Martine Passion Photos

Passionnée de photographie depuis toute jeune, la photo est avant tout pour moi un plaisir !  Et puis les rêves s’envolent parfois, finissent aux oubliettes ou bien… se réalisent. Aujourd’hui, je suis comblée. Je m’aperçois que j’ai réalisé mes rêves d’enfant. Je passe mes weekends et mes vacances, en famille, ou avec des amis, avec mon appareil photos en bandoulière, le carnet de notes à la main, et surtout une curiosité bien ancrée et une envie insatiable de découvrir notre belle France. Je m’efforce au cours de mes balades de vous emmener dans des lieux connus, d’autres un peu moins ou même parfois insolites. En partageant avec vous mes émotions, j’espère vous donner un jour l’envie d’aller les visiter à votre tour. La vie n’est-elle pas le plus beau des voyages ?  

Liens sur mes 2 autres blogs, qui pourraient vous intéresser :

Posté par Martine84000 à 13:20 - Commentaires [6] - Permalien [#]


28 juillet 2017

L'Abbaye royale d'Hautecombe

aix les bains abbayes 03_Hautecombe2

Nous rejoignons les rives du plus grand des lacs de Savoie : le lac du Bourget. Au loin nous apercevons, sur les bords du lac, enchanteur, la silhouette de la vaste construction, de l'abbaye royale d'Hautecombe, se détachant des flancs abrupts de la montagne. Hautecombe

Sur l’un des promontoires les plus proéminents, elle s’élève, majestueuse, munie d’une haute tour. C'est un petit chef d'oeuvre architectural, niché dans un havre de verdure, au bord du lac du Bourget. 

DSC_0416

On y accède soit par le lac (meilleures vues), soit par la route. 

lacLac du Bourget.

DSC_0450

La visite de l’Abbaye,  permet d'admirer des œuvres remarquables, un luxe de détails, remarquables, et de décorations, à vous laisser pantois  :

DSC_0439

...des fresques, des sculptures de marbre, de toute finesse...

DSC_0417

...des vitraux représentants la Nativité et la Passion du Christ...

DSC_0435

...un orgue du chœur, orné du blason des rois et des cénotaphes (tombeaux sans les corps).

DSC_0419Cénotaphe de Sybille de Baugé‎.

C'est un bel exemple d'architecture gothique médiévale dont la visite, passionnante, se fait  avec les audio-guides. C'est la dernière demeure de beaucoup des souverains de la maison de Savoie, ainsi que du dernier Roi d'Italie : Umberto II.

DSC_0418Portrait d'Umberto II d'Italie et sa femme.

La coupole du chœur est ornée de groupes d'anges, en gloire, que supportent 4 piliers de colonnes torsadées. Les médaillons de cette coupole représentent les 4 évangélistes avec leurs symboles.

DSC_0433

 

Depuis l'attentat de 1972 contre elle, la Pieta de Michel-Ange est devenue une sorte de "beauté inaccessible", derrière sa vitre pare-balle, sur son socle élevé à plus de 6 mètres des visiteurs. 

DSC_0442Pieta de Michel-Ange

pieta

Histoire de l'AbbayeC’est au début du XIIe siècle (vers 1139) que l’abbé, cistercien, Amédée de Clermont, construit l'église ainsi que les bâtiments de l’Abbaye d'Hautecombe, à son emplacement actuel. L'Abbaye, demeurera, ensuite, un lieu de silence, de prière et de travail. La seule rupture fera suite à la Révolution française, durant laquelle les moines sont chassés de l'Abbaye.

DSC_0423

Nécropole de la Maison de SavoieLa comtesse de Savoie Anne de Zähringencomte en 1162 et son époux le comte Humbert III en 1189 sont les premiers de la Maison de Savoie à choisir l’Abbaye comme lieu de leur sépulture. Cette coutume sera poursuivie par la plupart de leurs descendants au XIIIe siècle, moins régulièrement par la suite et rompue au XVIe siècle.

DSC_0429

Perte de rayonnement de l'AbbayeL'Abbaye va rayonner spirituellement et matériellement pendant 4 siècles. Plusieurs abbés réguliers de l'Abbaye ont une action remarquée sur l'Eglise, certains deviendront ainsi évêques et mêmes papes comme Célestin IV en 1241. 

DSC_0424

Mais, à partir du XVe siècle, elle est confiée en gestion à des abbés commendataires qui ne résident pas sur place. Ces derniers étant plus disposés à profiter immédiatement des revenus de l'Abbaye, que préoccupés par l'entretien et la vie spirituelle du lieu, l'Abbaye se dégrade. Les vocations monastiques diminuent. 

DSC_0422

A la Révolution française, l'Abbaye tombe en ruines : Les derniers moines sont chassés, l'abbaye déclarée bien national, est pillée à deux reprises. Elle est alors transformée en faïencerie. Faute d’entretien, les bâtiments se dégradent petit à petit et tombent en ruines.

DSC_0430

Le courant romantique : C’est de ces ruines que vont tomber amoureux de nombreux poètes et artistes qui vont contribuer à faire d’Hautecombe un haut lieu du romantisme. Lamartine (1790-1869) y situe le cadre de son roman autobiographique Raphaël. 

DSC_0434

La refondation de l’Abbaye au XIXe siècle : l'abbaye est rattachée au royaume de Sardaigne et de Piémont par le Traité de Vienne. En 1824, le Roi de Sardaigne, Charles-Félix (1765-1831), découvre les ruines de l’abbaye et se désole de l’état de la nécropole de ses ancêtres. Il prend alors la décision de relever l’Abbaye. Elle est alors reconstruite sous la direction de l'architecte en style néogothique flamboyant ou troubadour.

DSC_0436

Charles-Félix et sa femme Marie-Christine choisissent d'être enterrés dans la chapelle de Belley située à l'entrée de l’abbatiale. Hautecombe retrouve sa fonction de nécropole des souverains de Savoie. L'abbaye est confiée aux moines cisterciens de la Consolata de Turin dès 1826. Des moines bénédictins de la Congrégation de Solesmes viennent ensuite s’installer en 1922.

DSC_0427Statue représentant Charles-Félix (au fond)  

DSC_0420Statue de sa femme Marie-Christine (au premier plan)

Hautecombe, de la fin du XXe à nos joursLe dernier roi d’Italie, Umberto II, descendant de la famille de Savoie, reprend la tradition de ses ancêtres interrompue au XVe siècle, en choisissant Hautecombe comme dernière demeure. Il est inhumé dans la chapelle de Belley, à l'entrée de l'abbatiale, en 1983. Sa femme, la reine Marie-Josée repose à ses côtés depuis 2001. 

tombeau roi Umberto II d'ItalieTombeau du roi Umberto II d'Italie.

Départ des moines bénédictins pour l'Abbaye Notre-Dame de GanagobieEn 1992, face à l'affluence des visiteurs, les moines bénédictins rejoignent l'Abbaye Notre-Dame de Ganagobie (Alpes de Haute-Provence, 04) afin d’y retrouver un lieu plus propice à la contemplation, dans le silence et la solitude. 

ganagobie

Arrivée de la Congrégation du Chemin NeufSuite au départ des moines bénédictins, l'Archevêque de Chambéry et le Père Abbé font appel à la Congrégation du Chemin Neuf, afin de poursuivre la vie de prière et d'accueil à l'Abbaye d'Hautecombe. Cette Congrégation œuvre pour l’unité des chrétiens et la réconciliation des peuples, des familles, des hommes à travers le monde.

DSC_0440

 

L'Abbaye est classée Monument Historique depuis 1875. La Communauté du Chemin Neuf et la Fondation d'Hautecombe en assurent l'entretien et la rénovation, en lien et avec l'aide du Conseil Général de la Savoie et du Ministère de la Culture. Aujourd'hui, l’abbaye est un centre international de formation.

DSC_0421

Attention cependant, le reste de l'abbaye ne se visite pas, car une congrégation religieuse vit et prie encore en ses murs. Cela n'enlève rien au charme de ce haut lieu de recueillement et de l'histoire de la Maison de Savoie, que je recommande fortement.

DSC_0415

Cet édifice, sur la côte sauvage du Lac du Bourget, en met plein aux yeux. Son architecture splendide, et son histoire incroyable, en fait lieu incontournable !

 

Posté par Martine84000 à 14:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Les Gorges du Fier

DSCF1231

Nous nous rendons, après Annecy, dans les gorges du Fier, à quelques kilomètres, seulement... une visite incontournable !

100_7571

Ce canyon spectaculaire, est un véritable prodige de la nature, classé parmi les plus grandes curiosités naturelles des Alpes françaises.

DSCF1223

 

Ces gorges, très étroites et rugissantes, sont accessibles seulement par une passerelle.

DSCF1237

Cette dernière est fixée à flanc de roche, de 300 mètres de long, suspendue à 25 mètres au-dessus du torrent. 

DSCF1228

Ces gorges, au spectacle saisissant, ont été taillées par le puissant torrent du Fier. 

DSCF1232

DSCF1230

Nous y admirons, ce jour-là : des marmites de géants, la grande faille, la mer des rochers et la roche aux fées.

DSCF1227

Aménagées de galeries dès le XIXe siècle, en plein coeur du site naturel, les gorges du Fier offrent un point de vue spectaculaire pour apprécier le torrent, qui sinue et gronde, au fil des saisons. 

DSCF1222

L'échelle de ses crues nous montre que cette visite en pleine nature est plus qu'une simple promenade ! 

DSCF1226

L'érosion a dessiné au fil du temps une curiosité géologique : une mer de rochers. 

DSCF1234

La mer des rochers, chaotique,  concrétise sous nos yeux les effets des crus, et érosions successives du tumultueux Fier, au fil des siècles.

DSCF1233

DSCF1402

Pour prolonger encore le plaisir de la découverte, une boutique...

DSCF1236

DSCF1224

 

...et une agréable terrasse avec vue sur le château de Montrottier nous permet de rapporter des souvenirs locaux, ou nous restaurer . 

château Montrottier

Légende : le comte de Montrottier était inquiet à propos de la chasteté de sa femme, Diane. Il chargea donc un jeune homme, un petit page, de surveiller cette dernière. 

