Martine Passion Photos

Passionnée de photographie depuis toute jeune, la photo est avant tout pour moi un plaisir !  Et puis les rêves s’envolent parfois, finissent aux oubliettes ou bien… se réalisent. Aujourd’hui, je suis comblée. Je m’aperçois que j’ai réalisé mes rêves d’enfant. Je passe mes weekends et mes vacances, en famille, ou avec des amis, avec mon appareil photos en bandoulière, le carnet de notes à la main, et surtout une curiosité bien ancrée et une envie insatiable de découvrir notre belle France. Je m’efforce au cours de mes balades de vous emmener dans des lieux connus, d’autres un peu moins ou même parfois insolites. En partageant avec vous mes émotions, j’espère vous donner un jour l’envie d’aller les visiter à votre tour. La vie n’est-elle pas le plus beau des voyages ?  

Liens sur mes 2 autres blogs, qui pourraient vous intéresser :

Posté par Martine84000 à 13:20 - Commentaires [6] - Permalien [#]


11 décembre 2017

Zoo de Montpellier : le 2ème plus grand parc zoologique de France !

DSC_0205

Le parc zoologique Montpellier, où nous avons eu l'occasion de nous rendre, à plusieurs reprises, est un lieu extraordinaire pour ceux qui veulent découvrir la diversité de la faune venue des cinq continents.

20130511_105239

Le zoo, et la serre amazonienne, à l'entrée du parc, sont ouverts 7 jours sur 7, y compris tous les jours fériés, sympas pour sortir pendant les vacances, avec ses enfants !  

plan

DSC_0220

De plus il est GRATUIT, et ouvert de 9 h à 19 h, sans interruption.

DSC_0211

Avec ses 80 ha, ce parc zoologique est aujourd'hui l'espace vert le plus vaste de Montpellier. C'est le lieu de promenade privilégié des montpelliérains. De très grandes allées ombragées, sont un plus l'été.

DSC_0221

Sa situation sur les hauteurs offre des vues incroyables sur les paysages des environs de Montpellier : garrigues et vignes peuvent être admirées, à perte de vue.   

DSC_0633

Le parc zoologique de Lunaret a ouvert ses portes en 1964. La première espèce présentée au public était le zèbre.

DSC_0236

 Le parc sera agrandi deux fois par la suite pour atteindre la taille actuelle. 

DSC_0248

Depuis il n'a cessé de se développer avec l'ouverture de la ferme pour enfants en 1982, la création de la réserve naturelle du Lez en 2000 et l'aménagement de trois grands enclos en 2001 (lions de l'Atlas, ours de Syrie, rhinocéros blanc).

DSC_0239

De nombreux aménagements pour le confort des animaux, la sécurité, la pédagogie ou l'agrément du public ont été réalisés depuis 2003. La serre amazonienne est ouverte au public depuis juin 2007.
L'enclos des girafes a été inauguré en avril 2010 

DSC_0240

Actuellement, 90 espèces, plus de 500 animaux répartis sur 52 enclos dont la plupart font partie des plus vastes d'Europe, une lémurie riche d'une des plus belle collection de lémuriens,  2 étangs artificiels où se concentrent la plupart de nos oiseaux. 

DSC_0241

11 km de sentiers à la découverte des animaux du monde ou d'espaces sauvages dans la chênaie à pin d'Alep. S'étalant sur les hauteurs de Montpellier, le parc est un balcon sur l'arrière pays et offre quelques points de vue pittoresques sur les paysages languedociens. Le parc emploie 76 personnes. En étroite relation avec les grands zoos d'Europe, le parc zoologique de Montpellier s'oriente sur la sauvegarde des espèces menacées, dont l'objectif final est la réintroduction des espèces dans leur milieu naturel.

DSC_0228
Idéal pour se balader en famille, pour retrouver une tranquillité et passer  un moment agréable. Le zoo est gratuit et offre une belle ballade. Le sentier botanique offre une vrai bouffée de nature et de calme, un avant-goût d'arrière-pays, à seulement 20min de transport du centre-ville.

DSC_0222

On peut faire du pique-nique,  ou manger dans le restaurant que se trouve à la sortie. On trouve aussi des endroits avec des manèges pour que les enfants puissent s'amuser.
Des sculptures en bois sont présentes tout au long du parcours, les enfants, comme les adultes, adorent grimper dessus. C'est un super endroit, magiiiiiique !!!

DSC_0254

Dans le parc nous avons pu également visiter la serre amazonienne, payante, mais elle vaut vraiment le coup d’œil. 

DSC_0602

C'est une réalisation unique en France, qui recrée toutes les caractéristiques et spécificités de la forêt amazonienne.

DSC_0603

DSC_0567

DSC_0568

Elle permet aux visiteurs de découvrir plus de 500 animaux et 3 500 végétaux. 

DSC_0541

DSC_0542

DSC_0550

Entre cascades et petits ponts de bois, nous avons pu admirer la faune inquiétante qu'abrite la serre : mygales, caïmans, ocelot, fourmillier et même chauve-souris. 

DSC_0627

DSC_0580

Nous n’avons pas été déçus !

DSC_0581

DSC_0600

L'entrée du parc est interdite à tous véhicules (autos, motos, vélomoteurs, bicyclettes, VTT..), ainsi qu'aux chiens.

Coordonnées du Parc zoologique de Montpellier : 50, avenue Agropolis34090 Montpellier tél.: 04 67 54 45 23

 

Posté par Martine84000 à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 décembre 2017

Montpellier

20171022_124609

J’avais envie, aujourd’hui, de vous faire découvrir la belle ville de Montpellier, qui me tient à coeur, où nous avons eu,  plusieurs fois, l'occasion d'aller. C’est une  ville moderne, tournée, résolument, vers le futur. 

20171022_143142

 

plan

 

Lorsque la ville fut fondée en 985, elle avait donc déjà tous les atouts qui firent son succès : un climat très ensoleillé, la proximité de la mer, une grande route, et des collines faciles à défendre en cas d’attaque ennemie. 

20171022_131016

 

Commençons notre petite balade à Montpellier par la Promenade du Peyrou, dont on accède par de belles portes métalliques dorées. Cet immense parc est situé en plein centre-ville. Point culminant de la ville, il  est constitué de longues allées bordées d’arbres. 

20171022_130354

On peut y admirer la statue du Roi Soleil,  Louis XIV à cheval, l’air fier et majestueux.

20171022_130223

 On l’appelle aussi la Place Royale. 

 

 

 

20171022_130541

 

De cet endroit, on peut apprécier toute l’étendue de la ville. Nous nous rendons à l’extrémité ouest du parc, près du superbe Château d’Eau du 18e s., pour profiter d’une vue imprenable sur Montpellier et ses alentours. 

20171022_130451

Dans cet immense parc a lieu souvent des manifestations culturelles, des concerts en plein air...

20171022_130552

Nous nous dirigeons, maintenant, vers l’un  des monuments incontournables de la ville :  l’Arc de Triomphe (rénové), qui marque l’entrée dans le centre historique de la ville.

20171022_130022

20171022_125818

20171022_125933

Du haut on a une vue superbe, à 360°, sur les toits et la Promenade du Peyrou !

20171022_130653

Ensuite nous descendons l’avenue Foch, (Champs-Elysées de Montpellier), pour nous perdre  dans les charmantes petites rues anciennes du centre historique que l’on appelle l’Écusson, la plus grande zone piétonne de France. C’est un véritable plaisir de flâner entre bâtiments, chargés d’Histoire, et les  boutiques typiques.

l'écusson

 

La ville de Montpellier, forte de ses 250 000 habitants, est dynamique et jeune : 20% des habitants de la ville sont des étudiants! Il faut dire que la ville abrite la plus vieille Faculté de Médecine en activité du monde, datant du 12ème (François Rabelais y a même étudié).

Faculté_de_médecine

 

Ses bâtiments, fierté de la ville, sont accolés à la majestueuse cathédrale Saint Pierre, du 14e s. Après un passé tumultueux entre catholiques et protestants cet ancien monastère est aujourd’hui une immense cathédrale.

cathédrale st Pierre

 

Nous vous emmenons, maintenant, vers la place emblématique de la ville : la place de la Comédie, où de de nombreux artistes de rue  s’y postent chaque jour. Très touristique, et pleine d’animation, cette jolie place possède de beaux monuments, incontournables, comme : l’Opéra Comédie, un bijou architectural.

20171022_124722

L’emblème de la ville est la statue des 3 Grâces, du 18e s, qui servait à l’époque de relais à l’Aqueduc, et qui rejoignait le Château d’Eau du Peyrou.

20171022_124723

Les beaux immeubles haussmanniens, qui entourent la place, témoignent du passé fastueux de la ville. 

20171022_124242

20171022_124358

 

Nous nous dirigeons, maintenant, en direction du Polygone,  centre commercial pour  retrouver, de l’autre côté, le quartier Antigone

antigone2

Conçu dans les années 70, ce quartier nous amène jusqu’aux rives du Lez, où l’on croise de nombreux bâtiments...

20171022_125800

... et statues influencés par la Grèce Antique.

20171022_130011

 

Dans ce lieu, en plein centre-ville, nous trouvons de nombreux d’espaces verts, des fontaines, des bancs pour se reposer, ce qui est bien agréable !

le LezRives du Lez.

Nous terminons notre balade devant le majestueux Hôtel de Région.

antigone

Ce bâtiment aux façades vitrifiés dont l’architecture typique rappelle celle de l’Arc de Triomphe, symbole de modernité.

20171022_130542

La ville est désormais le centre d’une importante région viticole, qui lui apporta toute sa richesse au XIXème siècle.

 

carte

 

 

 

Si vous ne connaissez pas cette jolie ville du Sud de la France, dynamique, cosmopolite, et tournée vers le futur, il faut aller la visiter !

tramway

 

 

Merci pour votre visite et pour cette gentillesse que vous apportez en venant voir mes reportages. Vous pouvez aussi me laisser un petit commentaire, cela me fera plaisir, à bientôt !

 

 

Posté par Martine84000 à 21:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 décembre 2017

Noëls insolites de Carpentras

113906548_o

A l'occasion des RDV mensuels de  "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par Sylvie du blog : "Le coin des voyageurs", le thème pour le mois de décembre est "l'Avent" (choisi par Pierre Guernier). Chaque mois, Sylvie invite d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent, afin de découvrir la richesse et la beauté de la France.

113907225_o

Je vous emmène donc aujourd'hui, dans cet article : "Noëls Insolites", dans le Vaucluse, plus précisément à Carpentras, village typique de notre belle Provence. Au moment des fêtes, depuis 9 ans, Carpentras s'anime et se  pare de ses plus belles lumières, pous son festival de rues ! Pendant un mois, les Noëls Insolites  investissent les rues du centre-ville et nous offrent un festival d'hiver unique en Provence. Ils transforment les rues de Carpentras en un espace fantastique, féérique et hors du temps, pour le plaisir des petits et des grands !

113907934_o

Au programme : des illuminations, des parades, plus de 150 animations gratuites, des marchés de Noël, un salon de santonniers... 

113907870_o

Phénix Feu : Cie Cirque Autour (Drôme) - Personnages féeriques, animaux fabuleux, oiseaux merveilleux, les Phénix Feu sont uniques.

113906534_o

Ils sont agiles, virtuoses, souples, surprenants et se déplacent avec une grande agilité.

113908692_o

À pieds ou en échasses, ils impressionnent par leur couleur flamboyante quand leur bonne humeur fait sourire ceux qui les croisent.

113908756_o

Le manège insolite et son Orgameuh : C'est l'histoire d'un drôle de troupeau sorti d'une étable, après un dur hiver... 113906438_o

Les petits grimpent sur les vaches, plus étonnantes les unes que les autres, tandis que les grands s'occupent de la traite...

113906461_o

113908676_o

Le tout, au son de l'Orgameuh, instrument unique fabriqué en "boîtes à meuh", cloches et bidons de lait. Par la Cie La Toupine (Haute-Savoie).

113906447_o

- La Caverne de Léon : (Vaucluse) - Bienvenue chez Léon, le légendaire dragon des Noëls insolites, pour une visite de son antre. Découvrez, en famille, l'univers et les secrets du plus gentil dragon du monde. 

