Villages de caractère et sites incontournables

Que diriez-vous d’une petite visite des villages typiques et sites incontournables, que nous avons parcourus lors de nos weekends ou vacances ? Ces petits villages perchés sur leurs collines sont de véritables bijoux de notre patrimoine ! Passionnée de photographie depuis toute jeune, la photo est avant tout pour moi un plaisir !  Et puis les rêves s’envolent parfois, finissent aux oubliettes ou bien… se réalisent. Aujourd’hui, je suis comblée. Je m’aperçois que j’ai réalisé mes rêves d’enfant. Je passe mes weekends et mes vacances, en famille,  avec mon appareil photos en bandoulière, le carnet de notes à la main, et surtout une curiosité bien ancrée et une envie insatiable de découvrir nos  villages  typiques de France. J’ai toujours eu le goût des voyages et essaie d’en faire profiter un maximum de personnes. J’ai voulu créer un site qui rassemblerait toutes mes photos personnelles de villages de caractère et qui serait une invitation à l’évasion pour les internautes. A travers de charmants villages historiques et pittoresques, très bien restaurés et faciles d'accès, vous tomberez sûrement amoureux, comme moi, de de nos belles régions et de leurs terroirs. Je m’efforce au cours de mes balades de vous emmener dans des lieux connus, d’autres un peu moins ou même parfois insolites. En partageant avec vous mes émotions, j’espère vous donner un jour l’envie d’aller les visiter à votre tour. La vie n’est-elle pas le plus beau des voyages ?  

Liens sur mes 2 autres blogs, qui pourraient vous intéresser :

Posté par Martine84000 à 13:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]


29 avril 2017

Gassin

DSC_0499

Nous ne pouvions pas passer, une nouvelle fois, devant le charmant petit village de Gassin, entièrement pavé, et classé parmi les plus beaux villages de France, sans aller le revoir !

DSC_0485

Situé au milieu de la presqu'île de Saint Tropez, il est perché sur un promontoire rocheux, à moins de 4 km de la mer.

gassin

Gassin a gardé ses ruelles tortueuses et ses vieilles maisons pittoresques.

DSC_0491

DSC_0494

Quelques clichés pris à la volée dans ces ruelles étroites que j'ai eu beaucoup de plaisir à redécouvrir : Rue l'Androuno, Rompecuou, Sarrazin...

DSC_0478

DSC_0480

Ces ruelles fleuries et passages voûtés, dégagent une atmosphère tellement particulière, qu'il est difficile de ne pas revenir sur ses pas au moindre détail. 

DSC_0493

DSC_0483

Elles sont bordées de vieilles portes, dont la plus ancienne date de 1422.

DSC_0481

DSC_0490

Nous passons dans une petite ruelle insolite, la ruelle L'Androuno, la plus petite du monde.

DSC_0492

Je passe tout juste de face, mais ce ne fut  pas le cas de tout le monde. En fait au départ, elle a été conçue pour diriger le flux des eaux, lorsqu’il pleut fort,  car le village est construit en ruelles parallèles, tout le long de la colline, et pour l’écoulement des eaux des ruelles transversales.

DSC_0493

DSC_0482

Si on fait attention quasi chaque maison ancienne possède son cyprès et qu’à l’époque il signifiait quelque chose pour les visiteurs ou cavaliers. Un cyprès était signe de bienvenue, deux cyprès : le couvert était assuré, trois cyprès : le  gîte plus le couvert.

cyprès

Ce n’est qu’après avoir grimpé ces ruelles paisibles, aux murs couleurs pastelles, que nous profitons du panorama exceptionnel qui s’étend des Iles d’Or, aux cimes neigeuses des Alpes, en passant par le massif des Maures.

DSC_0501

DSC_0496

Sa situation géographique est assez exceptionnelle : il domine le Golfe de Saint Tropez, avec un paysage de vignobles et d'étendues boisées.

DSC_0500

Les caps Lardier, Taillat et Camarat forment un site remarquable protégé par le conservatoire du littoral et géré par le parc national de Port Cros.

DSC_0502

 Pour ceux qui aiment les beaux panoramas, les vieilles pierres et les ruelles étroites, Gassin est un lieu pittoresque dont la visite s’impose !

DSC_0487

DSC_0489

Gassin a réussi à garder sa viticulture. Les vins de Gassin A.O.C., Côtes de Provence, sont régulièrement médaillés dans les meilleurs concours. 

DSC_0488

Les paysages varois, que j'aime tant, sont tellement variés que tout le monde y trouve son compte !

DSC_0486

DSC_0487

Côte sauvage, plages de sable fin, mer turquoise, campagne, cités de caractère ou petits ports... À découvrir sans modération !

DSC_0508

  

 

 

Posté par Martine84000 à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 avril 2017

Le Lavandou : couchers de soleil

20150103_171956

Charmante station balnéaire, dans le Var, le Lavandou bénéficie d’un climat doux et tempéré et d’un emplacement particulièrement appréciable.

DSC_0548

En effet, celle que l’on surnomme « la Cité des Dauphins » se situe sur les bords de la Méditerranée, en face des Iles du Levant et de Port Cros. 

DSC_0541bLes îles d'Or.

Pays d'excellence de la lavande, du mimosa et des cigales, situé au pied du Massif des Maures, elle nous offre un cadre incomparable de nature et de plages ! 

DSC_0550

J'ai eu envie de fouiller dans mes photos et de trier celles que j'avais prises pendant cette journée passée sur les sentiers du douanier, au Lavandou, en janvier dernier.

DSC_0547

DSC_0551

La baie du Lavandou recèle de nombreux joyaux : de vastes plages de sable fin, des petites criques, intactes et sauvages, des coins de paradis qui s'offrent à nous. 

20150103_170122Vue sur les îles d'Or (Levant et Porcros)

Le Lavandou, de renommée internationale,  propose de nombreuses balades à faire, à pied, en vélo, en famille.

20150103_171225

20150103_172258

Amoureux de la nature, et de beaux paysages, nous avons fait, au soleil couchant, une belle randonnée, le long de la côte.

20150103_170210

20150103_170517

Un spectacle unique, où le ciel s'embrase avant que le soleil ne s'en aille de l'autre côté !

20150103_171029

Jadis, petit port de pêcheur, merveilleusement situé face aux Iles d'Or, le Lavandou est aujourd'hui un important port International de plaisance et de pêche au gros. 

20150103_170141

Ses fonds sous-marins d'une rare beauté, sont recherchés par les amateurs de plongée, pour leur richesse et la limpidité de l'eau.

20150103_171257

Nous avons pu profiter de belles balades au bord de l'eau lors de ces journées d'hiver. 

20150103_171348

Le plaisir était authentique, marcher simplement et apprécier ces paysages sans artifice ! 

20150103_171503

Cette expérience nous a donné encore plus envie de partir à la découverte de ces sentiers du littoral, de quitter le plus souvent possible notre environnement urbain pour aller au plus près de ces endroits sauvages.

20150103_172537

Voir les îles d'Or, se dessiner dans le lointain, regarder la mer se fracasser sur les rochers, en contrebas, observer le bal des plaisanciers qui glissaient sur une mer de paillettes, et assister à un beau coucher de soleil, était un moment inoubliable !

20150103_172030

N'hésitez pas à me dire si vous avez déjà fait ce sentier du douanier, au Lavandou, et si vous connaissez d'autres belles balades à faires dans le Var.

20150103_172721

Il y a de quoi faire dans cette région en matière de randonnée, c'est une telle chance !

 

 

Posté par Martine84000 à 19:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Cavalière-sur-mer : un petit Paradis

 

20150103_170210

Sur la côte varoise, entre Le Lavandou et Saint-Tropez, Cavalière-sur-mer nous accueille dans un panorama exceptionnel, face aux îles du Levant et de Port-Cros.

20150103_162336

 

Bénéficiant d’une situation exceptionnelle, nous y avons passé un moment de détente et de dépaysement inoubliable, l’hiver dernier.

20150103_163828Les îles d'Or.

Quel bonheur de pouvoir profiter d'une plage, bordée de pins, digne d'un petit paradis, peu envahie à cette époque-là !

20150103_162757

Elle est aussi très grande pour se promener, faute de baignade, quand la mer est à 15°, comme en ce mois de janvier... à gla gla !

20150103_164131

DSC_0538

La grande plage de sable fin bordée de pins, aux eaux cristallines, est entourée de collines. Possibilité d’y trouver des coquillages, voir même des poissons.  

20150103_164529

Le plus remarquable sur cette plage c’est son sable très blanc et fin, avec du mica qui brille au soleil, comme des paillettes d'or, sur la peau qui sèche.

DSC_0511

DSC_0518

Située au centre-ville, aux abords ombragés, elle permet aux vacanciers de se restaurer à quelques pas, avec des commerces à proximité.

DSC_0522

On y trouve de nombreuses activités nautique: parachute ascensionnel, plongée, ski nautique, jet-ski, catamaran, voile, pédalos, beach-volley... 

20150103_162535

La plage est localisée juste avant le cap Nègre, lieu de résidence d’été du chef de l’état et  de sa famille. 

DSC_0519

La promenade piétonne qui longe la plage est magnifique avec de belles fleurs, même en plein hiver (constatez par vous-même !).

DSC_0528

20150103_163751

DSC_0530

La végétation luxuriante des collines boisées des Maures, qui plongent vers la mer, donne un cachet indéniable à cette baie de Cavalière.

DSC_0537

 

Cavallière sur mer est la destination idéale pour un séjour conciliant : soleil, détente et culture.

DSC_0520

Les paysages de ses reliefs côtiers, ses plages méditerranéennes d'exception, l'architecture de sa ville….. me transporte dans ce petit bout de Provence, cadre de mon enfance !

DSC_0532

Ce panorama de carte postale, est un endroit où montagne, mer limpide et sable fin, vous inspire une petite idée du véritable bonheur, au soleil couchant ...

DSC_0536

 

Suite : Couchers de soleil sur les calanques du Lavandou.

 

 

Posté par Martine84000 à 17:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

25 avril 2017

La chapelle Notre-Dame-d'Aubune

DSC_0003

Au retour de notre randonnée à la chapelle Saint Hilaire, perchée tout en haut de la colline, nous faisons une halte à la chapelle Notre Dame d’Aubune, dans un cadre magnifique, calme et apaisant. Elle est située sur le territoire de Beaumes de Venise, à proximité des Dentelles de Montmirail.

Dentelles de montmirail2

Elle est le point de départ de jolies randonnées pédestres, comme celle menant à l'oppidum gallo-romain de Courens, (voir article précédent).