DSCF1404

Le garçon, secrètement amoureux de la belle demoiselle, s'exécuta et se mit à épier ses moindres faits et gestes. Il surprit alors la belle Diane enlacée dans les bras du comte de Pontverre, le rival de l'époux.

DSCF1235

Le petit page ne ressentit plus de l'amour, mais de la haine à l'égard de la demoiselle. Pour se venger, il prévint le comte de Montrottier qui organisa une mise en scène afin de piéger le couple. 

DSCF1229

Démasqué et pris de peur, le comte de Pontverre prit alors la fuite à Cheval. Le petit page, déterminé à le rattraper, s'accrocha fermement à la queue du destrier.

DSCF1225

 

Mais le cavalier le traina jusqu'en dessus du Fier et trancha la queue de son cheval. Le jeune homme chuta et disparut à l'endroit où se formèrent les gorges. 

DSCF1398

Depuis ce temps là, les habitants de la vallée entendent parfois des gémissements lointains surgir des gorges. Certains disent qu'il s'agit des lamentations du petit page qui regrette son amour perdu. 

DSCF1400

Une visite inoubliable, d'une des  grandes curiosités en Haute-Savoie... spectacle garanti !!!

Suite : Abbaye de Hautecombe.

 

 

Posté par Martine84000 à 10:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 juillet 2017

Annecy : la petite Venise

quai perrière1

Nous partons aujourd'hui goûter aux charmes de la belle ville d'Annecy, en Haute-Savoie, surnommée : la Venise Savoyarde. 

DSC_0546

Située à 396 mètres d'altitude, ses ruelles sont réparties de part et d'autres de canaux, qui font tout son charme ! 

DSC_0550

Nous suivons la rivière Thiou, l'une des plus courtes rivières de France (5kms), qui serpente au coeur de la vieille ville.

DSC_0515

Depuis le pont Albert Lebrun, nous empruntons la promenade jacquet, le long du canal du Vassé, qui s'écoule tranquillement, sous une voûte ombragée de platanes.

canal vassé2

Nous empruntons alors le pont des Amours à la très belle architecture, pour rejoindre les jardins de l'Europe.

pont des amoursPont des Amours.

jardins de l'europe2Jardins de l'Europe

Par cette belle journée d’Août,  il y a beaucoup de monde dans le centre historique, ainsi qu’en bordure du lac.

les jardins d'europe

DSC_0527

DSC_0531

Nous gagnons le quai Perrière, où devant nous se dresse le Palais de l'Isle. Il offre, à mes yeux,  la vision la plus pittoresque de la vieille ville.

palais de l'isle3

La maison ressemble à un bateau de pierre ancré dans la rivière du Thiou.

palais de l'isle4

Ses robustes grilles rappellent que ce fut jadis une prison.

palais de l'isle2

 Nous suivons le quai de l'Isle, ses maisons colorées, ainsi que ses petits ponts fleuris, forment un joli décor.

DSC_0556

quai des cordeliers

Nous passons sur des petits ponts qui franchissent la rivière et des passages étroits, menant vers les ruelles pavées de la vieille ville.

DSC_0578

DSC_0568

DSC_0564

Nous flânons longtemps sur les rives des canaux, séduits par les attraits de la vieille ville d'Annecy et ce joli cadre montagneux.

quai des cordeliers2

DSC_0514

DSC_0567

Nous empruntons un peu plus loin le passage Célestin, pour rejoindre la place Notre Dame.

DSC_0566

notre dame de liesseEglise Notre Dame de Liesse.

Notre-Dame-de-LiesseMaître autel du choeur de Notre Dame de Liesse.

Par une petite passerelle en bois, sous laquelle passe le canal Notre Dame, nous gagnons  le quai des cordeliers.

quai des cordeliers5

quai des cordeliers4

quai des cordeliers3

Un lavoir couvert à colonnettes, de fonte, évoque les lavandières d'autrefois.

quai des cordeliers lavoir

Nous revenons sur nos pas pour regagner la vieille ville, par le quai des clarisses. Nous empreintons le chemin des remparts, pour rejoindre le château.

DSC_0561

Le château fut créé par les comtes de Genève qui y séjournent à partir de 1219. 

DSC_0563

La tour de la Reine surplombe la bâtisse.

DSC_0543

Pour terminer notre balade, à Annecy, nous longeons les bords du lac. Du pont des Amours, un bel espace vert mène à la promenade du Dr Servettaz. De nombreux promeneurs se baladent dans ce cadre idyllique où le lac, entouré de montagne, scintille sous le soleil.DSC_0518

Chaque dimanche, la ville d’Annecy s'anime avec son marché très fréquenté.

marché

DSC_0579

Au retour, nous passons devant l'église Saint François. Nous nous rafraîchissons, en passant devant ce beau miroir d'eau.

DSC_0538

DSC_0580Eglise Saint François.

Les multiples charmes d'Annecy, ne  laissent personne insensible ! A chaque passage, nous faisons de nouvelles découvertes.

DSC_0584Petites balades en bordure du lac d'Annecy. 

DSC_9501

DSC_9522Petites balades en bordure du lac d'Annecy. 

DSC_9525

Situé entre montagnes et lac, se dresse le Château de Menthon-Saint-Bernard.Construit sur un promontoire rocheux, le château de Menthon-Saint-Bernard est une maison forte qui a été construite au Xème siècle et il est inscrit au titre de monument historique en 1989.

château

Le château de Menthon-Saint-Bernard a vu naitre vers 1020, Bernard-de-Menthon qui est le fondateur des Hospices du Petit et du Grand-Saint-Bernard. L'architecture de ce château aurait été une des sources d'inspiration utilisées par Walt Disney pour réaliser le dessin du château de la "Belle au bois dormant".

chateau2

Nous dormirons au soir, au Mont Semnoz, avec un joli coucher de soleil sur le Mont Blanc d'un côté et le lac d'Annecy de l'autre, avec en arrière-plan le Jura.

DSC_0475

DSC_0478

Le Semnoz, à 1700 m d'altitude, est la montagne la plus proche d'Annecy, (20 mn), mais c'est aussi un excellent site pour énormément d'activité et la vue sur le mont blanc est sensationnelle au lever du soleil. 

DSC_0472Vue sensationnelle sur le Mont Blanc, au lever du soleil.

Le panorama à 360 degrés, à couper le souffle, et le calme des alpages ne laissent personne indifférent. C'est le dépaysement complet ! On ne se lasse pas de cet endroit...les chiens aussi adorent.

DSC_0484Vue sur le Mont blanc, au matin.

 

Suite : les Gorges du Fier

 

 

Posté par Martine84000 à 12:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

26 juillet 2017

Yvoire

DSC_9477

Lors de notre séjour, en Haute-Savoie, nous sommes tombés sous le charme du village fortifié d’Yvoire, que nous avions déjà visité auparavant, mais dont on ne se lasse jamais. Mille mots ne valent pas mieux que les photos, que je vous laisse découvrir !

DSC_9422

 

Ce village est entouré de remparts et de portes fortifiées. Au pied des rempart des charettes tirées par des chevaux, attendent les visiteurs.

DSC_9463

DSC_9471

Nous entrons par la porte de Rovorée et nous enfonçons, ensuite, sous la voute à ogive, avant de parcourir les petites ruelles médiévales et fleuries.

DSC_9468 Porte de Rovorée, vue de l'extérieur du bourg ancien.

Située entre Genève et Evian, au bout d'une presqu'île du lac Léman, ce somptueux village médiéval, très animé l’été, (1 million de visiteurs par an), restera longtemps dans l’anonymat. 

DSC_9431

L’orgueilleuse place-forte, deviendra un humble village d’agriculteurs et de pêcheurs.

DSC_9432

Les années cinquante marqueront le début d’une ère nouvelle : celle du tourisme et des fleurs. Yvoire recevra son premier prix national de fleurissement en 1959 et les récompenses suivront au fil des années.

DSC_9426

Depuis 20 ans, le village a intégré la prestigieuse association des Plus Beaux Villages de France.

DSC_9428

Et pour cause : tout à Yvoire est un ravissement des yeux : il y a des parterres de fleurs dans toutes les ruelles, on y trouve même un "Jardin des 5 Sens", que nous n’aurons pas pu faire ce jour-là, car il était fermé. Les tableaux fleuris sont partout, même dans les plus petits détails.

DSC_9448

Les amoureux de vielle pierre, de rempart, de ruelle fleuries, de petits restos sympas, en prendront plein la vue ! 

DSC_9479Le restaurant du Port.

Nous choisirons, pour déjeuner,  le restaurant du Port, pour sa vue panoramique donnant sur le lac, et sa terrasse couverte, au  menu : filets de perche meunière, sauce citron, et une crème brûlée.

DSC_9439

Sur le port, à Yvoire, nous observons de nombreux couples de cygnes. 

DSC_9436

Les couples sont fidèles toute leur vie et reviennent chaque année nicher au même endroit. 

DSC_9440Yvoire descend jusqu'au Léman et en arrière-plan, on distingue la chaîne du Jura.

Ils vivent en bandes, avec leurs familles. Les petits cygnons, nés au printemps, sont marrons et blanchissent au cours de leurs premières années. Attention, ne les dérangez pas, le cygne reste un animal qui peut être agressif. 

DSC_9442

Nous découvrons, l'après-midi, l'intérieur du village avec ses maisons superbement fleuries

DSC_9459

Nous faisons une halte, dans différents ateliers : de sculpture sur bois, de cristallerie, aux créations  magnifiques, puis à celui de la vannerie, aux nombreux paniers, et chapeaux à  fleurs, tressés artisanalement.

DSC_9444

DSC_9451

DSC_9458

 

Au coeur du village, l'église Saint-Pancrace, du XIIIe siècle, dresse fièrement son clocher à bulbe, construit en 1857, typique de l'architecture religieuse savoyarde et piémontaise . Ce clocher, caractéristique des chapelles de style roman, a été l’un des 800 clochers de la région, détruits par Albitte, lors de la Révolution Française, afin de faire fondre les cloches, pour les canons des armées de Napoléon.

DSC_9456

Réparé en 1934, le clocher a été recouvert par de l’inox en 1989. Cela lui confère cet aspect brillant au soleil, comme un phare sur le Lac Léman. Des feuilles d'or recouvrent la boule et le coq.