113906477_o

Installez-vous, au coin lecture, pour un moment de détente. Découvrez, sous forme de visites contées, les mythes et légendes de Léon et de ses amis.

113906480_o

- La Petite Ferme : (Drôme) - Les oies, lapins, moutons, vaches et chevaux de la petite ferme investissent le centre-ville, pour le plaisir des plus grands comme des tout-petits ! Jeux de l'oie, et balades en poney à l'honneur. Par Les écuries de Bacchus. 

113906509_o

- Le petit Lilo : Cie Actua produccion (Catalogne). Le petit Lilo n'est pas un chien ordinaire...

113906973_o

C'est un chiot géant, plein d'énergie et très coquin qui n'a qu'une envie : jouer avec tout le monde ! Jette lui son os et il ira le chercher, joue avec sa balle géante et il te suivra, crie son nom et il viendra te voir en courant !

113906981_o

Baby Elephant : Cie PasParTout ( Allemagne) - Kaspar le clown et Rudi l'éléphant sont insouciants, joyeux et inséparables. 

113907049_o

Ces deux compères parcourent le monde et, dès qu'ils en ont l'opportunité, s'installent pour présenter leur spectacle. Attention, avec le caractère de ces deux-là, la zizanie est au rendez-vous !

113907036_o

La ville réserve bien d'autres surprises comme : un sapin géant, des théâtres de rue, des déambulations en journée et en soirée, des spectacles pour les enfants, des jeux de lumières, des marchés gourmands, ainsi que des promenades en calèche.

113907243_o

On retrouve des créatures fantastiques, un peu partout dans la ville.

113908070_o

Nous avons découvert de nombreuses animations, pour les petits, dont le jardin d'hiver où ils peuvent faire de la luge et du ski, ou tout simplement s'amuser dans la neige, par une température de 15° !

113907812_o

La crèche, dans l'Office du Tourisme de Carpentras, dont la notoriété est bien établie, attire chaque année un grand nombre de visiteurs, venus souvent de très loin. Cette crèche géante, qui retrace les scènes de vie provençale, est le résultat de nombreuses heures de travail, de Gérald Roux et Alain Favier.

113916728

Tous les ans,  de nouveaux personnages, et monuments sont créés, qui font de cette crèche une merveille de miniaturisation. A découvrir, des centaines de santons, certains crées pour l'occasion, des paysages typiques de notre Provence : un véritable plaisir pour les yeux ! 

113916963

L'ensemble de cette œuvre, qui reconstitue les vieux métiers, en fait un document d'histoire locale très passionnant, pour les petits comme pour les plus grands.Car, devant les anciens métiers, les visiteurs se remémoreront le passé du village et le feront découvrir aux plus jeunes ; la période de Noël est propice à la nostalgie...

113916860

Voir la crèche géante  de Carpentras, c'est retrouver, quelques instants, un lieu magique, où tout parait possible.

 A bientôt pour de nouvelles aventures. 

 

 

Posté par Martine84000 à 17:04 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 novembre 2017

Au coeur des volcans d'Auvergne (2)

DSC_7258

Avec des paysages volcaniques et des montagnes, des villages pittoresques et des châteaux, la région d'Auvergne a un caractère très distinctif que vous apprécions, de plus en plus, au cours de nos différentes étapes. 

Massif-du-Sancy

Nous poursuivons notre visite approfondie, de cette belle région, en passant par le joli village de Saint Nectaire, classé parmi les plus beaux villages de France.

DSC_7259

- Saint Nectaire :

Célèbre pour son fromage, le village l'est aussi pour sa station thermale, connue depuis l'époque celte.

DSC_7188

DSC_7206

 Arrêt obligatoire dans une fromagerie, pour acheter, à notre retour de vacances, du Saint-Nectaire. 

DSC_7204

Ce jour-là folklore auvergnat et bourrée montagnarde animeront la fromagerie, pour notre plus grand plaisir !

DSC_7191

Plusieurs danseurs et musiciens étaient présent pour mêler leur culture aux traditions...

DSC_7202

Deux localités sont réunies sous ce nom : la station thermale de Saint-Nectaire le Bas, qui s'étire, sur 2 km, dans une vallée verdoyante, et le vieux village de Saint-Nectaire le Haut, que domine sa magnifique église, l'une des plus belles de la région. 

DSC_7209

Perchée sur le Mont Cornadore, l’église de Saint-Nectaire, construite en 1160, trône fièrement parmi des cinq édifices majeurs de l’art roman auvergnat. Vue imprenable sur le Sancy assurée depuis son promontoire ! Bâtie en lave et tuf poreux, elle mesure 38 mètres de long, 11 mètres de large sous 20 mètres de haut sous la coupole. 

DSC_7212

Bien que de petite taille, son emplacement surplombant toute la vallée et le talent de ses bâtisseurs donnent à l'édifice une certaine monumentalité. 

DSC_7261

Son plan est assez typique de l'art roman auvergnat : deux tours de façade, un narthex, une nef de 5 travées, deux collatéraux, un transept avec chapelles orientées, le chevet avec un déambulatoire à trois chapelles rayonnantes.

DSC_7214
Elle est célébrée également pour son trésor et ses chapiteaux polychromes, en particulier ceux du chœur, formant l'un des ensembles des plus remarquables de la sculpture romane. 

DSC_7232

DSC_7237

Entre autres merveilles, l'intérieur de l'église révèle un magnifique buste reliquaire de St Baudime et une non moins remarquable vierge en bois.

DSC_7216

DSC_7217

- Caves Saint julien :

DSC_7285

Ayant vu un reportage à la télévision des caves Saint Julien, je voulais absolument voir de mes propres yeux,  ce site incroyable : 140 caves, construites entre 1850 et 1900, toutes orientées au nord et creusées à flanc de coteau : incroyable !!!

DSC_7273

Difficile à trouver, nous les avons découvertes un peu par hasard, après avoir pris des renseignements auprès des villageois, forts sympathiques, du reste. Un des leurs nous autorisera même à dormir avec notre camping car, près de sa cave, troglodytique, privée !

DSC_7274

Ces caves, creusées dans le tuf, si facile à travailler,  servaient à stocker le vin, produit à cette époque en abondance dans le Puy-de-Dôme.

DSC_7303

Cette prospérité s’arrêta brusquement, après que la vigne ait été touchée par le phylloxéra. Beaucoup sont restés à l’abandon. Certaines ont été reconverties en caves d’affinage pour le fromage auvergnat (comme le St Nectaire). 

DSC_7293

Aujourd’hui, les portes des caves, délaissées, sont grandes ouvertes et nous offrent une véritable flânerie insolite !

DSC_7275

- Saint Floret :

Nous sommes arrivés à Saint Floret, en passant par les routes de la campagne clermontoise, et en admirant, au passage, les beaux paysages de l’Auvergne. A 35Km de Clermont, il se situe dans la vallée de la Couze Pavin. Nous nous sommes garés, dans le centre ville, prêts pour entamer la découverte du village, et nous diriger vers le château.

DSC_7307

Blotti contre la roche, le village de Saint-Floret est protégé par le donjon d’un château féodal du XIIIe et XIVe s

DSC_7314

A ses pieds, des maisons de vignerons sont desservies par des ruelles médiévales... Quelques clichés, pris à la volée, dans ce village classé parmi les plus beaux villages de France, que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ! 

DSC_7313

Les belles demeures en pierre et les ruelles fleuries dégagent une atmosphère tellement particulière qu'il est difficile de ne pas revenir sur ses pas au moindre détail.

DSC_7310

On comprend très vite pourquoi le lieu est réputé pour sa tranquillité, il y règne une ambiance paisible !

DSC_7325

Il subsiste d'importants vestiges, de l'ensemble féodal, qui défendant le village de Saint-Floret (magnifiques fresques du 14e s.). Surplombant le village, se trouve le site du Chastel avec son église romane.

DSC_7308

DSC_7312

A notre grande suprise, nous avons trouvé, en nous promenant dans le village, un distributeur de pains, un peu comme nos distributeurs de banque. Il fallait y penser, j'ai trouvé l'idée géniale, surtout dans un petit village coupé du monde, cela peut dépanner bien des locaux ou touristes de passage. Ce que nous n'avons pas manqué de faire, car pas une boulangerie des kilomètres à la ronde.

DSC_7327

Saint Floret est également réputée pour son site du Chastel, avec sa chapelle romaine reconstruite, pour partie à la fin du Moyen-Age, et son clocher du XVIe cloisonné par sa nécropole.

chastel

Ce Site archéologique est unique avec des tombes anthropomorphes, (adaptées au corps humain), creusées dans le granit, à l’époque mérovingienne.

tombes rupestres

Doté d’un patrimoine extrêmement riche, d’un environnement naturel exceptionnel, Saint-Floret est une étape obligée, lors de vos vacances, ou passage en Auvergne. 

saint floret

Venez visiter ce village, typique, la beauté de ses paysages, rien ne vous laissera indifférent à ce que vous allez découvrir ! 

DSC_7264

A travers ce site je partage, avec vous : mes découvertes, mes expériences et plein d’autres choses. Vous pouvez me laisser un petit commentaire, j'y répondrai avec plaisir ! A bientôt ! 

Suite : la Voûte Chilac

 

 

Posté par Martine84000 à 18:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


28 novembre 2017

Au cœur des volcans d’Auvergne (1)

DSC_7114

Au cœur du Massif Central, en Auvergne, le Massif du Sancy est une pépite volcanique qui offre une diversité de paysages et d’activités étonnante. Plus haut volcan de l’Hexagone, le Puy de Sancy nargue le Puy-de-Dôme avec ses 1886 mètres !

massif du Sancy

Volcans après volcans, rivières après coulées de lave, glaciers et érosion… nous ont légués ce relief étonnant. 

DSC_7117

Un territoire grandiose, aux personnalités attachantes, et à l’histoire millénaire, que je vous invite à découvrir aujourd'hui ! 

Tour-du-massif-du-sancy-930x605

- La Bourboule :

A 852m d'altitude, au cœur du Parc naturel régional des volcans d'Auvergne et du Massif du Sancy, La Bourboule s'étend le long des rives de la Dordogne enjambée par une douzaine de ponts.

DSC_7058
La station thermale, que nous aurons plaisir à visiter, égrène nombre d'anciens palaces et d'édifices majestueux, témoins des fastes de la Belle Epoque, dont : les thermes, le casino ou l'hôtel de ville.

DSC_7099

DSC_7104

Magnifiquement boisé de séquoias, le Parc Fenestre ajoute à la magie des lieux, avec ses jeux, ses bassins. 

parc-fenestre

Construite de 1885 à 1888 en lave blanche agglomérée de divers matériaux volcaniques, l'église Saint Joseph rappelle le style des églises romanes d'Auvergne.

DSC_7067

DSC_7071

20 magnifiques chapiteaux ont été sculptés en 1941 par Henri Charlier, artiste bourguignon.

DSC_7077

DSC_7081

- Le lac Chambon :

Nous poursuivons notre route en direction du lac de Chambon. 

DSC_7144

Que ce soit pour se détendre au bord de l’eau, marcher autour du lac ou s’amuser lors d’activités sportives, tout le monde trouvera son bonheur ici.

DSC_7148

Le Lac Chambon est un lac de barrage volcanique, formé à la suite de l’éruption du Volcan du Tartaret.

DSC_7149

- Le château de Murol :

Dressé sur son piton volcanique, nous accédons, ensuite, à la forteresse de Murol.

DSC_7159

Le château, insolite, domine le village de Murol et le lac Chambon de sa stature imposante ! Le parking étant  en contrebas, nous grimpons  une forte pente pour  accéder, à pied, à ce site d’exception. 

DSC_7156

DSC_7163

Cette forteresse, partiellement restaurée, est vraiment superbe, avec un panorama à vous couper le souffle, sur le Massif du Sancy ! 

DSC_7162

On assiste, au travers d'une scénographie, à la reconstitution de la vie d'un seigneur du XVème siècle : Guillaume de Murol. Tarif entrée : 9 €

DSC_7182

Les villes et villages du Sancy sont aussi les témoins de l’héritage de la période gallo-romaine, médiévale, Renaissance et Belle Époque. Une région incontournable à visiter, si vous passez en Auvergne !