DSC_0006

Lorsque nous sommes devant ce monument,  ce qui frappe immédiatement, c’est l’harmonieuse sérénité dégagée par ce site enchanteur.DSC_8745

On se sent transporté, tout à coup, dans l’Antiquité, on sent que l’endroit  vibre d’un passé très ancien.

DSC_6166

DSC_8841L'arrière de la chapelle.

Datant du XIIe s, et classée Monument Historique, la chapelle Notre Dame d’Aubune, avec son beau clocher de style roman provençal, constitue l’un des plus beaux exemples d’art roman provençal. 

DSC_8832

La chapelle aurait été érigée par Charles Martel, ou un de ses lieutenants, en reconnaissance d'une victoire des Francs sur les Sarrasins à l'aube d'une journée.

DSC_8736

DSC_8737

La tradition populaire a pourtant fait de Charlemagne l'édificateur de cette chapelle, malgré un siècle et demi d'écart.

DSC_8835

Une légende entoure l'histoire de cet édifice: Le Diable, mécontent de cette construction, décide de détruire la chapelle et de précipiter un rocher du haut de la crête la surplombant.

DSC_8739

La vierge bienveillante bloque de sa quenouille (instrument servant au filage des matières textiles) la chute de ce "rocher du diable". Le rocher est d'ailleurs toujours là-haut menaçant mais immobile.

DSC_8738

La chapelle se visite uniquement en groupe guidé et est fêtée le 8 septembre lors d'un pèlerinage.

DSC_6171_

Aux alentours de la chapelle, l’homme a apprivoisé le lieu, en créant : un joli jardin médiéval...

DSC_6165

DSC_8834

... des terrasses, qu’il a agrémenté de vignes, d’oliviers et  de cyprès. 

DSC_8831

DSC_8830

La chapelle Notre-Dame-d’Aubune, dans un cadre enchanteur, est un incontournable pour les amoureux de style roman provençal.

DSC_6158

DSC_0004

 

Pour voir des photos de l'intérieur (aux nombreuses fresques), et avoir plus de détails sur cette chapelle, voir le site www.lieux-insolites.fr :

Notre-Dame d'Aubune

Cette page presente la chapelle d'Aubune dans le Vaucluse en France

https://www.lieux-insolites.fr

Dentelles de montmirailLes Dentelles de Montmirail.

 

 

 

Posté par Martine84000 à 14:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


24 avril 2017

La chapelle Saint Hilaire (Dentelles de Montmirail)

DSC_8775

Je vais vous parler aujourd’hui, de notre escapade du weekend, dans les Dentelles de Montmirail, à la découverte d’un oppidum, à Beaumes de venise, ainsi qu'une petite chapelle surprenante, (la chapelle St Hilaire), au milieu d'un champ de fleurs, perdue en pleine montagne.

DSC_8788

Accès possible depuis la chapelle Notre Dame d'Aubune, ou via le domaine de Durban. 

DSC_0005Chapelle Notre Dame d'Aubune à Beaumes de Venise, (vue du chemin).

DSC_0006

On  accède à l’oppidum gallo-romain, ainsi qu'à la chapelle St Hilaire, par un sentier de randonnée, très escarpé, en ligne de crête, sur le plateau des Courens, (pas de route d'accès, uniquement à pied !).

DSC_0007

DSC_8761

Une bonne paire de chaussures est indispensable, en raison de cailloux instables, et d'une forte pente, à flanc de colline. 

DSC_0017

 

DSC_8762

Nous serpentons dans des passages très étroits, au milieu de chaos de rochers, dont le surprenant rocher du Diable.

sentier en couloir sur le plateau des Courens

rocher du diableLe rocher du Diable (en équilibre). 

sentier en ligne de crête sur le plateau des Courens

Au pied de ce promontoire naturel, bercée par le parfum des ajoncs dans le vent, ce moment hors du temps nous appartenait totalement.

DSC_8775

Dans la montée, nous passons devant l'ancienne forge et la carrière, où les anciens ont extrait des pierres.

DSC_0012

DSC_8750Ancienne forge restaurée.

DSC_8757

carrièreLa carrière où l'on extrayait les pierres.

Isolée sur une colline, la chapelle est en cours de restauration. Des fleurs (iris, rosiers, etc...) ont été plantés, au pied de la chapelle, rendant le lieu plein de charme !

DSC_8787

DSC_0034

DSC_0037

Nous avons profité longuement de cet endroit fleuri, idyllique, pour faire une petite pause, avant d'entamer la descente vertigineuse.

DSC_8817

DSC_0039

DSC_0040

Du haut, la chapelle offre une vue magnifique sur la plaine du Comtat-Venaissin...

DSC_8786

DSC_0063

DSC_8752

DSC_8789

DSC_8810

...les dentelles de Montmirail...

DSC_8765

DSC_8766

DSC_8764

...et le Mont Ventoux.

DSC_8763

Grâce au courage de nombreux bénévoles la chapelle St Hilaire, perchée sur une colline, renaît petit à petit de ses cendres. J'admire le courage de ces gens, qui redonnent vie à cette chapelle, car pour y arriver c'est déjà un véritable parcours du combattant, un chemin, vertigineux, loin d'être à la portée de tout le monde. 

Chapelle-St-Hilaire-Avant la restauration.

DSC_88137En cours de restauration.  

Elle fut construite sur l'emplacement d'un temple romain, dont les 4 bas-reliefs, en réemploi, sont aujourd'hui exposés à l'espace archéologique de Beaumes de Venise.

DSC_8792

L’association « Sauvegarde de la chapelle Saint Hilaire » en assure actuellement la réhabilitation.

DSC_8780

 Ils sont en train de refaire une toiture.

DSC_88136

Cette chapelle, joyaux de l'art roman, offre un exemple particulièrement important de l’architecture paléochrétienne. C’est un lieu de mémoire de la première implantation chrétienne dans un village perché du Vaucluse.

DSC_8806

La découverte de la tombe d'Epyminia, dans les environs, certifie l’occupation de la colline par les chrétiens, dès le Ve siècle. Cet important édifice du VIe siècle, est un des premiers témoins de la Provence chrétienne.DSC_8818

Dévastée et incendiée par les Sarrasins, qui ravageaient la contrée, au début du VIIIème siècle, elle était occupée par quelques moines qui vivaient sous la protection des Seigneurs de Durban. 

DSC_8794

 

Le silence qui règne à cet endroit est ressourçant, il est tout juste interrompu par le bruissement des feuilles dans les arbres.

DSC_8824

A proximité de la chapelle St Hilaire, nous découvrons les traces de l’oppidum des Courens. La nécropole paléochrétienne des Courens  était une vaste nécropole, de 7 hectares, des premiers siècles du christianisme, qui s'étend sur la partie sud du plateau. Le sommet de l'oppidum se présente sous la forme d'une dorsale de 100 mètres de large  et constituée de terrasses, délimitées par des murs construits en pierres sèches.

Des fragments d'amphores attestent de la présence grecque dès le VIe siècle avant notre ère. Présence suivie de celle des tribus Celto Ligures puis des Romains au IIe et Ier siècle avant JC. Une cinquantaine de sépultures ont été mises au jour lors de fouilles archéologiques. On peut encore voir une ancienne cabane, et son rempart en gros appareil.

rempart en gros appareil et sa cabaneAncienne cabane et son rempart en gros appareil. 

Juste à côté un sarcophage en pierre a été disposé pour servir d'abreuvoir.

sarcophage de l'oppdidum

Ces sarcophages monolithiques qui couvrent une partie de l'oppidum des Courens, proviennent d'une carrière, située à flanc de colline, à l'ouest du rocher du diable. 

rocher du diable du plateau de CorensLe rocher du Diable.

Dans cette nécropole gallo-romaine les sépultures s'échelonnent du Ve au VIIIe siècle. L'aspect rustique des sarcophages indique qu'il y avait là une population autochtone pauvre. Ses cabanes étaient édifiées en pierres sèches, argile et branchages. Elle utilisait une poterie grise typiquement celte. Les fragments de poteries trouvés sur l'oppidum, vont de cette poterie grossière et indigène, à de la poterie grecque et gallo-romaine.

DSC_8825

Il est évident que pour cet oppidum le manque d'eau et de silos de réserve ne devait pas permettre une résistance efficace au siège d'une armée. De plus, l'importance de leur population est difficile à apprécier. Il  devait y avoir de trois à cinq cents habitants, sur l'oppidum des Courens.

DSC_8804

L’ensemble d’une surprenante beauté, offre un lieu unique de contemplation pour les générations futures qui emprunteront ce sentier et qui découvriront ce lieu étonnant ! Venez découvrir ce lieu insolite, qu'est la chapelle Saint Hilaire, située sur le plateau des Courens.  Cette randonnée est un must de toute découverte approfondie de Beaumes de Venise.

DSC_0054Notre Chihuahua parmi les fleurs de la chapelle St Hilaire.

Nous avons visité cet endroit qui était, depuis longtemps, sur ma liste, tout en profitant du mieux possible de ces moments que nous pouvions passer en famille.

DSC_0055

Si vous vous décidez à prendre la route du sud, vers les Dentelles de Montmirail, ou si vous avez déjà visité la région, n'hésitez pas nous mettre des commentaires et  à nous faire partager vos carnets de bord, photos ou anecdotes de voyages. Merci et à bientôt.

DSC_8793

Pour en savoir plus sur la restauration de la chapelle Saint Hilaire, à Beaumes de Venise :

SAUVONS LA CHAPELLE SAINT-HILAIRE (6ème siècle)

Eglise abandonnée depuis des siècles dans un lieu magnifique. En cette 5ème année de travaux, nous désirons restaurer entièrement le transept.

https://www.credofunding.fr

  Suite : la chapelle d'Aubune à Beaumes de Venise.

 

Posté par Martine84000 à 16:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 avril 2017

La Draille des 5 Gorges

étang de Malagroy2

Je vais partager avec vous dans cet article notre belle trouvaille, du weekend, au lieu-dit la "Draille des 5 Gorges", à la découverte de paysages typiques et sauvages, de la Camargue.

draille de méjanes2

Nous prenons la piste de Méjane, sur 11 km, pratiquement seuls dans ce paysage désertique. Le chemin de terre démarre un peu avant le mas de Cacharel, et se termine au Domaine de Méjanes, (22 kms aller-retour).

draille de méjanes3

Il est conseillé de faire ce parcours à vélo, ou à pied, ou même en charette tirée par des chevaux, en raison des nombreuses ornières. 