DSC_9454

Construit à partir de 1306, lors de la fortification du village, par le Comte de Savoie Amédée V, le château d’Yvoire avait pour objectif militaire de surveiller la navigation et contrôler la route qui reliait Genève à la haute vallée du Rhône et à l’Italie.

DSC_9446

En 1591, un incendie a ravagé le bâtiment qui n’a retrouvé sa forme actuelle qu’au XXe siècle, lorsque Félix Bouvier d’Yvoire a entrepris plusieurs travaux de rénovation intérieure et extérieure, dont la pose du toit et des échauguettes d’angles en 1939.

DSC_9478

Certes le touriste jugera excessif le prix des parkings, mais ce n’est là qu’un ticket pour accèder à ce village musée, de 800 âmes, où la circulation est interdite.

DSC_9480

On ne peut que tomber sous le charme de cet endroit idyllique où se mèle nature, poésie et douceur de vivre, un vrai plaisir pour les yeux, le toucher et le goût !

DSC_9435

 

Suite : Annecy

 

Posté par Martine84000 à 14:52 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


25 juillet 2017

Petit écureuil

Lorsqu'on aperçoit un petit écureuil roux, dans son jardin, c'est toujours un moment réjouissant. Avec sa queue, en panache, aussi longue que lui (18 à 25 cm), c'est un petit animal très attirant. Souvent matinal, habile, rusé et rapide, l'écureuil sera attiré par des noisettes ou des boules de graisses, si vous lui en mettez à disposition. Nous lui avons mis des petites planches en bois, sur lesquelles il vient se poser pour déguster.

DSCF1014

Poème : le Petit Ecureuil

Première image inattendue en ce début de journée,

Un petit écureuil, sur notre pin, semble posé.

Il a l’air si léger, sur ses pattes, appuyé.

Il grignote, devant notre maison, quelques miettes laissées.

DSC_4181

Souhaitant conserver une image durable

De ce court instant de nature sauvage,

J’ai essayé de le saisir, sur le vif, et le garder

Dans nos images pérennes, nos photos souvenirs.

DSCF1015

Petit écureuil roux, vif,

Petit écureuil furtif.

Petit animal fugitif.

DSCF1014

La fenêtre, doucement entrebâillée,

L’appareil photo autour du cou est prêt,

Juste le temps de prendre quelques clichés pour notre album,

Rapide comme l’éclair, et hop, il s'est déjà enfui.

DSCF1022

Petit écureuil roux, vif,

Petit écureuil furtif.

Petit animal fugitif.

DSCF1019

Vite, il a grimpé sur le tronc de l'arbre,

Etonné, semble-t-il, d’être ainsi dérangé.

De toute manière, il avait décidé,

Ce jour-là, de ne pas nous offrir plus,

DSCF1022b

Que ce qu’il nous avait déjà donné,

Un fugitif instant de pur bonheur,

Une brève image de sa vie sauvage,

Des moments, heureux, que l’on ne peut oublier.

Petit écureuil roux, vif,

Petit écureuil furtif.

Petit animal fugitif.

 

 

 

 

Posté par Martine84000 à 19:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Ma Minette

Minette2

Je voulais trouver un joli poème pour rendre hommage à ma Minette, petite chatte abandonnée que nous avons adoptée, il y a quelques années. Sauvageonne nous l'avons trouvée, sauvageonne elle est restée. Nous l'aimons beaucoup et sommes tristes de savoir qu'elle devra bientôt nous quitter, suite à une longue maladie.

113834515_o

Voici quelques photos que j’ai prises d'elle, pour l'immortaliser, à jamais, dans nos cœurs, quand elle ne sera plus parmi nous :

Minette

"Ma Minette" :

Lovée bien au chaud dans la tanière de mes bras,               

elle repose doucement entre rêve et réveil. 

Les soubresauts nerveux agitant ses oreilles

113834455_o

Racontent ses songes lorsqu’elle s’éveille.  

Puis avant de partir d’une démarche féline

Portera sur le monde son regard d’obsidienne.

minette5

Le rituel de la toilette commencera.

D’une patte mouillée par la langue râpeuse.     

Les yeux mi-clos, calme, attentive et consciencieuse,

113834487_o

Pas un poil de sa robe ne lui échappera.

La voilà au jardin, elle flâne à pas feutrés,

Son nez noir titillé aux fumets du printemps.

113834521_o

Se jouant, çà et là, d’un insecte imprudent,

Elle explore, en souveraine, son royaume privé.

D’un coup d’œil vif elle vient de capter un reflet.

113834570_o

Un feulement sourd monte et roule au creux de sa gorge

En furie, elle crache comme un soufflet de forge.

Qui donc ose donc troubler son univers quiet ?

minette6

Serait-ce une proie à se mettre sous la dent :

Rongeur, batracien ou quelque autre volatile ?

Elle se fait cruelle et d’une griffe agile

113834561_o

Cloue au sol… une feuille emportée par le vent !

Son devoir accompli, elle rentre à petits pas.

Telle une reine blasée que plus rien n’intéresse.

minette4

Elle reviendra mendier mes caresses,

Lovée bien au chaud dans la tanière de mes bras.

 

 

 

 

Posté par Martine84000 à 14:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2017

La vallée d'Hauteluce

DSC_9277

Alors que nous traversons des hameaux préservés et des chalets traditionnels, la vallée d'Hauteluce  s'ouvre sous nos pieds.  Au pied du massif du Mont Blanc,  elle demeure un site majestueux et  exceptionnel, au coeur du Beaufortain.

DSC_9276

Ce pays, situé hors des grands axes, de la Tarantaise et de la Maurienne, a de part son relief, toujours été épargné du tourisme de masse et d’une modernisation sauvage.

DSC_9301

Disséminés, dans ce décor de carte postale : églises chapelles et oratoires, rappellent aux visiteurs, de passage, que cette terre est bénie des Dieux.

DSC_9288

A 1150 m d'altitude, le village d'Hauteluce décline ses multiples facettes de la vie pastorale, ses richesses naturelles et culturelles. Fièrement organisé, depuis des siècles, à l’ombre de son clocher, il semble vaincre le temps.

DSC_9278

Berceau du tourisme traditionnel, le village pittoresque, de 800 âmes,  nous livre ses secrets, à travers son patrimoine considérable : son église, ses chapelles baroques, son écomusée , ses fermes traditionnelles , et son groupe folklorique.

DSC_9296

Ici l'architecture est ancienne et les bâtiments faits de pierres et de bois, font corps avec la pente.

DSC_9281

DSC_9281

Les maisons paysannes sont la plupart du temps reparties sur trois niveaux, autonomes, le rez-de-chaussée accueille le bétail, le logement des habitants est situe a mi-pente et est desservi par un escalier extérieur. 

DSC_9294

DSC_9286

La partie supérieure fait elle office de grange, dédiée au stockage du foin, qui s'avère être, également, un excellent isolant dans le Beaufortain. 

DSC_9300

La commune offre une très belle vue sur le Mont-Blanc et son massif, mais aussi sur les montagnes alentours.  Ses deux églises et ses multiples chapelles forment les fondations du patrimoine architectural.

DSC_9282Eglise Saint Jacques d'Assyrie  et son clocher à bulbes.

L’ église baroque de Saint Jacques d'Assyrie (XVIIe ), dédiée au 1er évêque de Tarentaise, présente une jolie façade décorée en trompe l'œil et un splendide clocher à bulbe culminant, de 55 mètres de haut.

DSC_9287

Ses remarquables éléments  sont aussi : ses retables, sa chaire, et sa tribune…

DSC_9289

L’édifice, dans son intégralité, mérite le détour et une grande attention ! 

DSC_9283

L’ancienne horloge du clocher est décorée d’un squelette représentant « la mort » ! Les cloches, encore aujourd’hui,  font partie intégrante du paysage sonore de la commune.

DSC_9290

Sur le plan touristique, la commune profite de sa proximité avec plusieurs stations de ski renommées : les Saisies, (crée au XXe s.) et Praz sur Arly.

DSC_9291

Dans le Beaufortin, le paysage, modelé par l'agriculture, s'étage par paliers : les vignes, les vergers et enfin les alpages.

DSC_9292

C'est là que, de juin à octobre, chèvres et vaches viennent prendre leurs quartiers d'été.

chevres

La flore exceptionnelle, de ces hauts pâturages, permet deux traites quotidiennes pour fabriquer : le beaufort, (le prince des gruyères)...

fabrication-du-beaufort

fabrication-du-beaufort3Fabrication du Beaufort.

fabrication-du-beaufort2L'affinage des meules de Beaufort.

...le reblochon, le grataron, le sérac, la tomme de Savoie, le chevrotin... Les amateurs de fromages trouveront, ici, leur bonheur !

beaufort

fromages

 

 

 

 

Posté par Martine84000 à 17:31 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Chapelle Notre-Dame-de-la-Gorge

DSC_9358

Nous poursuivons notre route vers le Val Montjoie, en direction de la petite chapelle Notre-Dame-de-la-Gorge, très bien conservée, nichée à 1210 m d’altitude.

DSC_9354

Elle se trouve juste à quelques kilomètres de la station des Contamines-Montjoie (Haute-Savoie). Passage obligatoire lorsque vous êtes dans la station : soit à pied depuis les télécabines du Lay, soit en calèche.

DSC_9359

Cette chapelle, baroque, se situe à deux pas du sentier du Tour du Mont Blanc (GR5), au milieu de la nature, au pied d’un torrent.

DSC_9355

Quand nous arrivons, devant cette petite chapelle traditionnelle, savoyarde, nous sommes très surpris par son aspect, toute blanche, avec des fresques extérieures et un clocher carré, surmonté d'un bulbe argenté. 

DSC_9356

Cet édifice rappelle les origines de la Savoie, avant son rattachement à la France.

DSC_9361

On peut voir, à l’intérieur, un magnifique retable baroque au-dessus des autels qui montre la Vierge de l’Assomption honorée par deux anges et tout en haut l’Esprit Saint, le Christ, Dieu le père et la Vierge. 

DSC_9366

Dans la nef unique, une poutre de gloire complète le chœur. 

DSC_9365

Sur le retable de gauche : une frise représente les anges gardiens consolant les âmes du purgatoire. Dans une niche, sur le côté, une statue en bois polychrome de St François de Sales.

