit l'abside principale de l'église : un ensemble magistral autour d'un Christ pantocrator orne l'abside principale.san climent2

Il est devenu l'image typique de la peinture romane catalane. L'édifice a trois nefs, terminées chacune par une abside semi-circulaire. 

- L’église de Santa Eulàlia 

Erill la Vall est un petit village, un des plus pittoresques de la vallée.

erill_la_vall

C’est un ensemble magnifiquement  préservé de l'architecture rurale des Pyrénées.

saint eulalia2

L'église se trouve à la Place de Baix du village, avec un parking à l'entrée du village.

st eulalia

Léglise de Santa Eulàlia a un magnifique clocher, spécifique de l'art roman lombard, sur 6 niveaux, avec des fenêtres géminées, ornées d’arcs aveugles et des frises.

saint eulalia

Elle possède une seule et longue nef, dotée d’un toit en bois. Ce dernier a remplacé une ancienne voûte. Son chevet comprend trois absides en forme de trèfle. Le porche présente des arcs, reposant sur des piliers.

ste eulalia (2)

Les arcades, à l’extérieur, sont remarquables ainsi le petit cimetière adjacent qui apporte une véritable authenticité à l’ensemble.

ste eulalia3

Son origine date du XI° s. L'église renferme, à l’intérieur, une copie de la descente de croix, composée de sept sculptures en bois polychrome.

ste eulalia

Les originaux, de 1150, sont conservés au Musée national d'art de Catalogne.

ste eulalia2

 - L'église Santa Maria d'Arties :

santa maria d'arties

Arties est un village du haut Val d'Aran, de 524 habitants, en Catalogne du nord. Il est situé au confluent de la Garonne  et de Valarties, à 1 144 m d'altitude. Dans  le vieux village, on trouve l’église paroissiale de Santa Maria d’Arties, déclarée bien Culturel d’Intérêt National, grâce à son architecture romane et ses peintures murales de la Renaissance.

santa maria d'arties1

santa maria d'arties2

C’est une église romane des XIe-XIIIe siècles. L'édifice est un plan à trois nefs, avec un chevet à trois absides au départ. Le vieux quartier abrite deux maisons seigneuriales, les plus importantes du Val d’ Aran. 

 

- Eglise Sant Joan à Boí :

Le village de Boi était une petite ville fortifiée où se trouvait autrefois le château le plus important de la vallée, même si aujourd'hui il ne subsiste que quelques traces.

san Joan de Boï

L'église de Boi est l'église la plus ancien de la vallée, construite au 11ème siècle. Sant Joan de Boí est un pur exemple de l'art roman lombard qui s'est multiplié dans cette partie des Pyrénées.  

sant Joan de Boï

Elle possède trois nefs séparées par des colonnes, se terminant en trois abside semi-circulaires.Un clocher carré jouxte la façade sud : son étage supérieur a fait l'objet de modifications à une date ultérieure.

sant Joan de Boï2

Les fresques originales, du XII° S.  (animaux fantastiques), ont été enlevés entre 1919 et 1923. Elles sont conservées au musée d'art de Catalogne, à Barcelone. 

_Sant_Joan_de_Boi

Des copies ont été faites récemment de ces peintures murales, sur les murs intérieurs et extérieur de l'église. Parmi les peintures murales, celles qui représentent le répertoire Bestiaire, la lapidation de saint Etienne et une scène avec des musiciens et des jongleurs, sont d'un intérêt remarquable.

st-joan-de-boi

Notons que les trois clochers de Boí, Taüll et Erill la Vall sont visibles de loin, ce qui constituait des éléments défensifs et de surveillance du territoire, à une époque où les incursions et guerres territoriales étaient encore courantes. 

Ces fresques médiévales, de ces petites églises romanes, sont considérées comme les mieux exécutées, au monde, ce qui mérite un détour si vous passez dans la région. Dans la vallée de Boí on trouve, aussi, des thermes d'origine romaine, célèbres pour leurs sources chaudes.

Merci de votre visite et de vos commentaires qui me font chaud au coeur ! Prenez bien soin de vous et de vos proches ! 💕🙏😷

"Vivre L’ I.N.S.TA.N.T  présent  ET PARTAGER LE  Regard  que nous portons sur le  MONDE.

Posté par Martine84000 à 09:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 avril 2020

Besalú : un voyage dans le temps

DSC_1524

Besalú, dans la province de Gérone, est un village pittoresque qui nous transporte au Moyen-Age, avec ses trésors d'architecture médiévale

Besalu2

Une petite visite s'imposait. 