DSC_8693

Ne surtout pas s'y aventurer quand il vient de pleuvoir, au risque de s'enliser.

DSC_8691

Si la Camargue est très connue pour ses chevaux vivant en liberté, elle l'est également pour ses taureaux.

DSC_8432

 

DSC_8433

 

DSC_8684

DSC_8685

Les manades de taureaux sont nombreuses dans la région. Le terme manade est spécifique à la Camargue : ce sont des troupeaux d’animaux en liberté, surveillés par les gardians. 

DSC_8539

Il est possible de les voir travailler au milieu des troupeaux, dans leur milieu naturel. Les taureaux de Camargue sont à la fois puissants, vigoureux et magnifiques.

DSC_8542

J'ai été impressionnée par leur robustesse. Ils font partie intégrante d’un patrimoine dont les camarguais sont très fiers. Bien plus qu'un spectacle c'est une découverte des traditions de la Camargue, une expérience inoubliable.

DSC_8543

Nous passons simultanément devant deux beaux étangs : des Impériaux et du Malagroy, classés Réserve Départementale.

DSC_8713

Ces étangs ont été acquis par le Conseil général des Bouches-du-Rhône, en 1964, pour protéger ces milieux naturels fragiles (2770 hectares).

DSC_8723

étang des impériaux2

Ils abritent de nombreux flamants roses, des espèces d’oiseaux limicoles (barges, chevaliers, bécasseaux…), 

DSC_8581

DSC_8594

DSC_8606

et de canards (colverts, siffleurs, sarcelles d’hiver…) attirés par l’importante faune d’invertébrés.

DSC_8534

DSC_8450

 

Petite balade, près de l'étang de Malagroy, pour s'approcher au plus près de flamants roses.

DSC_8601

DSC_8726

DSC_8727

Sous son apparente sécheresse, la sansouire est un milieu très accueillant pour la faune et la flore, et constitue des immensités plates et désertiques, entre la mer et les lagunes.

étang de Malagroy

Sa végétation est verdoyante, en touffes denses et éparses.

Sansouire

DSC_8716

 En été, ce paysage est des plus arides, il s’inonde en hiver, pour renaître en vasières au printemps et à l’automne.

DSC_8717Découverte  surprenante d'une tête de bébé sanglier.

Arrivés au Domaine de Méjannes, nous prenons le parcours en sens inverse pour revenir au point de départ.

draille de méjanes

Cet  aller-retour en bordure de la Réserve naturelle de Camargue, par la draille de Méjanes,  est une belle évasion, le long d’une des plus grandes réserves de zones humides d’Europe.

DSC_8453

DSC_8734

Comment ne pas s'émerveiller lorsque l'on marche au milieu d'une nature totalement préservée, de ces espaces vierges de toute construction et de toute altération liée à la présence de l'homme.

DSC_8719

Un moment rien que pour nous dans ce décor naturel grandiose.

DSC_8699

DSC_8721

Ce parcours peut faire l’objet d’une belle escapade lors d’un week-end. En regardant les photos quelques jours après notre retour, la magie fait toujours effet !

DSC_8706

Si vous vous décidez à prendre la route vers la Camargue, ou si vous avez déjà visité la région, n'hésitez pas nous mettre des commentaires et  à nous faire partager vos carnets de bord, photos et anecdotes de voyages. Merci et à bientôt.

 

 

Posté par Martine84000 à 11:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20 avril 2017

"Cabanes de Camargue"

DSC_8662

On poursuit notre visite virtuelle, toujours direction la Camargue, pour découvrir aujourd’hui des maisons,  empreintes d’histoire, au charme fou ! 

DSC_8672

Elles sont très nombreuses, à la périphérie de Sainte Marie de la Mer.

DSC_8663

Ces maisons de gardians, ou « chaumières de Camargue, habitat traditionnel, typique des Saintes-Maries, possèdent des toits très particuliers, faits de roseaux : la Sagne. C'est un matériau, bon marché, que l'on trouve à profusion dans les régions marécageuses. DSC_8678

Les roseaux sont cousus au fil de fer sur la charpente. Quand la couverture est terminée, on étend sur le faîte un mortier de ciment et de chaux. 

 

DSC_8592

Sur la partie ronde de la toiture, qui se termine en cône, on laisse dépasser une travette qui recevra des cornes de taureau ou une barre transversale pour former la croix de la cabane. Cet appendice sert à éloigner la foudre et à amarrer la cabane : en cas de grand vent, on y noue une corde que l’on attache à une pierre au sol.

DSC_8589

 

Nous savons qu'au Moyen Age la plupart des maisons des Saintes-Maries-de-la-Mer étaient entièrement en bois et en roseau. Elles nécessitaient un réel savoir-faire des artisans..

DSC_8262

Elles se situaient, souvent, au milieu des étangs et accueillaient, jadis, les gardians : éleveurs de chevaux et de troupeaux camarguais. 

DSC_8677

Ces "cabanes" étaient le logement typique des ouvriers camarguais, du 19e s., de condition modeste : pêcheurs, bergers, vanniers, gardians, ouvriers des salins et de l'agriculture .

DSC_8263

DSC_8264

Dans un pays sans pierre, on était un peu forcés d'utiliser les matériaux essentiellement végétaux trouvés sur place : l’orme, le saule et le roseau.

DSC_8659

Seuls les mas étaient à cette époque construits dans des matériaux nobles comme la pierre. Ils étaient construits, à grands frais, en pierres, parfois prélevées dans des ruines gallo-romaines ou médiévales, venues le plus souvent des carrières de Fontvieille ou de Beaucaire.

Mas

Bâties à partir de matériaux périssables ces « cabanes » ont presque toutes disparu du paysage, laissant place à des variantes plus modernes, du début du 20e  siècle, construites cette fois-ci avec un faîtage en ciment et des murs maçonnés et blanchis à la chaux.  

DSC_8617

Ces maisons à l’architecture typique constituent une véritable richesse dans le patrimoine historique des Bouches-du-Rhône. A l'origine, destinées au personnel agricole, aux bergers, ou aux gardians, elles sont aujourd'hui des résidences souvent luxueuses (auberges, hôtels...).

 

DSC_8587

Les toitures, protégés par une croix, sont à deux versants. A cause de la violence du mistral, la face exposée au nord est arrondie afin de donner moins de prise au vent. La face sud est verticale.

DSC_8676

On peut y installer aisément une tonnelle pour se protéger contre les grosses chaleurs l'été.

DSC_8667

Avec une hauteur de 7 mètres sous faîtage, elles offrent des intérieurs spacieux et des volumes atypiques.

DSC_8664

Une hauteur de faîtage choisie pour offrir une pente de toit suffisante à l’évacuation des eaux de pluie. 

Maison camarguaise

 

Le petit nombre et l'étroitesse de ses ouvertures, qui parfois se limitent à une porte, l'enduit blanchi qui recouvre ses murs et une partie de sa toiture, la protègent du soleil.

DSC_8586

Les routes camarguaises nous ont, également, offert de jolis paysages, de belles rencontres animalières, comme de jolis roulottes de gitans. 

DSC_8670

DSC_8671

DSC_8591Roulottes de gitans.

Suite : la Draille des 5 Gorges.

 

Posté par Martine84000 à 16:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

19 avril 2017

Les Saintes Maries de la Mer

Ste Marie de la mer

Dans cet article, du jour, je vais vous parler d'une ville qui me tient à coeur : les Saintes Maries de la Mer.

DSC_8618

Nous y sommes allés le weekend de Pâques, alors qu'il faisait un temps splendide, mais assez ventilé !

DSC_8620L'abside polygonale, de l'église.

La ville est située au bord de la Méditerranée, au coeur du Parc Naturel de la Camargue.

DSC_8658

Entourée d'immenses plaines, d'étangs magnifiques et sauvages, la ville nous offre de nombreuses activités avec en toile de fond un environnement et une nature protégés et authentiques.

DSC_8613

Amoureux de  la nature et des grands espaces, nous avons pu goûter aux joies des promenades, ainsi qu’admirer le ballet des flamants roses.

DSC_8603

Site de légende, son rivage accueillit, à l'aube de la chrétienté, Marie JacobéMarie Salomé et leur servante Sara, chrétiennes persécutées fuyant la Palestine sur une barque sans gouvernail. 

DSC_8644

barque-des-saintes

La barque de Marie Jacobé et Marie Salomé, dans l'église.

Les Saintes Maries sont célèbres par les traditions qu'elles ont conservées : terre d'accueil des gitans, qui y vénèrent Sainte Sara, haut-lieu de pèlerinage de Marie Jacobé et Marie Salomé... Tout ce folklore riche en couleur, musique et spiritualité, attire beaucoup de visiteurs tout au long de l'année.

pélerinage4

 

Visible d'une dizaine de kilomètres à la ronde, l'église de Notre Dame de la mer, domine la ville des Saintes-Marie-de-la-Mer depuis le début du IXe siècle, date du commencement de sa construction. Le mur du clocher, doté de 5 cloches, est surmontée de mâchicoulis et d'échancrures, de style roman.

le mur clocherLe clocher-mur est doté de 5 cloches.

Altière et protectrice, l'église connaît, plusieurs fois par an, des heures de ferveur intense, à l'occasion des Pèlerinages. Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent des quatre coins d’Europe et même d’autres continents pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire.

DSC_8669L'église de Notre Dame de la mer.

Avant la procession à la mer, à l'intérieur de l'Eglise, les Châsses contenant les reliques, sont lentement descendues de la "Chapelle Haute" au moyen d'un treuil, au milieu des chants et des acclamations.

DSC_8626Façade de l'église où sont descendues les reliques.

La statue de Sara, (patronne des Gitans), portée par les Gitans, jusqu'à la mer, symbolise l'attente et l'accueil des Saintes Maries Jacobé et Salomé.

pélerinageSainte Sara en procession lors des pélerinages.

On peut assister, lors du pélerinage, à la procession à la mer,  des saintes : Marie Jacobé et Marie Salomé.

pélerinage2                              Barque des saintes Marie Jacobé et Marie Salomé.

Tout ce petit monde s’installe dans les rues, sur les places, au bord de la mer. Pendant huit à dix jours, ils sont ici chez eux. Le pèlerinage est aussi l’occasion de retrouvailles. La plupart des enfants sont baptisés dans l’église des Saintes. Ces journées de pèlerinage promettent une visite riche d’émotions.

pélerinage3

L'église, de style roman, se compose d'une nef, de quatre travées et d'une abside semi-circulaire romane. La simplicité du bâtiment ressort dans son décor intérieur. L'autel central supporte un reliquaire, et contre le mur se trouve la croix de Procession, portée par les Gitans.