DSC_9367

DSC_9369

Ce petit bijou, propice au recueillement, dans son écrin de verdure et de montagnes, est heureusement ouvert au public, toute l'année. C'est un lieu de pèlerinage, réputé, comme en témoignent de nombreux ex-votos, à l'intérieur. 

DSC_9366

Cerise sur le gâteau, son parvis et ses jardins sont un lieu d'exposition de photographies, sur la nature, et de festivités en été. Croyant ou non vous ne resterez pas insensible à son charme et à la quiétude qui s'en dégage.  

DSC_9358

A 300 mètres,  en marchant le long du torrent, on accède à une autre petite chapelle, en pierre, très simple, qui se trouve, à flanc de  montagne.

DSC_9357

A l’intérieur, seule, une Vierge dans une niche au-dessus de l’autel et quelques fleurs invitent à la prière.

DSC_9356

DSC_9345

Ces églises et chapelles, dans la région, rescèllent de magnifiques trésors artistiques et architecturaux, souvent ancrées dans de superbes écrins naturels. La chapelle Notre-Dame-de-la-Gorge a de grandes ressemblances à celle de la Contamine : la Sainte Trinité.

Contamine Sainte TrinitéEglise Sainte Trinité à la Contamine.

Cet endroit, dans un cadre exceptionnel, fut une belle découverte, un incontournable pour les amoureux de la montagne ! 

 

 

 

 

Posté par Martine84000 à 17:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 juillet 2017

Le barrage et le Cormet de Roselend

DSC_9274

Nous poursuivons la route des Grandes Alpes vers le barrage de Roselend, et traversons  un joli coin, de Savoie, qui a un petit air de Suisse. Ici, dans ce petit Paradis, tout y est : la crête de sommets enneigés dessinant l’horizon, les forêts, les prés d’un vert intense où paissent les troupeaux, les lacs,  les petit villages serrés autour du clocher, et, partout, des chalets d'alpage, en bois, habitat traditionnel disséminé sur les flancs de la montagne.

DSC_9202

Le magnifique lac, de Roselend, est situé à 12km de Beaufort, en direction du Cormet de Roselend. 

DSC_9184Coopérative de fromages, de Beaufort.

Ce sont les couleurs et le décor qui m’ont coupé le souffle en arrivant. Le lac, situé à 1553 m d’altitude, est d’un bleu surprenant et le barrage  impressionnant  (le 4ème plus haut  barrage de France : hauteur 150m, longueur 804m). Construit entre 1955 et 1962, 2600 ouvriers ont travaillé jour et nuit sur le chantier dans des conditions très rudes.

DSC_9185

Les eaux de la rive droite de la Haute Isère sont drainées vers le lac de Roselend, par un important réseau de galeries souterraines. En aval de la retenue, un tunnel de 13 km, puis une conduite forcée de 1200 m de dénivellation, amènent les eaux à la centrale souterraine de la Bathie en Tarentaise.

DSC_9205

La fameuse vue du lac de Roselend avec, au premier plan, la chapelle Sainte Marie Madeleine, engloutie lors de la mise en eau du barrage et reconstruite sur les berges.

DSC_9192 la chapelle Sainte Marie Madeleine

DSC_9191

Le hameau de Roselend, lui  fut noyé le 6 mai 1960 et 15 des 54 alpages furent engloutis.

DSC_9196

Le lac, couleur émeraude,  est sublimé par des sommets avoisinant les 2500m d’altitude. Situé au coeur des alpages, non loin du Mont Blanc, il constitue un très beau site pour la pêche et la randonnée.

DSC_9200

Vous pouvez emprunter les sentiers, accessibles à tous, petits et grands, qui font tout le tour du lac. Un tour complet vous prendra 4h. 

DSC_9209

De nombreux points de vue s'offrent au visiteur sur le lac, outre ceux que l'on peut observer directement des berges.

DSC_9188

La route longe le lac puis traverse des prairies de rhododendrons flamboyants, des épilobes, pour gagner le Cormet de Roselend (2012 m). A 1968 m d’altitude, ce col relie les vallées du Beaufortin et de la Tarentaise. 

DSC_9226Epilobes le long de la route du Cormet de Roselend.

DSC_9239

Quel bonheur de marcher dans un environnement préservé, d'écoutez cliqueter les cloches des vaches... Un rêve ? 

DSC_9230

C’est aussi un des plus beaux cols alpins, notamment au passage du Lac de Roselend, qui par beau temps, est splendide avec ses eaux turquoises, (cormet : voudrait dire col en patois beaufortin). 

DSC_9220

Les épilobes en bordure des routes, sont un véritable festival de couleurs vives et chatoyantes. Un vrai plaisir des yeux ! 

DSC_9222

Les rayons du soleil étaient agréables, la brise douce et chaleureuse, emportait le discret parfum de ces fleurs fragiles. Le temps semblait presque s'être arrêté.

DSC_9240

Nous entamons la descente, en direction de Hauteluce, tout le long, un superbe panorama s’offre à notre regard !

DSC_9261

Par chance, nous trouvons, sur notre parcours, une superbe fontaine, tout en pierre, pour rafraîchir nos chiens.

DSC_9260

DSC_9268

DSC_9265

Petite pause contemplative !

N'hésitez pas à me laisser un message lors de votre visite. C'est avec plaisir que je lirai vos remarques, suggestions et que je répondrai à vos questions. Il vous suffit de cliquer sur "commentaire" en bas de chaque post... et le tour est joué ! Bonne visite.

 

Suite : Hauteluce

 

 

Posté par Martine84000 à 15:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

Le barrage Saint-Guérin

DSC_9167

Après avoir monté une route tortueuse et assez étroite, c'est un magnifique panorama sur le barrage de Saint Guérin, une étendue d'eau turquoise, engoncée entre les montagnes, qui s'offre à nous. 

DSC_9166

La nature dans toute sa splendeur, au milieu d'une flore extraordinaire, dans le silence absolu ... ainsi qu'une vue à couper le souffle !

DSC_9165

DSC_9168

Ce barrage relativement haut et long, offre également un joli point de vue sur la vallée. Il est situé dans le Massif du Beaufortin, en Savoie, sur le territoire de la commune de Beaufort sur Doron, entre le Col du Pré et le Cormet de Roselend. 

DSC_9159

Cet ouvrage se trouve à proximité de la station de sports d'hiver d'Arêches-Beaufort. Les montagnes aux alentours avoisinent les 2800 mètres. Le barrage reçoit, chaque année, l’équivalent de deux fois sa capacité de stockage.

DSC_9179

Il fait partie du complexe hydroélectrique de Roselend La Bâthie et contribue au remplissage de celui-ci, au moyen d'une conduite de liaison entre les retenues, qui fonctionne à la manière de vases communicants.

DSC_9163

Saint Guérin, patron des troupeaux, a donné son nom à la vallée et au barrage construit entre 1957 et 1961 - Altitude : 1557 m - Surface plan d’eau : 50 ha - Profondeur : 70 m - Type de barrage : voûte mince - Hauteur : 70 m

DSC_9154

Vous pouvez également faire une petite balade sur le barrage et rejoindre l'autre rive du lac. 

DSC_9177

Un parcours piéton,  accessible à tous, longe le lac, jusqu’à une passerelle himalayenne de 83 m de portée et de plus de 20 m de haut, au-dessus de l’eau, permettant de traverser la Gorge du Poncellamont : sensations assurées

DSC_9155

DSC_9156

Il n’est pas possible de faire le tour complet du lac à pied. Plusieurs parcours VTT fléchés, de difficulté facile à difficile selon itinéraire choisi, autour du lac et en alpages. 

DSC_9174

La natation et les sports nautiques sont interdits dans le lac. Seule la pêche semble autorisée. 

DSC_9173

Quel que soit l'endroit d'où on  le découvre, le site est grandiose, du niveau du lac, en venant d'Arêches, de Beaufort, ou de Bourg St Maurice. 

DSC_9178

Les eaux émeraude encaissées entre les montagnes, et le Mont Blanc, au fond, séduisent à chaque visite.

DSC_9161

Ce panorama, exceptionnel, ne peut pas nous laisser insensible à sa beauté.

DSC_9166

Randonnées aux alentours du barrage :

- Lac des fées     - Départ : Saint-Gérin - Dénivelé : 340 m - Durée totale : 2h30 - Balisage : jaune/rouge,

- Col de la Louze - Départ : Saint-Guérin - Dénivelé : 560 m - Durée totale : 3h30 - Balisage : jaune/rouge.

DSC_9153

N'hésitez pas à me laisser un message lors de votre visite. C'est avec plaisir que je lirai vos remarques, suggestions et que je répondrai à vos questions. Il vous suffit de cliquer sur "commentaire" en bas de chaque post... et le tour est joué ! Bonne visite.

Suite : le lac et Cornet de Roselend.

 

Posté par Martine84000 à 10:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Vallée des Ménuires

les-menuires

Après Prolagnan la Vanoise, nous nous dirigeons dans une autre vallée, toute proche, et aussi en cul-de-sac : la Vallée de Ménuires. Plus de 50 itinéraires balisés sont à sillonner dans cette vallée du "Bout du Monde", les surprises ne manquent pas !

DSC_9111

DSC_9112

Au détour du chemin : pont de pierre, lacs de montagne, aux eaux transparentes, fleurs alpines, marmottes, chamois...

DSC_9125

DSC_9151Village des Ménuires.

Situé au départ de la randonnée du lac du Lou, le petit lac des Bruyères, aux Menuires, abrite un écosystème remarquable : grenouilles, libellules, truites et saumons de fontaine. 

le pas du lac aux Menuires

Idéal pour le pique-nique, la pêche, et les balades au bord de l'eau l'été. La vie s’étire doucement dans ce joli cadre naturel d’eau et de verdure ! Des bancs ponctuent le parcours et invitent à la détente.

DSC_9128

Deux ou trois sifflets de marmottes, quelques longs cris de rapace, rompent le silence de cristal.

DSC_9129

DSC_9131

De rares truites engourdies crèvent doucement la surface métallique de l’eau. Elles viennent gober les premières éclosions d’insectes, de ces eaux de montagne.

DSC_9139

DSC_9144 - CopieUne pancarte, pleine d'humour : "No kill mouche" , attire notre attention.

Le pêcheur comme le randonneur, hésite toujours à perturber l’harmonie de cet instant magique !