 Suite : Au cœur des volcans d’Auvergne (2)

 

Posté par Martine84000 à 11:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 novembre 2017

Issoire et sa fascinante abbatiale

113878838_o

Après notre passage, en Auvergne, à Clermont Ferrand et à St Saturnin,  nous ne pouvions pas passer à côté de Issoire, sans visiter la célèbre abbatiale Saint Austremoine. 

113878667_o

Ceux qui désirent passer un week-end dépaysant et au calme, c'est la ville qu'il vous faut ! C'est sur le chemin du retour que nous nous sommes arrêtés à Issoire, une ville tout aussi auvergnate, mais à l'architecture complètement différente de Clermont Ferrand.

113878689_o

Quand nous nous sommes promenés dans son centre-ville, nous avons été surpris par la couleurs des façades des maisons, qui nous rappellent indéniablement notre belle Provence.

113879523_o

Sur la place de l'église, nous trouvons une magnifique tour de l'Horlance, ancien beffroi, ainsi qu'une magnifique fontaine, en pierre de lave noire.

113879524_o

Nous arrivons, enfin, à notre coup de coeur, tant attendu... Quand je dis, plus haut, que l'Abbatiale Saint Austremoine d'Issoire, est fascinante, le mot est faible, c'est plus que cela encore, c'est un véritable chef d'œuvre de l'art roman auvergnat, comme on en voit très rarement !

113879480_o

Avec ses 63 mètres de long, c' est la plus grande des églises de Basse-Auvergne. 

113878851_o

Au XIIe siècle, des moines bénédictins vont édifier l'une des plus belles églises romanes d'Auvergne, en forme de croix latine. Elle est ornée d'une nef à deux étages...

113878657_o

...de cinq chapelles rayonnantes et d'un chevet, richement décoré, qui est le reflet de l'architecture exceptionnelle de ce monument.

113878661_o

113879472_o

Le chevet, est une véritable merveille, il constitue la pièce maîtresse de l'église.

113878679_o

113878581_o

113878592_o

Les chapiteaux du chœur, illustrant le cycle de Pâques, sont décorés de scènes populaires et de motifs décoratifs végétaux, inspirés des chapiteaux corinthiens de l'Antiquité grecque. 

113879483_o

113878598_o

Seul le chœur renferme des chapiteaux inspirés des écritures saintes.

113879643_o

Dans la crypte, une superbe châsse en émaux de Limoges datant du XIIIe siècle fut achetée au XIXe siècle pour y placer les reliques de saint Austremoine.

113879484_o

113878605_o

Ses faces décrivent la visite des Sainte Femmes au Tombeau et l'apparition du Christ à Marie-Madeleine.

113879485_oLa châsse de saint Austremoine. 

On estime à environ 50 ans le temps qu'il fallut pour édifier l'abbatiale Saint-Austremoine. Les hommes se rendaient à la carrière de Montpeyroux (10 km au sud) pour puiser ce grès tendre, que l'on appelle l'arkose, et qui donne à l'église cette couleur chaude.

113878838_o

Les échafaudages métalliques n'existaint pas, il a fallu abattre des forêts entières pour constituer les armatures de bois qui permettaient aux bâtisseurs d'élever les murs. Ces structures étaient solidement ancrées aux parois de l'église pour éviter que le vent ne les emporte. Si l'on s'attarde sur les façades de l'abbatiale, on peut apercevoir les « trous de boulins » dans lesquels on enchâssait les échafaudages de bois dans les murs.

113878575_o

Elle conserve des proportions harmonieuses. Son cycle zodiacal, complet,  témoigne de l'intérêt porté aux astres, par les hommes de cette époque.

113880979_oSignes du zodiac sur la nef de l'abbatiale.

Conclusion : cette Abbatiale est sans conteste, l'un des plus fascinants joyaux de l'Art Roman de la Basse-Auvergne. Surtout si vous passez dans la région, faites-y un petit détour, elle vaut à elle seul le déplacement !

 

 

   

Posté par Martine84000 à 19:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 novembre 2017

Clermont Ferrand

113867205_o

Après avoir quitté Limoges, sur notre route du retour, nous faisons une halte, obligatoire, à Clermond Ferrand.

113867402_o

Capitale de l'Auvergne, idéalement située entre la Limagne et la chaîne des Puys,  Clermont Ferrand  dispose d'un riche patrimoine.  

113867405_o

Le vieux Clermont est bâti sur une légère butte, vestige de l'un des trois cônes volcaniques qui s'étendaient jadis jusqu'à l'entrée de Chamalières.

113867396_o

113867450_oPhoto prise du portail de la cathédrale.

Colonie celtique bien avant l'occupation romaine, Clermont devint l'un des plus hauts lieux de la chrétienté, dès le Vème siècle.

113867406_o

Le centre ancien est un quartier paisible, plein de charme, où les ruelles gravitent autour de la cathédrale et de la place de la Victoire.

113867196_o

113867212_o

Ces rues mènent à la découverte des hôtels particuliers, construits à la Renaissance, avec leurs loggias, à l'italienne, et leurs pittoresques cours intérieures. Au cœur de la ville, sur la place Saint-Pierre, se tient le marché couvert très animé.

78077851

La cathédrale de Clermont-Ferrand, elle, contraste totalement avec sa pierre sombre et son architecture gothique. Située dans le centre de Clermont, elle domine la ville du haut de ses flèches en lave de Volvic. 

113867410_o

Par la vieille rue du Port, on atteint la cathédrale Notre Dame de l'Assomption, édifice gothique construit en pierre de lave noire de Volvic, dont l'intérieur est décoré de splendides vitraux anciens.

113867569_oBeaux vitraux.

113867533_o

Autre petite merveille, la basilique romane Notre-Dame-du-Port, un joyau d'architecture romane. Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, la basilique Notre-Dame-du-Port est un joyau de l'art roman. L'élévation du chevet, les arcs en plein cintre et la finesse des sculptures témoignent de la maîtrise des bâtisseurs du XIIe siècle. 

113867702_o

L'arkose blonde est mise en valeur par les mosaïques en pierres de lave qui couronnent l'abside. 

113867703_o

Les donations des fidèles au fil des siècles ont permis d'offrir à l'église un riche mobilier de toiles de maîtres, dont une Annonciation de Philippe de Champaigne et des sculptures. La basilique a toujours eu une place particulière dans la ville grâce à la dévotion à la Vierge Noire de la crypte, dont un pèlerinage est attesté depuis 1614.

113867485_o

Au fil de notre promenade dans le Vieux Clermont, nous découvrons les rues pittoresques, bordée d'élégantes demeures...

113867201_o

...ainsi que de jolies fontaines en pierre de lave, noires, parmi lesquelles la fontaine d'Amboise, (1515), superbe oeuvre de la Renaissance. 

113867471_o

Nous apprenons que Blaise Pascal était originaire de Clermont et qu'il avait créé le premier transport public à Paris en 1662. En cela il fut le digne précurseur du beau tram dont s'est doté Clermont aujourd'hui.

113867486_o

Clermont-Ferrand n’est pas seulement une ville d’architecture, de grands hommes femmes y sont nés, y ont vécu. Tout d’abord, Vercingetorix : fier chef arverne qui tint tête à Jules Cesar, dans la plaine de Gergovie, malheureux vaincu de la bataille d’Alésia. 

113867407_o

Urbain II : pape prêcheur de la première croisade. Il avait fait de Clermont sa ville, rivale de Montferrand aux mains des Comtes d’Auvergne. 

113867704_o

Blaise Pascal : philosophe, mathématicien et physicien, y nait en 1623. Il inventera la « pascaline », première machine à calculer, conservée dans un musée de la ville.

pascaline

 On a pu y croiser aussi Catherine de Médicis, qui se voulait Dame de Clermont.

113867194_o

Voilà, j'espère que la visite de la capitale de l'Auvergne vous a plu ! Je vous invite à aller visiter cette ville plurimillénaire, ainsi que découvrir ses rues et son histoire. C'est une  étape incontournable, lorsque l'on fait les volcans d'Auvergne. Vous pouvez aussi me laisser un petit commentaire, cela me fera plaisir, à bientôt !

 

 

Posté par Martine84000 à 19:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 novembre 2017

Limoges : une belle découverte

113863459

Je vous emmène, aujourd'hui, faire une petite balade dans les vieilles rues de Limoges, où nous avons fait une petite escale, lors de notre retour, de nos vacances en Vendée, cet été. Elle possède, à elle seule, deux centres historiques : d'un côté le quartier du Château et de l'autre celui de la Cité, et seulement 200 mètres les séparent. Capitale des arts du feu, elle a beau être connue mondialement pour sa porcelaine, ses émaux et ses vitraux, elle recèle bien d'autres trésors à découvrir. 

113864755_oLa gare hôtel de ville de Limoges et sa belle fontaine en porcelaine.

En arrivant dans cette belle ville, la première chose que nous découvrons c'est sa gare somptueuse.

113863224_oLa gare somptueuse de Limoges 

Inaugurée en 1929 et ée aux monuments historiques depuis 1975, elle est l'une des plus belles d'Europe. Lieux de tournage de plusieurs films, elle inspira également certaines marques de Luxe comme Chanel pour la pub Chanel N°5 avec Audrey Tautou.

113863214_o

Capitale de la porcelaine et de la région Limousin, la ville de Limoges a conservé de beaux témoignages de son passé et de son histoire vieille de plus de 2000 ans. 

113863402_oLa cathédrale de Limoges.

Monument phare de la ville, la cathédrale Saint Etienne, constitue un remarquable exemple de l'art gothique.

113863411_o

113863423

Lors de notre visite, notre regard s'attardera sur le portail nord de flamboyant, le jubé Renaissance et les trois tombeaux du choeur.

113863418_o

113863468_o

A côté de la cathédrale , nous admirons, au passage, les jardins de l'Évêché, de magnifiques jardins en terrasses surplombant la rivière Vienne.

113863507_o

Dans ce lieu idéal pour flâner, nous admirons les nombreuses plantes du jardin botanique ainsi que les sculptures de l'artiste Marc Petit.

113863503_o

Ces sculptures m'ayant surprise, par leur originalité, je n'ai pas hésité à faire de nombreux clichés. 

113863519_o

On aime ou on n'aime pas, mais on ne peut pas rester indifférent devant ce travail colossal ! (visite gratuite des jardins de l'Evêché).

113863512_o

113863660_o

Jouxtant les jardins, le musée municipal de l'Évêché, situé dans l'ancien palais épiscopal, abrite des collections d'émaux limousins et de peintures impressionnistes.

113863454_oLe musée municipal de l'Evêché.

Nous poursuivons, la visite de Limoges, en parcourant les rues de la vieille ville, et notamment la rue de la Boucherie qui forme un ensemble pittoresque à souhait avec ses anciennes demeures, à pans de bois et sa charmante chapelle Saint Aurélien, datant du XVe siècle. 

113865067_o

113863233_o

Autrefois, de nombreux étals de viande occupaient cette rue. Aujourd'hui, la maison traditionnelle de la Boucherie, évoque le souvenir de la corporation des bouchers au temps du Moyen Âge.

113863242_o

113863463_o

Nous admirons aussi le pittoresque pont Saint Etienne, qui enjambe les eaux de la Vienne, où l'on peut faire de belles promenades. 

113863768_o

Pensez, aussi, à aller visiter le Musée national Adrien Dubouché qui possède la collection publique, la plus riche au monde, de porcelaine de Limoges. Il compte également des œuvres représentatives des grandes étapes de l'histoire de la céramique, de l'Antiquité jusqu'à nos jours, soit un ensemble de 12 000 pièces de porcelaines présentées. 

113864208_o

C'est la découverte du kaolin en 1768 à Saint-Yrieix-la-Perche au sud de Limoges, par une lavandière, qui le prenait pour du savon, qui a lancé la fabrication de porcelaine. Même si la mine est aujourd'hui tarie, on importe la précieuse matière première pour que la porcelaine continue de faire la renommée de Limoges.