DSC_8627

L'église a été construite en cul-de-four et possède sept arcatures, que supportent huit colonnettes en marbre, surmontées de chapiteaux. 

DSC_8637Beaux chapiteaux sculptés.

DSC_8638(décor de feuillage, de masques, de bustes humains ou de tête de diable)

Elle n'a aucune chapelle latérale et ne possède que peu de décoration, en dehors d'une niche, sur la gauche, comportant une représentation de Sainte Marie Jacob et Sainte Marie Salomé, en barque. 

DSC_8644Barque de Sainte Marie Jacob et Sainte Marie Salomé, entourée d'ex-votos.

La crypte, semi enterrée, se situe sous le chœur de l'église, avec un accès depuis le transept.

Saintes-Maries-de-la-Mer_Sarah La statue de Sainte Sara, patronne des Gitans, dans la crypte.

La statue de Sara, Patronne des Gitans, se trouve dans l'Eglise des Saintes Maries de la Mer, à droite au fond de la crypte, revêtue de robes multicolores et de bijoux.

DSC_8632La crypte avec la statue de Sara la noire, entourée de cierges.

On note également dans cette crypte la présence d'un autel, et de nombreux ex-votos. Elle fut creusée à l'initiative du roi René, alors en quête des reliques des « trois Saintes Maries», en 1448. 

DSC_8633

Il faut voir cette crypte au moment du Pèlerinage de Mai, envahie par la foule des Gitans, illuminée de mille cierges. 

crypteLa crypte de Sainte Sara la noire.

DSC_8629Ex-votos.

DSC_8628

Du toit de l'église, notre regard, à l'affût, nez et cheveux au vent, se laisse gagner par l'émotion des grands espaces qui entourent Ste Marie de la Mer.

DSC_8653

DSC_8646

DSC_8621Fenêtre absidiale de l'église.

A l'ombre de son clocher roman, nous flânons dans les ruelles pavées, sur les traces des pèlerins.

DSC_8655

DSC_8619

DSC_8652

DSC_8650

DSC_8625

DSC_8648

Comment ne pas être envoûtés par la beauté sauvage, de Sainte Marie de la Mer, sa culture et ses traditions vivantes et authentiques !

DSC_8680Bateau à roue à aube, avec de grandes cheminées

Il est aussi possible de faire de belles promenades sur un bateau, style nouvelle Orléans, pour découvrir la flore et  la faune de la Camargue. 1h30 de balade aller-retour, permet de découvrir la Camargue, en naviguant sur le Petit-Rhône (tarif : 12 €).

Suite : maisons typiques de Camargue. 

 

 

Posté par Martine84000 à 21:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Domaine Paul Ricard

DSC_8501

Visite incontournable au domaine de Méjanes, acquis par Paul Ricard, en 1939. C'est un lieu important, né de la volonté d'un homme, et qui a su traverser les décennies, en s'adaptant aux différentes formes d'agriculture et de tourisme.  Il offre une approche privilégie de la Camargue et de ses traditions.

DSC_8495Photo de Paul Ricard.

DSC_8610

Le Domaine, étroitement lié à l’histoire de la riziculture camarguaise, (150 ha), est une exploitation agricole pilote.

riziculture

C'est dans un petit train, authentique, sur rails, que nous avons pu découvrir une partie du domaine. Un véritable plaisir pour les yeux ! Il nous fait découvrir toute la diversité des paysages de Camargue, grâce à un circuit pittoresque, sur les bords de l’étang du Vaccarès.

DSC_8562

DSC_8496

Il sillonne le domaine, en effectuant une boucle, durant 25 minutes. Le train marque souvent des arrêts, pour nous permettre de faire des photos.

DSC_8515

Authentique et secrète, cette terre, entre Rhône et Méditerranée, est unique par sa faune et sa flore, dont les zones humides sont un lieu de résidence naturel, exceptionnel, pour une multitude d’espèces animales et végétales.

DSC_8449

A bord du train, nous avons pu admirer :

DSC_8559

- de vastes étendues d'eau, entre ciel et terre, avec nombreux tamaris et végétation typique du lieu :

DSC_8533

- un lâché de chevaux :

DSC_8504

DSC_8501

Les chevaux et taureaux de la manade Paul Ricard, qui sont tous de race Camarguaise.

DSC_8432

 

DSC_8554

 Ils vivent en liberté sur les 300 hectares de sansouïre et de marais du domaine.

DSC_8559

DSC_8558

DSC_8573

- Nous avons pu approcher de près des taureaux, en liberté dans les pâturages, ou dans les marais :

DSC_8539

DSC_8548

DSC_8543

- lors du parcours, de nombreux oiseaux sont au rendez-vous : flamants roses, hérons, passereaux, busards…,  

DSC_8594

DSC_8601

DSC_8235

DSC_8236

 - des petites maisons camarguaises et roulottes ont attiré notre attention, au passage :

DSC_8586

DSC_8589

DSC_8591

Nous passerons devant le Mas de Méjane, ancienne demeure des Templiers au XIIIe siècle, dont une partie des bâtiments fortifiés, date du XIe siècle. Dans la cour du mas, on peut observer un calvaire, la croix de Méjanes (XVIIème), qui a donné au domaine son emblème et à la manade sa marque.

DSC_8552

Le circuit du petit train, se termine après notre passage devant le Mas de Méjanes. 

DSC_8560

 

Dans la gare, une exposition thématique permanente permet d’en apprendre plus sur ce domaine, riche d’histoire et de culture.

DSC_8494

Les arènes : Le domaine de Méjanes permet, aussi, d’assister à des jeux dans les arènes, des courses camarguaises, des corridas, des ferrades, la Féria du cheval (juillet), et  présentation d'une manade...

DSC_8491

DSC_8566

DSC_8565

Le Domaine de Paul Ricard,  à vocation agricole et touristique, nous a permis  de découvrir toutes les richesses d’un milieu naturel exceptionnel. 

DSC_8492Kiosque souvenir.

Dans un cadre typique Camarguais nous avons passé une belle journée ensoleillée mais venteuse ce qui est souvent le cas dans cette région.  

DSC_8490Le restaurant.

La balade dans le petit train est très instructive, car elle permet de voir au plus près les animaux et la nature typique de de la Camargue.

DSC_8579

Si vous vous décidez à prendre la route pour la Camargue, ou si vous avez déjà visité la région, n'hésitez pas nous mettre des commentaires et  à nous faire partager vos carnets de bord, photos et anecdotes de voyages.

DSC_8487

Merci et à bientôt

Suite : Sainte-Marie-de-la Mer

 

 

 

Posté par Martine84000 à 15:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 avril 2017

Les Salins-de-Giraud

DSC_8417

Petite visite incontournable aux Salins-de-Giraud, qui se situe au sud-est du delta de la Camargue. A une quinzaine de kilomètres à l'est des Saintes-Maries de la Mer, Salin-de-Giraud est une petite ville qui, comme son nom le laisse entendre, s'est spécialisée dans la production de sel. Elle possède dans ses environs immédiats les plus vastes salins d'Europe, et plusieurs centaines de milliers de tonnes de sel sont récoltées chaque année.

DSC_8401

Les salins peuvent justifier une balade dans les environs, mais le village en lui-même n'a rien d'extraordinaire, si ce n'est son architecture détonante dans la région, composée de maisons de briques, typique des villes ouvrières, comme dans le nord de la France.

Habitat_ouvrier_Salin_de_Giraud

Le spectacle de ces ''montagnes'' de sel blanches, ne peut que surprendre : appelées camelles, elles peuvent atteindre près de dix mètres de haut.

DSC_8400

DSC_8418

Un belvédère est même aménagé pour que le regard puisse embrasser la totalité des installations de production (à deux kilomètres de Salin-de-Giaud, route de la plage Piemanson).

DSC_8415

Pour ceux qui s'intéresseraient plus avant aux salins, un musée leur est consacré : explications sur le fonctionnement, récolte, histoire... ainsi qu'un petit train pour se balader dans les salins.

DSC_8402

DSC_8405

DSC_8404

L’exploitation du sel y est ancienne. Mais c’est à la fin du XIXe siècle que le bourg connut un développement particulier avec l’implantation de deux entreprises d’exploitation du sel : Péchiney et Solvay.

DSC_8410

DSC_8404

Cette activité a suscité, par ailleurs, une forte migration de main d’œuvre.

DSC_8408

DSC_8403

Attirés par les propositions faites par les deux Sociétés, de nombreux immigrés : notamment des Grecs, (d'où la présence d'une église orthodoxe,)...

Des Grecs en Camargue

DSC_8394Eglise orthodoxe aux Salins de Giraud.

DSC_8396

...des Arméniens, des Italiens, ne tarderont pas à être embaucher, puis des Espagnols et des Maghrébins suivront, aprés la deuxième guerre mondiale , (sans oublier  les "coloniaux indochinois", travailleurs "forcés", les plus miséreux de tous...), constituant une population cosmopolite, travaillant sur les salins, 

DSC_8414

Les développements de la chimie et du déneigement en 1970, entraîneront une croissance de production de l’exploitation, de 30 000 tonnes à l'origine, à une capacité moyenne annuelle de 800 000 tonnes, récoltée sur une étendue de 11 000 hectares.

DSC_8420

DSC_8417

Une performance obtenue grâce à une forte mécanisation, une gestion informatisée des mouvements d’eaux, l'automatisation des stations de pompage et le nivellement au laser des tables salantes.

DSC_8419

DSC_8413

Cette modernisation entraînera, malheureusement, une diminuation des emplois. Le temps est donc fini où l'or blanc servait de facteur de développement.

DSC_8406

La vaste zone des salins présente un grand intérêt écologique et paysager.

DSC_8423

DSC_8425 Colonie de cygnes aux abords des Salins de Giraud.

DSC_8428

DSC_8462Colonie de cygnes aux abords des Salins de Giraud.

Le développement d’un petit nombre d’espèces invertébrées, offre aux oiseaux une nourriture abondante, qui permet une nidification unique en Europe, notamment de flamants roses.

DSC_8478

DSC_8466

Avec la grande plage sauvage de Piémanson, et le golfe de Beauduc, Salin-de-Giraud est une façade maritime fort prisée en saison estivale avec plus de 15000 vacanciers, faisant penser que le tourisme sera peut-être le futur moteur du développement.

DSC_8467Plage de Piémanson.