DSC_9143

Un grossier lancer de leurre, ou même un léger posé de mouche artificielle et l’équilibre n’est plus. C’est pour profiter de ce moment, autant que pour la pêche, que le pêcheur se transforme en randonneur.

DSC_9148

La pêche en lac de montagne se mérite.  La pêche est souvent un but à la marche, à la découverte et à la contemplation !

DSC_9136Jolies demoiselles rencontrées près du lac.

DSC_9137

Ce paysage exceptionnel, est une immersion dans la nature sauvage de la montagne. 

DSC_9133

Toutes les personnes attachées, comme moi, aux valeurs d’authenticité, de l’univers de la montagne, avec un grand « Aime » se mettent en mode pause, pour quelques heures, hors du temps. C'est un vrai dépaysement !

DSC_9135

Niché au cœur de la vallée des Belleville en Savoie, à la frontière entre Tarentaise et Maurienne, le chalet d'alpage-restaurant "Chez Pépé Nicolas", lance une invitation au rêve, à l'émotion et à l'évasion. Situé entre les stations des Ménuires et Val-Thorens, ce chalet est une ferme pédagogique exploitée de façon traditionnelle et authentique : traite manuelle, fabrication de la tomme, etc.... 

chalet d'alpage chez pépé Nicolas

 

Tous les animaux de la ferme sont présents ici : vaches, chèvres, cochons, lapins, poules, oies, canards, chevaux, veau, ânes, cabris, dindes…Le chalet propose ses produits fermiers dans une boutique.

chalet d'alpage chez pépé Nicolas2

A côté de la ferme, on trouve un restaurant de 100 places intérieures, et une terrasse pouvant accueillir plus de 140 personnes. 

chez pépé Nicolas2

 

Dans l'harmonie d'un décor naturel, ouvert sur la nature à 360°, la famille Suchet continue de faire vivre le souvenir de ses aînés alpagistes, à travers la perpétuation des traditions et des valeurs alpines. 

chez pépé Nicolas

Ici, les saisons se déroulent au fil de la vie pastorale d'autrefois, quand le patois résonnait au grand air et que les costumes traditionnels mêlaient leurs couleurs aux montagnes...

plan chez pépé Nicolas Situation du plan d'eau aux Ménuire et chalet "Chez Pépé Nicolas".

C’est le point de départ d'une jolie balade au lac du Lou (60 minutes).

Suite : le lac Guérin.

 

Posté par Martine84000 à 10:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

19 juillet 2017

Champagny et Prolagnan la Vanoise

DSC_9099

Au cœur de la Tarentaise et à  l'entrée d'une des plus belles portes du Parc National de la Vanoise, nous faisons une escale incontournable dans le très ancien village de montagne : Champagny la Vanoise.

DSC_9056

L'été, il retrouve la vocation de ses origines avec la nature. Niché sur le versant ensoleillé de la vallée du Doron, l'on vit de plein pied dans la montagne.

DSC_9060

Le Parc National de la Vanoise se dévoile sous nos yeux : rien d'autre que l'immensité, le silence et des panoramas à nous couper le souffle ! 

DSC_9105

DSC_9103

De cascades en cascades, de crêtes en glaciers, nous embrassons du regard cette nature à la beauté à l’état pur. Prendre son temps, pour contempler  les mille détails qui s’offrent à nous !

DSC_9058

Que l'on marche à pas menus sur ses petites jambes ou à longues foulées, il faut se promener à son rythme. Que de curiosités à voir en chemin, à chaque détour sa flore : gentianes, rhododendrons, ancolies des alpes, Lys orangé, et des espèces rares comme l’edelweiss... A chaque altitude une faune différente : marmottes, hermines, bouquetins, chamois, aigles... 

DSC_9098

Il faut monter dans les alpages, pour se rendre compte de la vie rude des bergers. Les anciens de la région,  sont  les derniers témoins d’un temps déjà presque oublié !

alpages2

Que sait-on de l’existence  de ces montagnards, aux corps façonnés par les travaux des champs, qui vivent dans une haute vallée de la Tarentaise, une des plus pittoresques de la Savoie. 

alpages

En costume traditionnel de la Haute Tarentaise, ces montagnards, dans des chalets d’altitude, sous le béret ou la coiffe, burinés par le soleil et la neige, perpétuent, sous nos yeux ébahis, avec les gestes d'autrefois, et les mêmes recettes : le beaufort et le sérac. 

fromages2

fromages

Passage obligé devant la petite Chapelle Notre Dames des Grâces, à 1510 m d’altitude, qui fait partie du hameau de Friburge. Son existence est mentionnée en 1599. Nous en profitons pour faire une petite pause 4 h avant de poursuivre notre route.

champagny Nt Dame des Grâces

La sobriété de ses murs  et de son toit en lauzes, rappelle l'austérité du milieu montagnard. Très épurée, c'est aussi ça qui fait son charme !

champagny Nt Dame des Grâces2

Champagny-en-Vanoise, village  authentique et plein de charme, baigné de traditions, possède un atout exceptionnel pour les sports d'hiver. C'est l'une des dix stations qui forment le domaine skiable de la Plagne.

champagny

Le site l'y prédisposait : 2000 mètres de dénivelé, de la station au glacier de Bellecôte. Au premières neiges, Champagny joue les décors de Noël, avec ses chalets environnés de sapins et de mélèzes. Depuis longtemps déjà, Champagny a su moderniser son équipement.

champagny2

Loin des foules, Pralognan-la-Vanoise (veut dire prés éloignés), et ses 700 habitants ont su préserver la simplicité et l’authenticité de la montagne. 

DSC_9086

Blottie au pied d'une des plus grande calotte glaciaire des Alpes, la station de Pralognan a gardé son caractère et sa convivialité...Dans un site naturel exceptionnel, elle a su conserver son cachet de village montagnard.

DSC_9089

DSC_9087

Avec ses hameaux traditionnels, ses toits typiques en lauze et tavaillon, ses ruelles et ses alpages, le village arbore avec fierté son riche patrimoine agricole et architectural. 

DSC_9085

Le village est situé au fond de vallée de la Tarentaise, entre les stations de Courchevel et de la Plagne.

mairie prolagnanMairie de Prolagnan la Vanoise.

Le Parc national de la Vanoise, d'une beauté exceptionnelle, a vu le jour en 1963. 

prolagnan2

C'est le premier parc national français (longtemps après l'Italie, qui dès 1922 avait créé le Parc voisin du Grand Paradis).

DSC_9096

 À deux pas : les marmottes et les chamois vont ravir les petits comme les grands.

prolagnan

La commune de Champagny apporte à elle seule 5.000 hectares (la moitié de son territoire) qui représente 10% de la superficie du Parc. Le Parc protège la nature, la flore et les paysages.

DSC_9091

Il a également une importante fonction pédagogique et touristique en attirant de très nombreux randonneurs. 

DSC_9092

On  accède au Parc National de la Vanoise, par la vallée de Champagny le Haut, juste après le refuge du Laisonnay. 

DSC_9066

Ne pas oublier, sac à dos, jumelles, appareil photo et pique-nique, car les chemins de randonnée nous entraînent toujours plus loin, et toujours plus haut, pour notre plus grand plaisir !

Suite : les Ménuires

 

Posté par Martine84000 à 13:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

18 juillet 2017

Col du Petit Saint-Bernard

DSC_9003

Le Col du Petit Saint-Bernard, à 2188 m d'altitude, est un col frontalier qui permet de faire la liaison entre la Vallée de la Tarentaise (France) et le Val d’Aoste (Italie).

DSC_9029

Il a été fréquenté depuis la plus haute-Antiquité, comme en témoignent encore les nombreux vestiges archéologiques et historiques qui s'y trouvent.  

DSC_9031

Les Romains aménagèrent une voie, au Haut Moyen Age.

DSC_9034

Au milieu du XIe siècle, saint Bernard de Menthon (1020-1081), futur patron des alpinistes, fonde un hospice destiné à assurer la protection des pèlerins contre les brigands et les aléas du climat. Il conçut cet hospice, comme un service d'assistance gratuite, ouvert à tous, à la fois centre de secours pour les pauvres et les malades, refuge pour les pèlerins, les religieux, les marchands et les soldats. Cet hospice accueillait 15 000 voyageurs en 1923. C’est devenu un point d'information touristique et un gîte d'étape.

DSC_8099

L'hospice Saint Bernard, est accompagné de son fameux chien du même nom, réplique du fameux Saint-Bernard. 

DSC_9036

Le col a été le lieu où la race de chien, du Saint-Bernard, a été créée. Ainsi, nombre de chiens Saint-Bernard, compagnons des moines, connurent la célébrité. 

DSC_9010

Ce magnifique chien, mascotte des montagnards, est  affublé d’un tonnelet de schnaps accroché au cou.

DSC_9009

Le percement des voies transalpines du tunnel du Mont-Blanc et du tunnel de Fréjus, ouverts à la circulation respectivement en 1965 et 1980, ont largement contribué à faire diminuer sa fréquentation.

Au col on peut voir la statue de l'abbé Pierre Chanoux (1828-1909), prêtre, alpiniste et botaniste. 
DSC_9026
Il fut parmi les premiers membres du Club alpin italien, qui venait de se former à l'époque. Passionné de botanique, et créa le jardin botanique alpin Chanousia. Il mourut à l'hospice du Petit-Saint-Bernard le 10 février 1909. 
DSC_9027
Il repose dans la petite chapelle du colprès de ses trésors les plus précieux.

DSC_9000

 

Aujourd'hui, Le col est le point de départ de nombreuses randonnées et offre entre autres une vue, splendide, sur le versant italien du Mont-Blanc. Ce géant règne en maître, sur le paysage, qui se redessine au fil des saisons :

 

DSC_9019Le Mont Blanc, en fond de décor.

- En hiver, au coucher de soleil, la neige se pare de reflets mordorés.

DSC_9011

- Au printemps, les prés reverdissent et les troupeaux de vaches les investissent.

DSC_9006Le Mont Blanc, en fond de décor.

 

- L' été, l' odeur de l' herbe coupée, et des foins flotte dans l' air léger.

DSC_9014

- En automne, les arbres arborent des teintes ocres et orangées, comme une ultime trace de chaleur avant que l’heure des sports d' hiver ne revienne... C'est un coin de campagne, où l' on prend le temps de vivre, de flâner et de rêver !