113865020_o

Voilà cela faisait longtemps que je voulais passer à Limoges, ville d'art et d'histoire. L'occasion ne s'était jamais présentée, maintenant c'est chose faite ! Je ne regrette pas car nous avons fait de très belles découvertes !

Si passez dans la région, ne manquez pas d'y faire une petite halte, vous ne regretterez pas. J'espère que je vous aurai donné envie d'aller la visiter ! A bientôt.

 

Posté par Martine84000 à 17:31 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

14 novembre 2017

Le Pont Julien

100_9296

On devrait tous avoir une activité, un loisir ou une passion qui nous permette de nous vider la tête les jours où tout semble fonctionner à l'envers, les jours où le besoin d'air se fait ressentir un peu plus fort que d'habitude.

100_9291

En ayant fait, dernièrement, l’acquisition d’un vélo électrique, j’ai repris goût à cette activité, qui nous pousse vers l’extérieur, et vers un petit coin de nature, où rien ne parvient à nous distraire.

100_9328

Une fois que je suis sur mon vélo, j’oublie les tracas qui m’ont amenée jusque-là. Mon attention est totalement absorbée par les bruits alentours, par la beauté de la nature, par le vent qui souffle et change le paysage à chaque fois que je relève la tête. Nous dévorons ces derniers instants d’automne, pour être certains de faire le plein avant les longues journées d'hiver...

100_9331

Le but de notre promenade, ce weekend, dans le Luberon, était d’aller revoir de plus près le Pont Julien, (près d'Apt). 

100_9224

Cette balade, en vélo, de 3 heures, à faible dénivelé (+70 m sur 14 km) nous conduit, à travers les cultures et la garrigue du Luberon, des Beaumettes, jusqu'au pont Julien.

100_9230

 Nous traversons des vignes et des vergers, qui émergent du calcaire blanc. 

100_9236

Pour nous rendre, au Pont Julien, nous empruntons la véloroute du Calavon,  entièrement balisée et sécurisée. Cette voie verte est cofinancée par l'Union Européenne, la région et le Conseil Général du Vaucluse. Elle serpente dans la vallée du Calavon et emprunte le parcours de l’ancienne ligne ferroviaire Cavaillon-Apt-Volx, aujourd'hui désaffectée et aménagée, pour le plaisir des cyclistes et piétons.

100_9292

Classé monument historique, en 1914, le Pont Julien est situé sur la Via Domitia, à 5 km au nord de Bonnieux, et à 8 km d’Apt. 

Pont julien carte

109314363_oVillage de Bonnieux, dans le Luberon.

A l’entrée des gorges de Roquefure, la Via Domitia franchissait le Calavon sur un pont à 3 arches.

100_9324

Daté de l'an 3 av. J.-C, c'est un pont en pierre calcaire du Luberon, qui a résisté au ravage du temps, et dont l’accès n'est plus autorisé aux voitures, depuis 2005.

pont julien2

 

Les blocs sont assemblés à l'aide de crampons en bois, ou métalliques, noyés dans du plomb. La qualité de ce pont et son niveau de conservation, en font l’un des édifices antiques les plus prestigieux de la Provence romaine.

100_9312

Un nouveau pont en béton, a été construit en parallèle pour le protéger..., une retraite bien méritée !

100_9306

Long de 80m d'une portée de 46m, et d'une hauteur de 11m50, ses 3 arches, en plein cintre, lui assurent solidité, élégance et légèreté. La chaussée traversant le pont a une largeur utile de 4,25 m, qui permettait le croisement des chariots de l'époque.

100_9303

Autrefois, le pont Julien, construit sur l'ordre de Jules César, était emprunté pour traverser la rivière "Le Calavon", et poursuivre la route vers Narbonne ou Turin en Italie, et ainsi assurer les communications avec Rome. Aujourd'hui, cet ouvrage majeur, très bien conservé, de la Via Domitia, fait partie du riche patrimoine laissé par les romains, dans le Vaucluse. 

via-domitia

 

En suivant cette voie domitienne, très fréquentée par les militaires, les marchands et les pèlerins, pendant l’Antiquité et jusqu’au Moyen Âge, nous découvrons les fondements de notre civilisation, à travers les paysages et les vestiges des aménagements routiers : chaussées, bornes, gués, ponts...

100_9302

Avec notre vélo nous traversons la rivière du Calavon, en empruntant, comme au temps des romains, cet ouvrage de plus de 2000 ans.

100_9297Les arches du pont Julien.

En descendant au pied du pont, j'ai remarqué un certain nombre de trous, sur les faces internes des voûtes. Ces trous en ont intrigué plus d'un ! Certains pensent au retrait de crampons nécessaires pour consolider le pont, d'autres y voient l'oeuvre de pillards qui auraient ainsi récupéré les crampons de bronzes. 

100_9315

D'autres encore pensent que ces trous servaient à la construction d'un barrage permettant la récupération de l'eau via un canal.

100_9321

En descendant au pied du pont, au milieu de la rivière, j’admire une dernière fois, avant notre retour, les arbres s'habiller de nouvelles couleurs. 

100_9298

J’apprécie cette balade au bord de l'eau, sur le sentier qui mêle l'odeur des bois,  à celle du vent,  et où les feuilles craquent sous mes pas. 

100_9318

Les températures sont déjà fraîches, et le mistral commence à faire tomber toutes ces feuilles bariolées.

100_9299

Quel plaisir de pouvoir admirer ces premiers échantillons d'Automne. Rien de mieux pour finir la semaine en beauté que cet éventail de nuances chaudes et fascinantes !

100_9295

Les rayons du soleil, filtrés par les branches des arbres à moitié dénudés,  baignaient l'horizon d'une lumière insaisissable. Parfois les nuages s'invitent au décor et le paysage qui nous est offert ressemble fortement à celui d'une belle carte postale.

pont julien

Pour le retour, nour reprenons la voie ferrée désaffectée, et la suivons jusqu'à Beaumettes, d'où nous ferons, en sens inverse, le chemin de l'aller. Visite d'un parc de sculptures, très original,  à notre retour.

100_9284Sculptures, à l'ancienne gare désafectée, de Bonnieux.

Même si j'adore passer mon temps à découvrir le monde et ses merveilles, je m'aperçois que bien souvent le dépaysement est à portée de main. Cette partie de la voie verte, du Luberon, a certainement bien d'autres jolis endroits à nous faire encore découvrir ! 

100_9293

Posté par Martine84000 à 15:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 novembre 2017

Oradour sur Glane

DSC_7001

Notre approche du village martyr d'Oradour sur Glane est très émouvante. Nous éprouvons beaucoup de tristesse, et de douleur en découvrant ces lieux, lors de nos vacances de cet été.

DSC_6943

Un mal-être nous saisit. Nous pensions que l’homme avait un cœur ! 

DSC_6986

Comment a-t-on pu commettre tant d’atrocités, gratuites, sans qu’elles n’aient jamais faites l’objet de sanctions exemplaires !

DSC_6996

Nous déambulons au milieu des ruines si chargées de souffrances, et l’incompréhension nous saisit ! 

DSC_6969

Le village est resté tel qu'il était après le massacre de sa population, 642 innocentes victimes ont péri, le 10 juin 1944. 

DSC_6961

Devant nos yeux les rails du tram, des voitures brûlées...

DSC_6982

...des traces de fumée sur les murs, des maisons criblées de balles, des granges où les hommes ont été regroupés avant d’être exécutés… 

DSC_6960

…et surtout cette petite église où ont été enfermés et  brûlés vifs femmes et enfants.

DSC_6970

DSC_6984

DSC_6975

A l’intérieur de l'église, on voit une  cloche qui est tombée du toit. Elle est par terre, fondue, ce qui laisse imaginer la chaleur que le feu a pu déployer. 

DSC_6977

DSC_6973Cloche fondue.

DSC_6972

Machines à coudre, balances, landaus, vieux lits... restent, souvent, les seuls témoins vivants et émouvants du passé de ce village martyrisé. 

DSC_6957

Leur vue nous arrache le cœur.

DSC_6967

DSC_6968

Tout est figé comme si le temps s’était arrêté,  même les oiseaux ne viennent plus nicher. 

DSC_6999

Pour finir, l’ossuaire, poignant cimetière  pour que l’on n’oublie pas le nom et l’âge de toutes les personnes décédées, pour que l’on n’oublie pas ces jeunes enfants  innocents sacrifiés, certains n’ayant seulement que quelques jours. 

DSC_6997

Dans les salles du sous-sol du mémorial, lieu de recueillement et de respect, ont été déposés, regroupés dans des vitrines les objets du quotidien. Des salles de projection ont été aménagées. Il est possible de se munir  d’audio-guide. 

DSC_7006

Pour en venir à des renseignements plus terre à terre, la visite du village d’Oradour sur Glane est gratuite.

DSC_6942

Nous en garderons  ce souvenir toute notre vie, en formulant ce vœu : « Plus jamais ça ! »  Il faut perpétuer le souvenir et donner les moyens à la commune d'Oradour sur Glane de pouvoir restaurer ces ruines qui menacent de s'effondrer. Ce site devrait être classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

DSC_6998

Un site émouvant, à voir absolument, ne serait-ce que pour se rappeler de l'horreur de la guerre et des hommes, un héritage de la cruauté nazie. A visiter pour ne pas oublier ce qui s'est passé pendant la seconde guerre mondiale !

Merci pour votre visite et pour cette gentillesse que vous apportez en venant voir mes reportages. Vous pouvez aussi me laisser un petit commentaire, cela me fera plaisir, à bientôt ! 

 

 

Posté par Martine84000 à 10:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2017

Les Gorges du Toulourenc

3

En juillet dernier, nous décidons d’aller faire une balade en famille, les pieds dans l'eau,  pour  découvrir les somptueuses gorges du Toulourenc. Une randonnée aquatique, en Provence, est toujours la bienvenue en période de forte chaleur. Nous avons apprécié la fraîcheur des gorges,  car les températures, extérieures, avoisinaient les 35°C. 

100_9087

Tout autour de nous, sur le parcours, se dresse un paysage sauvage : terres cultivées,  Dentelles de Montmirail et  mont Ventoux en fond de décor.

100_9202

gorges_du_toulourenc

plan2

Nous avons combiné  cette magnifique promenade avec des pauses "farniente" sur les multiples plages qu'offre ce site naturel, protégé, classé Natura 2000, depuis 3 ans. 

20170716_152102

Accès :

Arrivés à Malaucène, au pied de la face nord du Mont Ventoux, nous prenons la D 40, en direction Saint Léger du Ventoux. L’on peut sur le petit parking face à la chapelle (peu de places).

Saint_Leger-du-Ventoux

On peut aussi se garer plus en contrebas du village, tout proche du lit du Toulourenc, (ce que nous ferons).

100_9112

Descriptif de la randonnée :

Nous redescendons la route sur 150 mètres pour suivre sur la gauche le petit chemin qui descend et franchit la rivière. Nous descendons à droite du pont, pour nous retrouver dans le lit de la rivière. Des petits passages nous permettent de traverser d'un bord à l'autre. Jusqu'ici aucune difficulté !

20170716_135943

Une douce musique de l'eau, et d'agréables senteurs nous accompagnent pendant tout le parcours. La beauté du paysage alentours, est captivante !

100_9113

Après 30 minutes, de marche nous arrivons au petit pont en pierre, de St Léger du Ventoux,  avec en fond de décor, notre ami le Mont Ventoux. 

100_9174

Du petit pont qui enjambe le Toulourenc, nous descendons sur les rives de la rivière.

100_9102Vue du petit pont de pierre.

Nous en profitons pour nous rafraichir, on trouve des petites cascades sympas, près du pont.

100_9188

100_9103

Après 300 mètres, nous arrivons dans les gorges, puis dans une grande piscine naturelle. Une petite cure de thalasso, avant de poursuivre, serait la bienvenue.

100_9104

Nous prenons sur la droite le tracé du GR pour effectuer un passage à sec.  Arrivée à une intersection (à 200 m), il nous faut prendre le sentier de gauche, pour redescendre dans le lit de la rivière.