DSC_8468

Suite : visite de la Camargue en petit train :  (Domaine Paul Ricard)

 

 

Posté par Martine84000 à 20:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

La Capelière (Etang de Vaccarès)

DSC_8254

Petit tour du côté du site de la Capelière, situé au bord de l’étang de Vaccarès.

DSC_8189

LEtang de Vaccarès est le plus vaste étang de la Camargue : plus de 6 500 ha de superficie et 12 km de long, sans que sa profondeur n’atteigne jamais plus de 2 mètres.

DSC_8249

Surnommé  la Grand Mar, il est entouré par le Petit Rhône, le Grand Rhône et la mer.

DSC_8191

C’est le Paradis des animaux et des amoureux de la découverte : faune, flore…

DSC_8251Etang de Vaccarès.

Le site de la capelière  a été ouvert en 1979, dans un ancien mas camarguais, entouré de marais. Il permet de nous faire découvrir la biodiversité du delta, au travers :

- d’un centre d’information et d’observation de la nature, en Camargue,

DSC_8217

- d’une exposition permanente sur la nature, en Camargue, ainsi qu'une boutique naturaliste,

DSC_8199

DSC_8200

- d’une salle de projection,

- de 4 observatoires de la faune des marais.

DSC_8222

DSC_8247

DSC_8225

DSC_8223

- d’un sentier nature présentant les différents paysages de Camargue (forêt, pelouse, sansouire et roselière) :

DSC_8202

Les forêts : Le boisement de la Capelière est un vestige des ripisylves qui se sont développées sur un ancien tracé du Rhône. Il est constitué essentiellement d’ormes champêtres, de peupliers blancs, de frênes à feuilles étroites, d’aulnes glutineux et de saules blancs. Les ripisylves sont utilisées par l’avifaune pour la nidification (hérons, rapaces, passereaux, cigognes)

DSC_8201

forêt

Les pelouses : autrefois étendues, elles ont beaucoup régressé avec le développement de la riziculture.

DSC_8208

DSC_8212Une cigogne prise en photo sur le site.

Ces pâturages accueillent une flore très diversifiée, composée de trèfles, lotus, chiendents... Même si leur régression est aujourd’hui contenue, les pelouses font partie des milieux qui ont le plus perdu de surface depuis 50 ans. C’est un habitat riche et diversifié, très utilisé par la faune (insectes et reptiles) et qui accueille une flore diversifiée.

DSC_8220

Là où elles subsistent, les pelouses contribuent magnifiquement à la qualité des paysages camarguais : floraison de narcisses en hiver, de pâquerettes et iris, au printemps, de saladelles en été.

DSC_8259

Les sansouires : ces steppes rougeoyant à l’automne sont peuplées de plantes adaptées aux milieux salés : les salicornes. Ces plantes tempèrent les effets du sel sur leur organisme en se gorgeant d’eau, d’où l’aspect charnu de leurs rameaux. Salée, desséchée en été et inondée l’hiver, la sansouire est un milieu contraignant.

DSC_8218

Elle est floristiquement pauvre, mais d’une grande originalité, tant paysagère que biologique. Partout mises en culture, les sansouires sont en voie de raréfaction sur le pourtour méditerranéen. En Camargue, les plus belles étendues sont aujourd’hui protégées.

DSC_8219

Les roselières : sont l’apanage des marais, zones d’étangs et autres cours d’eau, dont elles contribuent à façonner les paysages.

DSC_8226

Ces milieux sont indispensables au développement et à la survie d’une partie de la biodiversité animale des zones humides. L’intérêt est très fort pour la reproduction d’oiseaux, comme : les Butors étoilés, les hérons pourprés, et les passereaux.

DSC_8229

- Les marais : Deux marais d’eau douce de 1.5 ha chacun sont présents sur le site. Leur flore est constituée d’herbiers communs (potamots, myriophylles) appréciée par la faune aquatique mais surtout important dans le nourrissage des anatidés. 

DSC_8234;

DSC_8224

En effet, en hiver, ils attirent d’importantes populations d’oiseaux, en tant que zones de repos. 

DSC_8236

DSC_8235

Il s’agit également du point d’intérêt majeur du public, qui jouit d’observatoires permettant de profiter de la richesse avifaunistique du site.

DSC_8608

DSC_8233

 

La composition des marais varie selon la hauteur de l'eau, l'importance des périodes d'assèchement, et le taux de salinité. 

DSC_8258

DSC_8216

L'accès au sentier est payant : (3 € par personne). Site très intéressant, qui abrite, sur 27 hectares, un condensé d’habitats naturels, caractéristiques de Camargue. A voir absolument !

 

 

Posté par Martine84000 à 15:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les flamants roses en Camargue


DSC_8347

Lors de notre weekend de Pâques, nous nous sommes rendus en Camargue, pour observer de plus près cette Réserve naturelle qui fait partie des plus grandes réserves de zones humides d'Europe.

DSC_8343

DSC_8260

Nous aurons la chance, ce jour-là, d'observer une quantité incroyable de flamants roses, sur l'étang de Fangassier, (proche des salins de Giraud). A la tombée de la nuit, nous assisterons à un balai incessant, d'aller et retour, de ces oiseaux au vol gracieux. 

DSC_8301

Voici donc, dans cet article, quelques photos prises de flamants roses, dans cette superbe région ! 

DSC_8282

DSC_8376

Le vaste territoire de la Camargue, qui s'étend de l'étang du Vacarrès jusqu'à la mer, recèle de vrais trésors pour les visiteurs dont, notamment, 237 espèces d'oiseaux protégées, évoluant dans des paysages sauvages.

DSC_8387

DSC_8271

Actuellement, en avril, en Camargue,  il est possible d'observer les premiers accouplements de flamants roses.

DSC_8281

DSC_8325

Ils seront de plus en plus fréquents à mesure que le printemps arrive. Les premières pontes auront lieu en avril sur l'étang du Fangassier, le seul site de reproduction du flamant rose en France.

DSC_8289

Bien connu des ornithologues pour accueillir régulièrement, et depuis plus de 40 ans,  une colonie nicheuse de flamants roses, l'étang du Fangassier, reste un site remarquable que l'on se doit de respecter.

DSC_8279

DSC_8277

 

Au cœur de la Camargue dans un paysage singulier de lagunes et de sansouïres, des dizaines de milliers de Flamants roses se rassemblent pour tenter de se reproduire en une vaste colonie.

DSC_8328

DSC_8273

 

Néanmoins en 2014, les Flamants roses n’ont pas niché sur le site du Fangassier car il n’y a pas eu assez d’eau et les îlots se sont ainsi retrouvés accessibles par la terre.

DSC_8358

Il a suffi d’un renard pour faire fuir la colonie.

DSC_8280

Ces conditions hydrologiques exceptionnelles ont donc poussé les flamants à choisir un autre site, celui des Salins d’Aigues-Mortes, où près de 10 000 flamants s’y sont installés et environ 1 000 poussins sont nés en juin.

DSC_8348

Les Flamants roses n’ont pourtant pas déserté le site du Fangassier. Ils s’y reproduisent tous les ans depuis l’acquisition des terrains par le Conservatoire du Littoral en 2008.

DSC_8354

Les Flamants roses présentent un fort attachement à ce site, unique lieu de reproduction en France depuis les années 1 970. 

DSC_8356

Ce printemps 2017, les flamants roses se sont à nouveau installés sur l’étang du Fangassier, avec un grand nombre de flamants sur l’ancien îlot et en nombre plus limité sur le nouveau, aménagé à l’automne 2015, dans le cadre d’un programme européen de restauration des anciens salins de Méditerranée. 

DSC_8358

Avec une population d’environ 50 000 flamants roses l’été et près de 40 000 l’hiver sur la côte méditerranéenne française, le flamant rose de Camargue se porte bien.

DSC_8366

Nous avons assisté, au soir, à un magnifique coucher de soleil, qui embrasait tout l'étang de Fangassier.

DSC_8309

DSC_8371

DSC_8372

Si vous vous décidez à prendre la route pour la Camargue, ou si vous avez déjà visité la région, n'hésitez pas nous mettre des commentaires et  à nous faire partager vos carnets de bord, photos et anecdotes de voyages. Merci et à bientôt.

Suite : le site de la Capelière (Camargue).

 

 

 

Posté par Martine84000 à 12:16 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 avril 2017

Créations : Espagne

ESPAGNE :

- Au sud-est de la Navarre, en Espagne, le Désert de Bardenas, est une incroyable zone désertique qui nous plonge dans un décor digne des meilleurs westerns ! Un véritable désert aride, unique en Europe, à une heure de Pampelune. Un paysage magnifique et étonnant dans lequel on s'attend à croiser un coyote à tout moment ! A découvrir si vous passez en Navarre !

Désert de Bardenas

 - Sant Pere de Rodes : Si vous aimez les horizons à perte de vue, avec des panoramas magnifiques, les pierres anciennes, enfin si vous aimez prendre de la hauteur, dirigez-vous vers le mont San Salvador où se trouvent les ruines de l’impressionnant monastère bénédictin : Sant Pere de Rodes (Espagne). Au milieu de nulle part, dans un cadre idyllique,  ce monastère bénédictin, l’un des plus importants de l’art roman catalan, est vraiment impressionnant !

Sant Pere de Rodes

- L'Andalousie : Qui ne rêve pas d’aller en Andalousie ? Découvrir l’Alhambra, à Grenade, voir la belle cathédrale de Séville et se promener dans ses rues, visiter la Mosquée de Cordoue, découvrir les villages blancs sous un beau ciel bleu, manger des tapas et boire de la sangria au son de la guitare flamenco… 

Olvera en Andalousie

- Belchite (1)Dans la province de Saragosse, en plein cœur de l’Aragon, se trouve un petit village en ruine, symbole de la guerre civile espagnole, où le temps s’est arrêté au lendemain des affrontements extrêmement violents de septembre 1937 qui s’y déroulèrent. Je peux vous dire que l'émotion était au rendez-vous, le jour où nous nous y sommes rendus, même encore maintenant quand je regarde nos anciennes photos, je ne peux m'empêcher d'avoir un petit pincement au coeur en voyant ce village fantôme, totalement en ruine. 

Sans titre 4

- À Belchite (2) : on ne trouve ainsi aucune information sur les évènements qui ont provoqué la destruction de l’ancien bourg, aucune plaque commémorative, aucun monument aux morts ou au souvenir.  Le visiter permet de se plonger dans une Espagne terrifiée mais également d’admirer les magnifiques sculptures ornementales des bâtiments religieux que les bombes ont exposé aux cieux. 