DSC_1553

Loin des plages de sable doré de la Costa Brava, ce coin de la Catalogne respire l’histoire et l’authenticité. Enclavée dans la région de la Garrotxa, cette petite cité est située à deux pas du spectaculaire Parc naturel de la zone volcanique de La Garrotxa, que nous avons eu la chance de pouvoir visiter au printemps dernier. 

DSC_1554

Le patrimoine historique de Besalú est remarquablement bien conservé, grâce à un gros travail de restauration. Il faut avouer qu’elle a un sacré charme cette cité médiévale de Besalú, au point d’avoir été déclarée au patrimoine historique et artistique national !

DSC_1542

Et parmi ses édifices, c’est par le majestueux pont médiéval, que nous entrerons dans l’intimité de la cité. A l'image du reste du village, il nous plonge dès le début dans cet univers du passé. 

DSC_1523

Mais que serait Besalú sans son vieux Pont fortifié, un ouvrage d’art qui remonte au XIe siècle. Sept arches de toute beauté, dont les piles baignent dans le lit du fleuve Fluvia. Avec sa tour, il permettait autrefois de surveiller les alentours et de réguler les entrées et les sorties dans le village. 

DSC_1528

Sur 30 mètres de hauteur et 105 mètres de longueur, ce pont abritait au Moyen-Âge le péage comtal, installé dans la tour fortifiée. 

DSC_1533

En 1881 il n’y avait plus ni la tour, ni la porte d’entrée, et pendant la Guerre Civile espagnole il fut dynamité. C’est entre les années 50-60 du XXe siècle qu’il fut reconstruit par la Direction générale d'Architecture.

DSC_1535

Emblème de la cité, ce vieux pont nous mène ensuite vers l’Eglise Sant Viçenc. Mentionnée en 977, cette église romane, ponctuée de quelques détails caractéristiques de la transition avec le gothique, tels la rosace et le grand vitrail, et renferme la tombe de Pere de Rovira. 

DSC_1547 sant vincenç

C’est lui qui conduisit les reliques de Saint Vincent à Besalú en 1413. Une chapelle gothique latérale contient quant à elle une réplique de la Vraie Croix donnée en 1923 par Francesc Cambó, pour remplacer la croix originale dérobée en 1899. Fermée, malheureusement, quand nous y sommes passés l'après-midi.

DSC_1549

Beaucoup plus imposant le Monastère Sant Pere. De ce monastère, il ne reste en réalité que l’Eglise, caractérisée par sa majesté. 

DSC_1545 sant pere

Fondée en 977, par le comte évêque de Miró, cette église présente la particularité d’abriter un déambulatoire où, au Moyen-Âge, seuls étaient autorisés à pénétrer les pèlerins qui venaient pour adorer les reliques de Saint Prime et Saint Félicien. À l’intérieur de l’église se trouvent également les tombes des plus célèbres abbés du monastère, ainsi que la fosse commune réservée aux moines. 

DSC_1544

Il faut ici absolument s’installer sur l’une des terrasses de la place Prat de Sant Pere pour se délecter du vitrail de la façade de l’église…

DSC_1546

Se perdre dans le dédale des ruelles pavées, de Besalu, ses passages secrets,  c’est retrouver son regard d’enfant. Elles nous transportent de surprises en surprises.

DSC_1552

DSC_1540

DSC_1541

Cette petite cité est belle et riche de magnifiques édifices.

DSC_1539

De belles, demeures anciennes, très bien restaurées, témoignent encore de ce riche passé, et de la place qu'occupait alors la noblesse. Elles donnent fière allure au vieux village de Besalú.

DSC_1548

DSC_1550

Si vous avez un peu de temps allez visiter  Micro Mundi, le musée des miniatures et des micro-miniatures, une invitation au voyage que proposent toutes ces œuvres d’art.   

DSC_1521

DSC_1522Miniatures dans une coquille de noix.

Le Quartier Juif est l’un des plus importants en Europe. Une visite en se promenant parmi ses rues va révéler de véritables trésors architecturaux, dont les “Micvé”, bains rituels juifs, découverts par hasard en 1964. Ce Miqvé, du XIIe siècle, est avec le Miqvé de Girona, la seule enceinte de bains juifs, découverte jusqu'ici dans la Péninsule Ibérique. 

Pour compléter votre journée, je vous conseille de visiter, à proximité, les volcans de la Garrotxa.