20170716_135325

A partir de maintenant, les passages dans l'eau sont inévitables. Nous arrivons dans un chaos rocheux, humide et glissant et continuons à descendre la rivière en alternant les passages dans l'eau et sur les rochers. Nous passons devant des petites plages de sable, bien agréables, pour une petite pause !

100_9150

Au fur à mesure notre promenade, munis d’une paire de chaussures ne craignant pas d’aller dans l’eau, nous découvrons de superbes gorges étroites.

100_9114

100_9142

Ce petit canyon, comportant des passages étroits, se dessinera progressivement devant nos yeux, nous donnant l’impression d’être transporté dans un autre monde !

20170716_161234Le Toulourec au milieu d'un défilé.

Arrivés presque avant la fin du parcours de l’aller, (3.5 km) et  après avoir traversé les gorges, nous arrivons dans la partie la plus technique. 

100_9162

La progression à contre-courant se fait très lentement. Entre l'eau, le courant très fort, plus les rochers, c'est assez sportif, de quoi en perdre pied... 

100_9167

Mieux vaut s’arrêter avant, pour ceux qui ont des enfants en bas âge, car un adulte à cet endroit, peut avoir de l’eau au-dessus du nombril. Il est toutefois possible d’éviter les passages les plus délicats en passant par des sentiers escarpés, juste au bord de la rivière. Mais ce n’est pas toujours possible !

100_9161Un rocher "modelé" par la force de l'eau.

Il nous faudra franchir de gros blocs de rochers au milieu d’une eau froide et au courant assez fort. Il faut donc trouver le moyen le plus adapté pour passer ce chaos rocheux, soit en se faufilant entre les rochers, soit en les escaladant. Les rochers étant glissants, mieux vaut prendre toutes ses précautions, en emballant dans des sacs hermétiques : les appareils photos,  téléphones portables, ou autres objets de valeur,  pour les protéger du contact avec l’eau.

2

Nous avions prévu des shorts de bain et une serviette, car à certains endroits le niveau de l’eau était assez élevé. Il est fortement recommandé de ne pas pratiquer cette balade en période de crue. Il s’agit d’une rivière torrentielle dont les eaux peuvent monter subitement, à la suite d’orages, (comme celle de l'Ouvèze, à Vaison la Romaine).

100_9106

Après 500 mètres, nous franchissons le passage le plus mouillant du parcours, il faut descendre dans 1 m d’eau sur 200 m. 

100_9114

Après avoir franchi, ce passage délicat, de chaos rocailleux, nous retrouvons une eau calme. Il nous reste encore un 1 km avant d’arriver à l’emplacement où passe le GR 91. Pour terminer la balade, nous aurons le choix entre revenir sur vos pas ou prendre le sentier du GR, afin de découvrir de nouveaux points de vue. Nous choisirons la 2ème solution.

100_9146

Pour arriver au pont de Veaux, nous aurons parcouru, (à l'aller), 4,5 km en 3h depuis le début. Pour le retour nous prendrons le sentier, à droite du pont, en direction de Saint-Légers et le suivons pendant 45 min. Il redescend, progressivement, sous forme de montagnes Russe, en surplombant les gorges. 

Gorges du Toulourenc

Le retour sur St Léger-du-Ventoux, par le GR, est beaucoup plus rapide que l’aller, soit : 3,5 km, 1h30 depuis Veaux. Nous suivons, ensuite, la petite route (GR) sur la droite, pendant 30 mn, qui nous ramène au village de St-Léger-du-Ventoux, (notre point de départ). 

carte_parcours_toulourenc

Au cours de notre expédition, dans les gorges du Toulourenc, nous avons pris  le temps d’admirer les eaux limpides et fraîches,  la végétation luxuriante, la faune préservée, un paysage vraiment sauvage et totalement préservé. La rivière du Toulourenc offre une promenade idéale, à faire en famille, mais qui se doit d'être respectée ! Elle enchantera petits et grands et pourra être agrémentée d’une séance “bronzage”, sur l’une des diverses petites plages de galets.

1

Autre version : Il est possible aussi de démarrer la randonnée à partir du hameau de Veaux. De ce hameau, continuer sur la D242 et traverser le pont qui franchit le lit du Toulourenc. Un parking aménagé dans un champ a été mis en place depuis l’été 2015.  Se garer sur ce parking, situé 400 mètres après le pont. Bonne randonnée à tous !

Merci pour votre visite et pour cette gentillesse que vous apportez en venant voir mes reportages. Vous pouvez aussi me laisser un petit commentaire, cela me fera plaisir, à bientôt !

 

 

 

Posté par Martine84000 à 18:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

09 novembre 2017

Angoulême

Hotel-de-ville

Après la belle ville de Cognac, nous ferons une petite escale à Angoulême, riche d’un fort passé historique. Cerclée de remparts, perchée sur un promontoire rocheux de 100 mètres de haut, la ville domine les vallées de la Charente et de l'Anguienne.

DSC_6938

Angoulême que l’on surnomme aussi le "Balcon du Sud-Ouest", a longtemps été une place forte convoitée. En raison de sa position de carrefour de voies de communication importantes, elle a subi de nombreux sièges. De son passé tumultueux, la cité a hérité d’un patrimoine historique, religieux et urbain remarquable, cette ville séduit et ne semble pas laisser indifférents les visiteurs qui osent s’y aventurer.

DSC_6867

Elle fut, aussi, le principal centre industriel de la fabrication du papier, avant de devenir la Capitale internationale de la Bande Dessinée. Son célèbre festival se tient dans la ville chaque mois de Janvier.

Festival_International_de_la_Bande_Dessinée

Lorsque de notre exploration de la ville l’on peut souvent voir des murs peints, en dessin animé, ou trompe-l’œil. 

mur_trompe l'oeil

trompe l'oeil

Nous nous dirigeons, vers l'Hôtel de Ville, l'un des monuments les plus importants à Angoulême. Il a été construit sur le site d'un château plus ancien, dont seulement deux tours restent aujourd'hui et sont incorporés dans le bâtiment de l'Hôtel de Ville. Les deux tours ont été construites pendant les 13e et 15e siècles, et les autres parties du bâtiment au 19ème siècle.

Hotel-de-ville

Autre moment clé du jour : la visite de la cathédrale. 

DSC_6868

En suivant les remparts, du côté sud du centre, nous arrivons devant la superbe cathédrale Saint-Pierre.

DSC_6871

De style roman, a été édifiée à partir de 991, mais a été modifié beaucoup depuis. 

DSC_6865

C'est la façade richement décorée qui détient le plus d'intérêt, avec ses 70 gravures, illustrant le récit de l'Ascension et le Jugement Dernier.

DSC_6883

La façade, présente un décor exceptionnel d'une grande richesse exécuté entre 1125 et 1135 : 75 personnages, statues et bas-reliefs, symétriquement enfermés par groupes dans des arcatures superposées. 

DSC_6875

Pour ceux qui aiment la belle architecture c’est à voir !

DSC_6889

Les croisades des églises de Constantinople ont eu un effet marqué sur l'architecture byzantine de certaines églises, avec leurs belles coupoles. Le Basilique de St Marc à Venise est un très bon exemple de cette influence orientale.

DSC_6910

Nous avons pu admirer, entre autres , à côté de la cathédrale, le palais épiscopal. Il fut rebâti par l’évêque Girard II, au XIIème siècle. Diverses transformations y furent apportées, à différentes époques : gothique, renaissance, classique... Il abrite de nos jours le musée des Beaux-Arts.

DSC_6924

Une belle façon de continuer votre visite du centre d'Angoulême est de continuer par la Place Beaulieu, avec ses vues sur la ville et la rivière, puis faire une promenade à travers le vaste parc sous les remparts à l'ouest, qui comprend également diverses  sculptures, des pièces d'eau et un parc animalier. Un vrai  petit coin de verdure en plein centre-ville.

DSC_6935

Je me souviens de cette végétation incroyablement abondante et généreuse, du parfum de la terre après la pluie et de ces fleurs aux couleurs incroyables. Les rayons du soleil, ce jour-là,  étaient agréables, la brise douce emportait le discret parfum de ces fleurs fragiles. Le temps semblait presque s'être arrêté. Je me répétais intérieurement combien j'étais chanceuse de percevoir la magie de ces instants là...

DSC_6866

Une escapade pendant laquelle nous n'avons pas cherché à visiter les endroits les plus connus de la ville. Déambuler, d'une rue à l'autre, et contempler les maisons anciennes suffisaient pour satisfaire pleinement notre envie d'ailleurs.

DSC_6913

La visite des villes, comme Angoulême, est un must de toute découverte approfondie de la Charente. Elle vaut la visite, tant par son architecture, que par ces parcs, de véritables havres de paix ! Nous avons eu beaucoup de chance car le beau temps était de notre côté pour cette journée.

N'hésitez pas à nous laisser un petit mot, cela fait toujours plaisir ! A bientôt !

Suite : Oradour sur Glane 

 

Posté par Martine84000 à 16:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 novembre 2017

Cognac : le pays de l'eau de vie

DSC_6805

Aujourd’hui c’est un itinéraire qui séduira les passionnés d’histoire, de terroir et de belles demeures. Lors de notre étape, qui nous mène dans la Cognac, nous verrons, à perte de vue, rien que de la vigne, et de beaux domaines.

DSC_6790

Nous garons notre camping-car sur les rives de la Charente, où nous avons une belle vue sur les tours Saint-Jacques du XVème siècle, sur les quais, ainsi que  sur les bâtiments d'une marque de Cognac. 

DSC_6795

Vous l’aurez compris, notre article est consacré à la belle ville de Cognac, et à cette  eau de vie de vin produite dans la région des Charentes.

carte cognac

Le cognac est issu de l’assemblage d’une double distillation de vin blanc, le tout vieilli en fût de chêne de la forêt du Tronçais et du Limousin. Les négociants en eau de vie sont bien présents sur les bords de la Charente. 

cognac

DSC_6796

Nous franchissons un pont sur la Charente et, à partir du quai, nous entrons par la porte Saint-Jacques, dans le Vieux Cognac. 

DSC_6801

Cette partie médiévale de la ville, aux ruelles pavées, réunit des maisons et hôtels particuliers du XVe au XVIIIe siècle, portant des sculptures de salamandre (symbole de François Ier), des gargouilles et des façades richement décorées.

DSC_6807

Il faisait gris ce jour-là mais rien ne pouvait gâcher le charme de cet endroit. Quelques clichés pris à la volée dans ces ruelles médiévales, que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ! 

DSC_6817

Nous empruntons la Rue Grande, qui était l’axe principal de la ville au Moyen Age. Nous effectuons une plaisante visite de la vieille ville dans laquelle nous découvrons le château François 1er...

DSC_6804

...des ruelles pavées, des hôtels particuliers et des maisons à pans de bois.

DSC_6808

Nous avons pu y admirer la Maison de la Lieutenance,  à colombage, avec ses remarquables pièces de charpentes sculptées.

Maison_de_la_LieutenanceMaison de la Lieutenance.

La construction des deux étages remonte au XVe siècle, le rez-de-chaussée et décorations intérieurs datent du XVIIe siècle. La Maison a été le point de vente des cognacs Prunier pendant l’entre-deux-guerres.

DSC_6816

Aujourd’hui, la famille a réouvert le monument, au public, qui peut ainsi découvrir la Vieille maison et les cognacs Prunier.

DSC_6815Maison de la Lieutenance.

Ces façades en pans de bois et ces ruelles fleuries dégagent une atmosphère, tellement particulière, qu'il est difficile de ne pas revenir sur ses pas au moindre détail.   

DSC_6817

Le château de Cognac, qui est aujourd’hui le siège de la maison de négoce de cognac Otard, a été la résidence favorite des Valois d’Agoulême.

DSC_6828

C’est là que le futur roi de France François Ier a vu le jour, en 1494. 

DSC_6806Fontaine au pied du château de François 1er.

Non loin du centre-ville, ne manquez pas de visiter le parc François Ier qui s’étend jusqu’aux rives du fleuve. Le parc actuel appartenait jadis au domaine royal, et était appelé "Petit Parc" par opposition au "Grand Parc", qui s’étendait sur la rive opposée de la Charente. 