DSC_9016Le Mont Blanc, en fond de décor.

La Rosière : Située au coeur de la Haute-Tarentaise, à 1850 m d'altitude, sur un site en balcon exposé plein sud, la station de ski de la Rosière est bâtie dans le respect des traditions architecturales montagnardes.

DSC_9008

 

La Rosière se trouve à 10 min  de la frontière italienne, juste après le Col du Petit Saint Bernard, à 30 min de la Thuile et 45 min de Courmayeur (l’autre côté du Mont Blanc), c’est le dépaysement assuré !

DSC_9007

 

La Rosière est par ailleurs la seule station de Savoie à proposer un domaine skiable international de 160 km de pistes, unissant les stations de La Rosière (France) et La Thuile (Italie). : l'Espace San Bernardo. On peut aussi opter pour des sensations fortes, grâce au VTT, au parapente, ou aux sports d’eau vive…

DSC_9021

Fête des clarines à la Rosière : est une fête traditionnelle, de village, sur le thème du bois et des clarines (cloches) avec stands activités, musique des Alpes, défilé de chars, concours de bûcherons. Les gens de Rosières, gardent profondément dans leur coeur, les ancêtres et les traditions. 

DSC_9004

Ainsi, chaque été, le temps d'une journée, ils font revivre le bon vieux temps !

DSC_9001

 

Chacun y met du sien, sortant à qui la coiffe de l'arrière-grand-mère, à qui les vieux skis du grand-père.

DSC_9002

Chaussant sabots et sortant les vaches taurines, ils font retentir, jusqu'au fond de la vallée, les tintinnabulantes clarines d'alpages.

DSC_9000

DSC_9000

Elle aura lieu, cette année, le dimanche 6 août 2017 de 11h à minuit, (gratuit).

DSC_9005

Avec un panorama à 360° ouvert sur la vallée de Haute Tarentaise et sa position en balcon plein sud, la Rosière, à 1850 m d'altitude est un endroit idéal pour décompresser en douceur,  profiter du farniente, partir sur les sentiers de randonnées, tout en respirant l’air pur de la montagne… 

DSC_9013

Nous y trouvons calme et tranquillité, en admirant le spectacle verdoyant, qu’offre la nature.  

Suite : Champagny et Prolagnan la Vanoise.

 

Posté par Martine84000 à 20:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Bonneval sur Arc, aux temps anciens

DSC_8855

Considéré comme l’un des plus beaux villages de France, Bonneval sur Arc avec son authentique village aux toits de lauzes, ses murs bâtis en pierres de montagne, a été élu « Perle de la Savoie ».

bonneval2

Les anciens représentent la dernière génération à pouvoir témoigner de l’évolution qui a conduit cette société autarcique à la vie actuelle, engendrée par : le progrès des moyens de communication, la mécanisation du travail des champs et le tourisme.

DSC_8833

Autrefois ces hommes et ces femmes ont vécu loin du monde extérieur, dans des conditions extrêmement difficiles, poursuivant un modèle ancestral voué à l’agriculture pastorale de haute montagne.

DSC_8836

A Bonneval sept mois d’hiver au cours desquels les familles et les bêtes se terraient au plus profond de leurs demeures pour endurer un hiver interminable et terriblement froid.

DSC_8832

Cinq mois d’enfer, de mai à septembre, passés à tenter d’arracher à la terre, aux prix d’efforts inhumains, les maigres ressources qu’elle pouvait donner, et à constituer des réserves de nourriture pour l’hiver.

DSC_8840

DSC_8859

C’était la période de la fenaison et de l’alpage, des semailles et des récoltes.

DSC_8852

 

 Ces longs isolements ont formé des hommes à part, des hommes plein de courage !

DSC_8840b

DSC_8864

Le seul combustible était constitué par les grebons, larges briquettes faites de fumier de mouton, séchées au soleil, que l’on réservait exclusivement à la cuisson des repas.

DSC_8837

Des galeries, comme celles des mines de fer, reliaient entre elles les caves des maisons de Bonneval.

DSC_8854b

DSC_8839

Ces réseaux étaient créés pour faire front aux dangers de l’hiver (avalanches, tourmentes…) sont avec ceux de Bessans, sans égal dans toutes les Alpes.

DSC_8846

Les chalets d’alpages, prévus pour abriter les familles et le bétail, au cours de la saison l‘été sont construits en pierres et en lauzes, trouvées à proximités. 

DSC_8856b

Ils sont situés à des altitudes allant de 2000 à 2600 m. 

DSC_8856

L’étable se trouve sous le chalet, une petite cave permet de conserver le lait, le beurre et les fromages.

alpages

 

Le gros bois servait à la réalisation des charpentes montées à dos d’homme.

DSC_8861

Les grandes d’alpage sont bâties sur les lieux de production du foin. Les portes et les fenêtres ne sont pas fermées afin d’assurer la ventilation du local.

DSC_8843

DSC_8850

L'herbe des alpages était fauchée à la fin de l'été. Il fallait alors profiter des belles journées d’hiver pour aller chercher le foin avec la luge et le mulet. Aux premières neiges, tout l'art des "fenaisons" était de lier des charges de foin de 150 kg, pour les conduire au village, 600 mètres plus bas. Les pentes supérieures du couloir du foin étaient si fortes qu'elles interdisaient l'utilisation de traîneaux. 

DSC_8831

 

Film très émouvant que j'ai vu, il y a quelques années, dans le village de Prolagnan la Vanoise :

Le couloir du foin

Aux premières neiges, tout l'art des "fenatchus" était de lier des charges de foin de 150 kg pour les conduire au village...

https://www.filmsdocumentaires.com

Beaucoup de maisons, de nos jours ont été rénovées dans le style de la région, l’intérieur a été adapté aux exigences de la vie moderne.

DSC_8841

Depuis 1970 Bonneval et l’Ecot sont des sites classés. Toutes les lignes électriques, téléphoniques et antennes de télévision sont enterrées. 

DSC_8858

La rigueur et l’austérité de l’architecture ont été atténuées grâce à l’effort de fleurissement entrepris par les habitants.

DSC_8844

Bonneval sur Arc a choisi pour emblème la marmotte, à la fois curieuse et craintive. Comme les humains jadis, elle s’abrite au fond de son terrier dès les premiers froids pour hiberner et n’en ressort qu’au mois d’avril. Le texte ci-dessus est tiré du livre de : « Bonneval-sur-Arc,  Les seigneurs de l’Alpe », de Jean Gottar.

marmotte

 

Samivel n’avait-il pas écrit lors de son passage à Bonneval,  (l’unique est sa nature) : "En été, au cœur du Parc national de la Vanoise, vous serez émerveillés devant la richesse que vous offre la nature : des champs  aux milles fleurs, des paysages somptueux, une faune sauvage ou encore une agriculture omniprésente.

DSC_8865

DSC_8869

Vous irez à la rencontre des troupeaux et serez bercés par leurs clochettes. C’est un véritable lieu de dépaysement, une invitation a se ressourcer."

DSC_8877b

Que vous soyez skieurs, randonneurs, ou que vous ayez simplement envie de vous reposer, vous serez charmé par la nature calme et reposante qui vous entoure.

Suite : Col de l'Iseran.

 

 

 

Posté par Martine84000 à 16:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Moustiers-Sainte-Marie

100_0990

Je vous invite, aujourd'hui, à une balade qui grimpe jusqu'à la chapelle perchée de Moustiers-Sainte-Marie, aux portes des Gorges du Verdon et du lac de Sainte Croix.

100_1061

Ressemblant à une crêche provençale, Moustiers Sainte Marie mérite bien son classement parmi les plus beaux villages de France et fait l’objet, depuis longtemps, de nombreux pélerinages.

100_0985

100_0997

Entouré de collines, en restanques, plantées d’oliviers, le village a bâti ses maisons et ses ruelles animées dans l’échancrure d’un rocher.

100_1025

100_1021

Ce site magnifique est occupé, dès le moyen-âge, par des moines,venus de l’île de Lérins, vers 433.

100_1045

Ils s'abritèrent dans des cavités creusées dans le tuf et fondèrent un monastère.

100_1041

Nous nous rendons par un joli chemin, pavé de galets, en pas-d'âne,  jusqu’au sanctuaire : la chapelle de Notre-Dame de Beauvoir.  

100_1058

100_1057

Un escalier de pierre, à flanc de colline,  jalonné de 14 oratoires,  compte, dit-on, autant de marches de de jours de l'année.

100_1052

100_1053

Ces 14 oratoires, datant de 1860, retracent le chemin de croix du Christ, les croyants s’y recueillaient en montant.

oratoires

100_1062

On aperçoit, la chapelle, fièrement logée en bordure du ravin, entre deux falaises, et dominant l'église paroissiale classée monument historique.

100_0988

 La grotte Sainte Madeleine se situe à  proximité.

100_1077

100_1048

La petite chapelle, bâtie à la fin du XIIe siècle, sur les vestiges d’un temple marial édifié au Ve siècle, possède un porche roman, en tuiles vernissées, dominé par un petit clocher de même époque.

100_1071

 La porte en bois, finement sculptée, date de la Renaissance.

100_1066

A l’intérieur, les deux premières travées de la nef sont romanes, les deux autres gothiques ainsi que l’abside.

100_1067

La renommée de la chapelle se répandit à partir du XIIe siècle, en raison des miracles de la Vierge. Les pélerinages furent encouragés par l'église.

100_1081

Au XVIIe siècle on amenait ici les enfants morts-nés, pour les faire réssusciter quelques instants, le temps de les baptiser. Après, il était possible de les faire inhumer dans le cimetière, assurant ainsi le salut à leur âme.

100_1059

C'est ce que l'on appelle les suscitations d'enfants. Les chapelles reconnues pour ces miracles sont désignées sous le nom de "chapelles à répit". Notre Dame de Beauvoir est l'une des rares en Provence.

100_1060

Comme pour renforcer l’aspect saisissant du site, une chaîne portant en son centre une étoile, est suspendue en travers de la gorge. La légende en attribue l’origine à un chevalier de Blacas qui, au XIIème siècle, prisonnier en croisade, avait fait vœu d’accrocher une chaîne près de la chapelle s’il en réchappait.