Les volcans d'Olot - Martine Passion Photos

Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a des volcans en Catalogne ! Et oui, les catalans ont eux aussi leur Auvergne ! En fait, il faut bien l'avouer, il ne manque rien en Catalogne : la mer méditerranée, la haute montagne avec les Pyrénées, une mine de sel à Cardona, une langue forte : le catalan, et une agriculture variée.

http://photosvillages.canalblog.com

De près, comme de loin, la belle cité de Besalú est pleine de charme, avec son vieux pont, ses murailles, son église, son monastère… Elle mérite, sans aucun doute, un petit détour, lorsque l’on est dans la région de Gérone.

DSC_1555

Bonne journée @ toutes et à tous !

 

Posté par Martine84000 à 17:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 avril 2020

L'église romane de Santa Maria de Porqueres

 

 

DSC_0892

L’église romane de Santa Maria de Porqueres est une visite quasi-obligatoire pour ceux qui visitent les magnifiques alentours du lac de Banyoles, (précédent article). 

DSC_0921

Elle est située sur une petite colline,  sur le côté est du lac,  une zone choisie stratégiquement par les premiers habitants, afin d’éviter les inondations. 

DSC_0894

Le site charmant, est entouré d'une végétation abondante.  Très bien conservée,  du Xe siècle, elle fut consacrée en 1182, et contient des éléments  de l'époque des wisigoths. Les dernières modifications eurent lieu entre les années 1957 et 1960, avec le remplacement de l’ancien clocher carré par celui actuel. 

DSC_0898

En arrivant nous sommes surpris par silhouette élancée. Le portique, possède quatre colonnes.

DSC_0895

Il est intéressant d’apprécier la décoration de ces grands chapiteaux, exceptionnels. Malgré sa simplicité, le portique contient des détails figuratifs étonnants, avec des  décorations florales, et  des têtes d’animaux.

DSC_0896

DSC_0897

Nous entrons à l’intérieur de l'église, qui mesure 25 m de long,  par une porte en chêne massif. 

DSC_0922

Nous sommes éblouis devant l’arc triomphal, séparant la nef du presbytère, la partie la plus belle. Nous sommes en présence  d'une nef unique, terminée par une abside semi-circulaire.

DSC_0920

L'arc triomphal contient des éléments symboliques, comme : la Vierge et l'enfant, Jésus bénissant, des anges ailés, des scènes du paradis avec Eve en train de proposer le fruit interdit, Adam qui le mange et le serpent enroulé sur l’arbre du bien et du mal, symbole du démon

DSC_0908

DSC_0912

DSC_0913

DSC_0901

Les fonts baptismaux, sont d'époque médiévale, et ont été réalisés avec de la pierre travertin de la région de Banyoles, (également appelée pierre molle), sans décoration, est une pièce romane très travaillée. On peut voir des travertins en formation dans l’eau même du lac de Banyoles.

DSC_0899

Une croix de procession datant du XVI siècle occupe une place importante dans le presbytère et sur l’autre côté, une statue de la Mare de Déu datant de la même époque, patronne de la paroisse.

DSC_0906

DSC_0915

On peut également y voir, suspendue, une poutre médiévale polychromée avec les symboles du soleil et de la lune, entourés d’étoiles.

DSC_0902

DSC_0916

Sur la carte on peut voir les différentes parties de l'église romane de Santa Maria de Porqueres.

carte-santa-maria-porqueres

À l’exterieur, on peut voir un petit cimetière, avec de vieilles pierres tombales, et un  petit bâtiment appelé le comunidor. Ce petit monument utilisé jadis lors des cérémonies de conjuration, est appelé également reliquaire. A une époque où la ferveur religieuse faisait partie de la vie sociale du village, le recteur utilisait le «comunidor» pour bénir les quatre points cardinaux et protéger les cultures des éventuelles tempêtes.

DSC_0893

L’église de Santa Maria de Porqueres fut déclarée Monument National d’Intérêt en 1931 et après l’avoir vue, je peux dire, sans aucun doute, que c’est l’une des plus belles églises romanes de la Catalogne.

 

Posté par Martine84000 à 20:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 avril 2020

Le lac de Banyole

DSC_1523

En ce weekend de Pâques, symbole de renaissance, soyons courageux, et que l’espoir nous accompagne tous sur des chemins plus sereins ... Continuons d'être forts, malgré les circonstances, bientôt nos rêves se réaliseront. Après cette mauvaise période, nous retrouverons des jours meilleurs !