DSC_6803

Notre étape suivante nous menait à l’église prieurale, Saint Léger, fondée au début du XIe siècle. Elle reprend des éléments caractéristiques de l’architecture romane. 

église st léger

DSC_6825

Notre promenade, hors du temps, dans la ville, fut un vrai délice. On est vraiment en admiration devant cette petite cité médiévale. J’ai été vraiment étonnée qu’une telle ville ne reçoive pas plus de touristes que ça, pour notre plus grand plaisir ! (le temps y était sûrement pour beaucoup).

DSC_6820Cloître du Prieuré St Léger.

A la fin de notre visite, nous chercherons une aire de service tout proche de Cognac, pour y passer la nuit. Avec une base de loisirs à 1 km, et la Charente sur place, c'était l'endroit rêvé. Sauf qu'au petit matin, nous aurons la surprise de trouver 2 mignons petits châtons sous le capot de notre moteur. 

DSC_67912 châtons sous le capot du moteur.

En voulant regarder le niveau d'huile au matin, nous avons été agréablement surpris par ces petits visiteurs qui y avaient passé toute la nuit, bien au chaud, sans perturber le moins du monde nos 3 toutous, qui devaient ronfler comme des loirs.

DSC_6792

Nous leur offrirons un petit déjeuné copieux, avant notre départ.

DSC_6792

Voyager c’est embrasser le monde, c’est ouvrir son cœur et son âme. Les voyages sont la meilleure école de la vie, ils permettent d’apprendre à connaître notre monde, les gens ainsi qu’apprendre à se connaître soi-même. Cela m'a fait prendre conscience que la plupart de mes billets ne font rien d'autre que ça : partager avec vous les petits bonheurs qui traversent ma vie : un beau paysage, un détail d'architecture, un visage croisé, un beau coucher de soleil...  mais au fond c'est parce je crois que savoir savourer les minuscules détails de la vie, c'est le fondement du bonheur.

Merci pour votre visite et pour cette gentillesse que vous apportez en venant voir mes reportages. A bientôt !

 

Suite : Angoulème.

 

Posté par Martine84000 à 14:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 novembre 2017

Monument funéraire, sur la voie verte du Calavon

IMG_0530

Nous décidons, ce weekend, d’empreinter la vélo route du Calavon, qui utilise, sur la plupart du parcours,  l'ancienne voie ferrée qui va de Cavaillon à Saint Martin de Castillon à l'Est, en passant par  Apt.

Trace_Eurovelo

 

Cet itinéraire, de 37 km ,une fois achevé, traversera toute la vallée du Calavon, pour relier le Vaucluse aux départements des Bouches-du-Rhône et des Alpes de Haute Provence.

IMG_0532
Ce circuit est intégré à "l'Euro vélo n°8, la Méditerranée à vélo", en cours d’aménagement, qui reliera, à terme, la Grèce (Athènes) à l'Espagne (Cadix). Soit 5888 km de long, 11 pays traversés, 23 sites inscrits au patrimoine de l’Humanité. Ce  chemin nous réserve des petites merveilles à découvrir.

IMG_0559

Sur cette voie verte, l’on croise beaucoup de monde, l’été, qui fait du vélo, mais à cette époque-ci de l’année nous avions la route pour nous tout seul, un vrai plaisir ! 

IMG_0572

Malgré un fort mistral, pas de grosses difficultés, ce parcours sur la voie verte est presque plat.

IMG_0542

Nous avons la surprise de découvrir, en cours de route,  un dolmen étonnant : le dolmen de l’Ubac.  En nous arrêtant devant nous avons l’impression d’être devant un rond-point, avec un alignement de pierres, au ras du sol, formant un cercle.

IMG_0570

Il se situe  juste en face de Lumière et Goult, au pied de la montagne du Luberon.

IMG_0556Village de Lumière et champ de carottes au 1er plan.

Pour se rendre sur place, il suffit simplement de suivre la D 900 en direction du hameau de Lumières jusqu'à l'ancienne gare de Goult-Lumières.

IMG_0548

Là, un parking permet de laisser son véhicule auprès de ce bâtiment qui est désormais un relais pour cyclistes sur la cyclo-route, qui a remplacé l'ancienne voie ferrée. Ensuite, il faut longer cette voie vers l'Est, sur un peu plus de 200 m. Le dolmen, qui forme un tumulus, que l'on identifie immédiatement, se trouve à droite en contrebas de la piste cyclable.

IMG_0554Ancienne gare de Goult.

Nous avons préféré  l’autre solution, que nous conseillons aux amateurs de vélo, pour découvrir le dolmen de l'Ubac, en l'occurrence emprunter la piste cyclable qui relie Coustellet à Saint-Martin de Castillon. 

IMG_0539

Ce fut pour nous l’occasion de découvrir ce nouveau joyau du patrimoine, en même temps que cette vélo-route, qui séduit de plus en plus de cyclistes, avec quelque 54 000 passages désormais recensés chaque année.

100_9251

Enfin, pour mieux comprendre qui étaient ces Vauclusiens qui, voici 5 300 ans, ont construit le dolmen aujourd'hui préservé, une borne d'information très complète a été installée sur place. On y apprend beaucoup de choses sur les pratiques funéraires des habitants des lieux à cette époque, et bien d'autres encore sur leurs habitudes de vie quotidienne. En voici quelques extraits pour les amateurs d'histoire locale.

IMG_0564

En 3 300 avant J.-C., à l'époque du néolithique moyen, vivaient là des femmes et des hommes qui respectaient les défunts et pensaient certainement qu'une fois la mort survenue, il y a un "après".

IMG_0569Ancien tumulus du dolmen et ses cercles.

L’on a découvert ce site extraordinaire, en 1994, lorsqu’une crue du Calavon, plus violente qu'à l'habitude, avait mis au jour à cet endroit une nécropole dans un fantastique état de conservation. Situé dans une plaine alluviale et au pied des premiers reliefs du Luberon, il a été protégé de toute altération par d’importants apports sédimentaires. Au fil des recherches, menées les années suivantes, c'est une mine de connaissances sur les pratiques funéraires néolithiques qui s'est révélée aux archéologues.

IMG_0529Le Calavon.

Un caveau où ont été enterré une cinquantaine de personnes : Poursuivies jusqu'en 2001, ces fouilles et l'utilisation de techniques de datation ont ainsi permis de comprendre que ces lieux ont fonctionné, entre 3 300 et 2 700 avant J.-C., comme un "caveau", où plus d'une cinquantaine de corps, indistinctement féminins ou masculins, ont été déposés.

IMG_0570

Ce monument funéraire, de 3 dalles de couverture, est constitué d’un tertre ou tumulus, dans lequel sont insérés un dolmen à chambre allongé et un couloir d'accès, pour lesquels sont effectivement employées de grosses pierres : « tombe mégalithique ». Le tumulus, un dôme de 14 m de diamètre, est constitué de terre rapportée et recouvert en surface d’une chape de pierres plates. La chambre, en pierres sèches, avait une forme trapézoïdale de 3 m de longueur et d'une largeur de 1,20 à 1,40 m.

IMG_0567

Le niveau inférieur contenait au moins 15 individus (11 adultes et 4 enfants) et le niveau supérieur contenait au moins 33 individus (21 adultes et 11 enfants). Six armatures de flèches, une hache polie, des perles, des tessons de céramique, et des ossements de faunes ont été retrouvés dans le niveau inférieur. Le niveau supérieur a livré une flèche tranchante et une lamelle de silex gris.

IMG_0566

L’utilisation funéraire du site prend fin avant 2600 av J-C. Une fréquentation sporadique des lieux est encore perceptible à l’âge du Bronze ancien, avant que le monument soit totalement recouvert par les limons.

IMG_0565

La découverte a immédiatement été perçue comme exceptionnelle. D'abord parce que le Vaucluse ne possédait jusqu'alors qu'un seul dolmen, découvert en 1873 à la sortie de Ménerbes, mais surtout à cause de son état de conservation. Les crues du cours d'eau, à l'époque de l'utilisation de la nécropole, ont comme fossilisé les couches successives, qui se sont révélées quasi intactes au fil des fouilles.

Dolmen_de_la_PitchouneDolmen de la Pitchoune à Ménerbes.

Après une longue réflexion, la mairie de Goult et les archéologues ont  pris la décision, en 2014, de déplacer, pierre par pierre, le vestige néolithique pour le restituer dans son intégralité, à 500 m du lieu de sa découverte, dans un endroit où il serait préservé des eaux.

IMG_0528

Après tout, les Égyptiens en ont fait autant avec les temples d'Abou Simbel. Alors, pourquoi ne pas en faire de même, avec le dolmen vauclusien, autrement plus minuscule, avec ses 14 m de diamètre, que les géants du sud égyptien ? 

"Quand ton moral est bas, quand le jour te paraît sombre, quand le travail devient monotone, quand l’espoir n’y est pas, grimpe sur un vélo et roule sans penser à autre chose que le chemin que tu empruntes"

(Sir Arthur Conan Doyle)

  vélo

 

 

Posté par Martine84000 à 16:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 novembre 2017

Angers : au riche patrimoine

DSC_6176

Lors de pérégrinations en Pays de Loire, nous avons fait la visite incontournable de la joli cité d’Angers, du Maine et LoireNous la découvrons, le temps d’une journée ensoleillée. Bâtie sur un site stratégique occupé par l'Homme depuis le Néolithique, Angers est célèbre pour sa forteresse.

DSC_6105

 

Nous commençons par découvrir « le bout du monde », qui tient son nom d'une promenade, entièrement repavée, située à deux pas de l'imposant château. Curieux et photographes s'y croisent au lever et coucher du soleil, pour observer une vue imprenable sur la Maine, qui coule en contrebas.

promenadeduboutdumondePromenade du bout du monde.

La forteresse d’Anjou est l’un des édifices les plus imposants et emblématiques de la ville d’Angers. 

DSC_6107

Située en plein cœur de la ville, nous découvrons avec un certain étonnement de très beaux jardins à la française, remarquables. Ils sont composés de : buis et d’ifs, vigne, potager, roseraie, jardin d’hortensias, jardin suspendu et plantes médicinales, tinctoriales ou maléfiques …

DSC_6178

Le contraste avec le château austère, dans son imposant écrin, est saisissant, c’est de toute beauté !

DSC_6174

Une forteresse royale imprenable, construite au XIIIe siècle, qui dégage une formidable impression de puissance. 17  tours, de schiste et de tuffaut, s’étendent sur près d’un demi-kilomètre.  Au XIVe et XVe siècles, les ducs d’Anjou, princes éclairés, redonnent à Angers le faste d’une vie de cour, dont témoigne l’architecture raffinée du site.

DSC_6180;

Véritable leçon d’architecture médiévale, nous y trouvons tous les éléments-types de défense : le pont-levis, l’emplacement de la herse et des hourds, le chemin de ronde…

DSC_6177

A l’intérieur de la cour, un deuxième château a été construit au XVème, pour l’agrément et est donc plus élégant et plus confortable. On y trouve également une église et des jardins dont un jardin médiéval suspendu, avec ses carrés aux 6 sortes de plantes.

DSC_6108

Mais le trésor des lieux est exposé dans une galerie du château, conçue pour recevoir la tenture de l'Apocalypse, une oeuvre exceptionnelle, unique au monde : Son ancienneté (1375) et ses dimensions : 106 m conservés sur plus de 140 m à l’origine, en font très beau témoignage de l’art médiéval ! Elle présente l’intégralité du dernier chapitre de la bible, l’Apocalypse, en 70 tableaux.

DSC_6106

Nous poursuivons notre chemin vers  le vieux centre-ville, parsemé de vieux bâtiments, d'étonnantes façades et d'anciens couvents.

DSC_6122

DSC_6119

 La plus impressionnante des maisons à colombage est la maison du chapelain, construite à la fin du XIVème siècle et située à deux pas du château. La plus ancienne maison à ossature en bois de 1399.

DSC_6104

La balade dans les ruelles pavées environnantes est agréable. Avec leur toit en ardoise, extrait dans la région, et leurs colombages, les demeures sont pleines de charme !

DSC_6165

Jardins artistiques, cocotiers, sable blanc et transats... Nous avons pu apprécier la place du Ralliement, sous un autre angle, cet été.