Belchite

 - Moulins de Consuegra : Sur de petites collines, non loin de Tolède,  se dressent les emblèmes de cette contrée : 12 moulins à vent, (16e s.). Ils constituent un ensemble  remarquable,  unique au monde. Les moulins de « Don Quichotte »,  alignés fièrement sur la crête de Consuegra,  surplombent la ville. Vus de loin, ils semblent, comme de véritables géants, protéger le château en ruines, contigu. Impressionnant à voir ! 

Moulins de Consuegra

Voyager c’est embrasser le monde, c’est ouvrir son cœur et son âme. Les voyages sont la meilleure école de la vie, ils permettent d’apprendre à connaître notre monde, les gens ainsi qu’apprendre à se connaître soi-même.

D'autres créations vont suivre par la suite. A bientôt.

 

 

Posté par Martine84000 à 22:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 avril 2017

Créations : Italie

ITALIE :

- Monteriggioni : Ce bourg fortifié, en Toscane (Italie),  garde un charme intact et touchant.  Il est célèbre pour les quatorze tours qui se dressent le long des anciens remparts.  Le bourg-château a été construit entièrement au XIIIe siècle par les Siennois, qui avaient besoin d'une position stratégique pour combattre contre leur rivale de toujours, la ville de Florence.

Monteriggioni

- San Giumignano : C’est un village inoubliable, de Toscane en Italie,  perché à 334 m d’altitude, c'est véritablement mon coup de cœur ! Très ancien, il existait déjà à la période étrusque. Dans le cœur historique, plein de charme, émerge 14 tours, sur les 72 présentes à l'époque médiévale, ce qui lui confère une sorte de magie.

San Gimignano

- Col de Giau : col mythique, très connu des cyclistes, il se situe dans les Dolomites, en Vénétie, dans la province de Belluno, en Italie. Culminant à 2236 mètres d'altitude, nous sommes récompensés,  par l'un des plus beaux panoramas de Montagne des Alpes. Les villages, de conte de fées, où pointes les clochers à bulbe, nous paraissent, bien petits, aux pieds de montagnes rocheuses…

Les Dolomites

- Florence : Elle est sans conteste l’une des plus belles villes d’Italie. À elle seule, elle rassemble 25 % des œuvres du patrimoine artistique italien ! 

Florence

 

 

 

Posté par Martine84000 à 22:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 avril 2017

Gordes : Sentier de mémoire du maquis

Abbaye-de-senanque-gordes

Afin de transmettre la mémoire de ce que fut la Résistance à Gordes, lors de la deuxième guerre mondiale, deux "sentiers de mémoire", aux alentours, ont été balisés et enrichis, de panneaux d'information. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Gordes est un important lieu de Résistance, ce qui vaudra au village de recevoir la Croix de guerre avec étoile d'argent, avec la citation suivante : « Ville martyre qui fut sous l'Occupation un des centres les plus actifs de la Résistance ». 

DSC_6551

Le site se trouve, près de Gordes, dans les Monts du Vaucluse, vaste massif montagneux, situé entre le Mont Ventoux et le Luberon. Le climat est de type méditerranéen avec une aridité très marquée, car l'eau s'infiltre et finit par se perdre dans le calcaire très poreux. Le sentier que nous allons emprunter,  passe par le célèbre Village des Bories...

village boriesVillage des Bories, à Gordes.

...puis remonte le vallon sauvage de La Sénancole, jusqu’à l’imposante Abbaye de Sénanque. La Sénancole est à l'origine de l'implantation sur le territoire de Gordes, le 23 juin 1148, de moines cisterciens, qui y fondèrent l'Abbaye de Sénanque.

Abbaye-de-senanque-gordes

Pour cette randonnée, nous prenons le chemin, juste au-dessus du parking du village des Bories, (à Gordes), en direction de la Sénancole.

Oliviers

Nous contournons une ancienne oliveraie, ainsi que des chênes verts,  pour longer ensuite la crête qui surplombe le ruisseau de la Sénancole.

DSC_0030

DSC_0029

 

Arrivés en haut  du vallon de la Sénancole, les paysages sont remarquables. 

DSC_7961

 

Au cours de notre parcours, nous tombons sur le « Refuge de Repli ».

DSC_7944

DSC_7948"Refuge du Repli", qui servit de cachette aux maquisards.

 

Sous ce rocher, les maquisards viennent plusieurs fois trouver un abri, dans ce refuge, notamment la nuit du 10 juillet 1943, alors que les Allemands recherchent l’épave d’un de leurs avions tombé au-dessus du vallon de Sénanque.

 

DSC_7946"Refuge du Repli".

DSC_7952

C’est ici, au lieu-dit « le Coulet »,  que dès juin 1943, de jeunes réfractaires,  (maquisards), accueillis et formés par les groupes de l’Armée Secrète, se sont d’abord regroupés, avant de devoir vitre trouver d’autres repaires. C’est ainsi que le maquis de Gordes est né.

DSC_7977

Témoin d’une vie rurale très active jusqu’au XIXe siècle, la vallée de la Sénancole regorge de constructions troglodytiques (bâties sous la roche), notamment la maison de la Croix des Baux et le moulin de la Baume.

DSC_8085

DSC_8082

Profitant des abris naturels façonnés par le temps, l’homme y a ajouté une façade maçonnée pour refermer les volumes et les rendre habitables.

DSC_7947

DSC_7946

 

La forêt du vallon de la Sénancole est essentiellement constituée de chênes verts, de pins d'Alep, de genèvriers, de buis...

DSC_7942

DSC_8087

DSC_7958

DSC_8084

 

Nous poursuivons notre descente au fond de la combe par un chemin caillouteux en zigzags et longeons le lit du ruisseau asséché, de la Sénancole. 

la SénancoleRuisseau de la Sénancole asséché.

Nous quittons le confort monotone des chemins goudronnés pour attaquer une sente, en pente, quelque peu caillouteuse. La rudesse de la descente est accentuée par l'instabilité des pierres.

DSC_8006-2

 

Nous passerons par de nombreux chemins caladés. Le mot « calade » vient de la racine « cal » signifiant « pierre ».

DSC_8016

DSC_8005

Ces chemins étaient donc pavés pour faciliter la marche des hommes et des animaux, mais aussi pour limiter d’érosion.

DSC_8013

Le chemin rocailleux, du retour, nous menant au parking du "Village des Bories", serpente entre de grands murets en pierres sèches...

DSC_8003

DSC_8014

et des bories, ces abris à l'architecture à la fois rudimentaire et ingénieuse, construits par les paysans d'autrefois.

DSC_8000

DSC_8089

DSC_7993Aire de battage.

Nous y verrons, sur notre passage, de nombreuses traces de roues de charettes, gravées dans la roche.

DSC_8001Traces des roues de charettes.

Nous avons apprécié cette randonnée, proche de Gordes, pour la valeur de son patrimoine historique et la beauté de ses paysages. Classé un des plus beaux villages de France, Gordes a su se tailler une réputation mondiale dans le respect de son passé et de ses traditions. Si vous passez dans la région du Luberon, faite ce circuit de la Sénancole, à la fois très agréable et très instructif !

Niveau : moyen   -  Altitude min/max 240 m / 382 m

 

 

Posté par Martine84000 à 18:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 avril 2017

Insolite : Moulin rupestre de la Baume

DSC_7966

Les habitats troglodytiques, dans le Luberon Le plus bel ensemble troglodytique, de la vallée, est le moulin à huile, rupestre, de la Baume, dans la vallée de la Sénancole (proche de Gordes). 

DSC_7967

Lieu insolite, ce moulin, du 17e siècle, étire sa façade sur 53 m de longueur, à 229 m d’altitude. 

DSC_8083

Il a été restauré par le propriétaire, qui en laisse l'accès libre et demande qu'on le respecte !

DSC_8081

L'immense bâtiment troglodytique, épouse parfaitement l'abri sous roche, tout en longueur. Il est blotti dans une immense baume, au-dessus de la Sénancole.

DSC_7968

On peut admirer sa façade, construite sur le bord de la falaise, ce qui en fait une construction impressionnante. 

DSC_8082

DSC_8079

La porte d'entrée ouvre sur une enfilade de pièces savamment agencée pour les besoins du moulin à huile, aménagé à l'extrémité nord du site.  

DSC_8024Porte d'entrée du moulin rupestre.

La première partie du bâtiment regroupe neuf cuves de stockage, destinées aux olives, acheminées depuis le plateau. 

DSC_80359 cuves de stockage des olives.

Ces cuves étaient séparées par des cloisons de pierres.

DSC_8025

Après un passage plus étroit, on arrive dans une deuxième salle immense. 

DSC_8059

C’est la salle de pressage, où se trouvaient les silos, les pressoirs, avec leurs meules, les citernes et cuves de récupération de l’huile.

DSC_8036

Vous remarquerez qu’elles sont creusées à même la roche.  Entre les deux grandes salles une petite pièce avec le bac à saumure.

DSC_8047Petite pièce avec bac à saumure.

Plus loin, nous trouvons l'emplacement de la meule entraîné par un âne ou un mulet.

DSC_8070L'emplacement de la meule (la partie circulaire).

DSC_8053

La meule servait à broyer les olives avant le pressurage.

DSC_8041

DSC_8072

À côté, le long de la paroi, se trouve une citerne de 12 m3, autrefois couverte d'une voûte, dont les ancrages sont encore visibles.

DSC_8048

DSC_8055

Cette cuve à eau était alimentée par une rigole depuis un aiguier extérieur.

DSC_8044

Un gros trou dans le plafond perce la voûte de l'abri, c’est la trémie de descente des olives, depuis le plateau. Ce conduit vertical, de 80 cm de diamètre,  traverse la paroi rocheuse sur 5m, un véritable exploit pour l'époque.

DSC_8052

Le pressage des olives nécessitant de l'eau chaude pour la seconde presse, un moyen de chauffage devait exister. 

DSC_8042
Après avoir traversé tout le moulin nous arrivons à la sortie nord par une porte qui débouche sur un petit plateau.

DSC_8073Ouverture dans le moulin, donnant sur la vallée de la Sénancole.

Nous revenons sur nos pas et sortons du moulin par la porte sud. Nous montons, ensuite, par une sente à droite sur le plateau.

DSC_8060Vue depuis le moulin, sur la vallée de la Sénancole.

DSC_7991

Vous découvrons l'aire de battage et le fameux trou qui servait à alimenter le moulin en olives.

DSC_7993Aire de battage des olives.

Pas très loin du moulin, nous visitons autre grande habitation troglodytique, creusée elle aussi, dans la roche.