DSC_1511

Aujourd'hui c'est en Catalogne que je vous emmène, entre Besalú et Gérone, une escale au lac de Banyole, où nous avions déjà eu l'occasion de nous arrêter au printemps 2019.

DSC_1506

Plus grand lac de Catalogne, l'endroit est propice aux balades romantiques au bord de l'eau, aux activités sportives ou aux baignades avec les enfants tout en regardant les canards et les maisons des pêcheurs installées sur l'eau. 

DSC_1508

C'est sur les bords de ce lac que nous avons passé nos derniers instants en Catalogne, avec Besalu (prochain billet), avant de rentrer en France. Une dernière pause dans ce pays  qu'est l'Espagne, que nous aimons tant, et que nous avons plaisir à vous faire découvrir ! 

DSC_1507

Le lac de Banyoles est le plus grand lac naturel de Catalogne. Situé à 20 km de Gérone, et dans les environs du parc naturel volcanique de la Garrotxa, le lac est un des trésors de la région. Entre la Sierra de Rocacorba et les fleuves Fluvià et Terri, le lac s'inscrit dans un environnement très beau et très paisible.

DSC_1514

Le lac se situe à l'ouest de la ville du même nom, et domine une large plaine entourée de collines verdoyantes. Il s'étale sur plus de 2 000 mètres de longueur et jusqu'à 750 mètres de largeur maximale au nord.

DSC_1520

La superficie est de 111,7 km² et la profondeur maximale est de 62 mètres. Pourtant, lorsque l'on marche sur les rives, on est loin de se douter qu'il puisse être de cette profondeur car l'eau est si transparente que nous pouvons aisément distinguer les fonds.

DSC_1522

L'étang et son bassin lacustre constituent un système environnemental de grande valeur. Outre la beauté de son paysage, il présente un grand intérêt écologique car c'est le lieu de rendez-vous de nombreuses espèces protégées. Des pontons et des miradors ont d'ailleurs été aménagés pour pouvoir les observer.

DSC_1504

Cela dit, on ne vous cache pas que les espèces les plus faciles à observer restent bien les canards, qui font souvent leur petite route à deux eux aussi 😉 !

DSC_1517

Autour du lac vous pourrez être étonnés par le présence de maisons de pêcheurs, qui se reflètent sur les eaux calmes. Elles datent du début du XXe siècle et sont pour la plupart privées. 

DSC_1521

C'est d'ailleurs dans l'une d'elle que s'est installé l'office de tourisme. Ces maisons sur l'eau, c'est l'image emblématique du lac, celle que vous pourrez retrouver un peu partout sur les cartes postales, prospectus, ou sur les réseaux sociaux.

DSC_1505

Selon moi, les meilleurs moments pour vous rendre au lac de Banyoles c'est au printemps et en automne. Mais il faut avouer qu'il y a moins de monde (presque personne) et c'est surtout le moment où la végétation est la plus belle. 

DSC_1509

Les platanes ont enfilé leur joli manteau, vert clair, et leurs feuilles se reflètent et tombent sur le lac, un vrai petit paradis pour les photographes !

DSC_1503

Plusieurs activités sont proposées autour du lac : promenades en bateau, pêche sportive (réglementée), aviron, triathlon, promenades en barques, itinéraires de randonnée... et le tout dans un cadre magnifique ! 

DSC_1510

C'est d'ailleurs sur le lac que se sont déroulées certaines épreuves des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.

DSC_1513

Le 20 décembre 2002, le lac est désigné site Ramsar (convention pour la conservation et l'utilisation durable des zones humides) et il a ainsi été inscrit dans la liste des zones humides d'importance internationale.

DSC_1516

Le tour du lac de Banyoles est l'une des promenades les plus connues de la région, aussi bien par les touristes, que par les habitants de Banyoles et de la région. C'est un itinéraire circulaire et de faible difficulté. Tout en faisant cette promenade, qui fait le tour complet du lac, l'on peut profiter de la richesse des paysages, et des vues offertes par les différents miradors.

DSC_1512

Voilà  cette belle balade se termine pour aujourd'hui. Difficile en ce moment, avec ce confinement, de résister aux belles journées printanières, mais pour notre bien à tous restons chez nous, la seule façon de sauver des vies et de laisser respirer, pour quelques temps notre belle planète. 

Bon weekend de Pâques @ tous ! 

Posté par Martine84000 à 16:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,