DSC_6109

DSC_6111La place du Ralliement, tire son nom des rassemblements civils et militaires qui s’y sont déroulés depuis le 18ème siècle.

Nous avons pu admirer, entre autres, le Palais Episcopal. Propriété du diocèse jusqu’à la Révolution française, il est devenu alors propriété d’Etat, mais les évêques ont pu l’habiter jusqu’en 1905, au moment de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat.

DSC_6116Le Palais de l'Evêché (ou épiscopal)

Nous faisons, ensuite, une petite étape au musée des Beaux Arts, et décidons de le visiter. 

DSC_6151

Installées dans l'hôtel particulier du XVe siècle, les collections s'articulent autour de l'histoire d'Angers et des différents courants artistiques, depuis le XIVe siècle. Au total, plus de 3 000 m2 d'exposition permanente.

DSC_6153

On peut y admirer des peintures italiennes, flamandes et françaises. 

DSC_6163

DSC_6164

Sur notre parcours, nous découvrons  un autre édifice religieux : la cathédrale Saint Maurice.

DSC_6124

DSC_6126

DSC_6126

De style gothique, elle possède de jolis vitraux, un orgue très imposant, une magnifique chaire et de belles boiseries.

DSC_6131

DSC_6132

DSC_6139

Pas très loin, l'église Saint Joseph, du XIX° siècle, a été copiée sur la cathédrale, (en plus modeste). Elle a la particularité d'avoir deux tours différentes sur sa façade : l'une carrée, l'autre octogonale. Les magnifiques vitraux sont consacrés à la vie de St Joseph (d'où son nom). Elle possède en outre un grand orgue classé.

DSC_6169

DSC_6166La tour Saint Aubin.

Découverte de la Loire en vélo : Les pistes sont en terre battue, ou souvent goudronnées, il n'est pas nécessaire d'avoir un VTT. Les promenades, le long de la Loire sont tranquilles, seuls quelques joggeurs, promeneurs et cyclistes y circulent.

DSC_6194Ville d'Angers en fond de décor, la rivière de la Maine au 1er plan.

La capitale de l’Anjou, qui détient, aussi, le titre de ville «où il y fait bon vivre», est agréable à découvrir, elle nous a séduite ! Elle est verdoyante, pleine de vie et avec de nombreux monuments à voir… A taille humaine, elle donne envie d'y poser ses valises, le temps d'un week-end, sur la route des châteaux de la Loire. 

DSC_6115

Autre curiosité de l'Anjou : les moulins. Ils nous racontent l’histoire de la nourriture de l’homme, jusqu’au 19 ème siècle, et puis bien bien avant, surtout au Moyen-Age. 80% de la nourriture était à base de farineux et ces farineux passaient dans les moulins, c’est pour cela qu’il y a tant de moulins. L’anjou possède un réseau hydrographique important, la Loire, des grandes rivières et beaucoup de petits ruisseaux ce qui fait que l’anjou a connu plusieurs types de moulins à eau, à la fin du 18ème siècle au début du 19 ème siècle, il y avait à peu près 600 moulins à eau dans le département. Quant au moulins à vent, le fait que l’anjou soit canalisé par la Loire et que les vents d’ouest soient réguliers et important fait qu’on a eut aussi beaucoup de moulins à vent : (900), qui se sont non seulement installés sur le bord de la Loire mais aussi sur les hauteurs de l’ensemble du département.

DSC_6197

Une destination idéale si vous êtes à la recherche de tranquillité, d'un riche patrimoine et d'une bonne gastronomie. 

Merci à vous aussi de passer régulièrement sur le blog pour suivre nos aventures ;)  À bientôt !

Suite : Cognac

 

 

Posté par Martine84000 à 17:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

02 novembre 2017

Rochefort Océan

DSC_6748

Après nous être plongés dans la saga maritime de l’arsenal de Rocherfort, avec l’aventure incroyable de la frégate de l’Hermione, (précédent article), nous  poursuivons notre visite de la ville et arrivons, maintenant,  devant l’imposante Corderie Royale,  témoin d’un passé glorieux.

plan(plan situation de Rochefort, à la fin de l'article)

DSC_6720

Ce magnifique site du patrimoine maritime, entièrement rénové,  fabriquait, autrefois,  des cordages pour la Marine. 

DSC_6723

Il héberge aujourd’hui le Centre International de la Mer.

DSC_6724

DSC_6725

Bordant la Corderie Royale, le "Jardin des Retours" est une création contemporaine, qui célèbre cette époque où les bateaux rentraient les cales chargées de plantes inconnues. Ainsi, en bord de Charente, nous pouvons admirer des roseaux, des saules, des noisetiers qui côtoient aussi bien des magnolias, et des tulipiers…

jardins des retours

Rochefort sera alors choisie par Colbert pour devenir le plus grand arsenal militaire du Royaume. Ici, durant 250 ans, plus de 350 vaisseaux ont été construits, armés et entretenus.

DSC_67421

DSC_6747

De nos jours, la ville a aujourd’hui retrouvé une belle tranquillité et une certaine poésie, que j’ai aimé ressentir lors de notre balade à pied, au bord de la Charente.

DSC_6727

Son embouchure, abritée par les îles de Ré, d’Oléron et d’Aix en fait un lieu stratégique.

DSC_6611

Lieu de tournage des "Demoiselles de Rochefort", la célèbre comédie musicale, le centre-ville, très actif aujourd’hui, possède un charme authentique. 

DSC_6744

DSC_6749

Situé sur la rive droite du fleuve de la Charente et tout proche du fort Boyard ou de l’île d’Aix, le port de plaisance, situé au cœur de la ville de Rochefort, est un abri idéal pour les navigateurs.

DSC_6716

DSC_6714

Autour de la place Colbert, le long des rues perpendiculaires, se dissimule la Maison de Pierre loti, demeure exubérante, à l’image de cet écrivain-voyageur rochefortais.

maison pierre lot

Au fil du temps, il a agrandi cette dernière, ajoutant des pièces et des ambiances pour soutenir ses souvenirs et ses rêves : salle gothique, salon turc, chambre arabe…  Au plus haut de sa maison, il a installé une mosquée aux lourds carreaux de faïence sans tenir compte du sol meuble de la ville, construite sur d’anciens marécages. Par la suite, le passage de 40 000 visiteurs annuels n’a pas arrangé la structure. De surcroît, cette affluence a contribué à dégrader des boiseries, tissus et cuirs d’une collection. 

maison pierre loti

La maison de Pierre Loti est donc en travaux et fermée au public pendant  très longtemps. Alors la ville a décidé de multiplier les animations pour continuer à faire vivre le souvenir de l'écrivain voyageur à travers la ville.

maison pierre loti2

Au détour d'une rue, nous découvrons l'ancien château d'eau de Rochefort, construit en 1876, pour pallier les déficiences d'adduction chronique que connaît la ville. De par son isolation au milieu des marais, la ville a toujours manqué d'eau. En 1862, à la suite d'une grande sécheresse, on étudia la question d'une vaste distribution d'eau. 

DSC_6709

Il avait une capacité de stockage de 2000 mètres cubes réparti en deux cuves reposant sur des voûtes croisées en berceau de style néoclassique. La façade principale donne sur la rue Gallieni, cette partie de l'édifice munie d'une fontaine aux décors très travaillés voyait de nombreux Rochefortais puiser de l'eau chaque jour.

DSC_6713

La galerie parallèle, couverte, était également ouverte au public, et constituait, alors, un passage ombragé entre les deux parties de la ville. Désaffecté depuis 50 ans, il va être reconverti en galerie d’art. 

DSC_6711

Situé à l’embouchure de la Charente, que l'on peut traverser grâce au Pont Transbordeur, le port relie, depuis plus de trois siècles, la ville de Rocherfort à l’Atlantique, à 20 km d’ici.

pont transbordeur

Ce pont transbordeur de Rocherfort permet de relier les deux rives de la Charente, vers l’arsenal et le port, sans gêner la navigation.

pont transbordeur2

Il repose sur deux pylônes métalliques hauts de 66 mètres et situés de part et d’autre de la Charente. Un tablier de 175 mètres de long, culminant à 50 mètres au-dessus des plus hautes eaux, relie ces deux pylônes entre eux. Une nacelle suspendue à ce tablier permet aux passagers de passer d’une rive à l’autre. C’est le dernier pont transbordeur existant en France. 

pont transbordeur3

Que l'on soit amateur de patrimoine, passionné par les édifices d'époque, ou encore amoureux de la nature, il y a de quoi satisfaire tous les goûts. 

plan rochefort

Nous ne sommes pas près d'oublier cette ville située dans un endroit remarquable ! 

background_bottom

N'hésitez pas à laisser des commentaires, ou me poser des questions, j'y répondrai volontiers. A bientôt...  

Suite : Cognac

 

 

 

Posté par Martine84000 à 17:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 novembre 2017

Au fil de la Loire : les Gabares

DSC_56961

Tout le long du parcours de la Loire, que nous avons suivie, de sa source à son embouchure, nous tombons sous le charme de curieuses embarcations, authentiques, à voile unique, appelées des "Gabares". Le long chemin de la Loire fut sillonné, à toutes les époques, par ces nombreux et célèbres bateaux. 

DSC_57011

 Je vous propose de faire un saut dans le passé : nous sommes au XIXe siècle et la marine de la Loire est à son apogée. 

DSC_57031

La Loire et ses affluents sont couverts de bateaux aux petites voiles blanches qui assurent le transport des personnes et des marchandises.  

DSC_56957

Ces anciens bateaux, traditionnels, de transport de marchandises, de 20 à 30 mètres est aussi nommé « chaland », principal type de bateau en usage depuis le Moyen Age. On y trouve des gabares fluviales et des gabares maritimes. 

DSC_56960

Leur seul point commun est celui de tous les bateaux de transport fluviaux : le fond plat appelé « sole » qui leur permet, avec la faible profondeur du fleur, de porter un maximum de charge. 

DSC_57012

Sur cette autoroute fluviale, qu’était la Loire, de Nantes, on remontait  le sel et les produits importés des colonies. De l’amont descendaient les vins, le bois ou les soieries de Lyon.  

DSC_57661

La navigation était compliquée, sans cesse soumise aux caprices du fleuve et à ses dangers. 

DSC_56959

Les voyages sont longs et le commerce se développe naturellement autour des ports de Loire dans lesquelles les embarcations faisaient halte.

DSC_57681

L’avènement de la vapeur, et du chemin de fer eut finalement raison, au XXème siècle, d’une pratique qui remontait à l’antiquité. 

DSC_56971

Au XXIe siècle, des passionnés font revivre l’univers de cette marine fluviale, que ce soit sur la Loire, le Cher, l'Indre ou la Vienne. 

DSC_57001

Plusieurs gabares ont été reconstituées, assez récemment, à des fins touristiques. Ce sont des répliques de gabares naviguant sur la Loire au XVIIIe siècle. 

DSC_56958

Une superbe initiative qui contribue à la sauvegarde de l'histoire de la Loire et qui cherche également à offrir une fin honorable aux bateaux traditionnels en fin de vie. 

DSC_57651

On peut embarquer sur ces jolis bateaux, à Amboise, Chinon, Chenonceau, Langeais, Tours...le temps d’une sortie commentée de quelques heures, pour découvrir la Loire et ses paysages d’une manière unique !  

DSC_56981

Petit cours sur Lightroom - Comment faire de la désaturation sélective :

Pour ceux que cela intéressent et qui possèdent le logiciel de photos de Lightroom, il est très facile de ne garder qu’une seule ou même plusieurs couleurs et de griser les autres. Cela  consiste à utiliser le mode TSL en travaillant sur la  « saturation ». Il vous suffit de baisser au minimum les réglettes des couleurs que vous ne souhaitez pas garder (curseur vers la gauche : - 100 %). Ici, je conserve le jaune, l’orange,  qui sont les composantes des gabares, que je souhaite mettre en avant.