100_0989

En 1873 à Moustiers Sainte Marie, la communauté religieuse fit construire un pont de pierre pour remplacer la passerrelle en bois qui conduisait à la chapelle de Notre dame de Beauvoir

100_1076

100_1078

Au milieu des toitures colorées, provençales, l’église romane, arbore fièrement son clocher lombard, l’un des plus beaux de Provence.

100_1079

100_0986

Cette tour carrée en tuf s’élève sur vingt-deux mètres de hauteur répartis en quatre étages, aux ouvertures jumelées.

100_0987

Les ressources du terroir et notamment : l’eau, le bois, et l’argile fine, ont permis très tôt l’émergement d’une tradition potière. En 1929, est ouvert le musée historique de la faïence.

100_1027

Actuellement, le Musée de la Faïence compte 5 salles où sont exposées les plus belles pièces du XVIIème siècle et contemporaines. La salle des terres vernissées vous présente des poteries historiques ainsi qu’un assortiment de pièces en terre.

100_1082

Le village compte encore aujourd’hui une dizaine d’ateliers dédiés à la création de la faïence, des pièces de qualités, aux décors originaux.

100_1006

100_1088

L’activité faïencière et potière contribue au dynamisme économique régional ainsi que les produits de terroir tel que le miel, la lavande, et l’huile d’olive.

100_1038

Comme tout village typiquement provençal, les ruelles sont parées de fontaines d’eau potable où les hommes et animaux assoiffés venaient boire. Les placettes sont dotées de lavoirs magnifiques qui accueillaient autrefois les lavandières.

100_1035

Les falaises sur lesquelles le village est construit et celles le dominant formaient des lignes de défense naturelle, mais Moustiers se protégea également derrière des remparts comme pour beaucoup de villages, construits au Moyen-âge. 

100_0992

 

 

17 juillet 2017

Tignes : nostalgie d'un village noyé

Avec ses 180 m de hauteur, ses 300 m de long et ses 43 m de large à la base, le barrage de Tignes (en Savoie), a longtemps été le plus haut barrage hydroélectrique d’Europe et demeure encore aujourd’hui le plus haut de France. 

DSC_8996

S’il fait maintenant partie du paysage, avec son magnifique lac artificiel de 235 millions de mètres cubes d’eau, il n’en reste pas moins un symbole douloureux, pour les Tignards, qui avaient élu domicile dans l’ancien village de Tignes, englouti, par l'Isère, lors de la mise en eau du barrage en 1952.

DSC_8961

Vue sur le barrage de Tignes depuis la route du col de l'Iseran.

Le village a disparu, en 1952, englouti sous le lac de retenue d'un barrage EDF. Ce barrage, après sa construction, en fermant ses vannes, avait submergé le village. Les anciens ne s’en sont jamais remis. A l’époque, arrivée des hauteurs, l'Isère serpentait dans ce creux avant de quitter le vallon par un étroit goulet, qu'EDF a fermé. Le tourisme commençait à peine.

construction-barrage-de-tignes

Le village comptait, à l’époque, quelques hôtels, la boulangerie faisait pension de famille. On montait, l’été, en altitude pour garder les moutons. Les hauts alpages étaient loués à des bergers, le temps des transhumances.

DSC_8958

Au départ, ce devait être une toute petite retenue, qui aurait noyé que les arpents ingrats. Les paysans trouvaient bizarre qu'on leur achète, très chers, des terrains bons à rien. Certains ont trouvé, par contre, l'affaire louche.

construction-barrage-de-tignes2

Les villageois pensent qu’en résistant cela suffira à ce que le barrage ne se construise pas. Rien n’y fait les travaux débutent en 1947, car  il fallait produire  5% de l'énergie du pays.

Image associée

Il faudra loger 5000 ouvriers,  dans un village qui ne compte qu’à peine 500 habitants. On y avait embauché des Espagnols, des Italiens, des Balkans, qui n'avaient pas de famille, et allaient de chantier en chantier.

DSC_8999

Bientôt Tignes prend de l’ampleur, on ouvre des cafés partout, des dancings, d’immenses cantines, on crée des cités provisoires, pour loger les ouvriers. Le travail sur ce chantier était très dur, en cinq ans, une cinquantaine de personnes trouvent la mort sur le barrage.

DSC_8986

Le mur s'élève régulièrement, mais le village ne veut pas croire à son achèvement. Les villageois essayent de résister, en vain ! Jusqu'au dernier jour, ils s'opposeront à ce que l’on engloutisse leur village.

DSC_8973

EDF aura le dernier mot, en 1952, les vannes sont fermées, pour mettre la pression sur les derniers habitants. Ils durent abandonner leur village, la plupart d'entre eux ont fini par être expulsés de force, par les autorités française, car ils refusaient de quitter le village de leur enfance. 

DSC_8977

Que peuvent faire 473 Tignards contre l'Etat ? Résignés, ils procèdent à l'évacuation de leur église et assistent à la dernière messe, célébrée le Dimanche 13 avril 1952, jour de Pâques. A peine 20% d'entre eux ont accepté de vendre. Les autres sont expropriés. Les derniers jours marquent très durement les mémoires. 

DSC_8978

Depuis, le lac artificiel de 235 millions de m3 recouvre toute la vallée et donc l'ancien village. 

DSC_8982

Tous les dix ans EDF, en vérifiant les installations de l’ouvrage, procède à une vidange du lac, qui réveille colère et tristesse dans le pays.

DSC_8985

Le niveau en baissant fait ressurgir le passé, lorsque les anciens retrouvent les restes de leur village, englouti en 1952. Ce jour-là,  ils descendront, en pèlerinage, le dimanche, sur les ruines de leur village.

DSC_8989

DSC_8990

Ils prieront, pleureront et rappelleront aux plus jeunes le drame d'un village, trop bien niché dans sa vallée, à l’abri du vent.

DSC_8957Vestiges du village de Tignes lors de la vidange.

Jusqu’en l’an 2000, le barrage était vidé tous les 10 ans, pour contrôler la bonne santé de l’infrastructure. 

DSC_9000

Depuis lors, ce sont des robots qui permettent cette vérification, et la vidange est un événement rare. Lorsque le niveau du lac est au plus bas, des vestiges ruinés de l’ancien village de Tignes, sont bien visibles. Au premier plan, vestige du téléphérique, qui reliait la carrière au barrage, pour acheminer les matériaux, pendant la durée des travaux.

DSC_8957Barrage évidé.

Aujourd’hui, le barrage est devenu la véritable porte d’entrée de la station, reconstruite, à 2 100 m d’altitude, par une poignée de familles visionnaires, restées sur place après la disparition de « l’ancien Tignes ».

DSC_8991

On peut voir encore le portrait d’Hercule, le Géant de Tignes, fresque gigantesque (18 000 m²), et éphémère, vouée à disparaître, avec le temps. 

Hercule

Soixante-cinq ans  après la noyade, la station de sports d'hiver et Tignes,  compte aujourd'hui 2 500 habitants et voit chaque année défiler 250 000 touristes. 

DSC_8994

DSC_8969

Suite : col du Petit Saint Bernard.

 

 

Posté par Martine84000 à 20:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

15 juillet 2017

Col de l'Iseran

DSC_8906

Après Bonneval sur Arc, nous poursuivons notre route vers le col de l’Iseran, dont l’évocation du nom en impose. Durant 13 km, nous traversons le versant le plus sauvage et pittoresque du col, au sein du Parc National de la Vanoise.

DSC_8884

DSC_8936

Il fait partie des grands cols des Alpes, et relie Bourg Saint Maurice (Tarentaise) à Bonneval sur Arc (Maurienne).

DSC_8878

C’est avec le col de la Madeleine 1993 m, un des deux seuls points de passage, entre la vallée de la Tarentaise et la vallée de la Maurienne.

DSC_8900

Il ne s’agit pas du col le plus difficile du massif alpestre. En revanche, c’est bien le col le plus haut des Alpes, avec ses 2770m d’altitude.

DSC_8887

DSC_8890

La route de la cime de la Bonnette est certes à peine plus haute à 2802m, mais il ne s’agit pas d’un col.

DSC_8931

DSC_8917

Sa position reculée, au fin fond du massif de la Vanoise, fait faire plutôt un détour, mais un détour qui en vaut vraiment la peine !

DSC_8903Vue splendide en haut du col.

DSC_8904

De part sa position géographique, reculée, le Tour de France n’est pas passé souvent à ce col. 5 fois seulement (sans compter 1996 où le col a été annulé en raison de la neige).  Depuis 1992, il est classé hors-catégorie.

DSC_8952

Histoire de la route du col : Il s'agissait, au XVIIe siècle, d'un sentier muletier, servant notamment à apporter les fromages du Beaufortin, sur les marchés du Piémont, en empruntant ensuite le col du Mont Cenis.

DSC_8877

C'est en 1912 que la décision fut prise d'inclure cet itinéraire dans la Route des Grandes Alpes.

DSC_8950

En 1929, les travaux de ce tracé routier d'une longueur de 29 kilomètres nécessitèrent l'emploi de 600 ouvriers. 

DSC_8906

En 1939, l’évêque de Maurienne, décide de bâtir une chapelle, en haut du col de l’Iseran.  Elle sera dédiée à Notre Dame de Toute Prudence

DSC_8942

D’autant que la route du col connait un vif succès touristique même le Dimanche, jour de messe.

DSC_8946

Le vocable du futur sanctuaire sera « la Vierge très prudente » dont la protection a mille raisons d’être invoquée en ce haut lieu de pratique de l’alpinisme. Cette chapelle, construite avec les pierres du col, les lauses et le bois de la vallée, est parfaitement intégrée dans le paysage.

DSC_8947

Tout le long de notre montée au col de l'Iseran, nous pourrons admirer de nombreuses marmottes dans les alpages. Animal emblématique des alpes, elle s'observe assez facilement. Son cri d'alerte est bien connu ! La marmotte habite en colonie un terrier à plusieurs entrées, en général sur un versant tempéré et où elle jouit d'une large vue afin de surveiller les prédateurs. 

DSC_8875

Elle passe l'hiver en hibernation dans son terrier donc outre la reproduction, son activité principale va être de se nourrir pour reprendre du poids après son réveil et de grossir pour faire des réserves de graisse avant l'hibernation. En fait pendant cette période, elle double son poids passant en moyenne de 3,5 kg à 7 à 8 kg.