DSC_7977

DSC_7983

DSC_0020

C'est passionnant de découvrir des endroits mystérieux, lors de nos promenades, comme ce moulin rupestre de la Baume et des abris sous roches, qui ont servi de refuges aux maquisards. 

DSC_7940

Une randonnée très intéressante, dans un site naturel exceptionnel, où l'on fait de nombreuses découvertes. Je vous la conseille en avril/mai, car les journées sont plus longues et l'on souffre moins de la chaleur de l'été. 

Suite : Le Vallon de la Sénancole.

 

 

Posté par Martine84000 à 19:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Uzès : 1er Duché de France

DSC_8110

Dans ce petit billet quelques photos de notre balade de ce weekend, à Uzès, dans le Gard, où nous aimons souvent venir flâner. Belle et élégante, simple et authentique, la ville d’Uzès égrène un patrimoine architectural exceptionnel. Située à seulement 25 km de Nîmes et à 35 km d’Avignon, elle porte fièrement le titre de premier duché de France.

DSC_8104

Sa naissance irait de pair avec la construction du pont du Gard, (tout proche), édifié par les Romains pour conduire l’eau depuis la source de l’Eure jusqu’à Nîmes. Les seigneurs d'Uzès ayant toujours été fidèles au roi, leurs services seront récompensés, ils deviendront : vicomtes, comtes, puis ducs.

DSC_8133

Les bourgeois s'enrichiront également, en tirant parti du vin, de l'huile et du ver à soie. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Uzès connaît une période de prospérité avec l’industrie textile (la laine, puis la soie). Dans le centre, de riches négociants et exploitants font construire de nombreux hôtels particuliersAu cours des siècles, les demeurent s'embelliront.

DSC_8102

Mais marquée, ensuite, par les guerres de religion, touchée par la maladie du mûrier qui ravage l’industrie textile, Uzès voit ses forces décliner au fil du temps. 

DSC_8143Vieille ville : ruelles pavées bordées de boutiques et de maisons en pierre. 

En 1965, André Malraux, alors ministre de la Culture, la classe « secteur sauvegardé ». Admirablement bien restaurée, la ville d'Uzès entame sa renaissance. Forte de son secteur sauvegardé, de ses 40 monuments historiques classés ou inscrits, Uzès est aussi labellisée « Ville d’art et d’histoire » depuis 2008.

DSC_8141

- L'Hôtel de ville : Juste en face le Palais Ducal, nous trouvons l'hôtel de ville d'Uzès.

DSC_8113 Hôtel de Ville d'Uzès.

Terminé en 1773, il offre deux façades : une au Midi, face au Duché, l'autre au Nord, sur les boulevards.

DSC_8111 Hôtel de Ville d'Uzès.

Les bâtiments, disposés en carré, encadrent une cour intérieure, garnie de portiques, qui lui donnent l'aspect d'un cloître.  Chaque fenêtre y est surmontée d'une coquille.

DSC_8112

-Le Palais Ducal : édifié à partir du XIe siècle, il domine, encore aujourd'hui, la ville.

DSC_8110Entrée du château ducal. 

Cet imposant ensemble se tyrouve sur le point culminant de la ville et appartient toujours aux ducs d’Uzès.

DSC_8107

C'est un ensemble de constructions de différentes époques, souvent disparates, présentant au-dehors l'aspect de fortifications médiévales.

DSC_8105Tour Bermonde (donjon) du Duché.

De l'extérieur, on voit ses tours,  (la tour Bermonde, celle de la Vicomté et la tourelle octogonale), ses échaugettes, ses logis, sa chapelle gothique, dépassant le haut mur d'enceinte.

DSC_8106

La porte d'entrée est ornée de belles colonnes.

DSC_8107

La toiture, à arêtes vives, est en tuiles de couleur et porte les armoiries des ducs d'Uzès.

DSC_8108

Visite très intéressante, (faite il y a 2 ans), de quelques salons du château, ainsi que la chapelle du XVe siècle.

DSC_8106Tour de l'Horloge (tour de l'Évêque) en arrière-plan, à gauche.

Les plus vaillants se lanceront à l’assaut des 135 marches de la tour Bermonde. Une vue sur toute la ville les attend, au sommet, en récompense. Photos intérieures et extérieures du Duché d'Uzès, prises lors d'une précédente visite :

Uzès - Album photos - Villages de caractère et sites incontournables

Uzès : Toutes les photos Uzès - Villages de caractère et sites incontournables : Située dans un triangle formé par les villes de Nîmes, Alès et...

http://photosvillages.canalblog.com

Du château, nous partons flâner dans les ruelles sinueuses aux façades ornées de balcons en fer forgé.

DSC_8116

De la rue Jacques-d’Uzès à la place Dampmartin, les boutiques se succèdent, pour certaines de véritables cavernes d’Ali Baba.

DSC_8098

-La Place aux Herbes : On ne saurait parler d’Uzès sans évoquer la divine place aux Herbes, vestige médiéval en plein coeur de la cité.

DSC_8101

DSC_8098Arcades de la Place aux Herbes.

DSC_8144Maisons à arcades et ses terrasses de restaurants.

Célèbre pour la beauté de ses arcades et sa fontaine, c’est l’endroit idéal pour prendre un café au petit matin, à l’ombre des platanes.

DSC_8099                                                                                     Fontaine de la Place aux Herbes.

Les jours de marché, le samedi et le mercredi matin (jour des producteurs bio), la place se couvre d’étals savoureux et colorés.

DSC_8146

DSC_8097

DSC_8142Terrasses de cafés sous les arcades de la place aux Herbes.

- L'église Saint-Étienne : Nos pas nous mènent, ensuite, vers cette église baroque et son beau clocher.

DSC_8134

Elle a été construite de 1764 à 1774, sous l'épiscopat de Monseigneur Bonaventure Baüyn, 63ème évêque d'Uzès. Elle est classée monument historique depuis 1974. Elle présente un plan en croix grecque. Seul, son clocher du XIIIe siècle résistera, servant de tour de guet et de défense.

DSC_8140

Elle comporte une belle façade curviligne, décorée de pots à feu, ornement qui termine la façade, d'où jaillissent des flammes. A l'intérieur, coupole, voûtes et corniches révèlent le remarquable travail de la pierre réalisé à cette époque. 

DSC_8139Sept ans de travaux pour restaurer et préserver l'église Saint Etienne.

DSC_8138

- Cathédrale Saint-Théodorit : Nous poursuivons vers la cathédrale, qui fut reconstruite, après plusieurs destructions, au XVIIe siècle. Elle possède une façade de style néo-roman, datant de 1873.  

DSC_8132

La Tour Fenestrelle, cylindrique, à fenêtres, est le seul vestige de la cathédrale, détruite en 1621, au cours des guerres de religion. Ce campanile, de style lombard, de 6 étages, et de 42 mètres de haut,  est remarquable par l'harmonie de ses proportions et la finesse de son décor

DSC_8124La tour Fenestrelle, vestige de l'ancienne cathédrale romane. 

A l'intérieur, un orgue classique français, entièrement rénové, encadré de volets peints du XVIIe, est l'un des plus beaux de la région.

Orgue_de_la_cathédrale_St_Théodorit

En contrebas de la cathédrale, des colonnes ressemblant à un temple, attirent notre attention. C'est l'ancien lavoir de la ville d'Uzès.

DSC_8128

DSC_8127

Lavoir en contrebas de la cathédrale.

DSC_8126Fontaine à côté du lavoir.

Juste à côté de la cathédrale,  sur la Promenade Jean-Racine, agrémentée d'arbres, nous trouvons le pavillon Jean-Racine, surmonté d'un dôme (autrefois Tour-Martine). 

DSC_8131

Jean Racine fut envoyé à Uzès, à l’âge de 22 ans (de 1661-1662), faire un séjour chez son oncle le chanoine Sconin, en espérant qu’un bénéfice ecclésiastique lui ferait oublier son goût pour le théâtre et ses penchants libertins.

Pavillon_Jean-Racine_(Uzès)_1Promenade Jean-Racine agrémentée d'arbres et pavillon Racine surmonté d'un dôme

DSC_8130Belle vue du Pavillon Jean Racine.

L'hôtel du baron de Castille, dont l'origine de la façade date du 19e s., a été construit à l'emplacement de la 1ère demeure des évêques. Elle possède une façade originale, avec des colonnes doubles, supportant la longue galerie du 1er étage. En son milieu, un fronton triangulaire au centre duquel un écusson porte les armes des Castille-Rohan.


DSC_8120

Nous n’aurons pas la chance de pouvoir admirer, à l'occasion des portes ouvertes, ce weekend, les belles mosaïques romaines, découvertes récemment à Uzès, (uniques en France).

mosaïque Uzès

En effet, à 10h30 du matin, les réservations pour le site étaient déjà clôturées, (2 fois plus de visites que prévu).  Des fouilles archéologiques ont mis au jour des vestiges remontant à la ville romaine d'Ucetia, et notamment des sols ornés d'animaux et motifs géométriques. Nous nous contenterons donc de les regarder, de l’extérieur, ainsi que sur internet.

mosaîque uzès3

Certes, on s'attendait à déterrer de vieux vestiges, mais de là à tomber sur deux mosaïques d'une telle beauté, c'était inespéré. Elles occupent près de 100 mètres carrés sur deux salles appartenant probablement à un édifice public. Les motifs géométriques sont constitués de motifs ornementaux formés d'enroulements se reliant de façon continue, ornés de svastikas. Un des médaillons est entouré de quatre animaux polychromes, un hibou, un canard, un aigle et un faon.fouille-inrap-uzes-2

La première occupation du site pourrait remonter au premier siècle avant notre ère quand des gens venaient ici exploiter le calcaire". La fouille montre que ce secteur est activement fréquenté jusqu'au VIIe siècle. 

fouille-inrap-uzes-

Le site a encore livré d'autres bâtiments, dont un de plus de 500 mètres carrés, que les archéologues imaginent pouvoir être une habitation. Plusieurs vestiges de dolia (grosses jarres) attestent une activité vinicole. Cette maison subit plusieurs transformations au cours des siècles, avec notamment une nouvelle pièce dotée d'un chauffage par le sol. Celui-ci est posé sur des piles de briques, laissant de grands espaces où circule la chaleur. Un portique se dresse dans la cour. Ailleurs, les fouilleurs ont mis au jour une sole de four à pain. 

mosaîque uzès2

Peu de villes en France peuvent se targuer de posséder un patrimoine architectural aussi riche et aussi bien conservé que celui d'Uzès. Une ville incontournable, dans le Gard, en région Occitanie !