DSC_56956

Maintenant, me direz-vous, comment me débarrasser des autres gabares aux tons orange, sans éliminer celle qui m’intéresse ? Tout simplement en sélectionnant le pinceau, puis dans le menu du pinceau en réglant la saturation à son minimum. Il vous suffit ensuite de griser avec votre pinceau les partie colorées de l’image, tout autour des gabares que vous ne voulez pas mettre en valeur. 

DSC_56955

Simple n’est-ce pas, je vous l’avais bien dit ! Vous pouvez, aussi, vous aider de l’onglet « navigation » à gauche pour zoomer et ainsi travailler avec plus de précision. Vous pouvez régler la taille de votre pinceau, son contour et son débit.

N'hésitez pas à laisser des commentaires, ou me poser des questions, j'y répondrai volontiers. A bientôt... 

 

Posté par Martine84000 à 16:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Bonneval-sur-Arc et ses fromages

116672843_o

A l'occasion des RDV mensuels de  "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par Sylvie du blog : "Le coin des voyageurs", le thème pour le mois de novembre est le "fromage" (choisi par Chacha Aventurière). Chaque mois, Sylvie invite d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent, afin de découvrir la richesse et la beauté de la FranceJe vous emmène donc aujourd'hui, dans cet article, en Savoie, plus précisément à Bonneval-sur-Arc. Ce village, typique, au pays du fromage, est situé dans la Vallée de la Maurienne,  au pied du Col de l’Iséran, qui permet de rejoindre la vallée de la Tarentaise. 

116672858_o

Dans ce village montagnard, traditionnel, de 251 habitants, nous visiterons une fromagerie, et les  étapes de fabrication de plusieurs variétés de fromages. Cette région de montagne produit, en effet, pas moins de sept fromages, au lait cru. 

116672750_o

Se promener dans les ruelles de Bonneval-sur-Arc, c'est un peu comme se promener dans une carte postale... Ce n'est pas pour rien, que ce petit village savoyard, niché à 1 850 mètres d'altitude, tout au fond de la vallée de la Maurienne, au pied du célèbre col de l'Iseran (2 770 m), figure parmi les "Plus Beaux Villages de France" ! Ce village, authentique, aux toits de lauzes, avec ses murs bâtis en pierres de montagne, a été élu "Perle de la Savoie".

bonneval-sur-arc

Pendant longtemps on a fabriqué, à Bonneval sur Arc, de nombreux fromages dont le fameux « Bleu de Bonneval sur Arc », dont je vous parlerai plus bas, et de délicieux petits chèvres, que nous avons dégusté chez Lulu (Lucien Blanc). Ce jour-là, il nous a invité à découvrir son univers quotidien de fabrication de fromages de chèvre. 

116672824_o

Nous avons trouvé son local, de vente directe de fromages de chèvres, dans le vieux village. Pour y aller, il suffit de prendre la direction de l'Eglise et descendre dans la 1ère rue à gauche. Au fond de la cour, nous trouvons un écriteau, sur la porte, en bois sculpté : "fromage de chèvre". 

Bonneval fromage chèvre

Il nous proposera, à la dégustation, divers fromages de chèvres. Respectueux de la tradition artisanale, transmise de père en fils, il élève ses chèvres qui, dès les premiers beaux jours, paissent le long des flancs pentus des montagnes. Nous avons pu, d’ailleurs, les apercevoir du village, tout au long de la journée. Après la traite, le lait est directement transformé dans la fromagerie attenante à leur maison au centre du village. Les jours suivants, il veille à la fabrication artisanale des fromages qui vous seront vendus dans la boutique, après une agréable dégustation.

chèvres

Nous avons pu goûter à toute une variété de fromages de chèvre, c'est un vrai délice ! On a craqué pour le fromage frais aux herbes et celui au poivre, qui n'ont pas fait long feu. Quel plaisir de découvrir le goût authentique d'un fromage fabriqué, avec passion, selon les traditions ancestrales !

Bonneval fromage chèvre2

La fromagerie de Bonneval sur Arc a toujours été, aussi, la vitrine du monde agricole. 

coop

Nous avons voulu en savoir plus, en nous rendant dans cette fromagerie, et en suivant étape par étape, la fabrication du Bleu de Bonneval :

bleu-de-bonneval-1

C'est un bleu typiquement savoyard, fabriqué dans la vallée de la Maurienne, au village de Bonneval sur Arc. Le lait servant à la fabrication de ce fromage, est travaillé à l’état pur.

lait

 Il est dépoté pesé, filtré puis envoyé une cuve en cuivre de 1200L.  

chaudron-cuivre

- L’emprésurageLe lait est chauffé à une température de 34°C puis mélangé à des ferments, en particulier avec du pénicillium roquefortis, qui sera à l’origine du développement de Bleu. Le fromager procède ensuite à l’emprésurage de la cuve. Cette action consiste à un ajout de présure responsable de la coagulation du lait.

emprésurage

Le décaillage Lorsque le caillé est suffisamment ferme, le fromager découpe le caillé en gros cube à l’aide d’une tranche caillé. 

décaillage

Le brassageLe caillé, une fois tranché et égoutté, est délicatement brassé pour « coiffer le grain », c’est-à-dire commencer l’égouttage au niveau de chaque grain de caillé. Le caillé durcit en expulsant partiellement « le petit lait ». 

brassage

Le moulageLe mélange caillé sérum est ensuite placé dans des moules afin de finir l’égouttage. Plusieurs fois dans la journée le fromager retourne les fromages de manière à avoir un égouttage et un pressage du fromage uniforme.

moulage

- Le salage et piquageArrive ensuite l’étape du salage à la main : le fromager dépose sur toute la surface du fromage du sel qui peu à peu va pénétrer à l’intérieur de la pâte. Cette étape est répétée pendant 2 jours. 

salage

Pour se développer, le pénicillium roquefortis (à l’origine du bleu) a besoin d’oxygène; c’est pourquoi le bleu de Bonneval sur Arc est piqué à l’aide d’aiguilles à son entrée dans la cave. Le piquage permet une aération jusqu’au cœur du fromage et permet d’obtenir un développement homogènes du bleu dans les pâtes. 

piquage

- L'affinageLes caves ou s’affine le Bleu de Bonneval sur Arc sont comprises entre 11 et 13°C.    L’affinage dure en moyenne 4 semaines. Au bout d’environ 1 semaine, les bleus sont de nouveau piqués et retournés. Les caves fraîches et humides vont permettre un bon développement du Bleu afin de donner au fromage toute son onctuosité et son gout caractéristique. 

caves

Parfumé, il est fondant en bouche.  

bleu-de-bonneval

C’est un fromage à apprécier à chaque bouchée, il est le fruit du travail de montagnards et ses saveurs sont incomparables ! 

116672777_o

Les anciens représentent la dernière génération à pouvoir témoigner de l'évolution qui a conduit cette société autarcique à la vie actuelle, engendrée par : le progrès des moyens de communication, la mécanisation du travail des champs et le tourisme.

116673498_o

Autrefois ces hommes et ces femmes ont vécu loin du monde extérieur, dans des conditions extrêmement difficiles, poursuivant un modèle ancestral voué à l'agriculture pastorale de haute montagne.

116673073_o

A Bonneval sept mois d'hiver au cours desquels les familles et les bêtes se terraient au plus profond de leurs demeures pour endurer un hiver interminable et terriblement froid.

116672858_o

Cinq mois d'enfer, de mai à septembre, passés à tenter d'arracher à la terre, aux prix d'efforts inhumains, les maigres ressources qu'elle pouvait donner, et à constituer des réserves de nourriture pour l'hiver.

116672810_o

C'était la période de la fenaison et de l'alpage, des semailles et des récoltes. Ces longs isolements ont formé des hommes à part, des hommes plein de courage !

116672760_o

Nous souhaitions ajouter une note d’authenticité à notre séjour en montagne et garder un joli souvenir, nous ne l'avons pas regretté ! Niché à 1850 m d'altitude, il a gardé son âme d'antan, tout est resté authentique, dans la simplicité et la tradition ! Ici, même le patrimoine a été préservé :  on ne trouve ni fils électriques, ni antennes, ni même noms de rue. 

116672770_o

Je vous invite à aller découvrir ce village, rempli de charme, et hors du temps, le plus rapidement possible, rien que pour faire une petite dégustation de ses succulents fromages !

 

Posté par Martine84000 à 09:26 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

30 octobre 2017

L'Hermione : dans l'arsenal de Rochefort

hermione1

Dans ce petit billet ensoleillé, je vous emmène à Rocherfort, en Charente Maritime, plus particulièrement dans l'arsenal où se trouve la frégate de l'Hermione. Lors de cette journée du mois d'août, nous sommes restés longtemps à admirer, sous tous les angles, la célèbre réplique du trois-mâts de La Fayette. La restitution, grandiose, de ce vieux gréement nous a vraiment impressionnés !

hermione2

Construite en 1778, la frégate de La Fayette nécessita 11 mois, au total, de travail et fut achevée en 1779. Servant à pourchasser les navires-corsaires et navires marchands, elle servait également à protéger les bâtiments d'une escadre. En 1780, le marquis de La Fayette embarque à bord de l'Hermione, et l'emmène soutenir les indépendantistes américains contre la Couronne britannique. C'est ce qui apportera la liberté à l'Amérique.

DSC_67411

L'Hermione prit part à de nombreux combats et en sortit toujours victorieuse. À son bord, plus de 300 marins partaient en navigation. À son retour en France, en 1782, elle continua ses missions de frégate, avant de sombrer le 20 septembre 1793, en raison d'une mauvaise manœuvre de son capitaine, en pleine révolution française. 

DSC_67331

Après des fouilles archéologiques en 2005, plusieurs objets sont récupérés et certaines parties de la frégate sont remontées comme le gouvernail et l'ancre de 4 mètres de long.

L

1997 : une nouvelle aventure est lancée à Rochefort, l'Hermione est remise en chantier, au cœur de l'ancien Arsenal Maritime, sur le site même où elle est née... Extraordinaire prouesse que celle de décider la reconstruction d'une frégate du XVIII, en plein XXème siècle.

DSC_67431

Après 17 ans d'effort, des centaines de milliers d'heures de travail, l'Hermione est maintenant la plus grande réplique d'un navire ancien jamais reconstruit en France. La mâture culmine à 47 mètres, la valeur de 16 étages !

DSC_67401

Le 18 avril 2015 , l'Hermione a mis le cap vers la côte Est des Etats-Unis et le Canada, où les escales se sont enchainées avec succès. Après son incroyable transatlantique, une escale à Brest puis à Bordeaux, la frégate a retrouvé son port d'attache, Rochefort.

hermione4

En 2016, après St Malo, la frégate a fait escale à Brest à l'occasion des Fêtes maritimes internationales. Elle restera dans l'arsenal de Rochefort, tout au long de l'année 2017. Il est possible de venir la visiter : parcours libre ou parcours guidé : "la visite du matelot".

DSC_67351

En 2018, l'Hermione met le cap vers le bassin méditerranéen, avec 11 escales programmées. A Sète (Hérault), l'arrivée de L'Hermione coïncidera avec l'organisation du festival nautique "Escale à Sète", fête des traditions maritimes. Soixante-dix personnes seront à bord, dont 18 marins professionnels et 54 gabiers volontaires. 350 matelots sont en cours de recrutement.

DSC_67361

 

La construction de cette réplique de la Fayette est le couronnement d'un pari fou, lancé en 1997, par une poignée de passionnés : reconstruire la frégate historique à l'identique, en faisant revivre l'arsenal rochefortais et les métiers de l'époque.

DSC_67331

Découvrir ce navire et imaginer la vie à bord du temps de La Fayette, cela ne donnerait pas forcément envie d'embarquer. Là, à quai, quand on regarde les longueurs de cordages, que l'on voit les gabiers grimper jusqu'au plus haut des mats, on ne peut être qu'admiratif.

 

équipage

 

Un lieu incontournable à visiter et un magnifique travail de reconstruction d'un bateau, historique, à l'ancienne. 

DSC_67421

Réalisée selon les techniques de l'époque, c'est une ode au génie créatif humain et à ses capacités manuelles. Bravo à tous les bénévoles qui nous font plonger dans l'histoire !

 

l'histoire

Suite : Rochefort

 

 

 

Posté par Martine84000 à 18:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,