DSC_8874

Nous entamons notre descente vers Val d'Isère et le lac de Tignes, (prochain billet), avec de beaux lacs d'altitude, au détour des virages serrés.

DSC_8954

Panoramas magnifiques, aussi bien coté Maurienne, que du coté Tarantaise : d'un côté les glaciers, coté Bonneval et de l'autre en redescendant une très belle vue sur le barrage de Tignes. Un col mythique et passage obligé si vous êtes dans la région.

Suite : Val d'Isère et lac de Tignes.

 

 

Posté par Martine84000 à 22:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

14 juillet 2017

Bessans (en Haute Maurienne)

DSC_8823

Bessans, est  un village typique qui se situe côté sud du Parc National de la Vanoise. Ce petit joyau savoyard, de caractère, lové dans une large vallée,  se trouve entouré, comme dans un écrin, de sommets environnants. 

DSC_8797

Bessans,  lové dans une large vallée, ensoleillée, se trouve entouré, comme dans un écrin, de sommets environnants. 

DSC_8800Chapelle Saint Sébastien.

Jalousement gardé par le « Charbonnel », troisième sommet culminant de la Vanoise, le village de Bessans, avec ses constructions traditionnelles en pierres et toits de lauzes, jouit d’un ensoleillement généreux. Dans cet enchevêtrement de toits de lauzes, brillant au soleil,  seules, émergent les cheminées de pierre.

DSC_8796Eglise Saint Jean Baptiste.

 En montant vers la chapelle Saint Antoine et l'église Saint-Jean Baptiste, qui domine Bessans avec son clocher cuivré, vous passerez devant cette croix monumentale qui date du XXe siècle. 

DSC_8792Eglise Saint Jean Baptiste.

Appelée Croix du Coq ou Croix de la Passion, elle possède parmi les vingt éléments qui la composent, les treize objets représentant la Passion du Christ. Assez étonnant à voir !

DSC_8793

A Bessans, la chapelle St Antoine est célèbre pour ses peintures intérieures, retraçant la vie du christ en 40 panneaux. L’avant toit de la façade nord protège également une merveille en accès libre. C’est une fresque médiévale, qui s’étend de part et d’autre de la porte d’entrée. 

DSC_8800Chapelle St Antoine.

DSC_8802

Il serait faux de croire que parce que situé dans le fond d’une vallée en haute montagne, Bessans vivait autrefois isolé. Le village situé sur une voie d’accès, à l’Italie, était fréquenté par de nombreux marchands, pèlerins et artistes. 

DSC_8797

Bessans a une vieille tradition de sculpteurs et possède de nombreux témoignages d'art populaire et d'art religieux. On va même jusqu'à sculpter les poutres des maisons. Que serait Bessans, aussi, sans son diable ? Ici parait-il, Satan porterait bonheur. Depuis des générations, les artistes lui ont donné un visage au point qu’il en est devenu l’emblème du village. Il est sculpté dans toutes les tailles, toutes les positions. Autrefois on le rendait responsable de toutes les catastrophes, aujourd'hui le malin n'est plus si antipathique que cela !

fontaine du diable

Légende : en 1857, un conflit opposait le curé et un chantre Étienne Vincendet. Ce dernier, qui devait avoir un esprit frondeur et facétieux, sculpte un diable emportant un curé dans ses bras et dépose l’objet sous la fenêtre du religieux. Le curé rapporte l’œuvre illico sur la fenêtre de son créateur. Celui-ci recommence, et le manège se poursuit jusqu’à ce que le sculpteur, lassé, abandonne la partie. La figurine resta sur un coin de fenêtre où un touriste la remarque et l’achète. Un singulier négoce venait de naître qui prospèrera au fil des ans.

DSC_8803

De nombreux sentiers de randonnée  mènent au coeur du parc national de la Vanoise, avec des paysages variés, des prés fleuris en été, et un blanc manteau neigeux, en hiver.

chapelle

En toute saison, vous ne serez pas déçus par son air pur, son ciel limpide, ses paysages variés, ses prés fleuris en été et son blanc manteau neigeux en hiver. Bessans  est un véritable havre de paix où il fait bon vivre... ce calme apaisant est idéal pour se ressourcer !

DSC_8807

DSC_8814

Nous nous dirigeons ensuite vers la vallée de l'AvéroleElle se trouve au niveau de Bessans, entre Lanslebourg et Bonneval. On y trouve trois hameaux chacun typique avec les chalets de pierre et de lauzes : La Goulaz, à l'entrée de la vallée, les Vincendières et enfin Avérole.  

DSC_8805

On emprunte cette route, un peu étroite, mais très bien entretenue sur quelques kilomètres, puis on arrive à l'aire de stationnement. Nous marchons en direction du hameau de Vincendières  puis nous prenons le sentier indiqué Averole par la Rive Gauche. Nous traversons une forêt, tout en longeant le torrent.

DSC_8809

 Puis le sentier s'élève faisant découvrir au loin les fumées qui s'échappent du hameau.

vincendières

La pente est un peu plus raide, sur une courte distance, et permet de s'élever au-dessus du hameau Vincendières.

DSC_8823

L'habitat est classique aux Vincendières : petit volume, entrée à demi enterrée de la maison, toit de lauzes à faible pente, loge à peine ébauchée, où l’on entrepose le combustible et où l’on finit de sécher les récoltes. 

maison

Ici le seigle mettait 14 mois pour mûrir. Sur les loges très simples, on faisait sécher les grebons (briquettes de fumier de mouton) que l'on utilise pour le chauffage l'hiver.

DSC_8817Grebons séchant sur une loge.

De gros blocs de schiste taillés sommairement, servent de toitures aux maisons. Les maisons se confondent dans les blocs rocheux qui les entourent et les protègent. 

DSC_8822

Nous traversons le hameau où là aussi, l'église est bien restaurée. 

DSC_8821

On trouve souvent, dans la région de Bessans, de vieilles portes ornées de symboles religieux. On a besoin de la protection du ciel dans un pays au climat rigoureux.

DSC_8819

Un joli sentier  grimpe entre prairies et hameaux de montagne, sous l'impressionnant glacier du Charbonnel, jusqu'au refuge d'Avérole. 

DSC_8806Le glacier du Charbonnel.

DSC_8827

Si vous vous décidez à prendre la route des Alpes, vers la Haute Maurienne, ou si vous avez déjà visité la région, n'hésitez pas nous mettre des commentaires et  à nous faire partager vos carnets de bord, photos et anecdotes de voyages. Merci et à bientôt.

Suite : Bonneval sur Arc

 

 

Lac du Mont Cenis

113994115_o

Ajourd'hui je vous emmène à la frontière de la France et l'Italie, du côté du lac du Mont Cenis, au-dessus de Lanslebourg, en Haute Maurienne.

113994071_o

Avec ses eaux turquoise, ses sommets majestueux, ses vastes alpages, sa flore d'une incroyable richesse et ses anciens forts, ce lac artificiel, étonnant, est l'un des plus beaux sites des Alpes. 

113994068_o

 

Le toponyme Mont-Cenis désignerait le « mont des cendres ». Selon la tradition, à la suite d'un incendie de forêt, une grande quantité de cendres se serait accumulée sur le sol, d'où le nom. 

113994075_o

Voici quelques clichés, de paysages sublimes, prises l'été 2015, à la frontière italienne. Ce jour-là, une brume vaporeuse s'élevait au-dessus du lac... 

113994064_o

... des photos comme je les aime, offrant, ce jour-là, un décor fabuleux et rendant le lieu encore plus irréel !

113994112_o

113994125_o

En prenant notre temps, en nous arrêtant à plein d'endroits pour profiter des points de vue, la route dominant le lac du Mont Cenis, nous a permis de saisir la beauté des paysages environnants.

113994123_o

Parce que les photos parlent plus que mille mots, voilà une petite sélection de clichés, que ces quelques photos, peuvent donner de la beauté de ce lac sublime.

113994210_o

Ce barrage, édifié en 1969, à 1974 m d’altitude, non loin de la frontière franco-italienne,  est un réservoir d’où partent 80 kilomètres de galeries souterraines. L’été, le lac est très bas, on peut apercevoir, encore, les anciennes digues qui ont été faites dans les années 1911 à 1921. 

113994200_o

Le tour du lac se fait à pied en vélo et voiture, bien qu'une partie du parcours est assez carrossable. Moyennant 5 heures de marche, il est possible d’en faire le tour, à pied. 

113994066_o

Lors de nos nombreux arrêts, nous faisons une rencontre avec un cheval, qui semblait poser là, juste pour la photo.

113994308_o

113994311_o

L’homme y a apporté sa touche avec un Jardin Alpin, une Maison franco-italienne et le musée de la Pyramide. 

113994211_o

Cette pyramide, à 2100 m d’altitude,  symbole des campagnes d’Egypte de Napoléon 1er.  

113994163_o

Elle abrite un musée, retraçant toute l’histoire du col, ainsi qu’une exposition permanente.

113994199_o

C’est Napoléon, en 1802, qui construisit la route,  reliant Lanslebourg-Mont-Cenis en France, à Suse en Italie. Elle marquait la frontière entre les deux pays jusqu’en 1947, date du Traité de Paris.

113994133_o

Le site est, de très longue date, un passage relativement facile dans les Alpes, beaucoup y sont passés, comme : Hannibal, Charlemagne, Bonaparte, les Princes de Savoie…

113994313_o

À côté de la Pyramide s’épanouit le Jardin Alpin, où l’on retrouve toute la flore de l’arc alpin et de nombreuses espèces endémiques. 

113994312_o

113994171_o

On dénombre plus de 700 plantes différentes, (médicinales, culinaires, toxiques…), dont des découvertes récentes, comme le Carex des glaciers. 

113994165_o

113994202_o

113994169_o

Au Jardin Alpin, rien que du naturel, avec des visites guidées et un sentier accessible aux personnes à mobilité réduite. 

113994170_o

Le lac du Mont Cenis, offrant au regard de beaux sommets, des alpages, un lac bleu azur, un jardin alpin et quelques fortifications, est un site incontournable de Savoie, qui saura vous séduire, si vous passez dans la région !

Suite : Bessans et la vallée de Sévrières

 

Posté par Martine84000 à 11:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,