 

 

Posté par Martine84000 à 11:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Créations : Bretagne

Pays de marins et de légendes, la Bretagne m’a séduit au premier contact. Laissez-vous, surprendre, aussi, par cette Bretagne légendaire, qui a vaillamment lutté pour conserver intactes la pureté et la beauté de ses paysages. De Cancale au golfe du Morbihan, ses kilomètres de côtes se composent : de jolis ports aux maisons de granit,  de criques sauvages, de belles plages… La Bretagne mêle un caractère tendre et sauvage, à une vie culturelle très présente. Quoi qu’il en soit, les amoureux de la Bretagne s’entendront toujours dire ici : « Degemer mat » : Bienvenue !

Epave fille

Voici quelques un de mes petits montages consacrés à la Bretagne, réalisés sur Photoshop ou Photofiltre :

- le Château de Kerjean : que l'on appelle souvent "le Versailles breton", se situe sur la commune de Saint-Vougay, dans le département du Finistère, en Bretagne. À la fin du 16e siècle, la Bretagne, traverse une période faste. À la place de l'ancien manoir, la famille Barbier fait ériger en 1570, une forteresse, surpassant tous les édifices nobles de la région : le château de Kerjean.

Chateau de Kerjean

- l'Ilot du Verdelet : Fréquenté par l’homme au moins depuis le XIIe siècle, l’îlot du Verdelet, dans la Baie de Saint-Brieuc, a fait l’objet de multiple convoitise, avant que son sommet ne soit protégé pour les oiseaux. Aujourd’hui cet îlot abrite plus de 400 nids de goélands et de cormorans.

Ilot du Verdelet

 - Camaret-sur-Mer : A l’extrémité de la presqu’île de Crozon, Camaret est un des lieux les plus fascinants que nous ayons visité en Bretagne. Outre le charme de son port, ses vieux bateaux en fin de vie, sa chapelle typique, sa tour Vauban, ces mégalithes, ce sont les paysages grandioses qui nous ont le plus marqués, en particulier la spectaculaire pointe de Pen-Hir. 

Camaret sur mer

- Fort-la-Latte : Vaisseau de grès rose, le Fort-la-Latte se trouve dans un site naturel exceptionnel, sur un éperon rocheux composé de falaises de grès et de schiste. Servant à des objectifs de défense militaire, le fort était muni de tours, d'oubliettes, d'un donjon et des canons qui ont traversé les siècles intacts et qu'on peut voir encore aujourd'hui. On peut également admirer un four à rougir les boulets datant de la révolution française. Le fort féodal surplombe la mer d'une hauteur de soixante mètres et est entouré de fossés qu'on ne peut franchir qu'avec des ponts-levis. Sur le chemin de ronde, nous avons une vue imprenable sur toute la côte Saint-Malo.

Fort La Lattehttp://baladesbretagne.canalblog.com/albums/fort_la_latte/index.html

- Fougères : Située de part et d'autre de la rivière Nançon, la ville d'Art et d'Histoire de Fougères est un véritable enchantement pour les yeux. Elle présente un magnifique patrimoine architectural. Pleine de charme, la vieille ville offre aux promeneurs un merveilleux décor avec : son château féodal flanqué de tours et de remparts. Un remarquable témoignage de l'époque médiévale !

Fougères

- Goulaine : est le 1er château de la Loire, à 15 minutes de Nantes. Édifié sur les marches de Bretagne, c’est la demeure, depuis mille ans, d’une des plus illustres familles bretonnes. Il se situe dans un cadre naturel remarquable, le marais de Goulaine, zone protégée et classée Natura 2000. C’est le témoignage de la douceur de vivre de la Vallée des Rois, au cœur du Vignoble de Nantes. 

Château de Goulaine

- Landévennec : Lieu, réputé pour sa sérénité, il règne dans ce village, situé dans un méandre du fleuve, une ambiance paisible avec ces ruelles bordées d’hortensias et de palmiers ! La quiétude du lieu a influence certainement le choix des moines qui ont construit, dès le 5e et 6e siècle, l'ancienne abbaye. Les ruines sont un témoignage de 15 siècles d’histoire bretonne, l’abbaye la plus ancienne de Bretagne.

Abbaye Landévennechttp://baladesbretagne.canalblog.com/albums/landevennec/index.html

 

- La presqu’île de Quiberon : terre de contrastes, offre une trentaine de kilomètres de paysages variés qui ont beaucoup de charme : plages de sable fin, mer émeraude, falaises déchiquetées, arches, vagues s’écrasant sur les rochers… Cette côte sauvage, s’étend de la pointe du Percho jusqu’au château Turpault. Comment ne pas rester en contemplation devant cette force de la nature où chaque vague fait jaillir des bouquets d’écume. Face à la puissance des lieux, nous nous sentons bien petits. Le spectacle des vagues s'écrasant sur les rochers est saisissant !

Château Turpault

 

- La Pointe Saint Mathieu : Comment ne pas être impressionnés par les ruines grandioses de l'Abbaye St Mathieu, accrochées à cette avancée sauvage. Il règne, dans ce paysage de ruines et de cette pointe sauvage, à la beauté majestueuse, une atmosphère mystique ! Encastré dans les ruines de l'abbaye bénédictine du XIIe siècle, fut érigé, en 1835, le phare St Mathieu.

La Pointe Saint Mathieu

- Saint Guénolé : Je vous emmène, encore en Bretagne, pour une promenade, à Saint Guénolé et ses 2 phares. Premier port sardinier de France, cette cité offre de nombreuses activités maritimes. Ce bout du monde, se situant à l'extrême ouest du Finistère, offre des paysages grandioses, alliant côte rocheuses et vastes étendues dunaires. 

Phares de St Guénoléhttp://baladesbretagne.canalblog.com/.../st_guenol.../index.html

- L'Abbaye de Beauport : située sur la baie de Paimpol, dans les Côtes d'Armor, nous sommes transportés dans un autre temps, dans un décor, magique, qui autrefois devait être somptueux. Il nous semble, encore entendre, dans ce décor de plantes fleuries et de végétation sauvage, le chant de ces pauvres moines, vivant sous la règle de Saint Benoît. Dans ce lieu de solitude, aux pièces éventées, les  toits ont disparu. Les grandes fenêtres et les arches des bâtiments des moines, presque toutes à nu, sont recouvertes de lichens et de mousses.

Abbaye de Beauport

- Concarneau : Difficile de résister à ce joyau qu'est la ville-close, enchâssée dans ses fortifications au cœur de Concarneau et d'une des plus belles baies de Bretagne. Pourtant, lorsque l'on s'évade de ses chemins de ronde et de ses ruelles, d'autres charmes se dévoilent, dans son port de pêche ou sur ses plages.

Concarneau

 - Pointe du Château : Le site du Gouffre se situe à la Pointe du Château, à proximité de Plougrescant. Lors des coups de vent, la mer se rue avec une violence décuplée dans une profonde entaille formée de blocs de granit. Tout proche, Porz-Hir abrite des maisons qui s'adossent aux rochers, celle de Castel Meur, mondialement connue, aux volets blancs a été construite entre deux énormes blocs de granit, à quelques mètres du Gouffre. Ce site remarquable ne peut que nous impressionner par la rudesse et la beauté de son paysage.

Plougrescant la Pointe du Chateau

- Gouffre de la Baie d'Enfer : Ce site remarquable, surnommé le gouffre de la Baie d'Enfer, il est formé d'un enchevêtrement de pans de falaise écroulés. Il est impressionnant par la rudesse du paysage, décuple l'impression d'être en enfer lors des coups de vent. A ce moment, les déferlantes se ruent avec une violence décuplée entre les énormes blocs de granit, soulevant des gerbes d'écume soufflées sur des centaines de mètres ! Certains jours, le déchaînement des éléments prend des proportions extraordinaires, où des vagues gigantesques faillirent emporter la petite maison de Castel Meur. 

Le Gouffre à Plougrescant

- Rochers de Ploumanach : sont probablement l'un des sites les plus surprenants de la côte d'Armor. Défiant le temps, après des érosions étonnantes provoquées par la mer et ses tempêtes, les amas de granit rose s'étendent sur 25 hectares. Sur le sentier des douaniers, la fantaisie d'une nature nous expose des formes plus surprenantes les unes que les autres. La Côte de Granit Rose, saura vous envoûter et vous offrir plein de surprises ! Notre coup de coeur, pour en savoir plus, le récit de notre voyage en Bretagne.

Rochers de Ploumanach

- Les Moulins : Environ 3000 moulins à vent ponctuent le paysage breton, plus spécifiquement le long du littoral. Ces moulins avaient une fonction similaire à celle des moulins à eau, mais leur force motrice reposait sur l'action et la force du vent. Pour en savoir plus, voici tous ceux que nous avons rencontrés lors de nos périples :

Moulin en Bretagne

- Epaves de bateaux : On dénombre, en France, sept «cimetières de bateaux», dont trois se trouvent sur la Presqu’île de Crozon. Des épaves des navires, de vieux thoniers, de langoustiers ou simples barques peuplent les berges de la Bretagne, derniers témoignages du passé déjà ancien de la pêche.Ce patrimoine maritime est un spectacle rare que l’on doit respecter, pour ces hommes qui ont travaillés durs. C'est une tradition ininterrompue par laquelle des marins ont toujours voulu voir échouer, pour l’éternité, sur une grève, leurs vieux compagnons. Le marin fixe dans le sable une stèle , il fait de son navire un Mémorial. On ne peut qu’être nostalgiques de voir mourir, dans l’oubli, ces vieux bateaux de travail ! 

Epaves

N'hésitez pas à me laisser un message lors de votre visite. C'est avec plaisir que je lirai vos remarques, suggestions et que je répondrai à vos questions. 

Au delà du futur

Il vous suffit de cliquer sur  "commentaire" en bas de chaque post... et le tour est joué !  Bonne visite. Pour en savoir plus, voir le lien sur notre voyage en Bretagne de 2016 : 

Bretagne aux mille visages

Terre d'élection des peintres, marins, mais aussi des touristes, la Bretagne garde intact son pouvoir de séduction. Ce qui frappe avant tout, c'est son incroyable diversité. Voici, en photos, les sites incontournables que nous avons visités. Suivez moi!

http://baladesbretagne.canalblog.com

 

 

 

Posté par Martine84000 à 09:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 avril 2017

Créations : Animaux

Corbeaux par Martine

Design

Effet surréaliste hiboux

Hibou Martine

oiseaux de nuit

Posté par Martine84000 à 19:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,